Élections sénatoriales françaises de 2014

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2011 Drapeau de la France 2017 Suivant
Élections sénatoriales françaises de 2014
178 des 348 sièges du Sénat
Jean-Claude Gaudin IMG 3321.jpg
UMP – Jean-Claude Gaudin
Sièges obtenus 143 Green Arrow Up.svg 13
President guillaume200px.jpg
PS – Didier Guillaume
Sièges obtenus 112 Red Arrow Down.svg 16
François Zocchetto élection.JPG
UDI – François Zocchetto
Sièges obtenus 43 Green Arrow Up.svg 12
Éliane Assassi.jpg
PCF – Éliane Assassi
Sièges obtenus 18 Red Arrow Down.svg 3
JacquesMezardNEW.png
RDSE – Jacques Mézard
Sièges obtenus 13 Red Arrow Down.svg 6
JVP6.jpg
EELV – Jean-Vincent Placé
Sièges obtenus 10 Equal blue arrow.png 0
Composition du Sénat
Diagramme
  •      CRC : 18
  •      Écologistes : 10
  •      PS : 112
  •      Non-inscrits : 9
  •      RDSE : 13
  •      UDI-UC : 43
  •      UMP : 143
Président du Sénat
Sortant
Élu

Des élections sénatoriales ont lieu en France le 28 septembre 2014 afin de renouveler la moitié des membres de la chambre haute du Parlement.

Les sénateurs sont élus au suffrage indirect par des grands électeurs, dont une large majorité sont des délégués des communes. Ainsi, à la suite de la victoire de la droite lors des élections municipales de mars 2014, les élections sénatoriales permettent à la droite de redevenir majoritaire au Sénat, trois ans après avoir laissé la majorité à la gauche.

Organisation des élections[modifier | modifier le code]

Sénateurs concernés[modifier | modifier le code]

Ces élections permettront d'élire les 178 sénateurs de la nouvelle série 2 (fin des mandats de 10 ans de certains sénateurs de l'ancienne série C élus en 2004 et des mandats de 6 ans des sénateurs de l'ancienne série A élus en 2008).

La série 2 comprend[1] :

  • les sénateurs des départements dont le numéro est compris entre 01 (Ain) et 36 (Indre) ;
  • les sénateurs des départements dont le numéro est compris entre 67 (Bas-Rhin) et 90 (Territoire-de-Belfort), à l'exception de ceux situés en Île-de-France ;
  • les sénateurs de certains territoires situés Outre-mer : Guyane, Polynésie française, Wallis-et-Futuna, Saint-Barthélemy et Saint-Martin ;
  • la moitié des douze sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Le même jour, se tient également une élection partielle en Mayenne pour pourvoir au remplacement de Jean Arthuis, démissionnaire. Cette élection n'est pas prise en compte dans cette page qui s'attache uniquement au renouvellement des sièges de la série 2.

Modalités[modifier | modifier le code]

Répartition des départements et territoires français par série et mode de scrutin
  •      Série 2 avec scrutin majoritaire.
  •      Série 2 avec scrutin proportionnel.
  •      Série 1 (non concernée par l'élection de 2014).

Le mandat des sénateurs est fixé à six ans. L'élection se déroule au scrutin majoritaire à deux tours pour les circonscriptions élisant 1 ou 2 sénateurs et au scrutin proportionnel à un tour pour les circonscriptions élisant au moins trois sénateurs.

C'est la première fois que la série 2 est renouvelée intégralement. Les départements et collectivités de cette série 2 appartenaient jusqu'alors à la série A renouvelée en 2008 et à la série C renouvelée pour la dernière fois en 2004. La réforme du Sénat de 2003 trouve en 2014 son aboutissement avec un Sénat dont tous les membres auront été élus pour six ans et non plus neuf ans et avec renouvellement par moitié et non plus par tiers.

