Houppeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Houppeville
Houppeville
Photographie aérienne de Houppeville.
Blason de Houppeville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Monique Bourget
2020-2026
Code postal 76770
Code commune 76367
Démographie
Gentilé Houppevillais, Houppevillaises
Population
municipale
2 907 hab. (2019 en augmentation de 13,11 % par rapport à 2013)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 48″ nord, 1° 04′ 49″ est
Altitude Min. 39 m
Max. 169 m
Superficie 20,8 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Houppeville
(ville isolée)
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Notre-Dame-de-Bondeville
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Houppeville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Houppeville
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Houppeville
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Houppeville
Liens
Site web houppeville.fr

Houppeville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Avec ses 2 082 hectares, Houppeville est l'une des plus grandes communes en superficie de la Normandie, elle est 47e en superficie sur toute la Haute-Normandie, 7e sur l'arrondissement de Rouen, 23e sur la Seine-Maritime et 1er sur le canton de Notre-Dame-de-Bondeville. Située à 9 kilomètres de Rouen, sur le plateau Nord, elle se trouve au cœur de la forêt domaniale Verte. Administrativement, Houppeville constitue, depuis 1982, l'une des neuf communes du canton de Notre-Dame-de-Bondeville.

Aujourd’hui, commune résidentielle et attractive, les habitants jouissent d’un cadre de vie recherché.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 885 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Rouen - Jardin », sur la commune de Rouen, mise en service en 1979[7] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,2 °C et la hauteur de précipitations de 805,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, mise en service en 1968 et à 16 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 11 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Houppeville est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Houppeville, une unité urbaine monocommunale[17] de 2 784 habitants en 2017, constituant une ville isolée[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (80,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (81,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (77,9 %), zones urbanisées (7,4 %), terres arables (6,8 %), prairies (5,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,6 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 1 156, alors qu'il était de 1 043 en 2013 et de 960 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 94,9 % étaient des résidences principales, 0,6 % des résidences secondaires et 4,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 90,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 6,2 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Houppeville en 2018 en comparaison avec celle de la Seine-Maritime et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (0,6 %) inférieure à celle du département (3,9 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 82,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (81,7 % en 2013), contre 53 % pour la Seine-Maritime et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Houppeville en 2018.
Typologie Houppeville[I 1] Seine-Maritime[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 94,9 88 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 0,6 3,9 9,7
Logements vacants (en %) 4,5 8,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Hoppevilla au XIIe siècle, puis Hupeville en 1291[24], Notre Dame de Houppeville en 1291 (Arch. S.-M. 14 H 17 f. 288, 290 v.), Notre Dame de Houppeville dit Plain Bosc en 1575 (Arch. S.-M. tab. Rouen)[25].

*Hoppeville se décompose en deux éléments Hoppe- et -ville. L'appellatif toponymique ville est issu du gallo-roman VILLA « domaine rural » et se retrouve dans de nombreux noms de lieux en Normandie. Hoppe- représente le nom de personne germanique Hoppo[26]. Possibilité du vieux-norrois hopr, « troupeau »[27]. Ainsi, on peut penser que Houppeville comme tant d'autres, a été un petit village qui avait pris naissance à l'époque médiévale autour d'une exploitation agricole.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune s’est développée au XIXe siècle grâce à l’industrie textile[réf. nécessaire].

Le paysage rural était encore marqué[Quand ?] par ses exploitations agricoles et ses maisons rurales de type longères.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le terrain du stade actuel abritait un site de lancement de fusées V1 allemandes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Houppeville était membre de la communauté de l'agglomération rouennaise, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1999 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Elle succédait au SIVOM de l'agglomération rouennaise, créé le et qui exerçait des compétences précises et limitées essentiellement dans les domaines des services d'incendie et de secours, des transports urbains de voyageurs et dans l'élaboration d'un plan global de traitement des déchets à l'échelle intercommunale.

La communauté de l'agglomération rouennaise a fusionné avec ses voisines pour former, le pour former la communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe (CREA), qui a été transformée en métropole par un décret du sous le nom de Métropole Rouen Normandie, dont est toujours membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Demarais    
  1919 Alphonse Reitel    
1919 1921 Eugène Durand   Cultivateur
juin 1921 mai 1925 Joseph Gilles   Herbager
mai 1925 décembre 1928 Ferdinand Das   Cultivateur, décédé en cours de mandat
mai 1929 mai 1935 Eugène Voitard   Huissier. Précédemment maire de Malaunay (1919-1925). Promu Officier d'académie en 1935 pour services rendus aux œuvres scolaires.
mai 1935 mai 1945 Emile Toutain   Artisan maçon
mai 1945 mars 1971 Maurice Cordier   Commerçant en bétail
mars 1971 mars 1977 Jacques Goubert PCF Chef de chantier
mars 1977 mars 1989 Jacques Majolier FN[réf. nécessaire] Opticien
mars 1989 mars 2008 Bernard Périn[28] UMP Cadre supérieur dans le transport international
Chevalier de l'Ordre national du mérite
mars 2008 26 mars 2011[29] Thierry Chevrier SE Fonctionnaire territorial
Démissionnaire
26 mars 2011[30] En cours
(au 24 juin 2021)
Monique Bourget DVG Conseillère bancaire
Réélue pour le mandat 2020-2026[31]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[33].

En 2019, la commune comptait 2 907 habitants[Note 8], en augmentation de 13,11 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
710750755761756761662682673
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
672656613526537538552575587
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
628650681640678669667637698
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
8771 1121 3461 9012 3782 4052 3972 3962 567
2017 2019 - - - - - - -
2 7842 907-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique
Répartition de la population en 2012

Sports[modifier | modifier le code]

Houppeville est l'une des très rares communes en France à proposer du kyudo, un tir à l'arc originaire du Japon[réf. nécessaire].

La ville est doté de nombreuses associations, dont un club de cyclisme sur route. Le club compte actuellement[Quand ?] une cinquantaine d'adhérents âgées de 20 à 78 ans[réf. nécessaire].

Culture[modifier | modifier le code]

Houppeville dispose d'une école de musique située dans l'ancien presbytère. Y sont enseignés[Quand ?] le piano, le violon, la guitare, la batterie, la flûte à bec et le chant[37].
Cette école organise des concerts dans la salle communale, la salle du Vivier.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Plain Bosc sur un plan du XVIIe siècle.
Prieuré de Houppeville sous la neige.
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption classée monument historique, édifiée au XIe siècle puis agrandie au XVIe siècle. À admirer en particulier les 7 vitraux fabriqués par les maîtres verriers de Conches (1544-1545).
  • Le Prieuré : cette demeure du XVIIe siècle, aujourd'hui détruite, est désignée par Christophe Brayer[38], dans son ouvrage intitulé Houppeville, le temps passé, comme étant un ancien presbytère ou prieuré. La maison, située au Plain bosc, était d'ailleurs reliée à l'église du village par la Sente des Hêtres et c'est dans la direction de cette même église que se tournait sa façade principale. L'autre façade de la maison donnait à la fois sur une mare au milieu de laquelle se trouve un petit îlot, accessible par une passerelle, et sur un bâtiment agricole du XVIIe siècle[39], également disparu. Le prieuré, la mare et le bâtiment agricole sont tous trois visibles sur un plan de 1663.
  • Monument aux morts (1921)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Houppeville Blason
D’or à la bande de gueules chargée en chef d’un léopard du champ et en pointe d’une fleur de lys du même, à l’arbre arraché de sinople brochant sur le tout.
Détails
L'ensemble se lit de la façon suivante :
  • l'arbre symbolise le passé, le présent et l'avenir. Le passé en raison de l'importance de la forêt Verte dans l'histoire de Houppeville ; le présent et l'avenir par la persistance de l'importante couverture forestière ;
  • de plus, l'alliance de l'arbre vert et du fond jaune insiste sur les conditions de pureté de l'air justifiant le développement d'une zone de séjour, d'activités ludiques et sportives ;
  • le léopard matérialise l'appartenance de Houppeville à la Normandie, et la fleur de lys rappelle l'importante donation faite par la reine Blanche de Castille ;
  • quant à la bande rouge, elle ne se justifie que pour pouvoir placer les pièces en respectant les règles des armoiries[38].
    À la demande de la municipalité, le blason de Houppeville est réalisé le par le comte d'Arundel de Condé, membre de la Société héraldique de Normandie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Houppeville », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Rouen - Jardin - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Houppeville et Rouen », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Rouen - Jardin - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Houppeville et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Houppeville », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rouen », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 96.
  25. Charles de Robillard de Beaurepaire et dom Jean Laporte, Dictionnaire topographique du département de la Seine-Maritime, t. 2, Paris, 1982-1984 (lire en ligne), p. 524.
  26. François de Beaurepaire, op. cit..
  27. Guy Chartier, De quelques toponymes normands, vol. 35-36, coll. « Nouvelle revue d'onomastique », , p. 272.
  28. « Bernard Perin, maire honoraire, succède à Ludovic Gest à la présidence du comité de Rouen dont il était le vice-président. », Amis de la gendarmerie de Haute-Normandie, Les Amis de la Gendarmerie (consulté le ).
  29. « Le maire d'Houppeville rend son écharpe : Élu seulement depuis trois ans, Thierry Chevrier démissionne. Il reste conseiller municipal », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Thierry Chevrier jette l'éponge. Il a en effet envoyé sa lettre de démission le lundi 14 mars au préfet qui l'a acceptée le vendredi 18 mars ».
  30. « Monique Bourget élue maire », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Municipales 2020. Monique Bourget, réélue maire à Houppeville : Le conseil municipal s’est réuni mardi 26 mai. Monique Bourget a été réélue », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Seule candidate le 15 mars dernier, Monique Bourget a remporté les élections municipales avec une participation de 30,88 % ».
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. « Insee-Commune de Houppeville », sur Insee, (consulté le ).
  37. [1][réf. incomplète].
  38. a et b Houppeville, le Temps passé, Christophe Brayer, mairie de Houppeville, 1995
  39. Promenades historiques entre ville et campagne - Houppeville et Isneauville, Séverine Fontaine, Agglomération de Rouen, 2005 (ISBN 2-913914-68-3).