Saint-Jacques-sur-Darnétal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jacques.

Saint-Jacques-sur-Darnétal
Saint-Jacques-sur-Darnétal
Mairie et église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Darnétal
Intercommunalité Métropole Rouen Normandie
Maire
Mandat
Danielle Pignat
2014-2020
Code postal 76160
Code commune 76591
Démographie
Gentilé st-Jacquais
Population
municipale
2 710 hab. (2016 en augmentation de 4,35 % par rapport à 2011)
Densité 301 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 28″ nord, 1° 12′ 15″ est
Altitude Min. 55 m
Max. 172 m
Superficie km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Jacques-sur-Darnétal

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Jacques-sur-Darnétal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jacques-sur-Darnétal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jacques-sur-Darnétal
Liens
Site web www.mairie-st-jacques.fr

Saint-Jacques-sur-Darnétal est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne de bus 22 exploitée par la TCAR permet aux habitants de Saint-Jacques-sur-Darnétal de rejoindre le centre-ville de Rouen en une trentaine de minutes avec en moyenne, un bus par demi-heure.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pro Sancti Jacobi terra[1] et Sancti Jacobi vers 1040 et 1050[2], In Sancto Jacobo en 1180, Sanctus Jacobus vers 1240, Anvers Saint Jame prez de Roem vers 1266, Parrochia Sancti Jacobi supra Darnestal en 1276[3], Parrochia Sancti Jacobi supra Dagnestall en 1314[3], Saint Jaques en 1319[4], Sanctus Jacobus en 1337, Saint Jacques sur Darnetal au XIVe siècle[5], Paroisse de Saint Jaques sur Dernestal en 1460, Saint Jacques sur Darnetal en 1715[1].

La commune de Quévreville-la-Millon est rattachée à Saint-Jacques-sur-Darnétal en 1826, son nom est attesté sous les formes Caprevilla vers 1040 et 1050, Chevrevilla vers 1043[6]. Elle tire son nom de l’élevage de chèvres.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1826, la commune de Quévreville-la-Millon est rattachée à Saint-Jacques-sur-Darnétal.

Les soldats canadiens ont libéré la ville en 1944 en arrivant par l'ouest. Pour rendre hommage à ces soldats, la rue par laquelle les soldats canadiens sont arrivés est nommée rue des Canadiens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Maurice Fisset    
André Bart    
André Wazzau DVD  
En cours Danielle Pignat DVG Retraitée de la fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 2 710 habitants[Note 1], en augmentation de 4,35 % par rapport à 2011 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0031 1001 0619701 2461 2631 3291 3211 280
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2651 2381 1851 1371 1331 0741 1121 0041 076
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0701 0441 0139621 0351 0531 0531 1361 203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 1101 1751 5612 0402 4072 4922 5642 5762 588
2013 2016 - - - - - - -
2 5772 710-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Zone d'activités de la Briqueterie.

Sports[modifier | modifier le code]

Saint-Jacques-sur-Darnétal possède un complexe sportif assez développé pour une commune de son envergure : une salle de sport comportant une salle de basket-ball/ handball/ judo/ musculation/gymnastique ainsi que quatre terrains de football et cinq courts de tennis.

Festivités[modifier | modifier le code]

Cette ville est aussi connue pour son feu de la Saint-Jean annuel qui rassemble un nombre très important de personnes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie de Saint-Jacques-sur-Darnétal.
    Mairie de Saint-Jacques-sur-Darnétal
    Mairie de Saint-Jacques-sur-Darnétal.
  • Parc de la mairie
    Bassin du parc de la mairie de Saint-Jacques-sur-Darnétal
    Bassin du parc de la mairie de Saint-Jacques-sur-Darnétal.
  • Église Saint-Jacques
  • Chapelle Notre-Dame (Quévreville-la-Milon). Elle a été reconstruite en 1828 à l’initiative de la famille Gaillard, connue pour les trois frères qui avaient épousé la cause royaliste des Chouans. La fille du perruquier de Louis XVI, Bénédicte de Cléry, a été inhumée dans le cimetière de la chapelle.
    Chapelle rue des Canadiens à Quévrevile-la-Milon
    Chapelle rue des Canadiens à Quévrevile-la-Milon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, page 907.
  2. Jean Adigard des Gautries, Les noms de lieux de la Seine-Maritime attestés entre 911 et 1066 (suite). Annales de Normandie, 8e année, no 3, 1958, page 158.
  3. a et b Archives départementales de Seine-Maritime 27 H.
  4. Archives de Seine-Maritime G 3267.
  5. Archives de Seine-Maritime 7 H 2229.
  6. Jean Adigard des Gautries, « Les noms de lieux de la Seine-Maritime attestés entre 911 et 1066 » (suite). Annales de Normandie, 8e année, no 3, 1958, page 322.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :