Yainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yainville
Yainville
La mairie
Image illustrative de l’article Yainville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Anne-Marie Del Sole
2020-2026
Code postal 76480
Code commune 76750
Démographie
Gentilé Yainvillais
Population
municipale
1 046 hab. (2018 en diminution de 3,33 % par rapport à 2013)
Densité 316 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 12″ nord, 0° 49′ 51″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 68 m
Superficie 3,31 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Barentin
Législatives 5e circonscription de la Seine-Maritime
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Yainville
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Yainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Yainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Yainville
Liens
Site web http://www.mairie-yainville.fr/

Yainville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Elle fait partie du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Yainville
Le Trait
Heurteauville Yainville Duclair
Jumièges

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Yainville est située sur la rive droite de la Seine.

Un bac permet de traverser la Seine et de rejoindre Heurteauville.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 13 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 863 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Jumièges », sur la commune de Jumièges, mise en service en 1978[7] et qui se trouve à 2 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11,6 °C et la hauteur de précipitations de 844,1 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, mise en service en 1968 et à 28 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 11 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Yainville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (48,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (52,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (35,3 %), zones urbanisées (20,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (14,9 %), eaux continentales[Note 7] (9,1 %), forêts (7,1 %), prairies (7 %), zones agricoles hétérogènes (6,1 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est attesté sous les formes Ewenvilla en 1025 et vers 1080, puis sous la forme Eudonis villa en 1138[21].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural » (ville est issu du gallo-roman VILLA de même sens). Le premier élément Yain- représente vraisemblablement, selon le cas général, un anthroponyme.

François de Beaurepaire identifie dans l'élément Yain-, le nom de personne Edwin[us] de type à la fois germanique continental et anglo-saxon[21]. Il note cependant une analogie possible avec Hyenville (Manche, Eudonis villa 1186, Heenville XIVe siècle[21]) qui contient peut-être le nom de personne germanique Odo[22] (cas sujet Eudes, cas régime Odon), bien que les formes Eudonis villa soient dans les deux cas, tardives et isolées[22]. En outre, le cas régime en -on reste exceptionnel dans les formations en -ville de Normandie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la plaine d'Yainville coulait jadis l'Austreberthe. À l'ère quaternaire, son cours fut capturé par la Seine. L'idée de remettre en eau cette vallée morte pour abréger le parcours des navires fut lancée par Vauban puis reprise, au XIXe siècle, par divers ingénieurs. Ce projet, abandonné après quelques travaux, reste connu sous le nom de « coupure d'Yainville ». Yainville était jusqu'à la Révolution l'une des trois paroisses composant la baronnie de Jumièges, domaine direct de l'abbaye du même nom.

La gare de Yainville-Jumièges vers 1907

Première activité industrielle : une carrière de pierre située à Claquevent et exploitée à la Révolution par le syndic du village, Jacques Rollain et au XIXe siècle par Émile Sylvestre. Tous deux furent maires d'Yainville. Sur le site s'édifia ensuite une centrale électrique exploitée par la SHEE (Société havraise d'énergie électrique) puis une centrale thermique détruite à la fin des années 1990. Le 19 avril et les 29 et , la centrale électrique est bombardée[23].

La commune a disposé d'une gare sur la ligne de Barentin à Caudebec-en-Caux, qui a fonctionné de 1882 à 1949, facilitant les déplacements des habitants et le développement des industries locales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1789 1794 Jacques Rollain   Carrier
1813   Lesain    
1848 1884 Jean-Augustin Lafosse    
1884 1894 Émile Sylvestre   Carrier
1904 1922 Athanase Leroy    
1921 1922 Émile Carpentier    
1929 1945 Jean Lévêque
(1881-1961)
   
mai 1945 octobre 1947 Gaston Passerel
(1883-1964)
   
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2008 Jean-Louis Claudet[Note 8],[24]
(1931-2008)
  Ingénieur aux chantiers du Trait, retraité
mars 2008 En cours
(au 10 août 2020)
Anne-Marie Del Sole   Médecin
Réélue pour le mandat 2020-2026[25],[26]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[28].

En 2018, la commune comptait 1 046 habitants[Note 9], en diminution de 3,33 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204238237261234251210286240
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
229224260249226224261287281
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
275241214265258350347340616
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8839931 1171 2461 1351 1811 1531 1231 070
2018 - - - - - - - -
1 046--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Activités contemporaines : savonnerie et huilerie. Usine d'orfèvrerie Christofle (1971).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André en 2010

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie Madeleine Dreux d'Aubray, marquise de Brinvilliers a, selon la légende, séjourné à Yainville.
  • Sacha Guitry et Charlotte Lysès, sa première épouse, font du manoir des Zoaques leur résidence d'été de 1913 à 1916.
  • Bernard Bloch-Levallois, marchand de biens, collectionneur, racheta les Zoaques à Sacha Guitry.
  • Lazare Bloch, époux de Marthe Hanau, la célèbre banquière, fut propriétaire des Zoaques[32].
  • Maurice Ray (1863-1938), peintre parisien, familier du Salon des Indépendants, fut propriétaire de La Broche, l'ancien nom des Zoaques.[réf. nécessaire]
  • Roger Martin du Gard séjourna à plusieurs reprises chez son ami Martin Ray, à La Broche, où il rédigea sa thèse sur l'abbaye de Jumièges.
  • L'abbé Houlière, poète, chansonnier, auteur de Noter Dame d'Autertot, fut curé de Yainville. Il y rédigea son ouvrage intitulé Poésies d'un curé de campagne.[réf. nécessaire]

Yainville dans les arts[modifier | modifier le code]

Des scènes du film Un pont entre deux rives (1999) de Gérard Depardieu et Frédéric Auburtin y ont été tournées.

Parainages[modifier | modifier le code]

Un cargo construit aux Ateliers et chantiers de la Seine-Maritime du Trait pour la Compagnie maritime et charbonnière Worms en 1961 portait le nom de Yainville[33].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Bonmartel, Histoire du patrimoine industriel de Duclair-Yainville-Le Trait 1891-1992, 1998
  • Charles-Antoine Deshayes, Notice sur les paroisses Jumièges, Le Mesnil-sous-Jumièges et Yainville
  • Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair à l'aube du XXe siècle, Duclair, G. Fromager, , 163 p. (ISBN 2-9501653-0-3)
  • Gilbert Fromager, Le canton de Duclair : 1925-1950, Duclair, G. Fromager, , 204 p. (ISBN 2-9501653-1-1)
  • Emmanuelle Real, Le Paysage industriel de la Basse-Seine : Haute-Normandie, Rouen, Connaissance du patrimoine en Haute-Normandie, , 264 p., broché (ISBN 978-2-910316-33-4 et 2-910316-33-5)
  • « Yainville », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5) vol. 1, p. 450

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Yainville », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Le foyer municipal porte le nom de ce maire
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Jumièges - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Yainville et Jumièges », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Jumièges - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Yainville et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Rouen », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. a b et c François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1) (OCLC 6403150). p. 166.
  22. a et b François de Beaurepaire (préf. Yves Nédélec), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Paris, A. et J. Picard, , 253 p. (ISBN 2-7084-0299-4, OCLC 15314425), p. 141.
  23. Gontran Pailhès (préf. Pierre Varenne), Rouen et sa région pendant la guerre 1939-1945, Rouen, Henri Defontaine, , 309 p., p. 156, 166.
  24. « Les années Claudet », Yainville, sur Le Canard de Duclair (consulté le ).
  25. « Municipales 2020. Anne-Marie Del Sole vise un troisième mandat à Yainville : La maire sortante, seule candidate déclarée à ce jour, met l’accent sur l’éducation, la solidarité, la citoyenneté et l’esprit d’entreprise », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Élue maire en 2008, Anne-Marie Del Sole, 71 ans, médecin généraliste toujours en activité dans son cabinet au sein du village, vise un troisième mandat ».
  26. « Liste des maires » [PDF], Listes des élus, Préfecture de la Seine-Maritime, (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. Gilles Henry, Promenades littéraires en Normandie, Condé-sur-Noireau, C. Corlet, , 213 p., 27 cm (ISBN 2-85480-516-X et 978-2-85480-516-1, OCLC 36104323, notice BnF no FRBNF35804179, lire en ligne), « Nous entrons sur la Seine... Maritime », p. 162.
  32. ' Marthe Hanau ', sur le site melao.free.fr, consulté le 10 décembre 2013
  33. « Le "Yainville" a été lancé au Trait pour la Cie Worms », Archives, sur https://www.wormsetcie.com/fr, (consulté le ).