Mouterhouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mouterhouse
Mouterhouse
Chapelle Notre-Dame-de-la-Miséricorde.
Blason de Mouterhouse
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Guy Hammer
2020-2026
Code postal 57620
Code commune 57489
Démographie
Gentilé Mouterhousiens
Population
municipale
288 hab. (2020 en diminution de 1,71 % par rapport à 2014)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 03″ nord, 7° 26′ 45″ est
Altitude Min. 212 m
Max. 423 m
Superficie 42,6 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Bitche
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mouterhouse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mouterhouse
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Mouterhouse
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Mouterhouse

Mouterhouse est une commune française du département de la Moselle en région Grand Est.

Village rural de Lorraine, du pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-est, Mouterhouse est situé à 49,2 km au nord-ouest de Strasbourg, dans le terroir du parc naturel régional des Vosges du Nord. Au niveau intercommunal, la municipalité est intégrée dans la communauté de communes du Pays de Bitche qui regroupe 46 localités autour de Bitche. En 2020, la population légale est de 288 habitants, appelés les Mouterhousiens.

Mouterhouse est attesté dans les textes d'archives à partir du XVIe siècle. Dépendante du Saint-Empire, la localité est successivement la propriété des comtes de Deux-Ponts-Bitche (XVIe siècle) puis des ducs de Lorraine (). Durant la guerre de Trente Ans, la population souffre des multiples passages de troupes et sort du conflit exsangue et décimée. La paix retrouvée, des migrants participent au redressement de la communauté. Le village devient français en sous Louis XV avec le rattachement du duché de Lorraine au royaume de France. Comme le reste de l'Alsace-Moselle, Mouterhouse devient allemand durant la période du Reichsland (-) puis lors de l'occupation nazie (-).

Aujourd'hui, le village de Mouterhouse reste principalement connu pour les nombreuses forges qu'il a abrité du XVIIe siècle au XXe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Au plus profond du pays couvert, le village de Mouterhouse, avec ses nombreux écarts égrenés le long des rivières, possède le plus vaste ban du pays de Bitche, couvrant une superficie de plus de 4 200 hectares.

Le village se situe au confluent de la Moderbach et du Breidenbach, dans la vallée de la Zinsel, à six kilomètres de la gare de Bannstein et à douze kilomètres de Bitche.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Des étangs artificiels se succèdent dans la vallée de la Zinsel et de son affluent le Moderbach. Créés pour l'industrie métallurgique, qui se développe dans le secteur dès le début du XVIIe siècle mais peut-être, plus anciennement, pour alimenter des viviers à poissons et faire tourner les moulins à grain, ils s'étirent comme des chapelets.

Le grand étang, déjà décrit en 1785 dans l'Atlas topographique du Pays de Bitche, est le plus vaste d'entre eux puisqu'il mesure un kilomètre de long. Il est agrandi jusqu'aux ruines du château situées au Kapellenhof. L'étang est propriété de la famille de Dietrich jusqu'à une date récente.

Système d’information pour la gestion des eaux souterraines du bassin Rhin-Meuse : Géologie : Carte géologique; Coupes géologiques et techniques]

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les écarts sont nombreux, comprenant seulement quelques maisons :

Les origines des annexes Altschmelz, Jockelshof ou Jakobshof, Kleinhammer, Lindel, Neuschmelz et Schindelthal sont inconnues.

Dans le Hasselthal, entre Althorn et Mouterhouse, s'élevaient jadis de nombreuses baraques qui servaient très probablement de refuge aux malheureux habitants des villages détruits pendant la guerre de Trente Ans. Ces maisons n'existent plus en 1753. La ferme y est construite en 1860 et la maison forestière en 1856.

La ferme de l'annexe disparue de Peterphilippsgarten, construite après 1755, est démolie en 1882, la maison de l'annexe de Weisbach suit le même sort en 1877.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Commune située dans une zone de sismicité 3 modérée[1].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Zinsel du Nord, le ruisseau Breidenbach et le ruisseau Wiessbach[Carte 1].

La Zinsel du Nord, d'une longueur totale de 43,2 km, prend sa source dans la commune et se jette dans la Moder à Schweighouse-sur-Moder, après avoir traversé douze communes[2].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Mouterhouse.

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Moder ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au bassin versant de la Moder, d'une superficie de 1 720 km2, est en cours d'élaboration. La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est le syndicat des eaux et de l’assainissement Alsace-Moselle[3]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le SDAGE du Bassin Rhin-Meuse[4].

