Hubert Humphrey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Humphrey.
Hubert Humphrey
Portrait officiel de Hubert H. Humphrey II
Portrait officiel de Hubert H. Humphrey II
Fonctions
38e vice-président des États-Unis
20 janvier 196520 janvier 1969
(4 ans, 0 mois et 0 jour)
Élection 3 novembre 1964
en tant que vice-président
Président Lyndon Johnson
Prédécesseur Lyndon Johnson
Successeur Spiro Agnew
Sénateur du Minnesota (2e fois)
3 janvier 197113 janvier 1978
Prédécesseur Eugene McCarthy
Successeur Muriel Humphrey
Sénateur du Minnesota (1re fois)
3 janvier 196130 décembre 1964
Prédécesseur Joseph H. Ball
Successeur Walter Mondale
Biographie
Nom de naissance Hubert Horatio Humphrey II
Date de naissance 27 mai 1911
Lieu de naissance Wallace, Dakota du Sud (États-Unis)
Date de décès 13 janvier 1978 (à 66 ans)
Lieu de décès Waverly, Minnesota
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Conjoint Muriel Buck Humphrey
Enfant(s) Hubert Humphrey III
Nancy Humphrey
Robert Humphrey
Douglas Humphrey
Diplômé de Université du Minnesota
Université d'État de Louisiane
Capitol College of Pharmacy

Signature

Hubert Humphrey
Vice-présidents des États-Unis

Hubert Horatio Humphrey II (27 mai 1911 - 13 janvier 1978) fut maire de Minneapolis, sénateur démocrate du Minnesota, 38e vice-président des États-Unis de 1965 à 1969 sous le mandat de Lyndon Johnson et candidat à la présidence en 1968 contre Richard Nixon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Hubert Humphrey est né le 27 mai 1911 à Wallace, comté de Codington dans le Dakota du Sud. Il est le fils de Hubert Humphrey, Sr et de Ragnild Kristine Sannes qui est d'origine norvégienne. Il passe sa jeunesse dans la petite ville de Doland, elle aussi située dans le Dakota du Sud et qui comptait alors environ 700 habitants. Son père est à la fois le pharmacien de Doland mais également un élu local (il fut maire de Doland et conseiller municipal). La crise économique qui frappa les États-Unis dès 1929 fut également un coup dur pour Doland. Des banques fermèrent ainsi que des commerces et le père de Humphrey dû se battre pour conserver sa pharmacie. Une fois le bac en poche, Hubert Humphrey, Sr considère qu'il était temps de quitter Doland et il va ouvrir une nouvelle pharmacie à Huron toujours dans le Dakota du Sud.

La situation financière précaire de la famille oblige le jeune Humphrey Jr à renoncer à ses études de pharmacie qu'il avait débuté à l'Université du Minnesota au bout d'un an.

Cependant il avait besoin d'une licence pour exercer le métier de pharmacien et en l'espace de six mois put l'obtenir alors qu'en réalité le cursus dure deux années. C'est à la Capital College of Pharmacy de Denver dans le Colorado qu'il réalisa cette prouesse.

De 1933 à 1937 il peut ainsi aider son père dans son officine à Huron.

Cependant son métier de pharmacien ne l'enthousiasme pas. Il avait toujours rêvé de décrocher un doctorat en sciences politiques pour devenir enseignant.

En 1936, il épouse la future Muriel Humphrey Brown. Elle lui succédera comme sénatrice, en 1978.

En 1937 le voilà qui retourne à l'Université du Minnesota qu'il avait quitté auparavant et y décrocha ses diplômes sans toutefois avoir le temps de réussir son doctorat. C'est pour cette raison qu'en 1969, l'Université du Minnesota refusera de le laisser enseigner.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Hubert Humphrey s'occupe de la production industrielle de son État.

Ascension politique[modifier | modifier le code]

En 1944, Humphrey participe activement à la fusion entre le parti démocrate du Minnesota et le parti travailliste et paysan pour former le Minnesota Democratic-Farmer-Labor Party (Parti démocrate travailliste et paysan, DFL).

Après un premier échec en 1943, Humphrey est élu maire de Minneapolis dans le Minnesota en 1945, puis réélu largement en 1947.

Il se fait connaître en créant la Americans for Democratic Action, organisation politique promouvant les idées libérales (ou de gauche au sens américain du terme).

Lors de la Convention démocrate de 1948, il livre un discours en faveur des droits civiques, plongeant les démocrates conservateurs du Sud (Dixiecrats) dans la colère : « À ceux qui disent que le programme des droits civiques est en contradiction avec le droit des États, je dis que le temps est arrivé aux États-Unis pour le parti démocrate de sortir de l'ombre du droit des États et de se tourner enfin vers l'éclat lumineux des droits de l'homme. »

La même année, Humphrey est élu Sénateur démocrate du Minnesota, poste auquel il sera réélu en 1954 et 1960. Au Sénat, il est un des plus ardents défenseurs des causes libérales, comme les droits civiques, le contrôle des armes à feu, la fin des tests nucléaires ou l'aide aux pays en développement.

En 1960, il se présente aux primaires démocrates pour l'élection présidentielle, mais est battu par John F. Kennedy. Le film documentaire de Robert Drew, Primary (film) (1960), relate la campagne des primaires démocrates dans le Wisconsin. Humphrey apparaît abondamment dans le film.

Vice-président des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1964, le Président Lyndon Johnson le désigne comme colistier, et le ticket démocrate est facilement élu face au tandem républicain dirigé par Barry Goldwater.

Si la mise en place des réformes mettant fin à la ségrégation raciale est un succès, Humphrey est critiqué pour sa loyauté envers Johnson à propos de la guerre du Viêt Nam.

En 1968, Humphrey se présente avec succès aux primaires démocrates contre des candidats opposés à la guerre du Viêt Nam, comme Robert Kennedy (assassiné après avoir gagné la première primaire en Californie, ce qui en faisait le grand favori dans la course à la nomination par son parti), George McGovern ou Eugene McCarthy.

Mais une campagne trop à gauche et la dissidence du Démocrate conservateur George Wallace (qui gagnera tous les États du Vieux Sud) provoquent la défaite de Hubert Humphrey et de son colistier Edmund Muskie, avec 500 000 voix de retard sur le candidat républicain Richard Nixon toutefois.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Après sa défaite, Humphrey devient professeur.

Alors qu'il ne comptait pas revenir dans la politique, un concours de circonstance l'y pousse. Eugene McCarthy, Sénateur du Minnesota, réalisant qu'il a très peu de chance de retrouver son siège lors des élections de 1970, décide de ne pas se représenter.

Humphrey décide de se présenter. Il est élu, et le sera à nouveau en 1976.

En 1972, il se présente aux primaires démocrates, mais est battu par George McGovern.

En 1976, il tente d'être élu Majority Leader (chef du parti majoritaire au Sénat) mais est battu par Robert Byrd. Cependant, le Sénat décide de créer pour Humphrey le poste de Vice President pro tempore.

Le 16 août 1977, Humphrey révèle qu'il est atteint d'un cancer de la vessie en phase terminale.

Pour l'honorer, le Président Jimmy Carter lui donna le commandement de Air Force One pour son dernier voyage en direction de Washington, D.C. le 23 octobre 1977.

Sa maladie évoluant, il fut contraint de séjourner régulièrement à l'hôpital. Cela ne l'empêchera pas de continuer à plaisanter avec le personnel et son entourage voire avec les autres patients puisqu'il déambulait de chambre en chambre afin de les encourager à se battre mais aussi pour les écouter. Son esprit combatif ne lui fera pas défaut y compris dans ses derniers instants.

Hubert Humphrey meurt le 13 janvier 1978 dans sa maison de Waverly, dans le Minnesota. Son corps fut exposé conjointement au sein du Capitol de Washington, D.C. et celui de l'État du Minnesota.

Comme la constitution le lui autorisait, le gouverneur du Minnesota, Rudy Perpich, désigna la veuve de Humphrey pour le remplacer au sein du Sénat en attendant qu'une élection partielle puisse se tenir. Elle décida de ne pas se présenter au suffrage mais accepta l'intérim pendant quelques mois.