Futaie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Futaie de hêtre (Hêtraie), Allemagne
Aspect de la canopée de cette même futaie (Vue du Ringsberg vers le Sud-Est, Hesse, Allemagne)

Une futaie est un bois ou une forêt composée de grands arbres adultes issus de semis. Son opposé est le régime de taillis, dont les arbres sont issus de régénération végétative. Les futaies peuvent être naturelles ou être gérées par l'homme. Plusieurs modes de gestion en ont été développés.

Futaie régulière, équienne (même classe d'âge) et ici monospécifique.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot futaie vient de fût qui désigne le tronc de l'arbre, et non de fou, fouteau (le hêtre). En vieux français, le mot s'est aussi écrit « fustoies » et « Fustayes » .

Types de futaies[modifier | modifier le code]

Dans les forêts cultivées ou exploitées on distingue habituellement :

  • Futaie régulière de Pins
    la futaie équienne ou régulière (arbres d'une même classe d'âge), éventuellement monospécifique (une seule essence d'arbre).
  • la futaie irrégulière (plusieurs classes d'âge). Il en existe plusieurs sortes dont la futaie jardinée.

Futaie régulière[modifier | modifier le code]

Une futaie est dite régulière si, à l'échelle de la parcelle, tous les arbres des essences principales sont d'âge proche. Les arbres des peuplements équiens peuvent être issus de plantation, ou de régénération naturelle. Ils sont souvent de la même essence (dans ce cas, le peuplement est qualifié de "monospécifique"), mais pas toujours.

La futaie régulière passe successivement par plusieurs stades: celui de semis, de fourré, de gaulis, de perchis et enfin celui de futaie. La limite des stades, ainsi que leur nom, varie selon les hauteurs. À chaque stade correspond un certain nombre d'opérations sylvicoles: par exemple, le dépressage se fera pendant le fourré, tandis que les coupes d'éclaircie se font pendant le stade de futaie.

À la fin de chaque cycle, l'ensemble du peuplement est coupé, soit directement dans son entier, soit par le biais de coupes progressives réparties dans le temps.

Futaie irrégulière[modifier | modifier le code]

La futaie irrégulière est un système d'aménagement inéquienne: dans ce cas, la forêt est divisée en peuplements forestiers où il y a plusieurs classes d'âge. On peut décrire un peuplement de futaie irrégulière comme une juxtaposition de micro-peuplements d'âges et/ou de compositions différents, pas nécessairement équilibrés. Chaque micro-peuplement peut avoir une composition monospécifique ou mélangée, et avoir une structure verticale à un, deux ou plusieurs étages.

Le régime de la futaie irrégulière vise à maintenir le caractère hétérogène des peuplements forestiers. On évite donc les interventions qui tendent à homogénéiser la structure des peuplements, comme les interventions de récolte et de régénération sur de grandes superficies.

L'un des avantages de la futaie irrégulière sur la futaie régulière est qu'en l'absence de coupe rase, la parcelle n'est jamais mise à nu, ce qui permet à la forêt de remplir efficacement certaines de ses fonctions, comme la protection des sols contre les érosions ou la protection contre les avalanches.

Futaie jardinée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Futaie jardinée.

La futaie jardinée est un cas particulier de la futaie irrégulière, où le but est d'obtenir une structure d'âge qui assure une production régulière et continue de biens et de services. On cherche alors à produire une forêt avec un mélange intime d'arbres d'âges différents, avec une ouverture suffisante du couvert pour assurer une régénération et une promotion constante des arbres.

On cherche aussi à contrôler le nombre d'individus par classe d'âge de manière à assurer une production continue d'arbres matures à long terme. Elle comporte, sur une étendue minimale, l'ensemble des états de développement. Régulièrement les arbres ayant atteint un diamètre objectif (fonction de leur état sanitaire et de leur qualité) sont récoltés. On y trouve donc des arbres de tous âges au sein d'un même peuplement. Ultimement le peuplement atteint un état d'équilibre, où le nombre d'arbres est stable, le nombre de tiges récoltées et mortes de manière naturelle étant égal au nombre de nouveaux semis établis.

Ce système de gestion permet d'obtenir des revenus réguliers par des récoltes périodiques et progressives, en optimisant le potentiel de chaque arbre. Il est particulièrement adapté aux essences d'ombre, comme le Hêtre ou le Sapin blanc. Son application aux futaies d'essence de lumière, comme le Chêne, est plus controversée mais pourrait être possible.

L'atteinte et le maintien de l'état d'équilibre de la futaie jardinée requiert des interventions légères, régulières et fréquentes. Il s'agit donc d'un mode de gestion intensive, qui nécessite un suivi constant et une certaine habileté technique.

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]