La Bâtie-Neuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Bâtie-Neuve
Image illustrative de l'article La Bâtie-Neuve
Blason de La Bâtie-Neuve
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton La Bâtie-Neuve
Intercommunalité Communauté de communes de la vallée de l'Avance
Maire
Mandat
Joël Bonnafoux
2008-2014
Code postal 05230
Code commune 05017
Démographie
Gentilé Bastidons
Population
municipale
2 431 hab. (2011)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 34′ 03″ N 6° 11′ 47″ E / 44.5675, 6.1964 ()44° 34′ 03″ Nord 6° 11′ 47″ Est / 44.5675, 6.1964 ()  
Altitude Min. 824 m – Max. 2 420 m
Superficie 27,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
La Bâtie-Neuve

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
La Bâtie-Neuve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bâtie-Neuve

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bâtie-Neuve
Liens
Site web commune-la-batie-neuve.fr

La Bâtie-Neuve est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Bastidons.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La Bâtie-Neuve est située au sud du massif des Écrins, sur le versant sud d'une arête montagneuse qui s'étend du sommet du Piolit (alt. ) en direction de l'ouest jusqu'au belvédère de la Tour Saint-Philippe. Le village est établi dans la plaine, sur un seuil peu marqué qui sépare le bassin de la Luye et celui de l'Avance.

La Bâtie-Neuve est à 10 kilomètres de Gap, et à une quinzaine de kilomètres du lac de Serre-Ponçon.

Climat[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'ouest en est par la route nationale 94 reliant Gap à Embrun, Briançon et la frontière italienne (Montgenèvre), axe de circulation important depuis l'antiquité romaine. Anciennement, la route traversait le vieux village ; puis elle a été retracée le long du rempart nord ; aujourd'hui une déviation contourne le village par le sud.

En direction du nord-est, la D 14 monte vers la Rochette et le col de Manse, et rejoint à Brutinel la route nationale 85 vers Grenoble. Cet itinéraire secondaire, malgré un tracé difficile, a l'avantage d'éviter la traversée de Gap.

La voie ferrée Gap - Briançon traverse aussi la commune, mais l'ancienne gare de la Bâtie-Neuve - le Laus est fermée à tout trafic. Les gares les plus proches sont celle de Gap et celle de Chorges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2008 Yves Hernandez PS  
mars 2008 en cours Joël Bonnaffoux PS Conseiller général

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Bâtie-Neuve fait partie:

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 431 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
808 794 851 716 855 821 830 905 851
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
840 767 798 766 773 947 820 752 694
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
656 623 620 554 608 573 638 518 474
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
528 510 627 837 1 327 1 687 1 976 2 431 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour
  • Le vieux village fortifié ; la tour, vestige de l'ancien château.
  • La chapelle Saint-Pancrace, ancienne église paroissiale du premier village. Entièrement restaurée en 2008.
  • L'église paroissiale Notre-Dame-de-Consolation des XVIe et XVIIe siècles (en réfection, menaçant ruine). Des travaux sont entrepris; notamment pour la charpente support de voûtes; les voûtes sont reconstituées, les plâtres terminés; des staffeurs mettent en place une corniche à la naissance des voûtes. Ainsi les "gros travaux" sont terminés au 03/03/2014.
  • Le maître-autel (en réfection) de l'église paroissiale est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1971.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. « La commune a accueilli le Père Charles Troesch », sur le site de la mairie de La Batie-Neuve (consulté le 6 août 2013).
  5. « Messe d’accueil pour le Père Charles Troesch », sur le site de la mairie de La Batie-Neuve (consulté le 6 août 2013).