Valgaudemar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valgaudemar
La vallée du Valgaudemar, vue depuis les pentes des Vernets.
La vallée du Valgaudemar, vue depuis les pentes des Vernets.
Massif Massif des Écrins
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Communes La Chapelle-en-Valgaudémar, Villar-Loubière, Saint-Maurice-en-Valgodemard, Saint-Jacques-en-Valgodemard, Saint-Firmin
Coordonnées géographiques 44° 49′ N 6° 09′ E / 44.817, 6.15 ()44° 49′ Nord 6° 09′ Est / 44.817, 6.15 ()

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Valgaudemar
Orientation sud-ouest
Longueur 30 km
Type Vallée glaciaire
Écoulement Séveraisse
Voie d'accès principale D 985a

Le Valgaudemar est une vallée située au centre du massif des Écrins, dont le point culminant est la barre des Écrins (4 102 m). D'origine glaciaire, étroite et encaissée, elle est dominée par des sommets mythiques comme l'Olan (3 564 m) ou les Bans (3 669 m). Elle fait partie des grandes vallées du massif, à côté de celles du Vénéon, de la Vallouise et du Valjouffrey. Elle est creusée par la Séveraisse, une bouillonnante rivière venue des glaciers, longue de 33 km.

La vallée[modifier | modifier le code]

À l'entrée de la vallée se trouvent Saint-Firmin sur la rive droite (chef-lieu du canton) et Saint-Jacques-en-Valgodemard sur la rive gauche. En amont, Saint-Maurice-en-Valgodemard, Villar-Loubière et plus haut le village de La Chapelle-en-Valgaudémar[1] (129 habitants en 1999), point de départ de nombreuses courses en haute montagne. Le Valgaudemar est fermé à l'est par les cirques du Gioberney et du Chabournéou.

La superficie étroite des terrains constructibles, la verticalité et la hauteur des sommets, le faible ensoleillement l'hiver en fond de vallée, les avalanches de pierre et de neige, les crues spectaculaires de la Séveraisse ont laissé cette région à l'écart du monde moderne. En été, le Valgaudemar, « Himalaya français » selon Gaston Rébuffat ou encore « la plus himalayenne des vallées alpines » pour Lionel Terray, accueille de nombreux alpinistes et randonneurs (refuges de haute montagne).

La vallée a conservé une vive tradition pastorale grâce aux subventions accordées par le Parc national des Écrins. Comme le Champsaur voisin, le Valgaudemar offre des spécialités culinaires telles que la tarte des Alpes, les tourtons, les ravioles et les oreilles d'ânes.

Seule activité industrielle de la vallée, la Filature du Valgaudemar établie à Saint-Firmin depuis 1830 sur le bord de la Séveraisse conserve la tradition du travail de la laine.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

La cascade du Casset, à quelques minutes de la Chapelle

Le Valgaudemar est entouré par une série de sommets dépassant les 3000 mètres. Les principaux sont :

À proximité du Valgaudemar (moins de 10 km à vol d'oiseau) :

Près de 3 000 m de dénivelé séparent le point le plus bas et le plus haut de la vallée. C'est l'un des plus importants dénivelés des vallées alpines.

Principaux refuges d'altitude[modifier | modifier le code]

Le refuge du Gioberney en novembre 2008.
  • Refuge du Gioberney
  • Refuge-bivouac de Chalance (2 570 m)
  • Refuge CAF du Pigeonnier (2 430 m), reconstruit en 2003
  • Refuge CAF de l'Olan (2 344 m), détruit 2 fois par des avalanches, il a été reconstruit de façon originale : précédé d'une butte pare-avalanches, le toit épouse la pente, ce qui permet aux avalanches de passer par-dessus le refuge et non de le détruire
  • Refuge CAF de Vallonpierre (2 271 m), reconstruit en 2000 au bord d'un petit lac à côté de l'ancien refuge du même nom
  • Refuge CAF de Chabournéou (2 020 m)
  • Refuge CAF des Souffles (1 975 m)

Administration[modifier | modifier le code]

Géographiquement, le Valgaudemar est composé de 5 communes : Saint-Firmin, Saint-Jacques-en-Valgodemard, Saint-Maurice-en-Valgodemard, Villar-Loubière et La Chapelle-en-Valgaudemar. À l'entité administrative (canton et communauté de communes) de celui-ci, il convient d'ajouter 3 autres communes – Chauffayer, Aspres-les-Corps et le Glaizil – localisées dans la vallée du Champsaur. Ces huit communes sont également membres de la Commission locale de l'eau du Drac-Amont (CLEDA).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. la graphie officielle des noms de ces communes a été respectée