En 2013, une réforme du mode électoral élargit l'application du scrutin proportionnel avec listes paritaires aux départements élisant 3 sénateurs contre 4 auparavant. Ce mode de scrutin aboutit dans la majorité des cas au partage des sièges entre majorité et opposition. Dans ces départements à trois sénateurs, les sortants sont fréquemment trois hommes issus du même parti. Le nouveau mode de scrutin conduit donc, sauf situation d’extrême domination permettant de réaliser le grand chelem, à obtenir au plus deux sièges pour la liste arrivée en tête, deux hommes ne pouvant donc prétendre être élus sur la même liste. Aussi, certains sortants d'un même parti se présentent en tête de listes concurrentes pour espérer conserver leurs sièges. C'est le cas à droite en Eure-et-Loir, dans l'Eure, dans la Saône-et-Loire et dans le Vaucluse[2] et à gauche dans l'Ain.

Sur les 178 sièges à renouveler, 119 sont pourvus à la représentation proportionnelle (dans 30 circonscriptions, y compris les Français de l'étranger) et 59 selon un scrutin majoritaire (dans 34 circonscriptions, départements ou collectivités).

Contexte[modifier | modifier le code]

Sur les 178 sénateurs à renouveler, il y a 96 sénateurs de droite et 82 sénateurs de gauche. La droite doit gagner 7 sièges à la gauche pour faire basculer la majorité à la Haute assemblée. Confrontée à une forte impopularité, la majorité présidentielle craint de perdre le Sénat. Le report des élections cantonales et régionales à 2015 est perçu par l'opposition sénatoriale comme une manœuvre destinée à ce que le corps électoral soit plus favorable à la gauche[3].

Le 5 mars 2014, Jean-Pierre Bel annonce dans une tribune au journal Le Monde[4] sa décision de ne se représenter ni au poste de Président du Sénat, qu'il occupe depuis 2011, ni à son siège de sénateur de l'Ariège. François Rebsamen est pressenti pour le remplacer comme chef de file socialiste, mais il devient le 2 avril ministre du gouvernement Valls. Le nom de François Patriat est également cité, ainsi que celui de Jean-Michel Baylet, président du parti radical de gauche et membre du groupe RDSE. À l'UMP, Gérard Larcher, Jean-Pierre Raffarin et Philippe Marini font campagne pour la présidence du Sénat[5],[6],[7],[8].

Candidats[modifier | modifier le code]

Les 178 sièges de sénateurs sont brigués par 1 733 candidats, ce qui constitue un record. Les élections de 2011 avaient attiré 1 374 candidatures, la progression étant donc d'environ 25 %. Lors des précédents renouvellements par tiers, en 2004 et 2008, on avait dénombré 1 299 et 754 candidats. 1 433 des 1 733 candidats proviennent des listes proportionnelles. Le principe de parité oblige l'alternance entre hommes et femmes, sur les listes des circonscriptions ayant un scrutin proportionnel, et un binôme titulaire/suppléant de sexe différent, pour les scrutins majoritaires ; néanmoins, seuls 21,5 % des candidats titulaires et 21,4 % des têtes de listes sont des femmes[9].

118 sénateurs sortants sont candidats à leur succession[10] et 57 ne se représentent pas[11]. Aucun membre du gouvernement ne brigue de siège au Sénat mais trois députés sont candidats : François Baroin, Alain Marc et Georges Ginesta. On compte aussi un président de Conseil régional, François Patriat, et 28 présidents de conseils généraux.

Collège électoral[modifier | modifier le code]

Le collège électoral, appelé aussi collège des Grands électeurs, est très majoritairement composé des délégués des conseils municipaux désignés lors d'un vote organisé, en vertu d'une circulaire ministérielle, le 20 juin 2014. Dans les communes de moins de 1 000 habitants, ils sont désignés au scrutin majoritaire par et parmi les conseillers municipaux ; pour les communes de 1 000 à 9 000 habitants, ils sont élus lors d'un scrutin proportionnel. Au-dessus de 9 000 habitants, tous les conseillers municipaux sont automatiquement grands électeurs mais des délégués supplémentaires sont élus à la proportionnelle pour les villes de plus de 30 000 habitants. Dans les collectivités d'outremer, les conseillers territoriaux appartiennent au collège électoral.

Il comprend aussi les conseillers généraux ainsi que les conseillers régionaux élus dans le département ou le territoire concerné par l'élection, de même que les députés (de l'Assemblée nationale mais pas du parlement européen[12]).

La réforme du 2 août 2013 a introduit plusieurs modifications du mode de scrutin applicables en 2014 pour la première fois[13].

Dans les villes de plus de 30 000 habitants, les conseils municipaux désignent dorénavant un délégué supplémentaire par tranche de 800 habitants au delà de 30 000, contre un pour 1 000 auparavant. Cette modification renforce donc le poids des grandes villes.

Les sénateurs des départements et collectivités renouvelables peuvent eux-mêmes prendre part au scrutin, de la même façon que les députés qui font déjà partie du collège électoral, afin de réduire les inégalités entre les sénateurs qui ont un mandat local et ceux qui n'en disposent pas.

Enfin, depuis la loi du 22 juillet 2013, le collège élisant les sénateurs représentant les Français de l'étranger s'est considérablement agrandi, en application du principe de représentativité démographique imposé par le Conseil constitutionnel, passant de 155 en 2011 à 533 en 2014. Il est composé des 442 conseillers consulaires élus en mai 2014 dans les circonscriptions consulaires du monde entier, des 68 délégués consulaires élus en même temps dans les circonscriptions ayant le plus de Français inscrits au registre mondial et des députés et sénateurs les représentant. Jusqu'alors, ce collège se confondait avec l'Assemblée des Français de l'étranger.

En application des règles applicables pour les élections sénatoriales françaises, le collège électoral appelé à élire les sénateurs en 2014 se compose de la manière suivante[14] :

Composition du collège électoral
Grands électeurs Nombre  %
Délégués des communes 83 185 94,93 %
Conseillers généraux 2 386 2,72 %
Conseillers régionaux 1 061 1,21 %
Députés 301 0,35 %
Sénateurs 182 0,21 %
Conseillers et délégués consulaires 510 0,58 %
Total 87 625 100,00 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Composition du Sénat sortant[modifier | modifier le code]

Composition en nombre de sièges et pourcentages[15]
Groupes parlementaires Total dont renouvelables Présidents de groupe
CRC 21 177 50.9 % 5 82 46.1 % Éliane Assassi
SOC 128 65 Didier Guillaume
ÉCOLO 10 0 Jean-Vincent Placé
RDSE 18 12 Jacques Mézard
1 167 48.3 % 0 93 52.8 %
UDI-UC 31 13 François Zocchetto
UMP 130 77 Jean-Claude Gaudin
Non-inscrits[Note 1] 5 3 Délégué : Philippe Adnot
Sièges vacants 4 4 4 4 Président du Sénat
Jean-Pierre Bel

Composition du Sénat après le renouvellement[modifier | modifier le code]

Composition en nombre de sièges et pourcentages[15]
Groupes parlementaires Série 1
Élue en 2011
Série 2
Élue en 2014
Total Président de groupe
CRC 16 95 55,9 % 2 57 32,0 % 18 152 43,7 % Éliane Assassi
SOC 63 49 112 Didier Guillaume
ÉCOLO 10 0 10 Jean-Vincent Placé
RDSE 6 6 12 Jacques Mézard
1 75 44,1 % 0 114 64,0 % 1 187 53,7 %
UDI-UC 19 24 43 François Zocchetto
UMP 53 90 143 Jean-Claude Gaudin
Non-inscrits[Note 1] 2 7 7 4,0 % 9 9 2,6 % Délégué : Philippe Adnot
Sièges vacants 0 0 0 0 0 0 Président du Sénat
Gérard Larcher

Résultats par département[modifier | modifier le code]

