Romanche (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romanche (homonymie).

45° 05′ 25″ N 5° 43′ 34″ E / 45.0903, 5.72611 ()

Romanche
La Romanche dans le parc national des Écrins au pied du pic de Chamoissière.
La Romanche dans le parc national des Écrins au pied du pic de Chamoissière.
Caractéristiques
Longueur 78 km [1]
Bassin 1 222 km2 [1]
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 38,4 m3/s (Bourg-d'Oisans)
Organisme gestionnaire SYMBHI - SYndicat Mixte des Bassins Hydrauliques de l'Isère[2]
Régime nival
Cours
Source Glacier de la Plate des Agneaux sous la Barre des Écrins (4 012 m)
· Localisation Villar-d'Arêne
· Altitude 2 000 m
· Coordonnées 44° 58′ 02″ N 6° 21′ 54″ E / 44.9672, 6.3651 (Source - Romanche)  
Confluence le Drac
· Localisation Champ-sur-Drac
· Altitude 257 m
· Coordonnées 45° 05′ 26″ N 5° 43′ 28″ E / 45.0905, 5.7244 (Confluence - Romanche)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Vénéon, Lignare
· Rive droite Maurian, , Ferrand, Sarenne, Eau d'Olle
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Hautes-Alpes, Isère
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes
Principales villes La Grave, Bourg-d'Oisans, Livet-et-Gavet, Vizille, Champ-sur-Drac

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Romanche est un torrent et une rivière du sud-est de la France, dans les deux départements des Hautes-Alpes et de l'Isère, dans les deux régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle prend sa source dans la partie nord du massif des Écrins et conflue dans le Drac à Champ-sur-Drac, au sud de Grenoble.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le lac de barrage du Chambon dans la vallée de la Romanche séparant l'Alpe d'Huez et les Deux Alpes

De 78,3 km de longueur[1], la Romanche traverse les communes de La Grave dans les Hautes-Alpes et du Bourg-d'Oisans, de Livet-et-Gavet, de Vizille et de Champ-sur-Drac en Isère.

Ses principaux affluents sont le Vénéon et l'Eau d'Olle.

Il s'agit d'un torrent alpin dont le lit est préservé dans les Hautes-Alpes car se situant en majorité dans le parc national des Écrins mais dont le cours inférieur est relativement artificiel. En effet, son cours est barré plusieurs fois par des barrages formant des retenues (comme le lac du Chambon) avant d'être en partie canalisé afin de contourner des zones habitées (plaines du Bourg-d'Oisans et de Vizille) et de servir de moyen de production d'énergie hydraulique pour des usines de Livet-et-Gavet. La Romanche a créé, au fil des millénaires, une vallée très encaissée (entre sa source et la plaine du Bourg-d'Oisans, et entre le site de Rochetaillée et son confluent, le Drac). Autrefois, la Romanche avait formé un lac naturel autour de Bourg-d'Oisans, qui s'appelait à l'époque Saint-Laurent du Lac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le Moyen Âge, de nombreux lacs importants se sont formés successivement dans la plaine du Bourg-d'Oisans à la suite d'éboulements bloquant le cours d'eau à hauteur du torrent de l'Infernet, sur la commune de Livet-et-Gavet. Après quelques années d'existence, un de ces lacs s'est rompu, ce qui a entraîné une inondation de type torrentiel dans la vallée jusqu'à Grenoble. Aujourd'hui encore, face aux éboulements réguliers de la chaîne de Belledonne dans ce secteur, la menace plane d'un scénario identique. Ce scénario pourrait aussi se reproduire un peu plus en aval du torrent de l'Infernet, cette fois-ci au niveau d'une zone d'éboulement appelée Ruines de Séchilienne.

Affluents[modifier | modifier le code]

La Romanche a cinquante-huit affluents référencés[1] dont :

  • le Maurian (rd) 10,2 km sur la seule commune de La Grave qui traverse le lac du Goléon et avec six affluents.
  • le torrent du (rd) 9,6 km sur la seule commune de La Grave avec onze affluents.
  • le Ferrand (rd) 13,5 km sur trois communes avec sept affluents, qui conflue sous le lac du Chambon.
  • le Vénéon (rg) 33,5 km sur quatre communes et avec dix huit affluents.
  • le torrent de la Lignare (rg) 11,9 km sur quatre communes avec cinq affluents.
  • La Sarenne (rd) 16,5 km sur cinq communes avec sept affluents et confluant à l'aval de Bourg-d'Oisans
  • l'Eau d'Olle (rd) 28,9 km sur six communes avec trente-deux affluents.
  • le Ruisseau de Bâton (rd) 5,3 km sur les deux communes de Livet-et-Gavet, Allemond sans affluent.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le module de la Romanche a été calculé durant une longue période de 59 ans au Bourg-d'Oisans[3] (1951-2009). Il se monte à 37,4 m3⋅s-1 pour une surface de bassin de 1 000 km2, soit 80 % de la totalité du bassin. La rivière présente des fluctuations saisonnières de débit typiques d'un régime nival, avec des hautes eaux de printemps-été dues à la fonte des neiges et portant le débit mensuel moyen au niveau de 64 à 87,4 m3 de mai à juillet inclus (avec un maximum en juin encore très sensible en juillet), suivies d'une baisse progressive aboutissant à un long étiage d'automne-hiver, de novembre à fin mars-début avril, entraînant une baisse du débit moyen mensuel jusqu'à un minimum de 12,6 m3 au mois de janvier.

Étiage

À l'étiage, le VCN3 peut chuter jusque 8 m3, en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste encore appréciable.

Crues

Les crues peuvent être très importantes. En effet, le QIX 2 et le QIX 5 valent respectivement 190 et 260 m3⋅/s. Le QIX 10 se monte à 300 m3. Quant aux QIX 20 et QIX 50, ils valent 340 m3⋅/s et 390 m3⋅/s.

Le débit maximal enregistré au Bourg-d'Oisans est de 310 m3⋅s-1 le 1er août 1987.

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière est de 1 218 millimètres annuellement, ce qui est très élevé et résulte des précipitations abondantes sur les hautes montagnes des Alpes, mais est tout à fait normal dans cette région. Le débit spécifique (Qsp) atteint 38,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Captage d'eau à Livet-et-Gavet au début du XXe siècle pour alimenter en énergie l'usine des Clavaux de la Compagnie universelle d'acétylène.
La Romanche alimentait alors de nombreuses industries installées le long de son cours.

C'est le syndicat mixte des bassins hydrauliques de l'Isère qui s'occupe de fédérer les aménagements sur la Romanche[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :