Liéhon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Liéhon
Église Saint-Maurice.
Église Saint-Maurice.
Blason de Liéhon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Metz
Canton Faulquemont
Intercommunalité Communauté de communes du Sud messin
Maire
Mandat
Patrick Clause
2014-2020
Code postal 57420
Code commune 57403
Démographie
Population
municipale
109 hab. (2014)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 02″ nord, 6° 15′ 31″ est
Altitude Min. 214 m – Max. 291 m
Superficie 5,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Liéhon

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Liéhon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liéhon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liéhon

Liéhon est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Liéhon se situe près de l’aéroport régional Metz-Nancy, à côté de Silly-en-Saulnois. Il est traversé par le jâ, un ruisseau qui prend sa source près de Silly-en-Saulnois. Le point d'altitude le plus haut de Liéhon se situe à 291 m d'altitude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Liéhons (1290) ; Lichon (1350) ; Lihon (1465) ; Libon (XVIIe siècle) ; Liélion (1610) ; Lirhon (1756) ; Lieheim (1915-1918 et 1940-1944).

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque des Gallo-romains, une voie reliant Reims et Strasbourg suivait le parcours de la NP 55 actuelle (elle était apparemment incertaine à partir de l'embauchement du chemin D 52 vers Pontoy).

Liéhon était un lieu de cure pour les religieux malades en 1268. Sa paroisse fut érigée en cure, le 8 février 1750. Elle avait pour annexe Pluche et dépendait de l’abbaye Saint-Symphorien. La paroisse de Liéhon fut donc le siège d'une cure de l’archiprêtré de Nomeny, qui avait pour annexes Silly-en-Saulnoy, Chérisey et la ferme de Larry.

Liéhon absorbe Larry entre 1790 et 1794.

Avant 1802, Liéhon appartenait an canton de Goin, puis après 1802 jusqu’à 2015, elle appartint au canton de Verny.

Liéheim

  • Les noms de lieux de la Moselle francophone furent germanisés le 2 septembre 1915.

De ce fait, Liéhon est devenu Lieheim, selon une fausse étymologie. En effet, il remonte à un probable archétype celtique fréquent *Licontio ou *Ligontio, comme le Lion à Vitrolles (Leontio 1166), Lihons-en-Santerre (Leontium 1100); Lion-devant-Dun ; Lyons-la-Forêt, etc. Aucun rapport donc avec -haim > -ham, -hain > -heim.

  • À l'issue de la Première Guerre mondiale en 1918, ces toponymes reprennent leur version d'avant 1871.
  • Tous les toponymes sont germanisés après l'annexion de 1940 reprenant la plupart du temps leur forme de 1918 ou parfois une autre. Ils sont à nouveau francisés en 1945.

Larry

Appelé aussi Larey et Lary.

On connaît l’existence d’une localité nommé « Larry » sur le ban actuel de Liéhon, dès le début du XIIe siècle (haut Moyen Âge) et elle est attestée comme siège d’une seigneurie au XIIIe siècle. La partie résidentielle ruinée de la villa gallo-romaine (découverte lors de la construction d'une piste sur l'aéroport régional Metz-Nancy) sert de cimetière à la population essentiellement paysanne. Au XVe siècle, Larry devenu « Lairey » n’était plus qu’un hameau de cinq feux.

La souveraineté de la commune a été détenue par le royaume de France jusqu’en 1789. Le village appartenait au canton de Goin.

La fin de Larry

Le village de Larry a été réunis avec Liéhon entre 1790 et 1794, peu après la Révolution française (1789).

La ferme de Larry

Une ferme a été construite sous son nom et au même endroit (a peu près). Elle se situe à 1 km sud de Liéhon, et c’était une annexe de la mairie du village. La ferme fut détruite en 1892.

Fêtes et traditions[modifier | modifier le code]

À Liéhon, il y a toujours eu des fêtes au village. La fête du village a lieu à la Saint-Maurice. Le maire invite les villageois à un pot à la mairie.

Dans les années 1980, la fête du « tue-chien » se manifestait pour célébrer la fin de la moisson, le 2 septembre. Presque tout le village se mobilisait. Il y avait des stands, des jeux de quilles, des cochons au lait et à la broche, des tombolas, des soirées dansantes…

Aujourd’hui, il y a le feu de la Saint-Jean qui se manifeste dans beaucoup de villages pour célébrer l'été. Dans le village, c'est une fête très attendue. Ce sont les jeunes de Liéhon qui s'en occupent en grosse partie. Un gros tas de bois est allumé à la tombée de la nuit. Les enfants font des pétards et des feux d'artifices tout au long de la soirée et les adultes mangent, regardent le feu flamber et dansent jusqu'au bout de la nuit (pas toujours).

Depuis longtemps, des crécelleurs marchent dans le village en faisant du bruit pour remplacer les cloches qui sont parties le Jeudi, le Vendredi saint et le samedi. Ce dernier jour avant pâques, ils vont sonner aux portes du village pour que l'on récompense leur bon travail en bonbons et chocolats.

À l'église Saint-Maurice, des messes y sont régulièrement célébrées. Sa restauration a eu lieu en 2009-2010.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1794   Pierre Naude    
1812 1813 Nicolas Fournier    
mars 1983   Patrick Clause    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 109 habitants, en augmentation de 1,87 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
280 241 254 229 250 225 200 210 186
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
180 179 173 162 157 166 169 143 122
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
118 107 106 86 83 94 83 101 118
1990 1999 2004 2009 2014 - - - -
123 129 129 107 109 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine.
  • Monument aux morts.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maurice 1577, refaite en 1881 : base romane du clocher.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]