Kayak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kayak (embarcation))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kayak (homonymie) et Canoë-kayak.
Kayak
Image illustrative de l'article Kayak
Kayak sur la rivière Outaouais
Généralités
Type Embarcation légère
Lieux Originaire des régions arctiques de la Sibérie et de l'Amérique du Nord
Caractéristiques courantes
Propulsion humaine (pagaie)
Matériaux variables (peau et bois, polyester, carbone, fibre de verre...)

Un kayak[1] (danois kajak, inuktitut ᖃᔭᖅ qajaq) est un canot léger qui aujourd’hui utilise une pagaie à deux pales[2] pour le propulser, le diriger et l’équilibrer.

Le kayak est parfois confondu avec le canoë, un type d'embarcation distinct, la pratique sportive étant désignée par le terme général « canoë-kayak ». La construction et la pratique contemporaine distinguent notamment le kayak de rivière (eaux-vives) et le kayak de mer.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

Esquimaux en kayak, Noatak, Alaska, 1929

Les kayaks ont été élaborés par les peuples autochtones des régions arctiques (Inuits), qui utilisaient ces canots pour la pêche et la chasse sur les côtes de l'océan Arctique, l'Atlantique Nord, la Mer de Béring et le Pacifique Nord. Les kayaks sont vieux d'au moins 4 000 ans[3], d'après les plus vieux kayaks conservés au Musée d'ethnologie de Munich.

La plupart des peuples Inuits, des îles Aléoutiennes jusqu'au Groenland s'appuyait sur le kayak pour la chasse de proies variées - principalement des phoques, mais aussi des baleines, des ours et des caribous dans certains territoires.

Formes traditionnelles[modifier | modifier le code]

Exemples de kayaks vers 1880, montrant les kayaks construits et utilisés par les chasseurs Yupiks et Inupiaks des côtes d'Alaska au XIXe siècle.« Si le kayak des Esquimaux polaires est sans style, c'est que les Esquimaux de Thulé ne se sont pas efforcés, comme les Groenlandais de la côte Sud-Ouest, de perfectionner les formes des embarcations. L'utilité du kayak y est réduite du fait de la brièveté de la saison de la débâcle — trois mois à peine — et aussi du danger de naviguer dans des eaux parsemées de glaçons aux arêtes coupantes. »Jean Malaurie, 1958[4].

Selon les époques, les régions et les usages, les embarcations évoluaient. Les kayaks traditionnels peuvent par exemple être distingués en trois types  :

  • le baidarka de la mer de l'Alaska et des Aléoutiennes, d'architecture la plus ancienne, avec une forme arrondies et de nombreux bouchains. Avec un cockpit double ou triple, il était destiné à la chasse et au transport de passagers ou de marchandises.
  • le qajaq du Groenland Ouest, avec une forme plus angulaire et moins de bouchains, ayant des plats-bords débutant à la proue et la poupe
  • le qajaq du Groenland Est, qui ressemble au Groenland Ouest, mais s'intègre souvent plus étroitement avec le pagayeur et possèdent un angle plus raide entre le plat-bord et la tige, ce qui confère une meilleure maniabilité.

Les autochtones de l'Arctique utilisaient également l‘umiak, un grand canot en bois (ou os de baleine) et peau de phoque, destiné au transport de marchandise, au voyage des femmes et enfants, et à la chasse à la baleine. Il était à l'origine propulsé avec des pagaies simples, généralement par plusieurs pagayeurs.

Construction traditionnelle[modifier | modifier le code]

Structure d'un kayak groenlandais traditionnel

Les premiers kayaks ont été construits à partir de peaux de phoque (parfois d'autres mammifères marins) cousues et tendues sur une structure en bois. Les peaux étaient lavées, trempées (urine fermentée) et épilées par les femmes, avant d'être cousues. Les coutures étaient enduites de graisse de phoque pour assurer une meilleure étanchéité. Le bois était généralement du bois flotté, puisque beaucoup de leurs territoires étaient dépourvus d'arbres. Les éléments de la structure étaient traditionnellement fixés par des assemblages, des chevilles de bois et des liens en cuir.

