Momerstroff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Momerstroff
Église Notre-Dame.
Église Notre-Dame.
Blason de Momerstroff
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Canton Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes Houve-Pays boulageois
Maire
Mandat
Georgette Steinmetz
2014-2020
Code postal 57220
Code commune 57471
Démographie
Gentilé Momerstroffois
Population
municipale
283 hab. (2014)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 51″ nord, 6° 32′ 05″ est
Altitude Min. 275 m
Max. 372 m
Superficie 6,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Momerstroff

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Momerstroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Momerstroff

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Momerstroff

Momerstroff est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-Est, en région Grand Est.

Village de l'ancien comté de Créhange, Momerstroff est rattaché à la France en 1793[1]. Culturellement, la commune fait partie du pays de Nied et d'une manière plus large, de la Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue du village de Momerstroff et d'une éolienne.

Momerstroff est un petit village, situé dans la zone de charbonnage. Des carottages ont révélé la présence de veines de charbon de six mètres de diamètre, donc commercialement exploitables. Cependant, jamais des galeries n'ont troué le sous-sol de Momerstroff. Le forage d'extraction de la Houve s'est arrêté à l'entrée du ban communal. Momerstroff se situe entre les deux bassins de fer et de charbon, en amont du pays de Nied. Le ban communal est traversé d'oxyducs et d'azoducs de la centrale de Richemont.

Sept lieux-dits comprennent le suffixe berg, signifie colline, montagne. L'altitude avoisinant les 400 mètres est propice à l'installation d'éoliennes. Cinq aérogénérateurs sont implantés sur le ban communal, produisant une quantité de courant - revendu à EDF - suffisante pour éclairer une ville comme Saint-Avold. Avec une puissance nominale de 2,3 mégawatts, à leur construction elles furent les plus hautes de France : 145 m au sommet (pale verticale) soit près de la moitié de la tour Eiffel, le rotor faisant 90 m de diamètre, le mât 100 m de haut[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Momerstorff (1300), Mommestorf (1429), Mommestorff/Momerstorff et Momerdorf (1544), Memerstroff (1563), Momerstorf (1683), Momersdorf (1688), Momerstroff (1793), Momersdorf (1871-1918).
  • En allemand : Mommersdorff[3]. En francique lorrain : Momerschtroff.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de Momerstroff remonte à environ deux mille ans. Le village est traversé par une voie romaine, appelée die Römerstrasse, au lieu-dit Augustenberg (colline d'Auguste César). Le village est christianisé vers l'an 700 et le premier prêtre est nommé en l'an 689, tandis que le christianisme aura à cohabiter encore longtemps avec des traditions ancestrales païennes.

De 962 au traité de Lunéville du 9 février 1801, Momerstroff fait partie d'un comté, qui sera élevé à la dignité de principauté. L'une des particularités du village serait que, selon la Société d'histoire et d'archéologie de la Lorraine (SHAL), il n'aurait jamais fait l'objet d'un rattachement officiel à la France à la fin du XVIIIe siècle. En effet, le professeur de chaire supérieure Johann Chavant, né et résidant à Momerstroff, arrêté à plusieurs reprises par la gendarmerie nationale, a été à chaque fois libéré par le président du département de la Moselle à Metz, au motif qu'«  il n'était pas français  ». Momerstroff relevait en effet du Saint-Empire. En 1806, l'empereur démissionne pour ne garder que la couronne impériale d'Autriche. Le Saint-Empire possédait encore une enclave constituée des trois villages de Denting, Niedervisse et Momerstroff, dans la Lorraine d'expression allemande, enclave qui en 1766 ne faisait pas partie de la dot de Marie Leszczyńska à Louis XV. Denting émet le vœu d'être rattaché à la France le 21 mars 1793, Niedervisse également, tandis que Momerstroff refuse de toutes ses armes de se soumettre à un régime maniant la guillotine.[réf. nécessaire]

Si les deux autres communes de l'enclave sont rattachées à la France au printemps 1793, Momerstroff refuse le régime révolutionnaire de la Convention jacobine. Ainsi Momerstroff est le seul territoire saint-impérial à ne pas avoir été rattaché à la France, mais pleinement intégré à la République Française. Cette particularité historique, juridique et touristique ne se veut nullement politique. Les archives locales de la jonction des XVIIIe siècle et IXe siècles sont fertiles en rebondissements historiques illustrant cet aspect original et singulier de Momerstroff.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Momerstroff Blason Parti d'argent à la fasce de gueules et de gueules à l'agneau pascal d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Cultes[modifier | modifier le code]

La construction d'une nouvelle église devient nécessaire à la fin du XIXe siècle, du fait de la taille trop réduite de l'édifice par rapport à la population qui a sensiblement augmenté. Le lancement des travaux est décidé en 1886 par le conseil de fabrique et l'abbé Schaeffer. La nouvelle église est consacrée en 1888 sous le vocable de l'Assomption de la Très-Sainte-Vierge. Une famille américaine, originaire du village, fait alors don à la paroisse du vitrail représentant la Sainte Vierge, et situé au-dessus du maître-autel[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Jean-Marie Crauser    
mars 2008   Georgette Steinmetz    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 283 habitants, en augmentation de 4,81 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
278 282 224 305 379 363 396 387 364
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
300 298 317 304 299 262 253 245 226
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
249 254 235 231 202 190 183 184 189
1990 1999 2004 2009 2014 - - - -
203 214 241 270 283 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Passage d'une voie romaine.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

Énergie[modifier | modifier le code]

Vue du plateau éolien de Moerstroff. Quatre autres éoliennes se situent plus à droite.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Philippe de Viville, Dictionnaire du departement de la Moselle, 1817.
  2. Données sur le champ éolien de Momerstroff.
  3. Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868
  4. Informations sur l'église paroissiale sur le site de la communauté de paroisses Notre-Dame-des-Quatre-Chemins.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .