Gouy (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gouy
Gouy (Seine-Maritime)
L'entrée de la grotte de Gouy de nuit.
Blason de Gouy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Jean-Pierre Breugnot
2020-2026
Code postal 76520
Code commune 76313
Démographie
Gentilé Gauvassiens, Gauvassiennes
Population
municipale
888 hab. (2019 en augmentation de 10,59 % par rapport à 2013)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 19″ nord, 1° 08′ 54″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 133 m
Superficie 4,97 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Darnétal
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Gouy
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Gouy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouy
Liens
Site web http://www.gouy.fr

Gouy est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

En bordure de Seine et à proximité de l'agglomération rouennaise, Gouy est desservi au point de vue routier par les départementales 7 et 6105 (D 7 et D 6105).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 788 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Rouen-Boos », sur la commune de Boos, mise en service en 1968[7] et qui se trouve à 5 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 10,1 °C pour la période 1971-2000[9] à 10,5 °C pour 1981-2010[10], puis à 11 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gouy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (46,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (46,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (35,5 %), terres arables (35,3 %), prairies (11,1 %), zones urbanisées (9,2 %), eaux continentales[Note 7] (9 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 370, alors qu'il était de 320 en 2013 et de 310 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 92,9 % étaient des résidences principales, 1,1 % des résidences secondaires et 6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 95,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 4,3 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Gouy en 2018 en comparaison avec celle de la Seine-Maritime et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,1 %) inférieure à celle du département (3,9 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 90,3 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (91 % en 2013), contre 53 % pour la Seine-Maritime et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Gouy en 2018.
Typologie Gouy[I 1] Seine-Maritime[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 92,9 88 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,1 3,9 9,7
Logements vacants (en %) 6 8,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous la forme latinisée Goiacus en 1025[19].

Gouy est un type toponymique fréquent de l'ancienne Gaule. En effet, c'est la forme normanno-picarde du bien connu Jouy, quant à lui typique du français central. Plus à l'ouest, y compris en Normandie méridionale, on rencontre la forme Joué et dans le Sud de la France les formes Gaugeac ou Gaujac. Ils se rencontrent dans les documents médiévaux sous diverses formes Gaudiacum, Gaudiacus, etc.

Ce toponyme remonte au gallo-roman GAUDIACU, basé sur le nom de personne chrétien Gaudius « le bienheureux » (issu de gaudium / gaudia > joie) et le suffixe de localisation et de propriété -acum[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gouy est un lieu de peuplement extrêmement ancien puisqu'on y a retrouvé une grotte pariétale (magdalénien, fin de la glaciation de Würm, Dryas II, peut-être, voire Azilien, 10 000 à 12 000 ans) tout à fait exceptionnelle (gravures sur support calcaire, extrêmement bien conservées, bien que la grotte ait été amputée lors de travaux en 1935 sans pour autant être découverte tout de suite ; elle ne le fut vraiment qu'en 1956).

On a notamment découvert un cheval gravé par homo sapiens vieux de 12 000 ans, sur une des parois de la grotte et un mustélidé gravé sur un bloc calcaire. ce serait la plus septentrionale et dernière manifestation de l'art rupestre en Normandie avant sa diffusion en Angleterre[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1792 Louis Dantan    
1792 1796 Hubert Chemin    
1796 1801 Louis Dantan    
1801 1815 Pierre Maugendre    
1815 1830 Joseph Lavenu    
1830 Avril 1848 Ambroise Hardy    
Avril 1848 Aoüt 1848 Victor Prudhomme    
Aoüt 1848 1858 Ambroise Hardy    
1858 1861 Philippe Delabarre    
1861 Février 1862 Adolphe Lanne    
Février 1862 Août 1862 Jules Lavenu    
Août 1862 1865 Adolphe Braye    
1865 1869 Adolphe Lanne    
1869 1878 Adolphe Hardy    
1878 1879 Victor Jourdain    
1879 1900 Auguste Labarre    
1900 1903 Charles Leloup    
1903 1904 Alfred Travers    
1904 1918 Gustave Debarre    
1918 1919 Eugène Leroux    
1919 février 1945 Édouard Jore    
février 1945 mai 1945 Charles Gopois    
mai 1945 1950 Georges Verneuil    
1950 1966 Albert Blin    
1966 Mai 1974 Maurice Martin    
mai 1974 juillet 1974 René Bauchet    
juillet 1974 1983 Paulette Jeanne    
1983 mars 2001 Marie-Claude Colonna    
mars 2001 En cours
(au 2 décembre 2021)
Jean-Pierre Breugnot[22]   Vice-président de la Métropole Rouen Normandie (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[23]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le village de Gouy possède une école qui se nomme l'école Préhistoval. Elle est composée d'une classe de maternelle et de trois classes primaires[Quand ?][réf. nécessaire].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[25].

En 2019, la commune comptait 888 habitants[Note 8], en augmentation de 10,59 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1861 1876 1881 1886
387380450491402345337301298
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
257261263287263221213233241
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
282279365348446468644794765
2006 2010 2015 2019 - - - - -
773810814888-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • [style à revoir]Gouy possède une grotte pariétale magdalénienne, c'est-à-dire ornée, voire azilienne (10 000 à 12 000 ans environ) appelée grotte de Gouy. Malgré son classement au titre des monuments historiques, elle est menacée de destruction. Avec celle d'Orival (Seine-Maritime), sa proche voisine, tout aussi peu étudiée, elle semble être une des grottes les plus septentrionales de ce type en Europe continentale à ce jour (deux grottes anglaises ont été découvertes récemment encore plus au nord). Elle ne peut être visitée. Voir « Histoire de la Normandie, préhistoire et antiquité ».
  • L'église paroissiale Saint-Pierre[28].
  • Les maisons bourgeoises au centre du village, ainsi que le colombier[29] dans une propriété en lisière de forêt, constituent un intérêt architectural [réf. nécessaire].
  • if du cimetière Logo des sites naturels français Site classé (1932). Agé d'environ 700 ans. Il est décrit le 6 Juin 1930 ainsi: "l’If du cimetière de Gouy, du sexe mâle, est encore bien vigoureux. […] Le tronc, complètement creux, est privé d’une partie de sa périphérie. Il mesure à un mètre du sol, une circonférence de 5,50 m[…]. La hauteur totale de l’arbre est de 12,50 m environ" [30].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Gouy
Blason de Gouy Blason
' coupé :au 1) d’argent aux deux clefs de sable passées en sautoir, au 2) d’azur aux trois pains d’or posés en pal et ordonnés 2 et 1.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Godart, Gouy, Le Livre d'histoire, 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Gouy », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station météofrance Rouen-Boos - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Gouy et Boos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Rouen-Boos - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rouen », sur insee.fr (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, OCLC 6403150, LCCN 80100776, 85).
  20. François de Beaurepaire, op. cit.
  21. Thierry Georges Leprévost, « Dans les pas de Néandertal, Les premiers hommes en Normandie », Patrimoine normand, no 94,‎ juillet-août-septembre 2015, p. 76 (ISSN 1271-6006).
  22. Thomas Blachere, « A Gouy, "c'est aux urbains de s'adapter" : Jean-Pierre Breugnot est le maire de Gouy, village de 830 habitants à l’est de Rouen. Entretien. », Tendance ouest,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  28. Notice no IA00021219, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. Serge Rouverand (préf. Philippe Manneville), Colombiers en Seine-Maritime, Darnétal, Petit à petit, , 130 p. (ISBN 2-914401-54-X), p. 39.
  30. « L’if du cimetière de Gouy (Seine-Maritime) », sur Krapo arboricole, (consulté le ).
  31. La Métropole Rouen Normandie, « Patrimoine - Gouy », sur www.gouy.fr (consulté le ).