Saint-Auban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Auban (homonymie).
Saint-Auban
Saint-Auban
Saint-Auban
Blason de Saint-Auban
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Arrondissement Arrondissement de Grasse
Canton Canton de Saint-Auban
Intercommunalité Communauté de communes des monts d'Azur
Maire
Mandat
Claude Ceppi
2008-2014
Code postal 06850
Code commune 06116
Démographie
Gentilé Saint-Aubanais
Population
municipale
224 hab. (2011)
Densité 5,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 57″ N 6° 43′ 38″ E / 43.8491666667, 6.72722222222 ()43° 50′ 57″ Nord 6° 43′ 38″ Est / 43.8491666667, 6.72722222222 ()  
Altitude Min. 899 m – Max. 1 689 m
Superficie 42,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte administrative des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Auban

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

Voir sur la carte topographique des Alpes-Maritimes
City locator 14.svg
Saint-Auban

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Auban

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Auban

Saint-Auban est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Saint-Aubanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le paysage entre Le Mas et Saint-Auban de part et d'autre de la CD5

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est cité en 1166 sous le nom de « Sancto Albano ». Le village était alors situé plus haut comme le montre les restes de remparts.

Au XIIIe siècle est un chef-lieu de baillage.

En 1409, la seigneurie appartient aux Genovardis et passe aux d'Agoult en 1550, puis aux Villeneuve-Bargemon, en 1711.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Auban Blason De gueules à la palm d’or adextrée, en chef d’une étoile d’argent chaussé d’argent aux deux croisettes de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 réélu en 2008[1] Claude Ceppi UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 224 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
607 624 622 585 641 660 687 647 636
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
634 615 574 573 554 540 481 460 511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
424 383 332 287 273 274 253 207 202
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
219 211 225 221 217 267 232 221 224
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Route des clues de Provence[4] : la clue de Saint-Auban, gorges de 1 000 mètres environ, taillée dans la montagne par l'Estéron.
    Cette clue est remarquable par la verticalité de ses parois. L'Estéron a creusé des marmites dans son lit, avec des cascades. Dans un grotte découverte au cours des travaux pour aménager la route a été aménagé l'oratoire de Notre-Dame-de-Lourdes.
    Dans la clue, à 80 mètres au-dessus de la rivière se trouve la grotte d'Oneille qui a été murée et aménagée en fort vers le XVIe siècle ou XVIIe siècle.
  • L'église Saint-Alban, restaurée au XVIe siècle.
  • La chapelle près de l'église avec un clocher-arcade.
  • Les ruines du donjon et de l'enceinte du château, déjà cité au XIIIe siècle.
  • Le château, ancienne gendarmerie, avec une façade classique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture des Alpes-Maritimes, consulté le 20 juin 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. CG06 : Route des clues