Oisans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oisans
Une commune de l'Oisans, Besse-en-Oisans
Une commune de l'Oisans, Besse-en-Oisans
Massif Alpes
Pays Drapeau de la France France
Régions Rhône-Alpes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Départements Isère
Hautes-Alpes
Coordonnées géographiques 45° 03′ N 6° 02′ E / 45.05, 6.033 ()45° 03′ Nord 6° 02′ Est / 45.05, 6.033 ()

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Oisans
Orientation ouest
Longueur 70 km
Type Vallée glaciaire
Écoulement Romanche
Voie d'accès principale N 91

L'Oisans (prononcé [wa.zɑ̃ ]) est une région des Alpes françaises, située dans les départements de l'Isère et des Hautes-Alpes, et correspondant au bassin de la rivière Romanche et de ses affluents (l'Eau d'Olle, la Lignarre, la Sarenne, le Vénéon, le Ferrand). Entre Livet-et-Gavet et Le Bourg-d'Oisans, la Romanche forme des gorges profondes.

Cette définition géographique coïncide presque exactement avec une définition administrative : l'Oisans correspond aux cantons de Bourg-d'Oisans (Isère) et de La Grave (Hautes Alpes).

Géographie[modifier | modifier le code]

La Meije, la « reine de l'Oisans » (3 983 mètres)

L'Oisans couvre une partie des massifs de Belledonne, du Taillefer, des Grandes Rousses, d'Arves et des Écrins.

Le point culminant de la région est le pic Lory, une antécime de la Barre des Écrins qui culmine à 4 088 m, mais le sommet le plus emblématique reste la Meije, surnommée la « reine de l'Oisans ».

L'Oisans est un territoire remarquable, ce qui est dû à ses nombreuses chaînes de montagnes, vallées, rivières, torrents et plaines.

L'Oisans est une région très touristique, autant dans le domaine des sports d'hiver que des sports d'été. L'Oisans accueille régulièrement le Tour de France ainsi que beaucoup de manifestations sportives importantes à l'échelle européenne (super-motard, mondial du snowboard, mondial du ski, fête de la moto, trophée Andros ou encore le critérium cycliste du Dauphiné Libéré.

La route départementale 1091 (ex RN 91) est la principale route d'accès à ce territoire qui débute sur la commune de Livet-et-Gavet. Durant ces dernières années, la RD1091 a été fortement modifiée, avec plusieurs déviations amenées à rendre l'accès à l'Oisans plus rapide et plus agréable.

La commune du Bourg-d'Oisans est l'équivalent de la capitale de ce territoire car cette commune se trouve au centre de six vallées.

Les communes principales sont Livet-et-Gavet, le Bourg-d'Oisans et Huez.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette région était, à l'âge du fer, habitée par les Uceni, peuple indépendant des Alpes qui contrôlait la voie commerciale du col du Lautaret vers l'Italie. Les Romains ont aménagé la route pour en faire un grand axe de communication, qui le reste encore aujourd'hui.

Elle appartenait, sous l'Ancien Régime, à la province du Dauphiné. À cette époque, l'Oisans aurait connu une situation autonome relativement comparable à celle du Briançonnais, divisé en vingt-et-une communautés, du fait de sa situation géographique isolée et de sa difficulté d'accès depuis les basses vallées. Au XIIIe siècle, un barrage naturel formé suite à un éboulement provoqua l'inondation de Grenoble en 1219.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'Oisans, à l'instar du Vercors, fut un haut-lieu de la résistance intérieure française face à l'occupation nazie. Notamment autour de la commune du Bourg-d'Oisans.

Au cours du XXe siècle, des industries de papeterie et d'hydroélectricité ainsi que du travail de métaux et de production d'obus se sont développées, principalement dans la vallée de la Romanche sur la commune de Livet-et-Gavet, créant ainsi tout au long de la vallée une véritable cité industrielle appelée La houille blanche.

Aujourd'hui, bon nombre de ces usines ont fermé, laissant place au tourisme ; beaucoup de sports sont pratiqués dans la vallée, comme par exemple l'escalade, le VTT, le parapente, la pêche ou la chasse.

Linguistique[modifier | modifier le code]

La région est partagée entre les domaines linguistiques du francoprovençal et du nord-occitan. Un atlas linguistique parlant, réalisé par l'Université Stendhal de Grenoble présente les parlers de Saint-Christophe-en-Oisans de l'Alpe-de-Venosc[1].

On observe une forte influence francoprovençale sur l'occitan de l'Oisans qui, proche de celui du Briançonnais connaît une tendance à la chute des consonnes finales, contrairement à l'occitan vivaro-alpin qui les conserve. D'autres traits phonologiques (tels le rhotacisme du -n- intervocalique : LUNA > lura en Oisans et luro en Briançonnais) laissent deviner une importante communication vers le Briançonnais, non seulement par le Lautaret mais aussi vers Vallouise.

Stations de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Villages en Oisans[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Atlas linguistique parlant d'une region alpine, sur le site w3.u-grenoble3.fr

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]