Gouy (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouy.
Gouy
Entrée de la grotte de Gouy.
Entrée de la grotte de Gouy.
Blason de Gouy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Darnétal
Intercommunalité Communauté d’agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe
Maire
Mandat
Jean-Pierre Breugnot
2014-2020
Code postal 76520
Code commune 76313
Démographie
Population
municipale
809 hab. (2014)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 19″ nord, 1° 08′ 54″ est
Altitude Min. 2 m – Max. 133 m
Superficie 4,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Gouy

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Gouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouy

Gouy est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

En bordure de Seine et à proximité de l'agglomération rouennaise, Gouy est desservi au point de vue routier par les départementales 7 et 6105 (D7 et D6105).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous la forme latinisée Goiacus en 1025[1].

Gouy est un type toponymique fréquent de l'ancienne Gaule. En effet, c'est la forme normanno-picarde du bien connu Jouy, quant à lui typique du français central. Plus à l'ouest, y compris en Normandie méridionale, on rencontre la forme Joué et au sud de la France les formes Gaugeac ou Gaujac. Ils se rencontrent dans les documents médiévaux sous diverses formes Gaudiacum, Gaudiacus, etc.

Ce toponyme remonte au gallo-roman GAUDIACU, basé sur le nom de personne chrétien Gaudius « le bienheureux » (issu de gaudium / gaudia > joie) et le suffixe de localisation et de propriété -acum[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gouy est un lieu de peuplement extrêmement ancien puisqu'on y a retrouvé une grotte pariétale (magdalénien, fin de la glaciation de Würm, Dryas II, peut-être, voire Azilien, 10 à 12 000 ans) tout à fait exceptionnelle (gravures sur support calcaire, extrêmement bien conservées, bien que la grotte ait été amputée lors de travaux en 1935 sans pour autant être découverte tout de suite ; elle ne le fut vraiment qu'en 1956).

Un des seigneurs de Gouy, comme beaucoup de seigneurs de la région, combattit aux côtés de Guillaume dit « le Bâtard » à la bataille de Hastings en octobre 1066.

Jean de Gouy, conseiller au Parlement de Paris, assista à l'entrée de Charles Quint dans Paris en 1540.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Édouard Jore    
    Blin    
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Jean-Pierre Breugnot    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 809 habitants, en diminution de -0,49 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1861 1876 1881 1886
387 380 450 491 402 345 337 301 298
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
257 261 263 287 263 221 213 233 241
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
282 279 365 348 446 468 644 794 765
2010 2014 - - - - - - -
810 809 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le village de Gouy possède une école qui se nomme l'école Préhistoval. Elle est composée d'une classe de maternelle et de trois classes primaires.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Gouy possède une grotte pariétale magdalénienne, c'est-à-dire ornée, voire azilienne (10 000 à 12 000 ans environ) appelée Grotte de Gouy. Malgré son classement au titre des monuments historiques, elle est menacée de destruction. Avec celle d'Orival (Seine-Maritime), sa proche voisine, tout aussi peu étudiée, elle semble être une des grottes les plus septentrionales de ce type en Europe continentale à ce jour (deux grottes anglaises ont été découvertes récemment encore plus au nord). Elle ne peut être visitée. Voir « Histoire de la Normandie, préhistoire et antiquité ».
  • L'église paroissiale Saint-Pierre[7]. Le cimetière possède un if multi-séculaire dont la circonférence atteint 5,50 m à un mètre de hauteur. Il est classé monument naturel en 1932[8].
  • Les maisons bourgeoises au centre du village, ainsi que le colombier[9] dans une propriété en lisière de forêt, constituent un intérêt architectural.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Gouy

Les armes de la commune de Gouy se blasonnent ainsi :
coupé :au 1) d’argent aux deux clefs de sable passées en sautoir, au 2) d’azur aux trois pains d’or posés en pal et ordonnés 2 et 1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Godart, Gouy, Le Livre d'histoire, 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, OCLC 6403150, LCCN 80100776, [85 lire en ligne]).
  2. François de Beaurepaire, op. cit.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Notice no IA00021219, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. http://krapooarboricole.wordpress.com/2011/02/07/lif-du-cimetiere-de-gouy-seine-maritime/
  9. Serge Rouverand (préf. Philippe Manneville), Colombiers en Seine-Maritime, Darnétal, Petit à petit, , 130 p. (ISBN 2-914401-54-X), p. 39
  10. La Métropole Rouen Normandie, « Patrimoine - Gouy », sur www.gouy.fr (consulté le 1er juillet 2016)