Schmittviller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Schmittviller
Schmittviller
Blason de Schmittviller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Olivier Hubrecht
2020-2026
Code postal 57412
Code commune 57636
Démographie
Gentilé Schmittvillerois
Population
municipale
316 hab. (2019 en diminution de 8,41 % par rapport à 2013)
Densité 136 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 21″ nord, 7° 11′ 02″ est
Altitude Min. 285 m
Max. 356 m
Superficie 2,33 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sarreguemines (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bitche
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Schmittviller
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Schmittviller
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Schmittviller
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Schmittviller

Schmittviller est une commune française située dans le département de la Moselle, en Lorraine, dans la région administrative Grand Est. Le village fait partie du pays de Bitche et du bassin de vie de la Moselle-Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de Schmittviller se situe en pays découvert et à l'écart des grandes voies de circulation, aux confins de la Lorraine. Il possède, avec ses 230 hectares, le plus petit ban du pays de Bitche. Occupant le sommet d'une des nombreuses croupes qui animent le paysage dans ce secteur, le village est dominé par le château, couvert d'un haut toit à croupes de tuiles plates.

Accès[modifier | modifier le code]

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Kalhausen Etting, Achen Bining Rose des vents
Oermingen (Bas-Rhin) N Rahling
O    Schmittviller    E
S
Dehlingen (Bas-Rhin)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le ruisseau le Tiefgraben[Carte 1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Schmittviller.


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Schmittviller est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarreguemines (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 48 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (61,7 %), terres arables (22,8 %), zones urbanisées (13 %), prairies (2,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Schmittesweiller (1751), Schmittweiller (1755), Schmilt-Weiler (carte Cassini), Schmittweiler (1793), Schunttweiller (1801)[8].
  • Schmittwiller en francique lorrain[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné au XIe siècle sous la forme Smithwilre, du nom d'homme germanique Schmitt et du substantif villare, weyler, le village. À la fin du XVIIe siècle, il ne s'agit d'une simple ferme qui sera érigée en fief en 1723 pour Jean-Frédéric de Dithmar, receveur des finances du duc de Lorraine. C'est autour de cette exploitation que le village se développera. Le château est construit à partir de 1726 par un maçon tyrolien établi à Bitche, Jacques Nat, pour Jean-Frédéric de Dithmar.

Du point de vue spirituel, le village est succursale de la paroisse de Rahling jusqu'en 1837, tout d'abord dans l'archiprêtré de Bouquenom puis dans celui de Rohrbach-lès-Bitche en 1802. L'église, dédiée à l'Assomption de la Vierge Marie, remplace depuis 1866 une petite chapelle élevée en 1821.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 François Joseph Schlegel    
mars 2001 juin 2006 Jeannot Ichtertz    
juin 2006 ? Jean-Marc Dellinger    
mai 2020 En cours Olivier Hubrecht    
Les données manquantes sont à compléter.

Du point de vue administratif, le village est commune du canton de Bouquenom de 1790 à 1793, puis du canton de Rohrbach-lès-Bitche. Devenu annexe de Rahling de 1811 à 1846, il est depuis cette époque une commune autonome.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2019, la commune comptait 316 habitants[Note 3], en diminution de 8,41 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,03 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1861 1866 1871 1875 1880 1885
190189244342390393416412367
1890 1895 1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936
339338368383377372371342300
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
287305292313327311308289335
2011 2016 2019 - - - - - -
347326316------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[12]. |recens-prem=2006.)
Histogramme de l'évolution démographique

La population est restée relativement stable, après avoir augmenté dans la première moitié du XIXe siècle. Le village possède 189 habitants en 1801, 365 en 1851 et encore 311 habitants au recensement de 1982.

Entre 1811 et 1846, le village de Schmittviller appartenait à la commune de Rahling.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château, construit à partir de 1726 aux frais de Jean Friderich de Dithmar (receveur des finances de son altesse royale à Bitche, seigneur de Schmittviller et de Dithmar, en faveur duquel les terres avaient été érigées en fief en 1723). Les pierres de taille ont été fournies par les carrières de Rahling, parties agricoles de la même époque.
  • L'église paroissiale, construite en 1866 ainsi que son cimetière et ses statues.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Schmittviller Blason
De gueules au fer à cheval d'argent, à la bordure d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rohrbach-lès-Bitche et son canton, Joël Beck, 1988.
  • Le canton de Rohrbach-lès-Bitche, Joël Beck, 2004.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Schmittviller » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sarreguemines (partie française) », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Geoplatt
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.