La qualité des eaux des principaux cours d’eau de la commune, notamment de la Zinsel du Nord, peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mouterhouse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (95,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (98 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (95,4 %), terres arables (2,7 %), zones urbanisées (1,3 %), prairies (0,6 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 1518 : Muterhausen, 1592 : Motterhausen, 1594 : Moterhausen, XVIIIe siècle: Moderhausen, 1751 : Moutterhauzen, 1771 : Moderhausen, 1793 : Mouderhausen, 1801 : Mutterhausen[12], XIXe siècle : Mouterhausen[13].
  • En francique lorrain : Muterhüse[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue du village et de la chapelle.

Le village de Mouterhouse est mentionnée en 1518 sous la forme Muterhausen, puis Moderhausen, de Moder ou Mutter, nom porté par la rivière et du vieil allemand Hus, Haus, la maison. Près du village passe alors la limite entre Médiomatriques et Triboques, connue comme frontière séparant encore de nos jours les diocèses de Metz et de Strasbourg et les départements de la Moselle et du Bas-Rhin.

La vallée, entourée de hauteurs boisées, fait partie de la seigneurie de Bitche. Deux châteaux de chasse, aujourd'hui disparus, appartenant aux comtes de Deux-Ponts-Bitche, se dressent, protecteurs de la localité, l'un au sommet du Hohe Weyersberg, l'autre au fond de la vallée. De ce dernier subsiste la chapelle castrale, construite en 1505 par le comte Reinhard de Deux-Ponts-Bitche, à qui le pape Léon X accorde des indulgences en 1518. Dans une île de l'étang en face de la chapelle, le dernier comte de Deux-Ponts-Bitche, Jacques, fait construire en 1550 un pavillon de chasse, en ruines depuis 1633. Là se forme par la suite le quartier de la chapelle. Un peu plus loin au sud-ouest, l'établissement de forges fera naître le village, au confluent des deux ruisseaux, le Breidenbach et le Moderbach qui forment la Zinselbach septentrionale, affluent de la Moder. C'est d'ailleurs le Moderbach qui donne son nom au village de Mouterhouse.

La première forge est établie en 1623 mais ruinée par les Suédois en 1633. Elle retrouve son activité en 1717 et appartient à la maison de Dietrich depuis 1843. Mais la Seconde Guerre mondiale lui est fatale : l'usine est complètement détruite fin et plus jamais reconstruite. Cette importante sidérurgie est due au grès, contenant un horizon ferrugineux (jusqu'à 18 %). Ce minerai est extrait à flanc de coteau, la forêt fournissant l'énergie nécessaire sous forme de charbon de bois. L'activité sidérurgique est très importante jusqu'au milieu du XIXe siècle, où l'on compte plusieurs hauts fourneaux à Mouterhouse. Elle est ensuite concurrencée par la sidérurgie de la Lorraine centrale.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les habitants sont évacués de janvier à dans l'arrondissement de Pirmasens, en Allemagne. Le village est bombardé de à , et libéré le .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mouterhouse Blason
Coupé parti d'argent au sapin arraché de sinople et de gueules à la croix de Lorraine d'or ; et de sinople au grêlier d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1986 1999 Georges Zilliox    
1999 En cours Guy Hammer   Maire

Budget et fiscalité 2021[modifier | modifier le code]

En 2021, le budget de la commune était constitué ainsi[15] :

  • total des produits de fonctionnement : 441 000 , soit 1 401  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 237 000 , soit 753  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 216 000 , soit 719  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 235 000 , soit 746  par habitant ;
  • endettement : 247 000 , soit 786  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 4,80 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 22,42 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 73,92 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2019 : médiane en 2019 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 690 [16].

Cultes[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, le village est une annexe de la vaste paroisse de Schorbach-Bitche et, en 1764, le maître des forges obtient l'établissement d'un vicaire résidant. Mouterhouse est érigée en paroisse en 1802 mais devient annexe de la paroisse de Soucht en 1808 avec un vicaire résident et ce jusqu'en 1869, date à laquelle la paroisse est définitivement rétablie. Une nouvelle église est érigée en 1869, dédiée à saint Jacques le Majeur, fêté le 25 juillet.

Pour les familles protestantes alsaciennes venues s'installer près des forges, une paroisse est créée en 1850 et la famille de Dietrich, propriétaires des forges, fait construire l'église luthérienne à ses frais dans les années 1856-1857 pour permettre aux ouvriers d'exercer leur culte.