Kayak des Inuits du Caribou, en peau de phoque (1966)

Les constructeurs autochtones concevaient et construisaient leurs bateaux en combinant leur expérience et les savoirs traditionnels transmis oralement. Le mot kayak signifie « bateau de l'homme » ou « bateau de chasseur » ; le kayak était une embarcation personnelle, construite par et pour le chasseur qui l'utilisait (avec l'aide de sa femme, qui cousaient les peaux), et ajusté à sa taille pour un maximum de manœuvrabilité.

Le constructeur utilisaient un système de mesure personnel pour créer un kayak à la mesure de son propre corps. Par exemple: la longueur du kayak était en général égale à trois fois l'écartement de ses bras tendus. La largeur au niveau du poste de pilotage était la largeur des hanches du constructeur additionnée à deux poings (parfois moins). La profondeur typique était d'un poing tendu, plus un pouce tendu. Ainsi, les dimensions typiques étaient d'environ 5,2m. de longueur, 51-56cm. de largeur, 18cm. de profondeur. Ce système de mesure personnalisé a confondu les premiers explorateurs européens qui ont essayé de reproduire le kayak, car chaque kayak était un peu différent. Les dimensions du kayak variaient en fonction de son utilisateur, mais surtout en fonction de ses usages ; long et stable pour naviguer sur l'eau libre de glace, ou bien léger, court et maniable pour la banquise morcelée[5].

Équipement traditionnel[modifier | modifier le code]

Paggaies doubles v.1880

Le tuilik, un anorak imperméable à capuche, resserré aux manches et autour du visage, et fixé de manière étanche autour du trou d'homme du kayak (hiloire). Ou bien un tablier imperméable (agivilisaq, ancêtre de la jupe moderne), fixé autour de l'hiloire et autour du buste, remonté jusqu'au bas des aisselles[5]. Ces deux types d'équipement permettaient de créer un joint étanche entre le buste de l'homme et son embarcation. Cela permettait l'esquimautage, une technique pour récupérer sa posture initiale après le retournement du kayak, alors que peu d'individus pouvaient nager ; leurs eaux étant trop froides pour qu'un nageur survive longtemps.

Les pagaies pouvaient être simples ou doubles, elles étaient fabriquées en bois avec parfois des renforts en os ou ivoire aux extrémités. La pagaie groenlandaise est double (deux pales), plus longue et fine qu'une pagaie européenne contemporaine, et s'avère plus maniable dans le vent fort.

Pagaie traditionnelle groenlandaise en bois, longue d'environ 2m10

Le pont du kayak était également équipé de tous les outils et armes nécessaires à la chasse : couteaux, planchette-support à pagaie, stylet (pour achever le phoque), bouche-plaies, harpons pour la chasse aux mammifères marins, lances pour la chasse aux oiseaux, propulseur de harpon (norsaq, également outil de secours pour l'esquimautage), pièces bouche-trou (peau, pour réparer), flotteur (peau de phoque gonflée), courroies de remorquage, porte-lanière (support circulaire permettant le déroulage des lanières de cuir reliant flotteur et pointe de harpon)[5]. À la fin du XIXe siècle apparaissent les supports à fusil (maintien au sec et tir), et les écrans de tir (camouflage)[6]. Ces éléments étaient fixés sur le pont au moyen de lanières de cuir resserrées par de petits éléments en os ou en ivoire.

Abandon du kayak traditionnel[modifier | modifier le code]

Le navire de guerre russe Neva devant Kodiak en 1802, voisinant avec les embarcations (baïdarkas) des natifs d'Alaska.

Les contacts avec les Européens impliquèrent graduellement des changements de vie chez les peuples autochtones. Dès le XVII-XVIIIe siècle (?), certains Inuits commencent à acheter auprès des marchands scandinaves le bois nécessaire à la confection des kayaks. Au fil des siècles, les constructions des kayaks perdent en diversité et en décorations. Puis c'est l'usage de clous, cordes en nylon, plaques de métal. Les anthropologues notent en 1968 que certains kayaks sont construits entièrement en contreplaqué[7].

« Malgré l’extrême habileté des chasseurs de cette région [Ammassalik], les accidents de kayaks étaient, au début du siècle, une des plus fréquentes causes de mortalité masculine[5]. » — Paul-Émile Victor
Kayak traditionnel de peau de phoque, Kulusuk (Groenland), 2006.

