Saint-Firmin (Hautes-Alpes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Firmin.
Saint-Firmin
Image illustrative de l'article Saint-Firmin (Hautes-Alpes)
Blason de Saint-Firmin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Arrondissement de Gap
Canton Canton de Saint-Firmin
Intercommunalité Communauté de communes du Valgaudémar
Maire
Mandat
Alain Freynet
2014-2020
Code postal 05800
Code commune 05142
Démographie
Population
municipale
476 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 56″ N 6° 01′ 48″ E / 44.7822, 6.0344° 46′ 56″ Nord 6° 01′ 48″ Est / 44.7822, 6.03  
Altitude Min. 767 m – Max. 2 776 m
Superficie 22,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Firmin

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Firmin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Firmin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Firmin

Saint-Firmin est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Firmin est installé à l'entrée de la vallée du Valgaudemar, sur la rive droite de la Séveraisse, sur le flanc sud du Grun de Saint-Maurice. Cette position en fait un adret appréciable. La commune fait partie depuis 2013 du parc national des Ecrins[1].

La RD 985A, qui se détache de la route nationale 85 au pied de Saint-Firmin, remonte la vallée jusqu'à la Chapelle-en-Valgaudémar en passant par Saint-Maurice-en-Valgodemard et Villar-Loubière, et est prolongée par une petite route jusqu'au chalet du Gioberney. L'entrée de la vallée peut se faire aussi par la rive gauche (commune de Saint-Jacques-en-Valgodemard).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1791, les communes de La Broue, L'Esparcelet, Les Préaux, Reculas et Villard-Saint-Firmin ont été réunies à la commune de Saint-Firmin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 1994 Pierre Blache    
1994 mars 1995 Georges Aye    
mars 1995 mars 2001 Robert Faure    
mars 2001 mars 2008 Christian Aigon PS  
mars 2008 29 septembre 2010[2] Robert Blache DVD conseiller général
30 novembre 2010 30 mars 2014 Alain Freynet    
30 mars 2014[3] en cours Alain Freynet    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 476 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
817 842 881 916 1 280 1 246 1 168 1 303 1 311
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 268 1 276 1 230 1 191 1 155 1 116 1 077 1 110 1 067
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 065 1 047 959 820 802 836 755 681 637
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
554 515 535 465 408 438 453 438 480
2011 - - - - - - - -
476 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Tout comme dans les communes avoisinantes, le tourisme prend de nos jours le pas sur l'agriculture, principal secteur d'activité traditionnel. Ancien territoire pastoral, il ne reste quasiment plus d'agriculteurs dans le bourg principal, les parcelles ayant été progressivement regroupées[6]. De nos jours, plus de 50% des logements de la commune sont des résidences secondaires[7]. Autrefois station de ski familiale, le téléski de Saint-Firmin, construit en 1963, a fonctionné pour la dernière fois pour l'hiver 2004-2005 [8]. Cependant, la commune offre un ensemble d'équipements (piscine par exemple) et de chemins de randonnées, parcours découverte et de parcours VTT dédiés à une fréquentation estivale [9], en plus de diverses possibilités d'hébergements (campings, hôtels ou encore gîtes).

L'industrie est représentée à Saint-Firmin par la Filature du Valgaudemar qui produit de la laine à tricoter depuis 1830, et s'est diversifiée il y a quelques années dans la fabrication de produits isolants à base de fibre de verre pour l'industrie et le bâtiment. L'eau de la Séveraisse alimente une petite centrale hydro-électrique située au pied de l'ancien château. On trouve aussi sur le territoire de la commune une usine de fabrication de tourtons et ravioles, ou encore le laboratoire de fabrication d'un meilleur ouvrier de france élaborant des confiseries, tartes et chocolats vendus dans le Valgaudemar et le Champsaur.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château fort
  • Le château, datant du Moyen Âge, est situé sur une butte calcaire dominant le débouché du Valgaudemar et la route Gap - Grenoble ; le piton rocheux sur lequel il est installé dispose d'un sentier découverte serpentant entre les amas rocheux, signes d'éboulements réguliers [10]. Dénommée localement château, c'est en fait une forteresse, construite en 1377 par la volonté de Pierre d'Ambel, coseigneur du Valgaudemard [11]. Située entre le bourg de Saint-Firmin et le hameau de La Broue, elle était destinée à servir d'abris aux habitants du Valgaudemard lors des exactions fréquentes à cette époque de mercenaires participant à la guerre de Cent Ans et se trouvant sans emploi entre deux batailles [12]. Cette forteresse paraît avoir été détruite bien avant la Révolution, une partie de ses pierres a été utilisée pour construire les villages alentour. Une association locale a entrepris des travaux de sauvegarde des ruines. Ses ruines sont régulièrement le théâtre de diverses fêtes locales.
  • L'église, au cœur du village, date de 1861. Elle possède un autel en marbre, des stalles en bois sculpté vernissé, et des vitraux. Des soubassements des vestiges d'une tombe chrétienne du VIe ou VIIe siècle ont été trouvés, preuve d'une implantation d'un lieu de culte bien avant la construction de l'église[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert de Rochas d'Aiglun, militaire et auteur d'ouvrages sur les phénomènes paranormaux, est né à Saint-Firmin en 1837.
  • Saint-Firmin a vu naître en 1891 le colonel Jacques Roux, qui commandait le 4e régiment de tirailleurs tunisiens (4e RTT) lors de la bataille du Monte Cassino en janvier 1944 et qui fut tué lors de la prise du Belvédère. La ville de Gap a donné le nom du Colonel Roux à la principale rue du centre historique de la cité[13].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]