Saint-Paër

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Paër
Saint-Paër
Le château d'Aulnay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Valère His
2020-2026
Code postal 76480
Code commune 76631
Démographie
Gentilé Saint-Paërois
Saint-Paëroises
Population
municipale
1 329 hab. (2018 en augmentation de 1,22 % par rapport à 2013)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 02″ nord, 0° 52′ 48″ est
Altitude Min. 7 m
Max. 126 m
Superficie 18,36 km2
Élections
Départementales Canton de Barentin
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Paër
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Paër
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paër
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paër
Liens
Site web http://www.saintpaer76.com/

Saint-Paër est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Elle fait partie du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le nom de Saint-Paër est attesté sous les formes Ecclesia parrochia Sancti Paterni de Trublevilla en 1312[1], Paroisse Saint Peer sur les Wis en 1311, Saint Paer sur les Viex en 1312, Saint Paer sur les Wys en 1336, Saint Paer sur les Wuis en 1346, Saint Peer sur les Wis en 1348[1], Saint Paers sur les Wis en 1390 et 1393, Saint Paer sur les Wys entre 1419 et 1464, Saint Paer sur les Vuyfs en 1468, Saint Paer sur les Wifz en 1493 et en 1525[2], Paroisse Saint Paix au XVIe siècle[1], Saint Paër en 1715[3].
  • La paroisse était dédiée à Paterne d'Avranches, nommé également Pair, évêque d'Avranches au VIe siècle.
  • Les mentions anciennes de L'Aunay, son château et ses seigneurs, ancienne commune rattachée à Saint-Paër en 1823 sont : Guazo de Alneiz XIe siècle[4], Hugo de Alneto 1138[4], apud Alnetum 1172[5], milites, Simon de Alneto, et Jocelinus de Alneto 1172[5], Walterius de Alneto début XIIIe siècle, Alnetum 1337[6], L'Aunoy 1431[6], Aulnay v. 1757[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, Saint-Paër désignait l'une des deux parties du bourg de Trubleville[3], et absorbe L'Aulnay et Les Vieux en 1823.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1840   Aubin    
1852   Florentin Cavé    
1895 1902 Lattelais    
1921   Hémard    
1923 1928 Max Beaudoin de Joigny    
1928 1935 Paul Maurice    
1935 1936 Marcel Bersoult    
1948 1950 Daniel Gransire    
1950   Marcel Duhamel    
1960   Roger Pigache    
1962   Duhamel    
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1995 Gérard Ascola    
1995 2001 Claude Bertoux    
mars 2001 En cours
(au 10 août 2020)
Valère His   agricultrice
Réélue pour le mandat 2020-2026[8],[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2018, la commune comptait 1 329 habitants[Note 1], en augmentation de 1,22 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2051 2001 1901 1211 3391 3001 3581 2301 151
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1851 1431 1151 053999919973978997
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
983987931901840860862936933
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8768739321 2181 2651 3261 2531 1971 353
2018 - - - - - - - -
1 329--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

La commune abrite un monument historique, le château de Launay, construit par Pierre-Robert Le Cornier de Cideville au début du XVIIIe siècle. Le château a été inscrit par arrêté du  ; et le parc, avec les communs, a été inscrit par arrêté du [14].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Paër.
  • La chapelle du château d'Aulnay, sous le vocable de la Sainte Vierge, de l'ancienne paroisse d'Aulnay, XVIe siècle, rebâtie au XVIIe siècle. « L'église primitive a été dédiée le , par Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, qui avait couché la veille à Monthiard chez le chevalier Richard »[15].
  • Le manoir du Mesnil-Vasse.
  • Le château des Vieux ou château du Bois-Guéroult, construit au XVIIe sur l'emplacement de l'ancien château fort, et ancienne demeure des seigneurs des Vieux[16].
  • Le café de la Place.
  • Le monument aux morts dû à Maurice Ringot (1921).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair à l'aube du XXe siècle, Duclair, G. Fromager, , 163 p. (ISBN 2-9501653-0-3)
  • Gilbert Fromager, Le canton de Duclair : 1925-1950, Duclair, G. Fromager, , 204 p. (ISBN 2-9501653-1-1)
  • « Saint-Paër », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5) vol. 1, p. 443-444

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Archives départementales de la Seine-Maritime, 9 H.
  2. Archives de Seine-Maritime G 9244.
  3. a et b Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, page 925.
  4. a et b VERNIER (J.J) Chartes de l'Abbaye de Jumièges (v. 825 à 1204) (1916), t.1, p. 128, 162.
  5. a et b VERNIER (J.J) Chartes de l'Abbaye de Jumièges (v. 825 à 1204) (1916), t.2, p. 15, 28.
  6. a et b LONGNON (Aug.) Pouillés de la province de Rouen (1903), p. 9D, 77L.
  7. IGN, Plan de Cassini.
  8. « Saint-Paër. Après quatre mandats de maire, Valère His repart pour un tour ! : Samedi, le premier conseil municipal de cette mandature s'est tenu dans la salle des fêtes pour son installation », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2020).
  9. « Liste des maires » [PDF], Listes des élus, Préfecture de la Seine-Maritime, (consulté le 14 août 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Notice no PA00101041, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. BUNEL (abbé Joseph Prudent) Géographie du département de la Seine-Inférieure (1879), p. 310. Heudes Ribaud Visites pastorales : registrum ...
  16. Laurent Quevilly, « Les Vieux », sur http://jumieges.free.fr/ (consulté le 8 décembre 2020)