Département Sénateur sortant Groupe Candidat élu ou réélu Groupe
01 Ain Sylvie Goy-Chavent UDI-UC Sylvie Goy-Chavent UDI-UC
Jacques Berthou SOC Patrick Chaize UMP
Rachel Mazuir SOC Rachel Mazuir SOC
02 Aisne Pierre André UMP Pascale Gruny UMP
Antoine Lefèvre UMP Antoine Lefèvre UMP
Yves Daudigny SOC Yves Daudigny SOC
03 Allier Gérard Dériot UMP Gérard Dériot UMP
Mireille Schurch CRC Claude Malhuret UMP
04 Alpes-de-Haute-Provence Claude Domeizel SOC Jean-Yves Roux SOC
05 Hautes-Alpes Pierre Bernard-Reymond RASNAG Jean-Yves Dusserre UMP
06 Alpes-Maritimes Jean-Pierre Leleux UMP Jean-Pierre Leleux UMP
Colette Giudicelli UMP Colette Giudicelli UMP
Louis Nègre UMP Louis Nègre UMP
Hélène Masson-Maret UMP Dominique Estrosi Sassone UMP
Marc Daunis SOC Marc Daunis SOC
07 Ardèche Yves Chastan SOC Jacques Genest UMP
Michel Teston SOC Mathieu Darnaud UMP
08 Ardennes Benoît Huré UMP Benoît Huré UMP
Marc Laménie UMP Marc Laménie UMP
09 Ariège Jean-Pierre Bel
(Président)
SOC Alain Duran SOC
10 Aube Philippe Adnot RASNAG Philippe Adnot RASNAG
Yann Gaillard UMP François Baroin UMP
11 Aude Roland Courteau SOC Roland Courteau SOC
Marcel Rainaud SOC Gisèle Jourda SOC
12 Aveyron Alain Fauconnier SOC Alain Marc UMP
Anne-Marie Escoffier RDSE Jean-Claude Luche UDI-UC
13 Bouches-du-Rhône Jean-Claude Gaudin UMP Jean-Claude Gaudin UMP
Bruno Gilles UMP Bruno Gilles UMP
Sophie Joissains UMP Sophie Joissains UDI-UC
Serge Andreoni SOC Stéphane Ravier RASNAG
Samia Ghali SOC Samia Ghali SOC
Jean-Noël Guérini SOC Jean-Noël Guérini RASNAG
Roland Povinelli SOC Mireille Jouve RASNAG
Isabelle Pasquet CRC Michel Amiel RASNAG
14 Calvados Ambroise Dupont UMP Pascal Allizard UMP
René Garrec UMP François Aubey SOC
Jean-Léonce Dupont UDI-UC Jean-Léonce Dupont UDI-UC
15 Cantal Pierre Jarlier UDI-UC Pierre Jarlier UDI-UC
Jacques Mézard RDSE Jacques Mézard RDSE
16 Charente Michel Boutant SOC Michel Boutant SOC
Nicole Bonnefoy SOC Nicole Bonnefoy SOC
17 Charente-Maritime Claude Belot UMP Corinne Imbert UMP
Daniel Laurent UMP Daniel Laurent UMP
siège vacant[Note 2] Bernard Lalande SOC
18 Cher Rémy Pointereau UMP Rémy Pointereau UMP
François Pillet UMP François Pillet UMP
19 Corrèze Patricia Bordas SOC Claude Nougein UMP
Bernadette Bourzai SOC Daniel Chasseing UMP
2B Haute-Corse François Vendasi RDSE Joseph Castelli RDSE
2A Corse-du-Sud Nicolas Alfonsi RDSE Jean-Jacques Panunzi UMP
21 Côte-d'Or Isabelle Lajoux SOC Anne-Catherine Loisier UDI-UC
François Patriat SOC François Patriat SOC
Alain Houpert UMP Alain Houpert UMP
22 Côtes-d'Armor Yannick Botrel SOC Yannick Botrel SOC
Ronan Kerdraon SOC Michel Vaspart UMP
Gérard Le Cam CRC Christine Prunaud CRC
23 Creuse Renée Nicoux SOC Éric Jeansannetas SOC
Jean-Jacques Lozach SOC Jean-Jacques Lozach SOC
24 Dordogne Bernard Cazeau SOC Bernard Cazeau SOC