Vers 1900, l'explorateur Knud Rasmussen remarque que certaines tribus en contact avec les baleiniers depuis les années 1860 ont abandonné le kayak et la chasse aux mammifères marins, pour se consacrer à la chasse à la baleine avec des techniques modernes[8].
À partir des années 1960, les Inuits du Groenland s'équipent graduellement de bateaux à moteur (bien que le phoque fuit ce bruit), et abandonnent les kayaks et umiaks[5]. De même la sédentarisation des populations implique dans certaines régions l'abandon de la chasse en kayak, très dangereuse, au profit d'autres techniques de chasse (filets). Enfin beaucoup de jeunes ne veulent plus se consacrer aux activités de chasse, et délaissent donc l'apprentissage du kayak.

Aujourd'hui la culture traditionnelle du kayak a été abandonnée ou oubliée par de nombreux peuples de l'Arctique. Les pères ne l'enseignent plus à leurs enfants depuis les années 1960. Et le kayak n'est qu'une discipline facultative dans l'enseignement scolaire. Depuis une dizaine d'années, quelques initiatives de kayakistes américains ou européens visent à faire découvrir aux nouvelles générations inuites la pratique du kayak.

Pratique récréative du kayak moderne[modifier | modifier le code]

Kayak extrême (haute rivière) Eric Deguil aux Cauterets (Pyrénées françaises) 2012. Crédits : Valentin Grollemund

La pratique récréative du kayak débute très lentement au XXe siècle en Europe et en Amérique du Nord, peut-être en raison d'une difficulté de construction. Une embarcation comme la périssoire française (en vogue de 1900 à 1960) dérive peut-être du kayak.

À partir des années 1970, avec les premiers kayaks fermés en plastique rotomoulé, cette embarcation commence à avoir un net succès, notamment en France. Bien que le kayak traditionnel était dédié à la navigation en mer, les constructions modernes et la pratique du kayak à cette époque sont essentiellement destinées à la navigation en eaux vives. Le kayak, embarcation solide, courte et pontée permet une navigation dans des rivières jusqu'alors inaccessibles aux barques et canoës. Cette pratique plus extrême attire les jeunes pratiquants. De même sur les lacs et rivières calmes, le kayak séduit les débutants car il s'avère plus maniable, plus léger et moins couteux que le canoë, et il permet la pratique en solo[9].

À partir des années 1990 débute un engouement pour le kayak de mer, qui ouvre une nouvelle pratique du kayak loisir et propose une découverte facile de la navigation et de l'espace marins[9].

Principes et formes[modifier | modifier le code]

Matériaux et constructions modernes[modifier | modifier le code]

Le kayak polaire de chasse a inspiré la construction de kayaks qui naviguent sous toutes les latitudes et dans toutes les eaux salées ou douces du monde. Il en existe en toile imperméabilisée tendue sur ossature rigide éventuellement démontable, en contreplaqué de bois, en stratifié de diverses résines et matières plastiques actuelles. Les formes se sont diversifiées pour s’adapter à de nombreuses spécialités sportives, de jeux aquatiques et de loisirs.

Les kayaks contemporains dérivent principalement des kayaks de l'Alaska, du nord du Canada, et du sud-ouest du Groenland. Les kayaks entièrement en bois, ou les kayaks démontables en tissu sur une structure en bois (comme le Klepper) ont dominé le marché jusqu'aux années 1950, jusqu'à l'introduction aux États-Unis de kayaks en fibre de verre, et l'introduction en Europe de kayaks gonflables en tissu caoutchouté. Les premiers kayaks en plastique rotomoulé apparaissent en 1973. Le développement de kayak en plastique et de kayak gonflables a sans doute initié le développement récent de la pratique du kayak freestyle, telle que nous la connaissons aujourd'hui, ces bateaux pouvant être plus petits et plus résistants que les bateaux en fibre de verre.

Aujourd'hui les kayaks de compétition comme de plaisance sont construits avec des matériaux modernes, même si le bois est toujours apprécié pour sa beauté et sa légèreté. On utilise la fibre de verre, le kevlar et le carbone pour construire des kayaks solides et légers. Des mélanges ipoxyque ou de polyester sont utilisés pour solidifier les matériaux. Un stuc de couleur sera souvent appliqué pour donner une belle couleur à l'embarcation. De plus, il n'y a pas seulement les matériaux qui ont changé avec le temps, mais aussi la forme des kayaks.

Équipement moderne[modifier | modifier le code]

Jupe en néoprène fixée sur l'hiloire d'un kayak de rodéo

Au lieu d'un tuilik, les kayakistes modernes utilisent une jupe (ou jupette) en matière synthétique imperméable à l'eau (nylon enduit ou néoprène), suffisamment extensible pour bien s'ajuster entre le pont du kayak et le corps du kayakiste, et qui peut être libérée rapidement pour permettre l'évacuation. Le kayak et son utilisateur forment un ensemble solidaire, car une jupe assure l’étanchéité entre l’hiloire et le kayakiste (dont l’anorak est aussi étanche). En cas de chavirage appelé également dessalage, le kayakiste peut redresser son kayak à l’aide d’une des techniques d’« esquimautage » qui consiste en un déhanchement coordonné à un appui dans l’eau.

  • pagaie, cale-pied, paddle-float...

Techniques[modifier | modifier le code]

Propulsion[modifier | modifier le code]

Le kayakiste est assis sur un siège bas au fond du bateau. Ses pieds reposent sur des cales fixes (en loisir) ou réglables, ou une barre communément appelée cale-pied ou « Barre à pied ». Le kayakiste pagaie alternativement des deux côtés[10], chassant l'eau vers l'arrière. Mais c'est en fait surtout le pagayeur qui se tire vers l'avant sur l'eau où il s'est ancré avec la pagaie, et transmet le mouvement au bateau via son tronc par contact de ses fesses et poussée de ses pieds. Propulsion et direction sont assurées simultanément. Des actions correctives (coup de pagaie au large, en arrondi) peuvent être nécessaires. Explications techniques en commentaire[11]

Sur les kayaks de course en ligne et certains kayaks de mer, le kayakiste commande avec ses pieds une barre de gouverne qui traverse le cale-pied, et actionne par des poulies un gouvernail.

Techniques de récupération[modifier | modifier le code]

Ces techniques visent à éviter au pagayeur de se retrouver sous l'eau. Elles sont essentiellement au nombre de trois: l'appui, la suspension et l'esquimautage.

Lors de ces trois techniques, le kayakiste ou le céiste va chercher à créer un appui sur l'eau en positionnant une pale à l'horizontale par rapport à la surface de l'eau.

Simultanément et de façon progressive, il va exercer une poussée verticale vers le fond en maintenant sa pale la plus horizontale possible, créant ainsi une poche de pression sous la pale, un « appui » sur l'eau grâce auquel il va se redresser et retrouver son équilibre.

L'appui poussé (canoë-kayak)[modifier | modifier le code]

Technique de récupération lors de laquelle le pagayeur a les poignets au-dessus du manche lorsqu'il prend appui sur l'eau.

Suite à un déséquilibre, volontaire ou non, le pagayeur va décaler sa pale latéralement et poser cette dernière horizontalement à la surface de l'eau.

Lors de la poussée de redressement, la pale va s'enfoncer légèrement. Il faut veiller durant tout le mouvement à ce que cette dernière ne « décroche » pas en piquant vers le fond suite à une inclinaison trop oblique vers le bas qui supprimerait la portance nécessaire à la force de redressement.

En fin de mouvement, pour resortir la pale d'appui hors de l'eau, il faut au préalable lui appliquer un quart de tour très rapide pour qu'elle sorte verticale sans créer une poussée d'eau vers le haut antagoniste au redressement du couple bateau-pagayeur.

Critères de réussite:

- décaler la pale le plus possible latéralement pour augmenter le bras de levier de la force d'appui;

- ne pas « coller » le manche de la pagaie au pont au risque d'être gêné par ce dernier;

- avoir le coude haut grâce à une légère rotation de l'épaule pour avoir un meilleur rendement musculaire;

- procéder à un quart de tour très rapide en fin de mouvement afin que la pale sorte parfaitement verticale sans renvoyer d'eau vers le haut.

L'appui poussé peut être latéral (court en force), glissé (moyennement long) ou godillé (pouvant être maintenu indéfiniment).

L'appui tiré ou suspension (canoë-kayak)[modifier | modifier le code]

Technique de récupération lors de laquelle le pagayeur a les poignets « sous » le manche lorsqu'il prend appui, pale horizontale, sur l'eau.

Le principe et les variantes sont identiques à l'appui poussé sauf qu'ici, le pagayeur est « suspendu » au manche et tire sur celui-ci au lieu de pousser dessus.

Lors du décalage du manche, la main opposée au déséquilibre vient se placer au niveau de la tête tandis que l'autre bras se tend du côté du déséquilibre afin de profiter du plus grand bras de levier possible.

L'appui tiré ou suspension peut être latéral (court en force), glissé (circulaire, moyennement long) ou godillé (pouvant être maintenu indéfiniment).

Ce mouvement est la base et le préalable technique de l'esquimautage.

L'esquimautage[modifier | modifier le code]

Eskimautage standard.
Article détaillé : Esquimautage.

L'esquimautage est l'opération consistant à redresser un kayak chaviré en restant dedans. Esquimauter permet au kayakiste de reprendre sa navigation sans quitter son bateau, idéalement sans y laisser entrer de l'eau, pour autant que son kayak soit muni d'un pontage (ou « jupe ») étanche.

La technique d'esquimautage a été popularisée en Europe par Marcel Bardiaux, ancien champion de France de kayak qui a redécouvert cette technique et esquimauté pour la première fois en 1932. Il existe de très nombreuses techniques pour esquimauter. Parmi les plus courantes dans les pratiques sportives et récréatives modernes : la méthode latérale, la méthode centrale, la méthode Pawlata.

Embarquement et débarquement[modifier | modifier le code]

Pour embarquer et débarquer sans tomber à l'eau, il faut garder à l'esprit deux choses.

Premièrement, on veillera à réduire au maximum l'écartement des mains afin de limiter la force nécessaire à empêcher l'écartement du bateau du point d'appui sur la berge.

Deuxièmement, il faut savoir qu'on peut mettre tout son poids au centre du bateau sans qu'il ne vacille mais qu'un seul doigt posé sur le bord latéral, au milieu du bateau, peut suffire à faire chavirer la plupart des kayaks.

Sachant cela, on procèdera comme suit:

1. poser sa pagaie à côté de soi; éventuellement, relever l'arrière de son pontage (ou « jupe »);

2. sur un ponton, s'asseoir avec une fesse dans le vide, la main « externe » derrière celle-ci le plus au bord possible (limitation de l'écartement des appuis);

3. agripper de l'autre main l'hiloire bien au centre, sur l'axe longitudinal du bateau avec le pouce sur le côté et les autres doigts vers la pointe avant dans le trou d'homme;

4. s'asseoir sur cette main en contrôlant l'écartement du bateau;

5. rentrer d'abord la jambe vers le kayak tendue puis l'autre, tendue également;

6. rentrer les fesses en dernier

7. éventuellement attacher son pontage en commençant par le caler à l'arrière de l'hiloire, puis à l'avant en terminant par les côtés sans oublier de laisser sortir la poignée avant pour pouvoir l'ôter plus facilement.

Le débarquement consiste à opérer toutes ces opérations dans l'ordre opposé.

Erreurs courantes:

- s'appuyer sur le bord du kayak (rotation longitudinale du kayak);

- laisser s'écarter le kayak du bord par manque de force ou mauvais placement des appuis (mains et fesses);

- à l'embarquement, vouloir s'asseoir avant d'avoir introduit ses jambes tendues ce qui occasionne soit un blocage, soit un frottement désagréable des tibias et des genoux sur l'avant de l'hiloire;

- au débarquement, vouloir sortir les jambes fléchies avant les fesses (corollaire du point précédent).

Normalement, on embarque pointe avant vers le courant pour entamer la descente par une reprise de courant qui consiste à laisser la pointe avant être prise dans le courant, ce qui fait pivoter le kayak dans le sens du courant.

Types[modifier | modifier le code]

Kayak de mer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Kayak de mer.

Le kayak de mer est adapté à la navigation maritime. Il est long, mesure généralement entre 5 et 6 mètres (solo). Il est parfois muni d'une dérive, d'un gouvernail, ou d'une voile. Sa longue coque et ses compartiments étanches permet de transporter des vivres et l'équipement de bivouac.

Kayak en eaux vives[modifier | modifier le code]

Le double Champion du Monde de kayak extrême, Eric Deguil, dans El Salto Del Indio, Rio Golgol, Chili, 2012. Crédits Nathan Barbier

Kayak en eau plate[modifier | modifier le code]

Sit-on-top[modifier | modifier le code]

Les kayaks sans pont sont dénommés sit on top (SOT, signifiant «  assis au dessus »). Ces embarcations sont souvent destinées à de courtes promenades côtières ou sur lac, le surf sur les vagues, ou le déplacement utilitaire (pêche, plongée). Elles sont sécurisantes, surtout pour les enfants et les débutants, puisqu'elles ne procurent pas la crainte de rester coincé dans le kayak, ni de difficulté de remonter sur le kayak après un chavirement. Mais les SOT restent souvent lourds, peu rapides, peu manœuvrants, et sujets à l'influence du vent.

  • kayak gonflable
  • kayak à pédale
  • multi-coque

Pêche et chasse[modifier | modifier le code]

Pêcheur en kayak
Article principal : Pêche en kayak.

Bien que le kayak traditionnel était utilisé par les Inuits principalement pour la chasse (mammifères marins) et non la pêche, le kayak moderne est devenu récemment une embarcation dédiée à la pratique de la pêche sportive, aussi bien en mer que sur lacs et rivières : pêche à la ligne et au lancer, pêche à la traîne, palangrotte, mitraillette. Les avantages du kayak sont nombreux par rapport au bateau à moteur : moins onéreux, facilité de transport et de mise à l'eau, discrétion (bruit), faible tirant d'eau (permettant d'approcher au plus près des rives), législation. Les kayaks ouverts (sit on top) sont notamment privilégiés par les pêcheurs, en raison de leur facilité de pratique et d'aménagement. Des équipements de kayak sont spécifiques à la pêche : rail de ligne d'ancre, compartiments et boites de rangement, porte-cannes, écho-sondeur, stabilisateurs, propulsion par pédalage.

Le kayak sit on top commence également à être adopté comme embarcation par des pratiquants de chasse sous-marine, pour les mêmes raisons de coût, facilité de transport et mise à l'eau, et discrétion. Le kayak est alors équipé d'un pavillon indiquant la présence du plongeur, de sacs ou filets à poisson, ancre grappin ou ancre flottante, cordage relié au plongeur.

Transport militaire[modifier | modifier le code]

Le kayak démontable est utilisé depuis la Seconde Guerre mondiale pour des opérations militaires. Pour s'infiltrer sur des distances de plusieurs kilomètres, cette embarcation est discrète et silencieuse. Démontable, ce kayak est facilement transportable (même dans un sous-marin) et facilement dissimulable (démonté ou coulé). De plus il est très manœuvrable et l'effort physique de propulsion est très efficace. De tels kayaks ont été par exemple utilisés en 1942 pour l'Opération Frankton (infiltration de commandos depuis l'estuaire de la Gironde vers le port de Bordeaux) ou l'Opération Jaywick (en).

Si le kayak démontable est aujourd'hui concurrencé par d'autres modes de déplacements (canot pneumatique motorisé, propulsion sous-marine) sa pratique fait toujours partie de l'entraînement de certaines unités militaires : commandos et forces spéciales britanniques, légion étrangère française. Les nageurs de combat britanniques utilisent actuellement le kayak démontable biplace Aerius II du fabricant Klepper[12]. Les militaires français utilisent le kayak SB Commando de Nautiraid[13], les forces spéciales américaines des kayaks Long Haul[14].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Avant les premiers contacts entre Européens et Inuits, des kayaks vides venus d'Amérique ou du Groenland ont parfois été retrouvés échoués sur les côtes de Norvège, d'Écosse, de France, ou d'Allemagne. Ces kayaks avaient certainement dérivé suite à des tempêtes, puis les courants du Labrador ou le Gulf Stream. De tels kayaks ont été conservés dans des églises d'Écosse et de Norvège. Les textes du Moyen Âge mentionnent aussi ces naufrages : près de Lübeck en 1153, près de Rouen en 1508 (un survivant présenté au roi de France), sur les côtes de Hollande au XVIIe[15]. Les historiens s'interrogent de même sur les récits de la Rome antique à propos d'étranges naufragés « Indiens » jetés par la tempête sur les côtes de Germanie[15].

