Saint-Martin-de-Queyrières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-de-Queyrières
Vue de Saint-Martin-de-Queyrières depuis la RN 94
Vue de Saint-Martin-de-Queyrières depuis la RN 94
Blason de Saint-Martin-de-Queyrières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Briançon
Canton L'Argentière-la-Bessée
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Écrins
Maire
Mandat
Serge Giordano
2014-2020
Code postal 05120
Code commune 05151
Démographie
Population
municipale
1 073 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 28″ N 6° 35′ 10″ E / 44.8411, 6.586144° 50′ 28″ Nord 6° 35′ 10″ Est / 44.8411, 6.5861  
Altitude Min. 1 000 m – Max. 2 920 m
Superficie 55,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Queyrières

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Queyrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Queyrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Queyrières

Saint-Martin-de-Queyrières, en occitan alpin Sant Martin de Cairièra (prononcer [sɑ̃ maʁˈtĩŋ de keˈrjɛro]), est une commune française située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pelvoux Puy-Saint-André Villar-Saint-Pancrace Rose des vents
Vallouise
Les Vigneaux
N Villar-Saint-Pancrace
O    Saint-Martin-de-Queyrières    E
S
L'Argentière-la-Bessée La Roche-de-Rame La Roche-de-Rame

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Route nationale 94.

La voie principale est la route nationale 94 qui emprunte la vallée de la Durance et traverse la commune. Elle relie Gap à l'Italie via Briançon et le col de Montgenèvre 1 850 m[Note 1].

Transports[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-de-Queyrières est traversée par la voie ferrée de la SNCF, depuis Le Pré du Faure au nord, jusqu'à la Bâtie des Vignaux au sud ; mais il n'y a pas de gare. La voie emprunte quatre tunnels et longe la Durance. Les gares les plus proches sont celles de L'Argentière-la-Bessée et de Briançon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Martin-de-Queyrières[modifier | modifier le code]

Entre 1050 et 1079, les mentions « sancti martini de carerie », puis en 1118 « capellam de ecclesiam caireria » dans le cartulaire d'Oulx, renseignent sur la présence d'un lieu de culte à Saint-Martin-de-Queyrières dès le XIe siècle. En 1376 un chapelain est connu à « Sancti Martini de Cayreria » et ce jusqu'à la fin du XIVe siècle.

Le village comprend à quelques kilomètres à la ronde plusieurs monuments célèbres pour leurs belles peintures, comme la chapelle Saint-Hippolyte au hameau du Bouchier ou Saint-Jacques de Prelles en bordure de l'ancien chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle dont l'ancienne abside en cul de four évoque une origine romane.

Le hameau de Prelles[modifier | modifier le code]

Prelles vu depuis la RN 94

Au Moyen Âge, nombreux étaient les voyageurs qui parcouraient la région ; dans le Briançonnais, la meilleure attestation du passage des pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle en empruntant la Via Domitia se trouve dans la chapelle Saint-Jacques de Prelles. Il s'agit de fresques du XVIe siècle relatant la légende du pèlerin pendu-dépendu.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Queyrières semble provenir du latin populaire quadraria, qui signifie endroit où les blocs de pierre sont équarris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 2008 Augustin Daurelle    
mars 2008 mars 2014 Pierre Denis SE  
mars 2014 en cours Serge Giordano    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 073 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 326 1 388 1 372 1 451 1 447 1 530 1 424 1 417 1 416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 420 1 388 1 346 1 367 1 440 1 413 1 807 1 300 1 312
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 282 1 210 1 248 1 093 970 1 008 837 699 547
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
516 485 449 524 707 936 1 100 1 108 1 086
2011 - - - - - - - -
1 073 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Jacques-de-Prelles[modifier | modifier le code]

Cette chapelle fut édifiée à Prelles en 1502, à cause de l'éloignement de l'église de Saint-Martin, mais surtout à cause de l'abondance des fidèles qui se trouvaient de passage. Elle était l'ancienne église paroissiale. La chapelle Saint-Jacques se trouve en effet en bordure du chemin de Compostelle. Les pèlerins, après avoir emprunté le col de Montgenèvre ou de l'Échelle, suivaient la vallée de la Durance pour rejoindre la via Tolosane à Arles. Ce chemin encore empierré et muré - praticable entre Prelles et Bouchier - reprend le tracé de la via Domitia.

La chapelle Saint-Jacques, comme beaucoup d'autres était pour les fidèles une étape spirituelle sur la longue route qui les conduisait à Compostelle. Elle est ornée de peintures murales datant du XVIe siècle, restaurées en 1955. Ces peintures se répartissent en trente-deux scènes qui trouvent place dans l'abside, sur l'arc triomphal, sur les murs nord et sud.

Dans les années 1960, lors de la construction du bureau de poste de Prelles, d'anciennes fondations furent mises au jour aux abords de cette chapelle : il pourrait s'agir des restes d'une maison hospitalière.

Le miracle du Pèlerin pendu-dépendu, mur nord de la chapelle Saint-Jacques.

Ce miracle est relaté dans le De miraculi sancti Jacobi, qui est le 2e livre du Codex Calixtinus, et s'est transmis par l'intermédiaire des mystères religieux et de la littérature. À Prelles, c'est une variante de cette histoire qui est traitée en neuf panneaux peints.

Il s'agissait de mettre en garde les pèlerins contre les mauvais agissements d'aubergistes peu scrupuleux.

Au XVe siècle existait une auberge de « sale réputation » à La Bessée. Cette dernière était surnommée « l'auberge ensanglantée », à cause des nombreuses disparitions suspectes qu'on y avait signalées. L'auberge étant située à proximité de la Durance, il était facile aux aubergistes, de faire disparaître les corps des malheureux voyageurs.

La chapelle Saint-Jacques-de-Prelles est classée Monument historique en 1990[4].

Elle recèle des objets inscrits Monument historique, propriété de la commune :

Église paroissiale Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Le prix-fait de l'église Saint-Marcellin de La Salle-les-Alpes passé avec Mathieu Guras le 25 octobre 1469 établit qu'elle devait être reconstruite sur le modèle de Saint-Martin-de-Queyrières vraisemblablement édifiée peu de temps auparavant, c’est-à-dire au début du XVe siècle.

Saint-Martin-de-Queyrières, voûtée en cintre brisé, dotée d'un chœur plus petit à chevet plat, et de deux portes sur le flanc sud dont l'une comprend un portail (peut-être plus tardif) en plein cintre avec ses colonnettes en retrait surmontées de masques humains, est typique des monuments rencontrés dans le Briançonnais.

Bien que l'on manque aujourd'hui de recul (l'édifice est dans un tournant en bordure de la route), son allure frappe surtout par son beau clocher très élancé à cinq étages, cantonné de pyramidions aux angles et festonné d'arcatures lombardes, qui font appel aux usages anciens dans l'ordonnancement des registres (réminiscences lointaines de Saint-Maurice et Saint-Firmin), puisque la composition des grands panneaux linéaires en creux, s'effectue au moyen des festons placés au-dessus des baies dont les supports en allègent la structure au fur et à mesure que l'on progresse dans les étages (fine meurtrière, baies jumelles, et deux étages de baies triplées). L'emploi d'une ligne de dents d'engrenage de caractère très archaïque, rappelle celle du clocher de La Salle-les-Alpes ; toutes deux sont ouvragées comme en respect de l'héritage roman.

L'église paroissiale de Saint-Martin-de-Queyrières est classée Monument historique depuis 1914[9].

Elle recèle une multitude d'objets inscrits Monument historique, propriété de la commune. Ce sont 45 œuvres remarquables d'ornement (statues, tableau, retable), de mobilier, de vêtements sacerdotaux, d'objets sacrés de la liturgie chrétienne, fonts baptismaux, porte[10].