Claude Bérit-Débat SOC Claude Bérit-Débat SOC
25 Doubs Claude Jeannerot SOC Jean-François Longeot UDI-UC
Martial Bourquin SOC Martial Bourquin SOC
Jean-François Humbert UMP Jacques Grosperrin UMP
26 Drôme Jean Besson SOC Gilbert Bouchet UMP
Didier Guillaume SOC Didier Guillaume SOC
Bernard Piras SOC Marie-Pierre Monier SOC
27 Eure Joël Bourdin UMP Nicole Duranton UMP
Ladislas Poniatowski UMP Ladislas Poniatowski UMP
Hervé Maurey UDI-UC Hervé Maurey UDI-UC
28 Eure-et-Loir Joël Billard UMP Chantal Deseyne UMP
Gérard Cornu UMP Gérard Cornu UMP
Albéric de Montgolfier UMP Albéric de Montgolfier UMP
29 Finistère Maryvonne Blondin SOC Maryvonne Blondin SOC
Jean-Luc Fichet SOC Michel Canévet UDI-UC
François Marc SOC François Marc SOC
Philippe Paul UMP Philippe Paul UMP
30 Gard Jean-Paul Fournier UMP Jean-Paul Fournier UMP
Françoise Laurent-Perrigot SOC Vivette Lopez UMP
Simon Sutour SOC Simon Sutour SOC
31 Haute-Garonne Bertrand Auban SOC Brigitte Micouleau UMP
Alain Chatillon UMP Alain Chatillon UMP
Françoise Laborde RDSE Françoise Laborde RDSE
Jean-Jacques Mirassou SOC Claude Raynal SOC
Jean-Pierre Plancade RDSE Pierre Médevielle UDI-UC
32 Gers Aymeri de Montesquiou UDI-UC Aymeri de Montesquiou UDI-UC
Raymond Vall RDSE Franck Montaugé SOC
33 Gironde Alain Anziani SOC Alain Anziani SOC
Philippe Madrelle SOC Philippe Madrelle SOC
Françoise Cartron SOC Françoise Cartron SOC
Gérard César UMP Gérard César UMP
Xavier Pintat UMP Xavier Pintat UMP
Marie-Hélène des Esgaulx UMP Marie-Hélène des Esgaulx UMP
34 Hérault Marie-Thérèse Bruguière UMP Jean-Pierre Grand UMP
Raymond Couderc UMP François Commeinhes UMP
Robert Navarro SOC Robert Navarro RASNAG
Robert Tropéano RDSE Henri Cabanel SOC
35 Ille-et-Vilaine Edmond Hervé SOC Jean-Louis Tourenne SOC
Virginie Klès SOC Sylvie Robert SOC
Jacky Le Menn SOC Françoise Gatel UDI-UC
Dominique de Legge UMP Dominique de Legge UMP
36 Indre Louis Pinton UMP Louis Pinton UMP
Jean-François Mayet UMP Jean-François Mayet UMP
67 Bas-Rhin Roland Ries SOC Jacques Bigot SOC
Fabienne Keller UMP Fabienne Keller UMP
Esther Sittler UMP Guy-Dominique Kennel UMP
Francis Grignon UMP Claude Kern UDI-UC
André Reichardt UMP André Reichardt UMP
68 Haut-Rhin Patricia Schillinger SOC Patricia Schillinger SOC
Jean-Marie Bockel UDI-UC Jean-Marie Bockel UDI-UC
Françoise Boog UMP René Danesi UMP
Catherine Troendlé UMP Catherine Troendlé UMP
69 Rhône Guy Fischer CRC Michel Forissier UMP
Gérard Collomb SOC Gérard Collomb SOC
Christiane Demontès SOC Annie Guillemot SOC
Muguette Dini UDI-UC Catherine Di Folco UMP
Jean-Jacques Pignard UDI-UC Michel Mercier UDI-UC
François-Noël Buffet UMP François-Noël Buffet UMP
Élisabeth Lamure UMP Élisabeth Lamure UMP
70 Haute-Saône Yves Krattinger SOC Michel Raison UMP
Jean-Pierre Michel SOC Alain Joyandet UMP
71 Saône-et-Loire René Beaumont UMP Jérôme Durain SOC
Jean-Patrick Courtois UMP Jean-Patrick Courtois UMP
Jean-Paul Emorine UMP Jean-Paul Emorine UMP
72 Sarthe Jean-Pierre Chauveau UMP Jean-Pierre Vogel UMP
Marcel-Pierre Cléach UMP Louis-Jean de Nicolaÿ UMP
Roland du Luart UMP Jean-Claude Boulard SOC
73 Savoie Jean-Pierre Vial UMP Jean-Pierre Vial UMP
Thierry Repentin SOC Michel Bouvard UMP
74 Haute-Savoie Jean-Paul Amoudry UDI-UC Loïc Hervé UDI-UC
Jean-Claude Carle UMP Jean-Claude Carle UMP
Pierre Hérisson UMP Cyril Pellevat UMP
76 Seine-Maritime Thierry Foucaud CRC Thierry Foucaud CRC
Marie-Françoise Gaouyer SOC Nelly Tocqueville SOC
Didier Marie SOC Didier Marie SOC
Catherine Morin-Desailly UDI-UC Catherine Morin-Desailly UDI-UC
Patrice Gélard UMP Agnès Canayer UMP
Charles Revet UMP Charles Revet UMP
79 Deux-Sèvres Michel Bécot UMP Philippe Mouiller UMP
André Dulait UMP Jean-Marie Morisset UMP
80 Somme Pierre Martin UMP Jérôme Bignon UMP
Daniel Dubois UDI-UC Daniel Dubois UDI-UC
Marcel Deneux UDI-UC Christian Manable SOC
81 Tarn Jacqueline Alquier SOC Philippe Bonnecarrère UDI-UC
Jean-Marc Pastor SOC Thierry Carcenac SOC
82 Tarn-et-Garonne Jean-Michel Baylet RDSE François Bonhomme UMP
Yvon Collin RDSE Yvon Collin RDSE
83 Var François Trucy UMP David Rachline RASNAG
Christiane Hummel UMP Christiane Hummel UMP
Hubert Falco UMP Hubert Falco UMP
Pierre-Yves Collombat RDSE Pierre-Yves Collombat RDSE
84 Vaucluse Alain Dufaut UMP Geneviève Jean SOC
Alain Milon UMP Alain Milon UMP
Claude Haut SOC Claude Haut SOC
85 Vendée Philippe Darniche RASNAG Didier Mandelli UMP
Jean-Claude Merceron UDI-UC Annick Billon UDI-UC
Bruno Retailleau UMP Bruno Retailleau UMP
86 Vienne Alain Fouché UMP Alain Fouché UMP
Jean-Pierre Raffarin UMP Jean-Pierre Raffarin UMP
87 Haute-Vienne Jean-Pierre Demerliat SOC Marie-Françoise Pérol-Dumont SOC
Jean-Claude Peyronnet SOC Jean-Marc Gabouty UDI-UC
88 Vosges Jackie Pierre UMP Jackie Pierre UMP
Christian Poncelet UMP Daniel Gremillet UMP
89 Yonne Pierre Bordier UMP Jean-Baptiste Lemoyne UMP
Henri de Raincourt UMP Henri de Raincourt UMP
90 Territoire de Belfort Jean-Pierre Chevènement RDSE Cédric Perrin UMP
973 Guyane Jean-Étienne Antoinette SOC Antoine Karam SOC
Georges Patient SOC Georges Patient SOC
977 Saint-Barthélemy Michel Magras UMP Michel Magras UMP
978 Saint-Martin siège vacant[Note 3] Guillaume Arnell RDSE
986 Wallis-et-Futuna Robert Laufoaulu UMP Robert Laufoaulu UMP
987 Polynésie française siège vacant[Note 4] Teura Iriti UDI-UC
Richard Tuheiava SOC Vincent Dubois UDI-UC
Français établis hors de France Christian Cointat UMP Jacky Deromedi UMP
Robert del Picchia UMP Robert del Picchia UMP
André Ferrand UMP Olivier Cadic UDI-UC
Christophe-André Frassa UMP Christophe-André Frassa UMP
Richard Yung SOC Richard Yung SOC
Claudine Lepage SOC Claudine Lepage SOC

Nom en italique : sénateur ne se représentant pas
Nom en gras : sénateur réélu

Élection du président du Sénat[modifier | modifier le code]

L'élection du président du Sénat se déroule le 1er octobre 2014. Le choix du candidat de l'UMP donne lieu à un vote interne la veille, remporté par Gérard Larcher, président du Sénat de 2008 à 2011, face à Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre[16]. Les autres partis sont représentés par leurs chefs de groupe.

Résultats de l'élection du président du Sénat
Candidat et parti politique Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Gérard Larcher UMP 145 42,15 194 57,57
Didier Guillaume PS 112 32,56 124 36,80
François Zocchetto UDI 45 13,08
Éliane Assassi PCF 18 5,23 18 5,34
Jacques Mézard PRG 13 3,78
Jean-Vincent Placé EÉLV 10 2,91
Nathalie Goulet * App UDI 1 0,29
Philippe Marini * UMP 1 0,30
Inscrits 348 100,00 348 100,00
Abstentions 0 0,00 2 0,57
Votants 348 100,00 346 99,43
Blancs 4 1,15 8 2,31
Nuls 0 0,00 1 0,29
Exprimés 344 98,85 337 97,40
* Non candidat

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les membres de la réunion administrative des sénateurs ne figurant sur la liste d'aucun groupe lors de la mandature 2011-14 se revendiquent tous de droite.
  2. Siège laissé vacant par la démission de Michel Doublet en avril 2014.
  3. Siège laissé vacant par la démission de Louis-Constant Fleming le 31 décembre 2013.
  4. Gaston Flosse perd son mandat au septembre 2014, après une condamnation définitive.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La nouvelle répartition des sénateurs (site du Sénat).
  2. Olivier Faye, « Sénatoriales : les petits arrangements de l'UMP avec la parité », Le Monde,‎ 2 août 2014 (lire en ligne).
  3. « 2014 : le PS craint un retour de balancier », sur Lefigaro.fr,‎ 5 octobre 2012.
  4. Jean-Pierre Bel, « Sans regret, sans remords, pourquoi je ne serai plus candidat », Le Monde,‎ 5 mars 2014 (lire en ligne).
  5. Alexandre Sulzer, « Sénat : qui pour succéder à Jean-Pierre Bel ? », L'Express,‎ 5 mars 2014 (lire en ligne).
  6. Bastien Bonnefous et Alexandre Lemarié, « Le président du Sénat quittera son fauteuil à l'automne », Le Monde,‎ 5 mars 2014 (lire en ligne).
  7. G. V., « Jean-Pierre Bel va quitter la présidence du Sénat », Le Journal du dimanche,‎ 5 mars 2014 (lire en ligne).
  8. « Le socialiste Didier Guillaume candidat à la présidence du Sénat », sur Le Monde,‎ 17/07/2014 (consulté le 1/08/2014).
  9. François Vignal, « Élections sénatoriales : 1733 candidats au total, un record », sur Public Sénat,‎ 15 septembre 2014.
  10. [PDF] Liste par circonscription des sénateurs se représentant, sur le site du Sénat.
  11. [PDF] Liste alphabétique des sénateurs ne se représentant pas, sur le site du Sénat.
  12. Sylvie Guillaume, députée européenne et vice-présidente du Parlement européen, « Pourquoi je ne voterai pas aux sénatoriales dimanche 28 septembre », sur Le Huffington Post,‎ 16 septembre 2014.
  13. LOI no 2013-702 du 2 août 2013 relative à l'élection des sénateurs, JORF no 0179 du 3 août 2013 p. 13258, sur Légifrance
  14. « Le collège électoral », sur Sénat.fr.
  15. a et b « Sénatoriales 2014 », sur le site du Sénat.
  16. « Gérard Larcher succède à Jean-Pierre Bel au "plateau" », sur lesechos.fr,‎ 1er ctobre 2014 (consulté le 2 octobre 2014).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]