Ossun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Ossen ni Ossun-ez-Angles.
Ossun
Mairie d'Ossun
Mairie d'Ossun
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Canton Ossun
Intercommunalité Communauté de communes du Canton d'Ossun
Maire
Mandat
Francis Bordenave
2014-2020
Code postal 65380
Code commune 65344
Démographie
Population
municipale
2 319 hab. (2011)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 05″ N 0° 01′ 31″ O / 43.1847222222, -0.0252777777778 ()43° 11′ 05″ Nord 0° 01′ 31″ Ouest / 43.1847222222, -0.0252777777778 ()  
Altitude 366 m (min. : 345 m) (max. : 542 m)
Superficie 27,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Ossun

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Ossun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ossun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ossun

Ossun est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située en Bigorre dans l'aire urbaine de Tarbes, au pied du plateau de Ger à mi-chemin entre Tarbes et Lourdes, distantes d'environ dix kilomètres. Elle est traversée par le Mardaing, sous-affluent de l'Échez et affluent du Souy. Sur son relief à l'ouest, se déploient les forêts dites d'Ossun et de Féline.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Ossun est traversée par la RD 936, ancienne RN 636, bordée par la RN 21 et desservie par la toute proche A 64

La gare d'Ossun est desservie plusieurs fois par jour par des trains TER.

Implanté sur la commune du fait de la proximité de Lourdes et Tarbes, l'aéroport Tarbes-Lourdes-Pyrénées assure plusieurs liaisons quotidiennes avec celui d'Orly à Paris ainsi que des vols charters saisonniers ou ponctuels en provenance et à destination de grandes villes européennes[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de ce village se traduit par Aüssu en gascon. Le nom d'Aüssu provient du mot ours, qui se dit Ossau en gascon (on retrouve par ailleurs le pic du Midi d'Ossau). Cet ours se retrouve sur de nombreux écussons ossunois et plus particulièrement sur le blason des barons d'Ossun pour ainsi mettre en avant leurs origines gasconnes et les valeurs de courage et de force symbolisées par ce mammifère.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ossun se trouve au cœur de la grande nécropole préhistorique s'étendant de Dax à Lannemezan. On a pu compter 27 tumulus sur le territoire du bourg, ils sont répartis en neuf groupes et leur diamètre varie entre 6 à 20 m. La plupart de ces tumulus ont été détruits par les bulldozers lors de la mise en valeur des landes en 1964. On peut toujours en contempler un sur le plateau de Ger, dominant le village d'Ossun a l'Ouest.

On a aussi découvert des restes des populations celtibériennes, populations particulières au piémont pyrénéen. Ces restes sont des tombes où l'on a pu découvrir des armes diverses telles que des épées à antennes et des javelots a crochets.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Ossun est un chef-lieu de canton et dépend de l'arrondissement de Tarbes. Le Trésor Public y possède une antenne.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1790 Jean Merillon    
1790 1791 Jean Penin-Arras    
1791 1792 Pierre Candelle-Poulit    
1793 1795 Pierre Bouette-Rambe    
1795 1796 Dominique Miqueu    
1796 1800 Dominique Baile    
1800 1815 Jean Merillon    
1815 1815 Faure-Menginou    
1815 1827 Jean Merillon    
1827 1832 Jean Candelle-Poulit    
1832 1834 François Menginou-Turettes    
1834 1843 Jean Candelle-Poulit    
1843 1844 Jean Merillon    
1845 1870 Dominique Baile    
1870 1873 Joseph Merillon    
1873 1875 Edouard Jacomet    
1875 1878 Jean-Marie Haurou-Bejottes    
1878 1881 Edouard Jacomet    
1881 1916 Léon Baile    
1916 1919 Auguste Dulac    
1919 1924 Armand Merillon    
1924 1924 Auguste Dulac    
1924 1929 Henri Maninat    
1929 1936 Adrien Merillon    
1936 1945 Jean Peyou    
1945 1977 Jean Turettes    
1977 1989 Pierre Baget    
1989 1995 Edouard Menginou-Bouette    
1995 2001 Charles Barreat PS  
mars 2001 2008 Michel Hourne PS  
mai 2008 2014 Charles Barreat PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La communauté de communes du Canton d'Ossun s'articule autour de cette commune.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 319 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 770 3 019 3 072 3 552 3 243 3 101 3 016 3 004 2 964
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 846 2 733 2 595 2 504 2 451 2 315 2 337 2 025 2 050
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 034 1 833 1 621 1 669 1 683 1 717 1 717 1 777 1 851
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
1 896 1 837 1 757 2 083 2 171 2 251 2 275 2 319 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire publique et d'une école libre.

Économie[modifier | modifier le code]

TARMAC et les champs avoisinant

La commune compte plus d'une quinzaine de commerces[4].

Aux abords de l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées, se déploie la zone d'activité Pyrène Aéro Pôle. Le bâtiment de TARMAC aerosave[5] voué au démantèlement d'avions marque profondément le paysage du fait de sa taille. De nombreuses autres entreprises sont représentées telle que EADS Socata qui fabrique des avions d'affaires et de tourisme.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Blaise
  • Hôtel de ville
  • Église Saint-Blaise
  • Chapelle Saint-Joseph
  • Chapelle Notre-Dame de Bellau
  • Pont de Bellau
  • Camp de César

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à l'ours arrêté de sable[6].
Commentaires : Ce blason est officiel (vérifié auprès de la mairie).


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées (site officiel)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Ossun (site officiel)
  5. Tarmac aerosave (site officiel)
  6. Passion Bigorre

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.