Chapelle Saint-Hippolyte-du-Bouchier[modifier | modifier le code]

Perchée au sommet d'un piton rocheux au lieu-dit le Bouchier, accolée à une cellule d'ermite, richement décorée de fresques, cette petite chapelle date de 1509. Elle attirait les malades qui venaient réclamer l'intercession du saint. Des peintures murales relatant les guérisons miraculeuses d'Hippolyte sont peintes sur le mur méridional de la chapelle.

Lors de la restauration de cette dernière, dans les années 1950, le curé Bonnardel de L'Argentière-la-Bessée découvrit dans une faille, à proximité de l'édifice, des squelettes de nouveau-nés enroulés dans des draps de lin, une croix autour du cou. S'agissait-il de corps d'enfants malades que les parents avaient portés auprès du saint ? Une découverte semblable eut lieu en 1953, à la chapelle Saint-Sébastien aux Vigneaux : trois jeunes enfants enroulés dans des draps de lin, une croix autour du cou, y avaient été inhumés.

La chapelle Saint-Hippolyte-du-Bouchier d'utilisation cultuelle, est classée Monument historique depuis 1990 pour ses peintures murales[11].

Elle renferme sept peintures monumentales remarquables :

  • Martyre de saint Hippolyte (le), saint Antoine de Padoue, Annonciation (l'), Christ en majesté, apôtres (les), Pietà, sainte Barbe datée de 1509, classée MH[12] ;
  • Le miracle du bouvier du début XVIe siècle reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[13] ;
  • Vierge de pitié limite XVe et XVIe siècles, reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[14] ;
  • Saint Antoine de Padoue fin XVe siècle, reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[15] ;
  • Le martyre de saint Hippolyte fin XVe siècle, reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[16] ;
  • Annonciation datée de 1509, reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[17] ;
  • Christ en majesté, Apôtres limite XVe et XVIe siècles, reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[18] ;
  • L'ensemble des peintures monumentales de la chapelle Saint-Hippolyte limite XVe et XVIe siècles, est repris à l'Inventaire général du patrimoine culturel[19] ;

Chapelle Saint-Sébastien[modifier | modifier le code]

Ce petit édifice religieux datant du XVIe siècle, a toujours une utilisation cultuelle. elle se trouve au N-NO du village de Saint-Martin-de-Queyrières, en bordure de route D36C.

La chapelle Saint-Sébastien est inscrite MH[20].

Chapelle Saint-Barthélemy[modifier | modifier le code]

Cette chapelle datée de la deuxième moitié du XVIIe siècle, se situe au hameau du Villaret, au nord-est de Prelles. C'est un petit édifice de plan rectangulaire allongé, couvert d'un toit à longs pans.Le clocher-mur se situe sur le pignon de la façade principale dotée d'une porte avec une fenêtre au-dessus.

La chapelle Saint-Barthélemy est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[21].

Chapelle Saint-Antoine[modifier | modifier le code]

Cette chapelle se trouve à Villard-Meyer. Elle date probablement du XVIIe siècle. C'est un édifice de plan allongé avec chevet plat ; la nef est couverte d'une charpente et le toit à longs pans est couvert d'ardoises. Le clocher-mur à une baie, couvert de dalles de pierre, est décentré sur le mur-pignon principal.

La chapelle Saint-Antoine est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[22].

Chapelle Sainte-Marguerite[modifier | modifier le code]

La chapelle Sainte-Marguerite se situe au lieu-dit éponyme. Elle a été construite à la fin du XVe siècle. C'est un édifice de plan allongé au chevet plat ; la nef de deux travées et le chœur sont voûtés d'arêtes. est couverte d'un berceau transversal. Le toit à longs pans est couvert d'ardoises et de tôle ondulée. L'édifice est flanqué d'une tour-clocher surmonté d'un bulbe en tôle.

La chapelle Sainte-Marguerite est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[23].

Chapelle Saint-Claude[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Claude se situe au lieu-dit Sachas, au N-NE de Prelles, en limite de la commune de Puy-Saint-André. Elle est datée limite XVIIIe et XIXe siècles et figure sur le cadastre napoléonien. C'est un édifice de plan allongé au chevet plat et à un seul vaisseau, constitué de deux travées voûtées d'arêtes. Le pignon antérieur est surmonté d'un campanile en bois couvert d'un toit en pavillon. Le toit à longs pans est couvert de bardeaux.

La chapelle Saint-Claude est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[24].

Chapelle Sainte-Anne[modifier | modifier le code]

La chapelle Sainte-Anne se situe au lieu-dit « Ratière », au nord de Prelles. Elle figure sur le cadastre napoléonien. C'est un édifice de plan allongé au chevet plat et à un seul vaisseau, aux murs de pierre crépis. La façade antérieure présente un pignon surmonté d'un clocher-mur à une baie.

La chapelle Sainte-Anne est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[25].

Chapelle Saint-Michel[modifier | modifier le code]

Cette chapelle située au sud du hameau de Queyrières, aurait été construite au XVIe siècle. Elle est mentionnée en 1225 dans le cartulaire d'Oulx et la poutre faîtière porte la date de 1848. L'édifice présente un chevet polygonal avec une abside en cul-de-four aplatie. Il est de plan allongé au chevet plat et à un seul vaisseau, aux murs de pierre de taille partiellement enduits, avec couverture d'ardoises et de tôle ondulée.

La façade antérieure présente un pignon surmonté d'un clocher-mur à deux baies.

La chapelle Saint-Michel est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[26].

Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours se trouve à Prelles. Elle doit dater du début du XIXe siècle, de l'époque napoléonienne car elle apparaît sur le cadastre napoléonien. C'est un petit édifice en pierre, de plan massé avec chevet plat, dépourvu de clocher, propriété privée.

La chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[27].

Chapelle Saint-Joseph[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-Joseph est localisée à Prelles. Elle pourrait dater du XVIIIe siècle, apparaissant sur le cadastre napoléonien. Le petit édifice en pierre, de plan massé avec chevet plat, est dépourvu de clocher. Sa couverture est faite de tôle ondulée.

Propriété privée, la chapelle Saint-Joseph est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[28].

Chapelle des Andrieux[modifier | modifier le code]

Cette autre chapelle sans nom se trouve aussi à Prelles, au cœur du quartier des Andrieux situé au nord du village. Elle date de 1710, année portée par la poutre faîtière. L'édifice est de plan allongé, à un seul vaisseau, au chevet semi-circulaire avec abside en cul-de-four, et aux murs de pierre partiellement enduits. Le toit à longs pans avec pignon couvert, a une couverture de tôle ondulée. Le clocher-mur à une baie se trouve sur la façade principale.

Propriété publique, la chapelle est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[29].

Église paroissiale Saint-Jacques[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Jacques se situe au centre de Prelles. Elle date de 1832. Sur la clé de l'arc et sur le tympan en fer forgé sont gravées respectivement 1832 et 1833. L'édifice de plan allongé, doté d'une tribune, a une nef à trois travées couvertes d'une voûte en berceau fractionné à lunettes, et limitées par des pilastres et des arcs-doubleaux. Il est flanqué d'une tour-clocher surmonté d'un bulbe couvert de tôles plates. Le toit à longs pans avec pignon couvert, est en tôle ondulée.

Propriété publique, la chapelle est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[30].

Chapelle du Polier[modifier | modifier le code]

La chapelle est localisée à Polier, tout petit hameau se trouvant au N-NE de Prelles. Elle pourrait dater du XVIIIe siècle, apparaissant sur le cadastre napoléonien. Le petit édifice en pierre, de plan allongé avec nef voûtée en berceau, possède un clocher-mur à une baie construit au-dessus du pignon antérieur. Son toit à longs pans est couvert d'ardoises.

Propriété publique, la chapelle est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[31].

