Saint-Martin-de-Boscherville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-de-Boscherville
Village et abbaye Saint-Georges
Village et abbaye Saint-Georges
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Barentin
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Hubert Saint
2014-2020
Code postal 76840
Code commune 76614
Démographie
Gentilé Boschervillais
Population
municipale
1 499 hab. (2014)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 39″ nord, 0° 57′ 46″ est
Altitude Min. 2 m – Max. 134 m
Superficie 12,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Boscherville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Boscherville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Boscherville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Boscherville
Liens
Site web www.boscherville.fr

Saint-Martin-de-Boscherville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime et la région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cette commune est située sur la rive droite de la Seine, à quelques kilomètres à l'ouest de Rouen, dans le canton de Duclair, en bordure de la forêt de Roumare. La commune, connue pour son abbatiale, fait partie du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le Bourg, le Brécy, le Marais, le Mesnil, le Val Saint-Léonard, le Genetey

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Martin-de-Boscherville
Anneville-Ambourville Hénouville
Bardouville Saint-Martin-de-Boscherville Montigny
Quevillon

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-de-Boscherville est relié à Rouen et au Havre par la route départementale 982 (ancienne route nationale 182).

Les ponts les plus proches permettant de traverser la Seine sont le pont de Brotonne à Caudebec-en-Caux et le pont Gustave-Flaubert à Rouen. Les bacs les plus proches sont ceux de Duclair et de Sahurs.

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Rouen.

Le village est desservi par la ligne d'autocar no 30 (Rouen - Caudebec-en-Caux) du réseau interurbain VTNI.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Balchervilla de 1050 à 1066[1], Baucheri villa, Bauquervilla vers 1060 (AN 1956, 228)[2], puis Bauquierville jusqu'au XVe siècle[3].

Le nom du lieu Boscherville n'est pas antérieur à l'époque médiévale (attesté pour la première fois en 1050-1066 sous la forme Balchervilla) et se réfère au propriétaire du domaine rural ou ville en ancien français, un certain Bal(d)kar, nom de personne d'origine germanique[3]. La forme courante jusqu'au XVe siècle est Bauquierville, avant d'être « traduite » en ancien français par boscher nom signifiant « bûcheron » (cf. Boscherville, Eure et Brucheville, Manche). Bauquier a été pris pour la forme normande boquier (cf. cauchois boquillon, bûcheron) équivalente au vieux français boscher.

Le vocable Saint-Martin est un ajout récent (XIXe siècle) pour distinguer la commune de Boscherville dans le Roumois.[réf. nécessaire]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Boscherville[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-de-Boscherville comprend un site archéologique très ancien : fanum gaulois de la fin du Ier siècle av. J.-C.. Au VIIe siècle, une chapelle funéraire chrétienne fut construite sur le même site, ensuite au XIe siècle une collégiale romane et enfin au XIIe et XIIIe siècle une abbaye bénédictine y fut fondée. Lors de fouille archéologique, une magnifique crosse d'abbé en laiton gravé et poinçonné, datant du début du XIIIe siècle fut exhumée.

L'église paroissiale dédiée à saint Martin fut délaissée sous la Révolution au profit de l'église abbatiale Saint-Georges[5]. Elle servit un temps d'atelier de salpêtre avant de disparaître.

En 1855, l'abbé Antoine Defer (1762-1858) reçoit la Légion d'honneur pour 70 ans de sacerdoce.

Violent orage le 17 juillet 1910[6]. Importantes inondations le 16 juin 1997[7]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1802 D'Ornay    
1804 1821 Louis Charles de Saint-Ouen    
1822 1837 Martin Allain    
1837 1844 Mésaize    
1851   Bachelet    
1880 1883 Pierre Martin Allain    
1886 1902 Georges Andrieu    
1912 1944 Léonis Danet    
1945   Pierre Baratte    
    Liliane Prentout    
mars 1995 en cours Hubert Saint UDF puis UDI  
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Jumelages[modifier | modifier le code]

*Drapeau du Royaume-Uni Hurstpierpoint (Royaume-Uni), voir Hurstpierpoint (en)[réf. nécessaire]
  • Saint-Branchs (France, Région Centre-Val de Loire, Indre-et-Loire) Jumelage signé le 21 novembre 2004.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 499 habitants, en augmentation de 4,61 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 110 1 160 1 224 984 1 011 940 940 985 964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
908 880 826 742 732 728 722 714 644
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
615 634 629 674 677 666 709 874 917
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
875 970 1 191 1 389 1 551 1 504 1 438 1 480 1 499
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune relève de l'Académie de Rouen. Elle dispose sur son territoire d'une école maternelle et d'une école élémentaire, les élèves devant se rendre ensuite au collège de Duclair puis au lycée à Barentin ou à Rouen.

Les jeunes enfants sont accueillis par des assistantes maternelles.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Comité des fêtes

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède un cabinet médical et une pharmacie.

Services publics[modifier | modifier le code]

La sécurité est assurée par la gendarmerie de Canteleu et le Centre d'Incendie et de Secours situé dans la commune. Une agence postale y est implantée.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Commerces
  • Cultures maraîchères, agriculture

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Vue générale de l'abbaye St-Georges de Boscherville

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Bunel et Albert Tougard, Géographie du département de la Seine Inférieure, Arrondissement de Rouen, Rouen, 1879
  • Georges Dubosc, Les Environs de Rouen, Rouen, E. Augé, 1890
  • Gilbert Fromager (préf. Charles Carré), Le Canton de Duclair à l'aube du XXe siècle, Duclair, , 163 p. (ISBN 2-9501653-0-3), p. 95-102
  • Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair 1925-1950, Duclair, , 204 p. (ISBN 2-9501653-1-1), p. 112-116
  • « Saint-Martin-de-Boscherville », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5) vol. 1, p. 441-442
  • Daniel Delattre, La Seine-Maritime, les 745 communes, Grandvilliers, , 344 p. (OCLC 53292170), p. 266
  • André Renaudin, Louis Fabulet traducteur de Kipling, un précurseur de l'écologie en forêt de Roumare !, Rouen, Centre régional de documentation pédagogique de Rouen, 1980
  • Christian Moulin et Jean-Paul Devy, Relevé des mariages de la paroisse de St-Martin-de-Boscherville de 1606 à l'an X : Table filiative, Rouen, Cercle généalogique Rouen Seine-Maritime, , broché (OCLC 163778543)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1) (OCLC 6403150), p. 139.
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes ..., volume 2, Librairie Droz, 1991, p. 928.
  3. a et b François de Beaurepaire, Op. cit.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Site de l'abbaye Saint Georges de Boscherville
  6. Le Journal de Rouen, 18 juillet 1910, p. 3
  7. Inondations Seine-Maritime INA, Explications inondations INA, Orages Rouen.
  8. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 14/09/2009.
  9. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 14/09/2009.
  10. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 02/01/2013.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Notice no PA00101034, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no PA00101035, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no IA00021682, base Mérimée, ministère français de la Culture