La Bouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Seine-Maritime
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Seine-Maritime.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

La Bouille
La Bouille.
La Bouille.
Blason de La Bouille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Elbeuf
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Joël Temperton
2014-2020
Code postal 76530
Code commune 76131
Démographie
Population
municipale
764 hab. (2014)
Densité 602 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 07″ nord, 0° 55′ 57″ est
Altitude Min. 2 m – Max. 133 m
Superficie 1,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
La Bouille

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Bouille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bouille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bouille
Liens
Site web labouille.fr

La Bouille est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bac à La Bouille.
Article connexe : Bacs de Seine.

Transports[modifier | modifier le code]

En septembre 2009, La Bouille a perdu sa ligne de bus 31 qui effectuait une liaison directe avec le centre-ville de Rouen.

Depuis ce jour, cette ligne a été remplacée par la ligne 39 (mini-bus) avec une fréquence plus importante qui rejoint le centre-ville de Grand-Couronne, ce qui oblige une correspondance avec la ligne 6 pour se rendre à Rouen. De plus, La Bouille dispose d'une ligne régulière 36 avec Elbeuf via Les Essarts.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Girouette de la mairie 1933.

On note le Verguillon (girouette en normand) original de la mairie de la Bouille, rappelle le passage des Vikings sur leurs esnèques (drakkars). La girouette (et verguillon, issus tous deux du vieux norrois viðr-viti mot à mot viti « qui montre » ou « indicateur » du viðr, le vent > vieux normand wirewite) était à l'origine utilisée sur les bateaux vikings.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1902   Magalon    
1929 1937 André Ducable    
1965 1971 Louis Dubos    
1971 1983 Daniel Chevallier    
1983 1989 Jean Thomas    
1989 1995 Daniel Chevallier    
mars 2001   Michel Lennuyeux Divers droite  
2008 en cours
(au avril 2014)
Joël Temperton    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 764 habitants, en diminution de -3,05 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
959 802 877 1 182 1 171 796 772 741 745
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
667 652 625 602 556 562 565 544 536
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
515 519 502 435 466 444 497 611 618
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
661 611 661 550 862 791 808 780 764
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de La Bouille

Les armes de la commune de La Bouille se blasonnent ainsi :

Taillé : au 1er d’or au navire au naturel, habillé d’une voile de gueules chargée de deux léopards d’or l’un au-dessus de l’autre, voguant de face sur une mer isolée d’azur, au 2e de gueules à la plume d’argent posée en bande et passée en sautoir avec un pinceau du même, à la toque de cuisinier d’argent brochant sur le sautoir accostée de deux masques de théâtre d’or.

Blasons des communes de Seine Maritime, D. Joulain, D. Juric et R. Taconet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Robert Antoine Pinchon, La Bouille sous la Neige, huile sur toile, 90 × 50 cm.

Natifs du lieu[modifier | modifier le code]

  • Michel Joseph Napoléon Liénard (1810-1870), ornemaniste et sculpteur.
  • Hector Malot, écrivain français, né à la Bouille le 20 mai 1830. Quelques heures après sa naissance, un voilier virant maladroitement, brisa la vitre de la chambre du nouveau-né avec son mât de beaupré : on y voit là bien sûr le présage d'une destinée peu commune… Le petit Hector passa à la Bouille son enfance. Bercé par l'animation qui règne dans le bourg, il observe les navires en partance pour des destinations lointaines, le passage du bac, le départ du bateau pour La Bouille, la clientèle des auberges… Il travaille chez son père, qui est notaire, tout en étudiant le droit. Hector Malot commence aussi à écrire. Son premier livre, Les Amants, paru en 1859, connaît un grand succès. Il persévère dans cette voie et, très prolifique, écrit de plus en plus de romans, qualifiés de « populaires ». Romancier fécond, il rédige quelque soixante-dix ouvrages qui connurent en leur temps un grand succès. L'auteur y développe des situations conventionnelles, héritées du mélodrame. Romain Kalbris (1869) et surtout Sans Famille (1878), auquel fait pendant En Famille (1893), œuvres d'un moralisme discret, véritables témoignages sur la société de la fin du XIXe siècle, sont encore goûtés des enfants. Il meurt à Fontenay-sous-Bois le 17 juillet 1907.
  • André Derocque (1898-1940), chirurgien.

Autres[modifier | modifier le code]

La Seine à la Bouille, coup de vent ou La Seine à Sahurs, coup de vent par Alfred Sisley.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Spalikowski, La Bouille, paradis touristique, Rouen, Éditions Maugard, 1936
  • Anne-Marie Lessertois, Relevé des mariages de la paroisse de la Bouille de 1668 à 1802, Rouen, CGRSM, 1993
  • La Bouille, perle de la Seine, La Bouille, Ass. La Bouillotte, 1995 (ISBN 2901342051)
  • Eugène Lefebvre et Daniel Lemariey (préf. Yvon Pailhès), La Bouille : Moulineaux, Caumont, Sahurs : par les cartes postales, Luneray, Bertout, , 127 p. (ISBN 2867432278, OCLC 464336101)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Jean Favier, Louis XI, p. 548, Fayard, Paris 2001