Autres[modifier | modifier le code]

  • le Pont-Rout sur la Durance, en pierres, date de 1827[32].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-de-Queyrières est concernée par quatre ZNIEFF de 2e génération :

Coteaux steppiques de L'Argentières-la-Bessée à Saint-Martin-de-Queyrières[modifier | modifier le code]

Cette ZNIEFF 930020067 couvre 422 ha et concerne les communes de : L'Argentière-la-Bessée, Saint-Martin-de-Queyrières et Les Vigneaux. Le site correspond au fond de la vallée de la Haute Durance, entre le massif des Écrins à l'ouest et le massif du Queyras à l'est. Il présente des milieux remarquables sur la flore et sur la faune, dans deux habitats déterminants : pelouses steppiques sub-continentales et mattorals arborescent à genévrier thurifère (Juniperus thurifera)[33].

Façade ouest du massif du Béal Traversier[modifier | modifier le code]

La ZNIEFF 930012777 couvre 12 697 ha et concerne neuf communes du nord-est du département des Hautes-Alpes. Le site englobe la façade ouest du massif du Béal Traversier et les affluents est de la vallée de la Haute Durance, entre le massif des Écrins à l'ouest et le massif du Queyras à l'est. Sept habitats déterminants y sont représentés[34].

Massif de Montbrisson - Condamine - Vallon des Combes[modifier | modifier le code]

La ZNIEFF 930012791 couvre 5 483 ha de sept communes dans la partie nord-est du département des Hautes-Alpes. Le massif s’insère entre la vallée de la Durance à l’est, et celle du Gyr et de l’onde à l’ouest. Le site inclut la réserve naturelle régionale des Partias. Quatre habitats déterminants y sont représentés[35].

Roche Baron et coteaux steppiques à l'est de Saint-Martin-de-Queyrières[modifier | modifier le code]

La ZNIEFF 930020066 couvre 90 ha de la commune, soit l'éperon rocheux de la Roche-Baron, correspondant au bas du versant, en rive gauche, de la vallée de la Haute Durance, entre le massif des Ecrins à l'ouest et le massif du Queyras à l'est. Deux habitats déterminants y sont représentés : pelouses steppiques sub-continentales et mattorals arborescents à genévrier thurifère[36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le blason de la ville

D'or au pont de quatre arches de gueules, maçonné de sable, au chef d'azur denché de cinq pièces

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La RN 94 se prolonge en Italie par la S24 qui permet de gagner Turin
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. « Notice no PA00080613 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Notice no PM05000675 », base Palissy, ministère français de la Culture
  6. « Notice no PM05000674 », base Palissy, ministère français de la Culture
  7. « Notice no PM05000673 », base Palissy, ministère français de la Culture
  8. « Notice no PM05000672 », base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Notice no PA00080616 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Liste des œuvres sur la base Palissy
  11. « Notice no PA00080612 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Notice no PM05000293 », base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « Notice no IM05004193 », base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Notice no IM05004192 », base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « Notice no IM05004191 », base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « Notice no IM05004190 », base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « Notice no IM05004189 », base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Notice no IM05004187 », base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « Notice no IM05004188 », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « Notice no PA00080614 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Notice no IA05000460 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Notice no IA05000459 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Notice no IA05000458 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Notice no IA05000457 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Notice no IA05000456 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Notice no IA05000455 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Notice no IA05000454 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Notice no IA05000453 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Notice no IA05000452 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Notice no IA05000450 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Notice no IA05000449 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. Guy Baruol et Philippe Autran, « Pour en savoir plus », in Autran, Barruol et Jacqueline Ursch, D’une rive à l’autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de lumière no 153, Forcalquier, 2006. ISBN 2-906162-81-7, p 46
  33. ZNIEFF 930020067 - Coteaux steppiques de L'Argentières-la-Bessée à Saint-Martin-de-Queyrières sur le site de l’INPN.
  34. ZNIEFF 93001277 - Façade ouest du massif du Béal Traversier sur le site de l’INPN.
  35. ZNIEFF 930012791 - Massif de Montbrisson - Condamine - Vallon des Combes sur le site de l’INPN.
  36. ZNIEFF 930020066 - Roche Baron et coteaux steppiques à l'est de Saint-Martin-de-Queyrières sur le site de l’INPN.