Ve siècle av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

IIe millénaire av. J.-C. | Ier millénaire av. J.-C. | Ier millénaire

../.. | VIIe siècle av. J.-C. | VIe siècle av. J.-C. | Ve siècle av. J.-C. | IVe siècle av. J.-C. | IIIe siècle av. J.-C. | ../..

Années -490 | Années -480 | Années -470 | Années -460 | Années -450
Années -440 | Années -430 | Années -420 | Années -410 | Années -400

-499 -498 -497 -496 -495 -494 -493 -492 -491 -490
-489 -488 -487 -486 -485 -484 -483 -482 -481 -480
-479 -478 -477 -476 -475 -474 -473 -472 -471 -470
-469 -468 -467 -466 -465 -464 -463 -462 -461 -460
-459 -458 -457 -456 -455 -454 -453 -452 -451 -450
-449 -448 -447 -446 -445 -444 -443 -442 -441 -440
-439 -438 -437 -436 -435 -434 -433 -432 -431 -430
-429 -428 -427 -426 -425 -424 -423 -422 -421 -420
-419 -418 -417 -416 -415 -414 -413 -412 -411 -410
-409 -408 -407 -406 -405 -404 -403 -402 -401 -400

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains


Le Ve siècle av. J.-C., surnommé Siècle de Périclès, commence le 1er janvier -500 et finit le 31 décembre -401.

Événements[modifier | modifier le code]

Le monde vers 500 av. J.-C.

Afrique[modifier | modifier le code]

Sculpture de civilisation Nok.
  • Apogée de la civilisation Nok au Nigeria (500/200 av. J.-C.).
    • En 1943, des mineurs d’étain découvrent à Nok des statuettes de terre cuite d’une grande beauté et d’une indéniable unité de style, qui pour la plupart représentent des têtes ou des personnages. On découvre à leurs côtés des traces d’industrie du fer remontant aux environs de 500 av. J.-C. pour les plus anciennes. Un peu plus tard sont exhumés une dizaine de hauts-fourneaux qui ont servi à la fonte des minerais (Tarouga, 460 av. J.-C.).

Amérique[modifier | modifier le code]

  • Destruction rituelle de la cité olmèque de La Venta (-500/-400). Les Épi-Olmèques succèdent aux Olmèques à Tres Zapotes.
  • Civilisation zapotèque. Établis dans l’actuel État d’Oaxaca, les Zapotèques construiront plus de deux cents centres urbains.
  • Temple des Danzantes (danseurs) à Monte Albán, vaste tertre à sommet plat flanqué de plus de 150 dalles montrant des hommes nus figurés en d’étranges postures, comme s’ils dansaient ou nageaient.

Europe[modifier | modifier le code]

  • Ligue latine contre Étrusques, Volsques et Èques dirigée par Tusculum (trente cités dont Albe, Tusculum, Aricia, Tibur, Caro, Ardée, Pometia, Lavinium, Fidènes, Lanuvium, plus tard Préneste...). Son centre fédéral est la fontaine de la déesse Ferentina, sur le territoire d’Aricia. Rome refuse dans un premier temps de la reconnaître.
  • Les Samnites (peuple Sabellien) s’installent dans le Samnium, en Italie. Les Iapyges, venant d’Illyrie, s’installent au sud-est de l’Italie.
  • Apparition des Frisons, venus d’Allemagne du Nord aux Pays-Bas. Confrontés à la remontée des eaux, ils s’établissent sur des collines artificielles, les terpens, sites de défense, d’habitat et de stockage, qui sont le centre d’une économie complexe fondée sur l’élevage, la pêche, le commerce maritime et l’exploitation du sel marin.
  • L’agglomération de Kamenskoïe, au nord de la mer Noire, a une enceinte fortifiée de plus de 8 km² de superficie. Elle est occupée sans interruption du Ve au IIe siècle av. J.-C.
  • Multiplication des trésors de torques et des sites fortifiés celtiques dans le centre et l’ouest de l’Espagne à partir de -500. Des sculptures massives, dites celtibériques, proviennent de ces castros ; elles représentent des sangliers, des taureaux et des guerriers hiératiques tenant un bouclier et arborant un torque.

Monde celtique[modifier | modifier le code]

  • Le géographe grec Hécatée de Milet (-548/-475) mentionne pour la première fois les Celtes au VIe siècle av. J.-C.
  • Règne d'Ambigatos, roi des Bituriges en Gaule. La légende veut que les Bituriges aient alors possédé l’hégémonie sur les Celtes de Gaule. Leur roi Ambigatos, désirant éviter à son royaume la surpopulation, décide d’envoyer ses neveux Bellovèse et Ségovèse s’établir en des lieux que les dieux leur assigneront. À Ségovèse, l’oracle indique la forêt hercynienne ; à Bellovèse la direction de l’Italie.
Carte des peuples gaulois (cliquer pour agrandir)

Monde Grec[modifier | modifier le code]

  • C'est le Siècle de Périclès. Athènes connaît son apogée économique, intellectuelle, artistique et militaire. Après les Guerres médiques, Athènes crée la Ligue de Délos avec ses alliés. Mais, après la longue guerre du Péloponnèse, Athènes perd définitivement sa puissance militaire. Au plus fort de sa démographie, la ville abrite à peu près 400 000 personnes, dont 300 000 esclaves et 50 000 métèques (compris femmes et enfants).
  • Au Ve siècle, la Thessalie est divisée en quatre régions (tétrades): la Thessaliotide, la Phthiotide, la Pélasgiotide et l’Hestiaotide. Chacune a à sa tête un polémarque disposant de contingents fournis par 150 circonscriptions (klèroi). En cas de guerre, un chef unique (tagos), peut être désigné. Mais les divisions entre les grandes familles aristocratiques mettent à mal ce système.
    • La société thessalienne est divisée entre hommes libres, Périèques (qui forment de véritables états mais sont soumis au tribut) et Pénestes. Ces derniers sont peut-être des béotiens n’ayant pas émigré en Béotie lors de l’invasion du pays par les Thessaliens et réduits en esclavage. Ils sont attachés à la terre et vendus en même temps que le domaine. Ils seront libérés progressivement au cours du Ve et du IIIe siècle av. J.-C.
    • La population de la Thessalie est estimée à 330 000 ou 370 000 personnes. La production agricole permet de les nourrir et d’exporter les excédents de blé. Les plaines conviennent à l’élevage, notamment des chevaux.

Il ne faut pas oublier que, Périclès, a été très important et a apporté beaucoup de changements lors du Ve siècle. En effet, il fut élu 15 fois stratège de la cité d'Athènes.

Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

  • En Chine, au début du siècle, l’autorité des rois Zhou n’a cessé de s’affaiblir depuis 771 av. J.-C. pour ne plus s’exercer que sur les environs de Luoyang. Hors de ce mince territoire la royauté n’est plus qu’un symbole. À l’issue de la période des Printemps et Automnes, sept royaumes émergent, qui se combattent pendant 280 ans (403 à 221), jusqu'à la victoire finale de Tschin (Qin) et l'unification de la Chine en 221 av. J.-C.
  • Construction de murailles défensives (Changcheng) dans les États de Chu et de Qi, de barrages, digues et canaux pour irriguer et contenir les crues.
  • Du Ve au IIIe siècle av. J.-C., le paysage et les conditions naturelles de la Chine connaissent une transformation rapide et complète : d’immenses superficies de forêts sont défrichées, asséchées, mises en culture et souvent irriguées. Les terres cultivées en viennent à se toucher aux frontières des royaumes. La population de la Chine jusqu’au bassin du Yangzi Jiang s’accroît rapidement en dépit des guerres meurtrières. Les villes agrandissent leurs murailles, se peuplent et s’entourent d’une deuxième enceinte de remparts.
  • Les forgerons chinois utilisent à grande échelle le procédé de la fonte de fer pour produire d'énormes quantités d'armes et d'outils, ce qui va permettre d'accroître considérablement la productivité des terres agricoles et permettre le développement des villes et des agglomérations.
  • Début de l'utilisation de la monnaie avec au départ l'utilisation d'épées et de couteaux miniatures de bronze portant une inscription indiquant leur origine.

Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

  • Réalisation des tambours de bronze de Dong Son (Viêt Nam du Nord).
  • Colonisation de Ceylan par des tribus indo-européennes (Sinhaleses) venues des vallées du Gange et de l’Indus.
  • Apparition des premières villes importantes en Inde, comme Kauśâmbî ou Râjagriha, qui s’étendent sur plus de deux kilomètres carrés. La brique cuite recommence à être employée (remparts de Kauśâmbî).
  • Taxila et Charsadda deviennent d’importantes cités commerçantes en Inde. Elles assurent la transmission des influences perses, puis hellénistiques.
  • Apparition dans de nombreux sites du Nord de l’Inde d’une céramique noire vernissée (500/100 av. J.-C.).

Asie centrale[modifier | modifier le code]

  • L’extension de l’élevage désintègre progressivement la grande famille au profit de la famille patriarcale en Mongolie.
    • Les sources archéologiques des Ve – IIIe siècles av. J.-C. avant l'ère chrétienne indiquent que l’élevage est alors très répandu en Mongolie, dans les prairies des vallées de l’Orkhon et du Kerulen (anneaux de museaux et outils de bronze en rapport avec l’élevage, bijoux destinés à orner les bêtes, restes d’os de cheval, de bœuf, de mouton et de chèvre). Les montagnes abondent en gibier. Une agriculture primitive est attestée par des mortiers et des broyeurs de bronze.
    • Dessins rupestres illustrant l’expansion de l’élevage : chasseurs, pâtres conduisant leurs troupeaux, chars stylisés.
  • Stèles à cerfs en Mongolie : piliers de pierre sur les côtés desquels sont représentés des groupes de cerfs dressés vers le haut et couronnés d’un disque solaire stylisé (Ve – IIIe siècles av. J.-C.).
  • Kourganes de Pazyryk dans l’Altaï : chariot à roue, tenture murale en feutre, mors et brides, tapis de selle en soie brodée, objets de bois sculptés. Le tumulus 2 contient le cadavre d’un chef couvert de tatouages, avec des miroirs de bronze venus de Chine.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • Du Ve au IVe siècle av. J.-C., grâce aux libertés qui règnent dans l'empire Perse, la Judée et la Samarie deviennent plus florissantes. Les Juifs restaurent Jérusalem (reconstruite à partir de 445 av. J.-C.) et son Temple (reconstruit dès 516 av. J.-C.). Le grand prêtre de Jérusalem est nommé administrateur de la province perse de Judée, ce qui fit d’elle une théocratie.
  • Rédaction du Livre de Malachie au début du Ve siècle (anonyme). C’est le dernier des "prophètes" dans la tradition biblique.
  • Rédaction du Livre de Job (moitié du Ve siècle av. J.-C.)
  • Rédaction du Livre de Jonas (Ve siècle ou IVe siècle).

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, Découvertes, Introductions[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

  • Grains de coriandre venus d’Asie méridionale retrouvés dans les kourganes de Pazyryk.
  • Utilisation du fer au centre du Siam.
  • Culture inondée du riz au Japon.
  • Les Perses acclimatent de nouvelles espèces alimentaires (riz, pêche, abricot...) en Asie occidentale.
  • En Chine, le légiste Fan Li, ministre du roi de Yue, préconise « l’enrichissement de l’État et le renforcement des armées ».
  • Les premiers exemples de tapis noués à la main sont enterrés dans une tombe à Pazyryk en Sibérie.

Europe[modifier | modifier le code]

  • Adoption de l’alphabet grec avec les voyelles et se lisant de gauche à droite.
  • En Grèce, la notion d'atome germe chez les philosophes présocratiques.
  • Mise au point par les Corinthiens de la trière, navire de combat à trois rangs de rameurs.
  • Perfectionnement des techniques en Grèce (-500/-300) : traction, stéréotomie, exploitation minière, architecture, statuaire, urbanisme, musique, etc.
  • Le vin, transporté sous forme de concentré aromatisé dans des amphores, remplace l’hydromel dans la cérémonie traditionnelle celtique du symposium. Des traces en sont présentes dans le fond de la gourde du prince de Hallein. Des vaisselles grecques et étrusques (œnochoé) sont utilisées lors des repas de fête et de funérailles princières.

Sur les autres projets Wikimedia :