Du point de vue administratif, le village a fait partie de 1790 à 1802 de l'éphémère canton de Lemberg, avant de passer dans celui de canton de Bitche, avec Althorn comme annexe de 1810 à 1837.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2020, la commune comptait 288 habitants[Note 2], en diminution de 1,71 % par rapport à 2014 (Moselle : +0,38 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
4194585689371 0665968509731 009
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
1 0571 089982878886821811833606
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
500473463304372326326351318
1990 1999 2006 2011 2016 2020 - - -
310305293287309288---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population augmente régulièrement jusqu'au début du XXe siècle, passant de 587 habitants en 1817 à 821 en 1900. Elle diminue depuis cette époque et ne compte plus que 318 habitants lors du recensement de 1982. La Seconde Guerre mondiale, anéantissant le village et l'usine De Dietrich à la fin de 1944 et dans les premiers mois de 1945, est le dernier coup porté à l'économie locale.

Entre 1810 et 1837 le village d'Althorn appartenait à la commune de Mouterhouse.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Relevé cadastral présentant la fonderie.
  • Les ruines du château de Mouterhouse, construit en 1505[20].
  • Les ruines du Hohe Weyersberg, datant de 1560[21].
  • La forge, fondée en 1614[22].
  • Le château de Sonis, datant de 1830[23].
  • En bordure d'un chemin creux rejoignant la route forestière du Hochkopf, une croix rappelle le souvenir d'un assassinat commis ici quelques années auparavant.
  • Le rocher du Carlsfels (Lindel, alt. 355 m) : lieu très sauvage et isolé, classé en tant que réserve naturelle depuis 1998[24] (sentier d'accès balisé dévié à présent) ; accès aux risques et périls des visiteurs, mais visite intéressante ! Promontoire de grès isolé, dominant au bout d'une crête, le vallon du Lindel (ancienne ferme reconvertie en pavillon de chasse gardée : attention, danger ! ).
  • Le circuit des Grottes de Lemberg (Hasslingerfels, Chorfels et enfin, Krippenfels)[25]. Promenade circulaire en partance du chalet du Club Vosgien de Lemberg (Beerenberg, alt. 423 m), d'une durée de 3 heures environ et entièrement ombragée. Forêts de résineux sombres et odorantes, progression silencieuse et très agréable, visites d'étangs en fond de vallée bucoliques, rochers intéressants (bons abris), etc.
  • Fontaine[26].

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Cadran solaire.
Nouvel orgue église Luthérienne, suite à la tempête de janvier 2018 qui a détruit le clocher de l'église et l'orgue Bartholomaéi et Blési datant de 1896[31],[32],[33].
Orgue Curt Schwenkedel (1965)[35].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armoiries de la commune sont mi-parti coup, au 1er d'argent au sapin de sinople, au 2e de gueules à la croix de Lorraine d'or, au 3e de sinople au grêlier d'or.

Le sapin rappelle les grandes forêts voisines et la croix symbolise l'appartenance à la Lorraine. Le grêlier est l'emblême de la famille de Dietrich, propriétaires des forges de Mouterhouse à partir du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le patrimoine de la commune sur www.pop.culture.gouv.fr/

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Mouterhouse » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ) - Pour recentrer la carte sur les cours d'eau de la commune, entrer son nom ou son code postal dans la fenêtre "Rechercher".

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didacticiel de la réglementation parasismique Aléa sismique modéré]
  2. Sandre, « la Zinsel du Nord »
  3. « SAGE Moder », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  4. « Les SDAGE des districts Rhin et Meuse (2022-2027) », sur www.eau-rhin-meuse.fr (consulté le )
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Bulletin des lois de la République française
  14. Geoplatt
  15. Les comptes de la commune
  16. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  20. « Château fort, château », notice no IA00037973, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Château fort du Hohe Weyersberg », notice no IA00037972, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Forge de Mouterhouse
  23. « Château de Sonis », notice no IA00037982, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Décret n° 98-380 du 15/05/98 portant création de la réserve naturelle des rochers et tourbières du pays de Bitche (Moselle)
  25. Sentier des Grottes de Lemberg
  26. « Fontaine », notice no IA00037976, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Chapelle Notre-Dame », notice no IA00037974, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Chapelle Notre-Dame de la Confiance », notice no AP80L030689, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. La chapelle Notre-Dame de Bon Secours
  30. « Église paroissiale Saint-Jacques le Majeur », notice no IA04001683, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. Nouvel orgue
  32. L’église Saint-Jacques retrouve son orgue
  33. Un nouvel orgue à Mouterhouse
  34. « Temple », notice no IA00037970, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. Orgue Curt Schwenkedel (1965)
  36. Monument aux morts