Le Mesnil-sous-Jumièges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mesnil et Jumièges (homonymie).
Le Mesnil-sous-Jumièges
Le manoir de la Vigne.
Le manoir de la Vigne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Barentin
Intercommunalité Métropole Rouen-Normandie
Maire
Mandat
Éva Lefebvre-Lemarchand
2014-2020
Code postal 76480
Code commune 76436
Démographie
Population
municipale
638 hab. (2014)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 45″ nord, 0° 51′ 32″ est
Altitude Min. 1 m – Max. 55 m
Superficie 6,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Mesnil-sous-Jumièges

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Mesnil-sous-Jumièges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Mesnil-sous-Jumièges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Mesnil-sous-Jumièges

Le Mesnil-sous-Jumièges est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur la rive droite de la Seine, entre Rouen et Le Havre, au sud de l'abbaye de Jumièges, dans un méandre convexe de la Seine. La commune fait partie du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Un bac maritime permettant de traverser de la Seine entre Le Mesnil-sous-Jumièges et Yville-sur-Seine est exploité par le Département de Seine-Maritime, .

Article détaillé : Bacs de la Seine.

Les ponts les plus proches permettant de traverser la Seine sont le pont de Brotonne à Caudebec-en-Caux et le pont Gustave-Flaubert à Rouen.

Le village est desservi épisodiquement par la ligne d'autocar numéro 30 du réseau interurbain VTNI. Il est desservi par le système FILOR développé par la Métropole Rouen-Normandie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse est appelée Masnille en 1147. Après la mort d'Agnès Sorel, elle est parfois désignée sous le nom de Mesnil-la-Belle. On retrouve également le toponyme de Mesnil-jouxte-Jumièges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Mesnil-sous-Jumièges était, avant la Révolution, l'une des trois paroisses composant la baronnie de Jumièges, domaine direct de l'abbaye du même nom.

Le Mesnil fut l'une des dernières communes de la région à pratiquer la pelote, jeu d'une extrême violence. Variante de la choule, cette discipline consistait à s'emparer par tous les moyens d'un trophée lancé par la dernière mariée de l'année au champ de l'Oraille et contenant une somme symbolique. L'ultime partie fut disputée ici le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1844 1864 Virvaux    
mai 1925 mai 1935 Constant Vauquelin    
1936   Martin    
1944 mai 1945 Lionel Lemoine    
mai 1945   Louis Duparc    
mars 1971 mars 1989 Joseph Lefebvre   Arboriculteur
    Rémi Leroy   Technicien France Télécom
    François Pain   Professeur
    Josette Gest   Comptable
mars 2001 mars 2014 Yannick Deconihout   Contrôleur qualité
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Eva Lefebvre-Lemarchand   Proviseure retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 638 habitants, en augmentation de 5,8 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
533 600 534 490 507 443 474 501 502
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
447 401 398 390 368 352 371 366 347
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
321 335 304 294 291 261 270 368 415
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
449 455 467 556 571 552 587 603 638
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commune essentiellement rurale, avec des exploitations agricoles à dominante arboricole (pommes, poires, cerises, prunes…).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Philibert. Elle a été remaniée de 1868 à 1878.
  • Manoir de la Vigne ou « manoir d'Agnès Sorel », XIIIe siècle, dernière demeure d'Agnès Sorel. Il fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le [5].
  • Maison Marescot, ancienne demeure d'une famille de robe, propriétaire jadis d'une grande partie du pays.
  • Marais de l'Oraille. Lieu situé près de l'église. Au XVIIe siècle, il fit l'objet d'un litige entre les moines de Jumièges, propriétaires du site, et les habitants. Ces derniers s'opposèrent à l'édification de fossés destinés à enclore le terrain. Un religieux fut assassiné sans qu'on ait pu découvrir les coupables.
  • Les principaux hameaux avaient jadis pour noms Le Bosc, Le Conihout, L'Église et Sous les Côtes.
  • Base de plein air et de loisirs

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Agnès Sorel est décédée au Mesnil le . La thèse de l'empoisonnement a été ravivée en 2004 par le docteur Philippe Charlier.
  • Amélie Bosquet. Sa famille maternelle était du Mesnil-sous-Jumièges.
  • François de Civille (1537-1610) possédait des terres au Mesnil.
  • André Marescot (1709-1780), vicaire général du diocèse de Rouen. Les biographies normandes du XIXe siècle le donnent natif de Duclair. Il serait en réalité né au Mesnil-sous-Jumièges où sa famille possédait une grande partie du pays. Son frère, Jacques Marescot, fut également prêtre et son cousin, Philibert-Pierre Marescot, archidiacre d’Eu, présida la Chambre du clergé dans le diocèse de Rouen.
  • Henri Alais, né en 1859 à Gruchet-le-Valasse, fut longtemps instituteur au Mesnil. Écrivain, il collaborait à la revue Le Pays normand.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Fromager (préf. Charles Carré), Le Canton de Duclair à l'aube du XXe siècle, Duclair, , 163 p. (ISBN 2-9501653-0-3)
  • Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair 1925-1950, Duclair, , 204 p. (ISBN 2-9501653-1-1)
  • « Le Mesnil-sous-Jumièges », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5) vol. 1, p. 438-439

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]