Quelques exemples d'expéditions en kayak : Franz Romer traverse en 1928 l'Atlantique en solitaire sur un kayak. Oskar Speck voyage d'Allemagne en Australie entre 1932 et 1939. Paul Caffyn fait le tour de l'Australie en février 1981. Howard Rice traverse le Cap Horn en solitaire, en 1989.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Kayac » est une forme peu usitée connue notamment des joueurs de Scrabble : « Kayac » dans le Dico de FunMeninges
  2. D’après l’ethnologue canadien D.W. Zimmerly, les deux types de pagaies (simples et doubles) étaient historiquement utilisées indifféremment, sauf entre le nord de l’Alaska et le Groenland, où l’on n’utilisait que la pagaie double. La Construction des kayaks, Chasse-marée, janvier 1989, no39, p.29.
  3. « Made in Anglesey, paddled in the Arctic: the Inuits' plastic kayak rules the waves », The Sunday Times, 28 décember 2006 en ligne
  4. Jean Malaurie, « Remarques sur des formes différentes d'acculturation chez les Esquimaux et les Lapons », dans Annales de géographie, 1958, t. 67, n°364. pp. 549-554. consulter
  5. a, b, c, d et e Paul-Émile Victor, Joelle Robert-Lamblin, La Civilisation du phoque : Jeux, gestes et techniques des Eskimo d’Ammassalik, Armand Colin, 1989
  6. Robert Gessain, « Figurine androgyne eskimo (support de fusil sur le kayak) », dans Journal de la Société des Américanistes, n°43, 1954, pp. 207-217 consulter en ligne
  7. (J. Robert, 1970)
  8. (Bachim M., 1924)
  9. a et b Gérard Richez et Josy Richez Battesti, « Les composantes patrimoniales du canoë récréatif au Canada», dans Norois, n°199, 2006. consulter en ligne
  10. Une main est fixe sur le manche, l'autre coulisse d'un tiers de tour à chaque coup de pagaie dans un sens puis dans l'autre
  11. La force de traction du kayak contrairement à ce que l'on peut croire n'est pas créée par les bras qui sont en fait accessoires au mouvement. Toute la force vient de deux axes très efficaces du corps humain, soit les jambes et le tronc. Rapidement, le mouvement peut être disséqué en trois parties. Le « catch » qui consiste à entrer une palme de la pagaie dans l'eau avec vigueur et avec le bon angle pour permettre une bonne prise dans l'eau. Ensuite vient le « bloc » qui consiste à bloquer ses bras, durcir son tronc et à l'aide de sa jambe du côté de la palme utilisé amorcer une traction en poussant sur la barre. L'effet escompté est de pousser la hanche qui fera tourner le tronc. Cela avec la synergie du bloc des bras permettra à la pagaie de tirer de l'eau. L'image que les entraîneurs utilisent pour décrire le mouvement est que la pagaie doit entrer à chaque coup dans un bloc de béton fendu pour y laisser passer la pagaie. Celui-ci ne bougera pas, c'est le kayak qui va avancer avec l'aide de la traction du tronc et de la hanche. Finalement, le mouvement est finalisé par la « sortie » qui consiste à relever le coude à la fin du mouvement de jambe pour préparer l'autre coup.
  12. http://www.klepper.com/en/military/video.html
  13. http://www.nautiraid.com/nautiraid-militaires-kayaks-pliants.html
  14. http://www.longhaulfoldingkayaks.com/boats/commando.php
  15. a et b André Jacques, « Des Indiens en Germanie ? », in Journal des savants, 1982, N°1. pp. 45-55. DOI:10.3406/jds.1982.1442

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :