Les Orres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Orres
Vue du hameau chef-lieu de la commune des Orres.
Vue du hameau chef-lieu de la commune des Orres.
Blason de Les Orres
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Embrun
Intercommunalité Communauté de communes de l'Embrunais
Maire
Mandat
Paul Dijoud
2008-2014
Code postal 05200
Code commune 05098
Démographie
Population
municipale
508 hab. (2011)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 53″ N 6° 33′ 05″ E / 44.5147, 6.5514 ()44° 30′ 53″ Nord 6° 33′ 05″ Est / 44.5147, 6.5514 ()  
Altitude Min. 1 198 m – Max. 2 914 m
Superficie 74,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Les Orres

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Les Orres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Orres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Orres
Liens
Site web lesorres.com

Les Orres est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle est connue pour le ski : 34 pistes de ski alpin, 100 kilomètres de pistes. On trouve principalement deux stations : Les Orres 1650 (Centre Station) et Les Orres 1800 (Bois Méan).

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Orres est une commune du département des Hautes-Alpes, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, située à 38 km de Gap. Les Orres, c'est huit hameaux ou villages : sur le versant Adret du Méale (2450m) face à la station on trouve : le hameau des Sagnettes (1250 m), le village du chef-lieu (1450-1520m), le hameau des Ribes (1440 m), les hameaux du Forest (1540 m) et du Haut-Forest (1590 m) et le hameau du Château (1600 m). Sur le versant ubac, le village du Mélézet (1450m) et enfin le hameau de Pramouton (1550 m) situé juste sous le centre station 1650. La commune se situe dans l'arrondissement de Gap et dans le canton d'Embrun.

Les communes à proximité des Orres sont : Baratier, Crévoux, Saint-André-d'Embrun, Puy-Sanières, Châteauroux-les-Alpes, Puy-Saint-Eusèbe, et Savines-le-Lac. Les villes proches des Orres sont : Embrun (Hautes-Alpes) à 11 km, Briançon à 57 km, Digne-les-Bains à 101 km, Grenoble à 165 km, Marseille à 219 km et Lyon à 266 km.

La station se situe 4 km plus loin, à 1 650 m d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le blason de la ville:
d'or, à la fasce de gueules, accompagnée de trois hures de sable, défendues d'argent et allumées de gueules, à la bordure componée d'or et de sable

La vallée des Orres représentait auparavant des réserves de blé considérables pour la ville d'Embrun. Les Orres a été la résidence de campagne des évêques d'Embrun et de Gap.

La station de sports d'hiver des Orres a ouvert en novembre 1970 avec la mise en service de deux télésièges et d'un téleski.

Depuis la station n'a cessé de s'équiper de nouvelles installations : 2 courts de tennis en 1972, plusieurs remontées mécaniques dans les années 1970, piscine en 1975, musée au chef-lieu en 1999, patinoire et Espace Rencontre et Culture en juillet 2008, piste de luge fin 2009...

Le 9 juillet 1973, la station accueille l'arrivée de la 8e étape du Tour de France cycliste qui avait pris le départ à Méribel et voit l'espagnol Luis Ocaña, futur lauréat de la Grande Boucle l'emporter.

L'année 1977 voit l'homologation internationale de la piste de La Portette pour les compétitions de slalom et descente féminines. En 1979, la piste de La Pousterle (900 m de dénivelé) est aussi homologuée piste internationale de descente. La station a alors depuis reçu et organisé plusieurs compétitions officielles de ski alpin.

La piste de La Pousterle reste aujourd'hui la seule piste des Alpes du Sud capable d'accueillir des courses officielles. D'ailleurs elle avait été sélectionnée pour recevoir les compétitions olympiques de descente, slalom géant et combiné dans le cadre du dossier de candidature des JO 2018 Alpes du Sud Pelvoux Ecrins mais c'est finalement Annecy qui fut désignée comme ville candidate française en mars 2009.

Sur la période 2006-2009, a été créée la nouvelle station : Les Orres 1800. Cette opération visait à créer de nouveaux logements hors du centre station pour accueillir de nouveaux arrivants. Une garderie et un jardin d'enfants en 2008 puis une station météo et un centre de recherche en climatologie en 2009 ont notamment été construits pour répondre aux besoins des nouveaux habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune des Orres tire la grande majorité de ses bénéfices de sa station de sports d'hiver éponyme qui propose de nombreuses activités d'hiver comme d'été : ski, snowboard, VTT... L'économie pastorale déclinante a ainsi été relancée par le tourisme. Ainsi les agriculteurs de la vallée fertile en blé des Orres ont laissé place aujourd'hui aux moniteurs de ski, restaurateurs...

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1971 Gaston Fortoul    
mars 1971 mars 1989 René Estampes    
mars 1989 juin 1995 Charles Muller    
juin 1995 mars 2001 Pierre Bres    
mars 2001 mars 2006 Charles Muller    
mars 2006 en cours Paul Dijoud UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 508 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 054 1 010 1 059 1 006 1 119 1 103 1 108 1 056 1 034
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 024 977 931 964 972 1 008 974 928 878
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
722 762 705 650 599 556 510 423 347
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
300 235 307 429 455 446 514 512 507
2011 - - - - - - - -
508 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La station de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

La station de sports d'hiver des Orres a été réalisée à partir de 1970 à une altitude de 1 650 m. Elle a emprunté son nom au village ancien situé sur le versant opposé. Les façades des résidences de la station sont entièrement en bois ce qui apporte un certain charme au lieu. Juste devant la barre d'immeubles principale, on trouve une grande terrasse avec des bars et restaurant et surtout la Bulle qui est un grand ballon de football où est installée l'École du ski français ainsi qu'un restaurant.

Le domaine skiable s'étend sur 1 170 m de dénivelé jusqu'à 2 720 m d'altitude. Il y 34 pistes de ski balisées représentant une longueur de 88 km accessibles par 23 remontées mécaniques (télésièges et téléskis). La piste de la Pousterle est reconnue comme piste olympique. De plus, on peut pratiquer du ski de fond sur les 40 km des pistes proposées. La station dispose aussi d'un snowpark, d'une patinoire depuis juillet 2008 et d'une piste de luge 4 saisons depuis décembre 2009.

L'été, la station est aussi active. Les activités praticables sont le VTT, la marche, le tennis, la natation, les randonnées en quad, les promenades en cheval, le parapente... Les télésièges Prélongis et Pousterle restent alors ouverts. De certaines vues on dispose d'un panorama exceptionnel sur le lac de Serre-Ponçon.

Les principaux sommets sont l'Aupillon (2 917 m) et le Boussolenc (2 822 m). Il y a deux restaurants d'altitude : un au premier et un autre au deuxième tronçon de télésièges. On trouve plusieurs hôtels au sein même de la station.

Le Chef-lieu[modifier | modifier le code]

Dans le village des Orres, on trouve :

Hameaux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Camille Combal, animateur de radio et de télévision dont les parents tiennent un restaurant dans la station de ski

Evénements[modifier | modifier le code]

De plus la station accueille une étape de la Coupe d'Europe de Descente et de Super G masculine du 25 au 29 janvier 2010.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011