Laffrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laffrey
Lac de Laffrey
Lac de Laffrey
Blason de Laffrey
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Vizille
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine, du Pays de Corps et des Vallées du Valbonnais
Maire
Mandat
Hélène Perrin
2014-2020
Code postal 38220
Code commune 38203
Démographie
Gentilé Fredeyards
Fredeyardes
Population
municipale
393 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 37″ N 5° 46′ 30″ E / 45.027, 5.775 ()45° 01′ 37″ Nord 5° 46′ 30″ Est / 45.027, 5.775 ()  
Altitude Min. 680 m – Max. 1 262 m
Superficie 6,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Laffrey

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Laffrey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laffrey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laffrey
Liens
Site web http://www.mairie-laffrey.com/

Laffrey est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Laffrey est une localité touristique, à 30 km au sud de Grenoble, célèbre pour ses lacs. Situé à la marge septentrionale de la Matheysine, le village est construit sur la ligne de contact entre le socle cristallin — qui affleure dans la dépression du Grand Lac et du Lac Mort — et les premières couches triasiques de la couverture sédimentaire, qui forment la base des collines dominant ces lacs du côté ouest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est célèbre par la rencontre de Napoléon Ier, le 7 mars 1815, au retour de l'Ile d'Elbe, avec les troupes royales, chargées de l'arrêter. Après son débarquement à Golfe-Juan, le 1er mars 1815, Napoléon a pris la route des Alpes (l'actuelle route Napoléon) pour gagner Paris, route jugée plus sûre que la vallée du Rhône réputée favorable aux royalistes. Il passe alors par le plateau Matheysin. Après avoir passé la nuit du 6 mars à Corps, il passe par La Mure puis se dirige vers Grenoble. Le 7 mars devant Laffrey, sur la plaine se trouve un bataillon du 5e de Ligne envoyé par Louis XVIII pour l'arrêter. Napoléon s'avance seul au-devant des troupes sur ce qui est désormais nommée la « Prairie de la Rencontre » et leur parla d'abord ainsi: « Soldats du 5e de Ligne, je suis votre Empereur, reconnaissez-moi ! », puis, devant l'indécision des soldats pâles d'émotion lui faisant face, il s'approcha à portée de fusil, entrouvrit sa redingote et s'écria: « S'il est parmi vous un soldat qui veuille tuer son Empereur, me voici.» À ces mots, le 5e de Ligne mit bas les armes et se précipita vers Napoléon en pleurant.... Après cet épisode, Napoléon dit au général Cambronne : « C'est fini. Dans huit jours nous serons à Paris. »

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Laffrey Blason D’azur au dauphin d’or, à la filière cousue de gueules, au chef du même chargé de trois tours d’argent maçonnées de sable et ouverte aussi de gueules, brochant sur la filière[1].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Laffrey
D’or au dauphin d’azur… au chef de gueules chargé de trois tours d’argent ouvertes de sable et ajourées aussi de gueules

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 M. Jean-Jacques Defaite UMP ...
mars 2008 en cours Mme Hélène Perrin ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 393 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
319 321 365 378 436 475 466 472 510
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
466 426 416 431 440 412 410 404 381
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
398 358 326 280 278 307 280 243 265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
250 238 198 211 249 311 360 393 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La « prairie de la Rencontre » et, au fond, la statue équestre de Napoléon Ier.
  • Statue équestre de Napoléon dans la « prairie de la Rencontre », au bord du lac de Laffrey. Installée à cet endroit depuis 1929. Auparavant, elle se trouvait au centre de Grenoble, sur la Place de la Constitution, rebaptisée Place de Verdun, après la Première Guerre mondiale.
  • Le village de Laffrey abritait une concession minière exploitant des affleurements de plomb et de zinc sur un ensemble de 10 sites comportant des galeries, un puits de mine et différentes fouilles en surface se caractérisent par des tranchées de recherche. D’après les données du BRGM le premier exploitant du site fut la "Compagnie équatoriale des mines" à partir du 1er janvier 1846 puis du 1er janvier 1847. Toujours d'après les données du BRGM l'un des sites fut exploité par les mines Bornettes à partir du 1er janvier 1846 jusqu’en 1908, puis par la "Compagnie équatoriale des mines" jusqu’en 1957. L’ensemble de la concession sera repris par la société Alcatel qui décidera d’une mise en sécurité totale du site en 1999. La fermeture définitive aura lieu en 2000 avec la mise en sécurité du site. Près d’une centaine de travailleurs auront travaillé sur cette concession qui a produit 2 000 tonnes de minerai de plomb et de zinc.
  • Rampe de Laffrey ou Descente de Laffrey, longue portion de la RN 85 à forte déclivité et relativement droite qui traverse les communes de Laffrey, Saint-Pierre-de-Mésage et Notre-Dame-de-Mésage et finit en virage serré avant le pont franchissant la Romanche et l'entrée dans Vizille. Cette route très accidentogène a été le lieu de quatre des accidents les plus meurtriers en France.
Article détaillé : Rampe de Laffrey.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://labanquedublason2.com/
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Olivier Messiaen, dans le monde entier, L'Humanité, 4 janvier 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]