Léon-Eugène Méhédin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Léon-Eugène Méhédin
Présentation
Naissance
L'Aigle
Décès (à 77 ans)
Bonsecours
Nationalité Française
Œuvre
Distinctions Légion d'honneur

Léon-Eugène Méhédin, né le 21 février 1828 à L'Aigle et mort le 4 mars 1905 à Bonsecours, est un archéologue, architecte et photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fervent bonapartiste, sa carrière est facilitée par le fait qu’il fait ériger deux arches triomphales à L'Aigle en 1851 pour célébrer le coup d’État du prince-président. En 1855, il conçoit la gare de Civitavecchia, projet distingué à l'exposition universelle de Paris, en 1855. Il accompagne le colonel Langlois sur le site de Sébastopol pour faire des photographies préparatoires à la réalisation d'un panorama peint de la bataille, et son travail est remarqué par l'Empereur, qu'il rejoint d'ailleurs peu après en Italie, où il photographie les hauts-lieux de la campagne d'Italie.

En 1859, il voyage en Égypte où il réalise des photographies, et des calotypes[Note 1], notamment du temple d'Abou Simbel (premières photographies en intérieur avec éclairage artificiel et utilisation de miroirs), et un moulage du second obélisque de Louxor. Ce travail est très apprécié à son retour à Paris et il caresse le projet d'une reconstitution des ruines de Thèbes au Bois de Boulogne.

Nommé voyageur de la Commission scientifique du Mexique pour l'archéologie, il fouille notamment à Teotihuacan et à Xochicalco, fait sur le terrain de nombreux dessins et photographies, et réalise des moules selon la méthode de la lottinoplastie, permettant le tirage de nombreuses reproductions avec une grande précision.

Grâce à ces moules, il peut reconstituer un moulage en plâtre de la pyramide de Xochicalco, sur le Champ de Mars, lors de l'Exposition Universelle en 1867. Il présente aussi dans l'édifice des moulages de monolithes pré-hispaniques (Piedra del Sol et monolithe de Coatlicue, notamment) et est ainsi un des premiers à montrer au grand public européen des vestiges archéologiques méso-américains. Cette « attraction » remporte un très vif succès.

La chute du Second Empire, en le privant de ses soutiens politiques, l'empêche de réaliser le « Musée mexicain » permanent qu'il espérait. Ses collections, détruites en grande partie, subsistent en partie au Museum d’histoire naturelle de Rouen et à la Bibliothèque municipale de la même ville[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Campagne d’Italie en 1859 : vues de Magenta, Milan, Melegnano, Dezensano, Valeggio, Villafranca et du pont de Buffalora, [S.l.s.n.], 1859, disponible sur Gallica
  • Description de l’Égypte, commencée sous les auspices de Napoléon Ier, continuée par ordre de Napoléon III, Paris, Firmin-Didot, 1859
  • Divinité mythique de la mort, à laquelle on offrait les victimes humaines par plusieurs milliers à la fois dans les rites religieux de l’antiquité mexicaine, Paris, Lainé et Havard, 1867
  • Projet de fêtes publiques à Paris, Paris, Bailly, Divry & Cie, 1852
  • Souvenirs de la guerre de Crimée : 29 photographies de Charles Langlois et Léon Méhédin, entre 1855-1856, [S.l.s.n.], 1856

Collections[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque municipale de Rouen, 1992 : Un aventurier du Second Empire : Léon Méhédin, 1828-1905, par Frédéric Gerber, Christian Nicaise et François Robichon[7].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il réalise en particulier pour la première fois en 1860, un panoramique d'Abou Simbel, au moyen d'un calotype réalisé par collage de trois papiers cirés juxtaposés (document conservé à la Bibliothèque Municipale de Rouen)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Comité des travaux historiques et scientifiques, « MEHEDIN Léon Eugène », sur cths.fr (consulté le 1er octobre 2017).
  2. « Cote LH/1817/20 », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. Rouen nouvelles bibliothèques, « Liste de résultats dans le catalogue des collections : Léon Méhédin », sur rnbi.fr (consulté le 1er octobre 2017).
  4. Musée d'Orsay, « Liste de résultats dans le catalogue des collections : Léon-Eugène Méhédin et Jean-Charles Langlois », sur musee-orsay.fr (consulté le 1er octobre 2017).
  5. Musée de l'Armée, « Liste de résultats dans le catalogue des collections : Léon-Eugène Méhédin », sur musee-armee.fr (consulté le 1er octobre 2017).
  6. Musée du Quai Branly, « Liste de résultats dans le catalogue des collections : Méhédin », sur collections.quaibranly.fr (consulté le 1er octobre 2017).
  7. BNF, « Expositions : Un aventurier du Second Empire : Léon Méhédin, 1828-1905 », sur expositions.bnf.fr (consulté le 1er octobre 2017).
  8. Musée de Normandie, « Voyages en Égypte : Des Normands au pays des pharaons au XIXe s », sur musee-de-normandie.caen.fr (consulté le 1er octobre 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christiane Demeulenaere-Douyère, « Le Mexique s’expose à Paris : Xochicalco, Léon Méhédin et l’exposition universelle de 1867 », HISTOIRE(S) de l’Amérique latine, 3, 2009, p. 1-16.
  • Roger Biot, Fameux Rouennais, Rouennais fameux, Rouen, PTC, , 203 p. (ISBN 2-35038-011-4), « Léon Méhédin. L'aventure, le pinacle… et l'oubli », p. 80-92
  • Frédéric Gerber, Christian Nicaise, Christian Robichon, Un aventurier du Second Empire : Léon Méhédin 1828-1905, Bibliothèque municipale de Rouen, 1992, 263 p. (ISBN 2901817246)
  • Frédéric Gerber, Un Américaniste inconnu, Léon Méhédin : 1828-1905, Paris, DEA, 1991
  • Alice Lejard et Wilfrid Lejard, Regards sur le passé : Canteleu, , 148 p. (ISBN 2-904076-06-9), p. 72
  • Alice Lejard (préf. P. Valoir), Canteleu aux multiples facettes, (ISBN 2-9516176-0-7), p. 203
    Sur la tombe de Léon Méhédin.

Liens externes[modifier | modifier le code]