Massif des Écrins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massif des Écrins
Massifs des Alpes occidentales
Géographie
Altitude 4 102 m, Barre des Écrins
Massif Alpes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Départements Isère, Hautes-Alpes
Géologie
Roches Roches métamorphiques

Le massif des Écrins est un grand massif montagneux des Alpes françaises situé dans les Hautes-Alpes et en Isère.

Il abrite d'importants glaciers, tant en nombre qu'en taille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte schématique du massif des Écrins

L'Oisans (bassin de la Romanche) au nord-ouest, le Champsaur (haut-bassin du Drac) au sud-ouest, et le Briançonnais (bassin de la Guisane) au nord-est recouvrent une partie du massif.

Il est également bordé par la Durance à l'est et au sud, qui alimente le lac de Serre-Ponçon.

Le cœur du massif est entaillé profondément par des vallées comme celles du Vénéon, de Valjouffrey (la Bonne), de Valsenestre, du Valgaudemar, de Vallouise, de Freissinières et de Champoléon.

Ainsi, on peut distinguer entre autres en son sein les chaînons de la Meije, du Pelvoux, du Rochail, du Soreiller, de Combeynot, du Chaillol, de l'Aiglière, de Dormillouse, de Rochelaire, du Mourre Froid.

En outre, il est entouré par les massifs des Grandes Rousses et des Arves au nord, des Cerces au nord-est, du Queyras à l'est, de l'Ubaye au sud-est, du Dévoluy au sud-ouest, et enfin du Taillefer au nord-ouest.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Principaux glaciers[modifier | modifier le code]

Principales vallées[modifier | modifier le code]

Sept grandes vallées structurent le massif des Écrins[1] :

Géologie[modifier | modifier le code]

Le massif des Écrins est constitué par un socle cristallin, avec quelques zones sédimentaires charriées, broyées ou rejetées en périphérie du massif. Il est d'une grande diversité géologique. En résumé, on trouve un pluton granitique au cœur du massif, au niveau de la Bérarde. Autour de ce pluton, se trouve une très vaste auréole métamorphique allant des anatexites (mont Pelvoux), des migmatites (Barre des Ecrins) à divers sortes de gneiss (partie supérieure de la Meije, de l'Olan ou encore le Sirac). Ces gneiss, souvent amphibolitiques, constituent fréquemment la partie supérieure des hauts sommets, sous la forme d'un « chapeau », assez caractéristique du massif.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant le développement de l'alpinisme et de la géographie (carte de Cassini), le massif était très mal connu. En raison de sa taille et de sa complexité, les autochtones étaient incapables de se le représenter dans toute son étendue et lui attribuaient des noms impropres, voire pas de nom du tout. C'est d'ailleurs à peine si les sommets, sources d'angoisses, en portaient un.

C'est ainsi que le nom le plus utilisé a longtemps été celui de massif de l'Oisans[2], puisque cette vallée comprend les villages de départ (La Grave, Saint-Christophe-en-Oisans, la Bérarde) vers la plupart des principaux sommets. L'extension aux autres vallées (Valbonnais, Valjouffrey, Valgaudemar), plus méridionales, s'est faite naturellement de par leur proximité et leur similarité. Plus surprenante a été celle à la partie briançonnaise du massif : un nom concurrent a alors émergé, celui de massif du Pelvoux, du nom du sommet, renforcé par la création d'un parc domanial dans cette zone, mais sans s'imposer.

L'ambiguïté qui a subsisté pendant plusieurs années, avec l'emploi des deux noms, a tenté d'être résolue à la fin des années 1880 par Henry Duhamel et William Auguste Coolidge avec la création du terme massif du Haut-Dauphiné, mais dont la définition restait floue. Enfin, l'emploi de massif de la Meije est aussi apparu, mais avec une restriction géographique restreinte au nord du massif.

La création du Parc national des Écrins en 1973 a mis tout le monde d'accord et a fini par imposer le nom actuel, non sans mal (comme en témoigne encore en 1978 l'ouvrage Le grand Oisans sauvage par Samivel).

Activités[modifier | modifier le code]

Stations de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Point culminant du massif, du département des Hautes-Alpes et de la région PACA

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Les 7 grandes vallées du massif, sur le site ecrins-parcnational.fr
  2. Massif des Écrins ou Massif de l'Oisans ?, sur le site vallouimages.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Laget, Claude Muller, Philippe Poulet, Écrins, textes français-anglais, Mission Spéciale Productions, coll. « Terre d'ici », 2009 (ISBN 9782916357225)
  • Frédéric Chevaillot, Danielle Maurel, Le Massif des Écrins, Le Télégramme, coll. « Petits souvenirs », 2002 (ISBN 2914552378)
  • Bernard Fischesser, Parc National des Ecrins : Des paysages et des hommes, éditions Milan, 2001 (ISBN 2745903624)
  • Michel Tailland, Michel Mestre, Alpinistes britanniques et austro-allemands dans les Écrins 1850-1914, éditions du Fournel 2002

Randonnée[modifier | modifier le code]

  • François Labande, Randonnée pédestre dans le Parc National des Écrins, Olizane, 2006 (ISBN 2880863481)
  • Jean-Pierre Nicollet, Circuits de randonnées dans le massif des Écrins, Glénat, coll. « Montagne-Randonnée », 2002 (ISBN 272343317X)
  • Jean-Luc Charton, Randonnées dans le massif des Ecrins Briançonnais, Glénat, coll. « Rando-Evasion », 2002 (ISBN 2723438236)
  • Jean-Michel Pouy, Lacs du Dauphiné, randonnées de Belledonne aux Ecrins, Glénat, Glénat, coll. « Montagne-Randonnée », 2006 (ISBN 9782723453998)

Alpinisme[modifier | modifier le code]

  • François Labande, Guide du Haut-Dauphiné : Massif des Écrins, t. 1 : Partie nord : Râteau, Soreiller, Meije, Grande Ruine, Éditions de l'envol,‎ 1995
  • François Labande, Guide du Haut-Dauphiné : Massif des Écrins, t. 2 : Partie est : Écrins, Ailefroide, Pelvoux, Roche Faurio, Combeynot, Agneaux, Clouzis, Éditions de l'envol,‎ 1996
  • François Labande, Guide du Haut-Dauphiné : Massif des Écrins, t. 3 : Partie sud : Bans, Sirac, Olan, Muzelle, Rouies, Vallon des Étages, Arias, Éditions de l'envol,‎ 1998
  • Gaston Rébuffat, Le Massif des Écrins : Les 100 plus belles courses et randonnées, Denoël, 2001 (ISBN 2207252329)
  • Frédéric Chevaillot et Jean-René Minelli, Écrins, ascensions choisies, Glénat, coll. « Montagne et randonnée », 2001 (ISBN 2723431460)
  • Frédéric Chevaillot, Paul Grobel, Jean-René Minelli, Sommets des Ecrins, les plus belles courses faciles, Glénat, coll. « Montagne et randonnée », 1997 (ISBN 2723420078)
  • Frédéric Chevaillot, Hautes cimes des Écrins, Glénat, coll. « Montagne », 2000 (ISBN 2723429040)
  • Paul Grobel, Jean-René Minelli, Frédéric Chevaillot, Alpinisme facile dans le massif des Écrins, Glénat, coll. « Montagne Evasion », 2006 (ISBN 2723455106)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]