Guinkirchen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guinkirchen
Église Saint-Maurice.
Église Saint-Maurice.
Blason de Guinkirchen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Canton Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes Houve-Pays boulageois
Maire
Mandat
André Isler
2014-2020
Code postal 57220
Code commune 57277
Démographie
Gentilé Guinkirchenois, Guinkirchenoises
Population
municipale
166 hab. (2014)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 25″ nord, 6° 27′ 03″ est
Altitude Min. 199 m
Max. 326 m
Superficie 5,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Guinkirchen

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Guinkirchen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guinkirchen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guinkirchen

Guinkirchen est une commune française située dans le département de la Moselle et la région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Guinkirchen est situé dans le bassin de vie de la Moselle-Est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Genkiriche (1148), Gankirke (1199), Genchirche et Genckirche (1270), Gankerken (1271), Gainkirke (1295), Gankerke (1300), Gankyrch (1307), Gankierke (1311), Gaukirchen (1322), Gamquierch (1357), Ganckirched et Ganckirke (1361), Gainquirchien et Gainkirchen (XVe siècle), Guenkierchen (1461), Genkirchen (1467), Guenckkierchen by Bolchen (1487), Genkirchen et Genchierchien (1544), Ginkerken et Guincherchen (1587), Guaniguerchen (1619), Gangretienne (1681), Genkerken (1690), Gaukirchen (1695), Guin ou Gehinkirchen (XVIIIe siècle), Gaukerchen (1707), Genkerquien (1736), Guenkirchen (1793 et 1801).
  • En allemand : Gehnkirchen[1]. En francique lorrain : Gängkerchin.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Ancien fief de l'évêché qui eut de nombreux seigneurs dont les comtes de Boulay, les sires de Varize, Breton de la Touche et finalement le marquis de Custine.
  • Était siège d'une cure dépendant de l'abbaye de Longeville-les-Saint-Avold, faisant partie de l'archiprêtré de Varize.
  • Faisait partie du bailliage de Boulay de 1751 à 1789.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1995 Maurice Crauser    
mars 1995 mars 2008 Joseph Jacob    
mars 2008   André Isler    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 166 habitants, en diminution de -11,23 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
328 241 414 631 435 469 416 403 375
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
353 357 334 304 269 244 258 254 205
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
203 178 202 197 198 178 159 139 149
1990 1999 2005 2010 2014 - - - -
156 139 183 184 166 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle du choléra 1850.
  • Église Saint-Maurice avec clocher roman XIIe siècle, orientée l'église et reconstruite en 1779, trois nefs depuis 1903 : plafond basilical, boiseries XVIIIe siècle
  • Chapelle du choléra 1850.
  • Deux calvaires monumentaux à cinq et sept statues, dont une pietà 1757.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .