Yainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yainvill
L'église Saint-André.
L'église Saint-André.
Image illustrative de l'article Yainville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Barentin
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Anne-Marie Del Sole
2014-2020
Code postal 76480
Code commune 76750
Démographie
Gentilé Yainvillais
Population
municipale
1 070 hab. (2014)
Densité 323 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 12″ nord, 0° 49′ 51″ est
Altitude Min. 2 m – Max. 68 m
Superficie 3,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yainvill

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yainvill

Yainville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Elle fait partie du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Les Yainvillais y habitent.

Géographie[modifier | modifier le code]

Yainville est située sur la rive droite de la Seine. Un bac permet de traverser la Seine et de rejoindre Heurteauville.

Article détaillé : Bacs de la Seine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est attesté sous les formes Ewenvilla en 1025 et vers 1080, puis sous la forme Eudonis villa en 1138[1].

Nom médiéval en -ville « domaine rural » (terme issu du gallo-roman VILLA de même sens). Le premier élément est comme c'est le plus souvent le cas, probablement un anthroponyme.   François de Beaurepaire[2] compare la forme plus tardive Eudonis villa avec celle de Hyenville (Manche, Eudonis villa 1186). Dans ce cas, il s'agit de l'anthroponyme d'origine germanique Odo, fréquent dans la Normandie ducale sous les formes Eudes / Odon (cf. Odon de Bayeux)

Cependant, l'évolution phonétique aurait dû se faire différemment. Le plus ancien Ewenvilla l'explique mieux. Il s'agit probablement d'un autre nom de personne Edwin, à la fois germanique continental et anglo-saxon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la plaine d'Yainville coulait jadis l'Austreberthe. À l'ère quaternaire, son cours fut capturé par la Seine. L'idée de remettre en eau cette vallée morte pour abréger le parcours des navires fut lancée par Vauban puis reprise, au XIXe siècle, par divers ingénieurs. Ce projet, abandonné après quelques travaux, reste connu sous le nom de "coupure d'Yainville". Yainville était jusqu'à la Révolution l'une des trois paroisses composant la Baronnie de Jumièges, domaine direct de l'abbaye du même nom.

Première activité industrielle : une carrière de pierre située à Claquevent et exploitée à la Révolution par le syndic du village, Jacques Rollain et au XIXe siècle par Émile Sylvestre. Tous deux furent maires d'Yainville. Sur le site s'édifia ensuite une centrale électrique exploitée par la SHEE (Société havraise d'énergie électrique) puis une centrale thermique détruite à la fin des années 1990. Le 19 avril et les 29 et , la centrale électrique est bombardée[3].

Activités contemporaines : savonnerie et huilerie. Usine d'orfèvrerie Christofle (1971).

Des scènes du film Un pont entre deux rives (1999) de Gérard Depardieu et Frédéric Auburtin y ont été tournées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Yainville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
17xx 17xx Jacques Rollain   Carrier
18xx 18xx Émile Sylvestre   Carrier
mai 1945 octobre 1947 Gaston Passerel    
mars 1983 mars 2008 Jean-Louis Claudet   Retraité
mars 2008 en cours Anne-Marie Del Sole   Médecin
Les données manquantes sont à compléter.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

mandat fonctions nom(s)
2008 - 2014 maire Anne-Marie Del Sole
adjoints Jean Auger, Henri Kazmierczak, Philippe Lachèvre, Olivier Adam, Céline Bellet, Guillaume Boulanger, Anne-Marie Delmas, Brigitte Gomes Saltao, Isabelle Houssait, Marc Lefaux, Charles Duhazé, Philippe Godard, Jean-Claude Gosse, Évelyne Lapeyre

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 070 habitants, en diminution de -4,72 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204 238 237 261 234 251 210 286 240
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
229 224 260 249 226 224 261 287 281
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
275 241 214 265 258 350 347 340 616
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
883 993 1 117 1 246 1 135 1 181 1 153 1 123 1 070
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie Madeleine Dreux d'Aubray, marquise de Brinvilliers a, selon la légende, séjourné à Yainville.
  • Sacha Guitry et Charlotte Lysès, sa première épouse, font du manoir des Zoaques leur résidence d'été de 1913 à 1916.
  • Bernard Bloch-Levallois, marchand de biens, collectionneur, racheta les Zoaques à Sacha Guitry.
  • Lazare Bloch, époux de Marthe Hanau, la célèbre banquière, fut propriétaire des Zoaques[8].
  • Maurice Ray (1863-1938), peintre parisien, familier du Salon des Indépendants, fut propriétaire de La Broche, l'ancien nom des Zoaques.
  • Roger Martin du Gard séjourna à plusieurs reprises chez son ami Martin Ray, à La Broche, où il rédigea sa thèse sur l'abbaye de Jumièges.
  • L'abbé Houlière, poète, chansonnier, auteur de Noter Dame d'Autertot, fut curé d'Yainville. Il y rédigea son ouvrage intitulé Poésies d'un curé de campagne.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Taux d'activité : 81,2 %
  • Taux de chômage : 10,26 %

Sports[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1) (OCLC 6403150). p. 166.
  2. op. cit.
  3. Gontran Pailhès (préf. Pierre Varenne), Rouen et sa région pendant la guerre 1939-1945, Rouen, Henri Defontaine, , 309 p., p. 156, 166
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. ' Marthe Hanau ', sur le site melao.free.fr, consulté le 10 décembre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Bonmartel, Histoire du patrimoine industriel de Duclair-Yainville-Le Trait 1891-1992, 1998
  • Charles-Antoine Deshayes, Notice sur les paroisses Jumièges, Le Mesnil-sous-Jumièges et Yainville
  • Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair à l'aube du XXe siècle, Duclair, , 163 p. (ISBN 2-9501653-0-3)
  • Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair 1925-1950, Duclair, , 204 p. (ISBN 2-9501653-1-1)
  • Emmanuelle Real, Le Paysage industriel de la Basse-Seine, Connaissance du patrimoine en Haute-Normandie, , 264 p., broché (ISBN 2-910316-33-5)
  • « Yainville », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5) vol. 1, p. 450

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]