Henry Barbet de Jouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Barbet de Jouy.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbet.

Joseph-Henry Barbet de Jouy, dit Henry Barbet de Jouy, né le à Canteleu, mort le à Paris, est un archéologue, historien de l'art et conservateur de musée français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henry Barbet de Jouy est le fils de l’industriel Jacques-Juste Barbet de Jouy.

Il est conservateur du musée du Louvre de 1852 à 1863, puis conservateur du musée des Souverains et des objets d’art du Moyen âge et de la Renaissance de 1863 à 1871, conservateur des musées nationaux de 1871 à 1879, enfin administrateur des musées nationaux et directeur du musée du Louvre de 1879 à 1881.

Barbet de Jouy est élu membre de l'Académie des beaux-arts (Institut de France) en 1880.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (17e division)[1].

Le sauveur du Louvre[modifier | modifier le code]

Selon l'écrivain, spécialiste du roman historique et éditeur d'art, Nicolas Chaudun, auteur de l'ouvrage « Le brasier, le Louvre, incendiée par la Commune », les communards, lors de la semaine sanglante, en mai 1871, ont incendié, à grands renforts de seaux de pétrole, le Palais-Royal et les Tuileries, risquant ainsi de détruire le Louvre et son Musée par l'aile ouest du palais, du Pavillon de Marsan au Pavillon de Flore, et la Bibliothèque impériale qui faisait face au Palais-Royal.

Le musée sera cependant épargné des flammes grâce à l'opiniâtreté de Henry Barbet de Jouy et au dévouement d'un commandant de chasseurs, Marie-Félicien (dit Martian) Bernardy de Sigoyer[2], qui demanda à ses hommes de tout faire pour éviter la propagation des flammes vers les autres bâtiments et les précieuses collections du musée[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Della Robbia, sculpteurs en terre émaillée, étude sur leurs travaux, suivie d'un catalogue de leurs œuvres fait en Italie en 1853. Paris : Jules Renouard et Cie, 1855.
  • Musée impérial du Louvre. Description des sculptures modernes. Paris : imprimerie de Vinchon et C. de Mourgues, 1855 ; 2e éd. 1856
  • Les Mosaïques chrétiennes des basiliques et des églises de Rome. Paris : Victor Didron, 1857.
  • Étude sur les Fontes du Primatice. Paris : Veuve Jules Renouard, 1859-1860.
  • Musée impérial du Louvre. Les Gemmes et joyaux de la Couronne. Paris : musée du Louvre, chalcographie des musées nationaux, 1865.
  • Notice des antiquités, objets d'art du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes composant le musée des Souverains. Paris : imprimerie de Mourgues frères, 1866 ; 2e éd. 1868.
  • Notice des gemmes et joyaux, galerie d'Apollon. Paris : imprimerie C. de Mourgues, 1867 ; rééd. 1872, 1876.
  • Notice des sculptures. Paris : imprimerie C. de Mourgues frères, 1873.
  • Musée national du Louvre. Don de M. et Mme Lenoir. Collab. Saglio Edmond, Both de Tauzia Léon et Courajod Louis. Paris : imprimerie C. de Mourgues frères, 1874 ; 2e éd. 1889.
  • Institut de France, Académie des beaux-arts. Inauguration de la statue de Jean Cousin à Sens le 3 octobre 1880. Paris : Firmin Didot, 1880.
  • Institut de France, Académie des beaux-arts. Notice sur M. le comte de Montalivet lue dans la séance du 7 mai 1881. Paris : Firmin Didot, 1881.

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Notice sur Albert Jacquemard ». In Albert Jacquemard, Histoire du mobilier. Paris : Hachette, 1875.
  • « La Porte de Crémone au Louvre, I. Notice historique ». Gazette des Beaux-Arts, 1876, 2e période, t. XIII, p. 313-322.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 57
  2. Site Gallica, document : photographie du commandant Martian de Bernardy de Sigoyer, consulté le 28 octobre 2018
  3. Jean Sévillia, « Quand la Commune incendiait le Louvre », Site du journal le Figaro, paru le 20 mars 2015
  4. « Cote LH/108/8 », base Léonore, ministère français de la Culture
  • Henri Bouchot – Notice sur M. Joseph-Henri Barbet de Jouy lue dans la séance du 26 juin 1897, Institut de France, Académie des beaux-arts. Paris : Firmin Didot, 1897.
  • Comte d’Ussel – « Barbet de Jouy, son journal pendant la Commune ». Revue hebdomadaire, 1898, X, tiré à part. Paris : Plon, Nourrit et Compagnie, 1898.
  • Michel Prévost – « Barbet de Jouy ». In Dictionnaire de biographie française, Paris, 1951. t. V.
  • Anthony Valabregue – « Barbet de Jouy », La Grande Encyclopédie, Paris, t. V.
  • Isabelle Gaétan et Emmanuelle Héran – « Henry Barbet de Jouy (1812-1896), de la bonne gestion des collections ». In Bresc-Bautier Geneviève, Lafabrie Michèle, dir., Un combat pour la sculpture. Louis Courajod (1841-1896), historien d'art et conservateur. Actes de la Journée d'étude organisée par l'École du Louvre et le département des sculptures du musée du Louvre à l'occasion du centenaire de la mort de Louis Courajod (1841-1896), musée du Louvre, 15 janvier 1996. Paris : École du Louvre, 2003, p. 34-58.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :