Métro léger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un métro léger, également connu sous le vocable de Transit Léger sur Rail (TLR) ou Système léger sur rail (SLR), est une forme de transport en commun urbain ferroviaire qui a généralement une capacité et une vitesse inférieures à celles d'un train ou d'un métro, mais une capacité et une vitesse plus élevées que les systèmes traditionnels de tramway. C'est une forme de transports en commun où des tramways roulent complètement ou partiellement en souterrain. Un métro léger est assimilable à un tramway en surface et à un métro classique sur son parcours souterrain. Il peut aussi être un système de tramway utilisant lorsqu'elles sont disponibles les infrastructures ferroviaires existantes de la ville ou de l'agglomération.

Le terme est en général utilisé pour désigner les systèmes ferroviaires de transport en commun rapide qui utilisent habituellement des véhicules électriques, circulant principalement en sites propres séparés du reste du trafic, mais parfois, si nécessaire, mélé avec les autres trafics dans les rues de la ville. Quand c'est le cas, dans la législation de nombreux pays ces systèmes sont juridiquement des tramways, bien que les véhicules soient parfois désignés « supertrams ». La technologie moderne de train léger sur rail est souple et adaptable, et un système donné est considéré comme vrai système de transport en commun rapide ou pas selon ses caractéristiques.


Edmonton LRT (Canada)
Métro léger de la Santa Clara Valley Transportation Authority (Californie), 2005

Principe[modifier | modifier le code]

Avec son mélange de priorité de passage et de technologies de contrôle des trains, le métro léger offre les plus vastes possibilités parmi les systèmes ferroviaires, dans la conception, l'ingénierie et les pratiques d'exploitation. Le défi dans la conception de systèmes légers sur rail est de réaliser le potentiel du métro leger pour fournir un service rapide et confortable, tout en évitant la tendance à surdimensionner et des investissements excessifs, au-delà de ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins de la population.

Le métro léger se distingue d'un tramway « classique » par deux caractéristiques majeures :

  • il roule quasi-exclusivement sur une emprise dédiée (site propre). Cependant, cette emprise, contrairement à celle d’un métro « classique » peut être traversée à niveau par des voies de circulation routières et piétonnes ; son infrastructure peut-être légère (comme celle d'un tramway) ou lourde (comme celle d'un métro).
  • il possède éventuellement des sections souterraines en centre-ville, pour augmenter la fiabilité de l’exploitation.

La différence essentielle par rapport à un métro classique réside dans le mode d’exploitation des métros légers. À la différence du métro classique, où une infrastructure correspond à une ligne de transport ayant une (ou au maximum deux) origines/destinations, le métro léger est le plus souvent exploité sous formes de réseau maillé (lorsque le réseau en question compte plus d'une ligne), comme un réseau de tramway, où plusieurs lignes avec des origines et des destinations différentes circulent sur des distances variables sur des tronçons de voie communs.

Il ne faut pas confondre le métro léger avec des modèles de métro à gabarit réduit comme par exemple le VAL.

Prémétro[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prémétro.

Le prémétro est à mi-chemin entre le métro léger et le métro lourd.

  • Le terme « prémétro » met en avant la possibilité de transformation en ligne plus lourde, et donc de plus grande capacité, à moindre coût (construction en deux phases par exemple).
  • Le prémétro dispose d'infrastructures lourdes, similaires à celles d'un métro lourd, tandis que la desserte est assimilable à celle du métro léger répondant suffisamment aux besoins dans un premier temps. Le matériel roulant est généralement comparable à celui d'un métro léger, à savoir des rames de tramway.

Métros légers et prémétros dans le monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des métros légers du monde.

En Afrique[modifier | modifier le code]

Tunisie[modifier | modifier le code]

Métro léger de Tunis (Tunisie)

Tunis, capitale de la Tunisie, possède un réseau de métro léger comprenant 5 lignes (32 kilomètres) et 47 stations. Il a été inauguré en 1985 et, en 2006, il constituait le seul réseau de métro léger d’Afrique et du monde arabe.

En Amérique[modifier | modifier le code]

Argentine[modifier | modifier le code]

  • Buenos Aires : Premetro E2

Brésil[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Métro léger de Minneapolis (Etats-Unis)

Mexique[modifier | modifier le code]

En Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Hong Kong[modifier | modifier le code]
Métro léger de Hong Kong

Malaisie[modifier | modifier le code]

Kuala Lumpur, la capitale de la Malaisie, possède deux lignes de métros légers :

Israël[modifier | modifier le code]

Jérusalem possède une ligne de métro léger.

Métro léger de Jérusalem dans la rue Jaffa

Tel Aviv, un métro léger est en cours de construction.

En Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Métro léger de Hanovre (Allemagne)
Métro léger de Stuttgart (Allemagne)

Angleterre[modifier | modifier le code]

Docklands Light Railway de Londres (Angleterre) à la station Westferry
Midland Metro de Birmingham (Angleterre) à la station West Bromwich

Autriche[modifier | modifier le code]

  • Vienne : le Stadtbahn date de 1898 où trois lignes furent mise en service. Seule une ligne subsiste de nos jours, incorporée au réseau de métro viennois et numérotée U6. La seconde fut transformée en 1976 en ligne de métro lourd (U4) et la troisième incorporée au réseau RER (S45) en 1980.
  • Le réseau de tramways de Vienne comprend aussi une petite partie de pré-métro à proximité de la Südbahnhof (gare du Sud), sur les lignes 6, 18, 62 et 65 (six stations). Le chemin de fer local de Vienne à Baden (WLB) emprunte également les tunnels qui portent le nom de „U-Strab“ pour Unterpflasterstrassenbahnen (« Tramways souterrains », littéralement « tramways sous pavés »).

Belgique[modifier | modifier le code]

Prémétro d'Anvers (Belgique)
Prémétro de Bruxelles (Belgique)
Métro léger de Charleroi (Belgique)

Espagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Portugal[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

  • Lausanne possède une ligne de métro léger, le TSOL, aujourd’hui numérotée m1, la ville est aussi dotée d'une ligne de métro lourd m2.
  • Zurich possède un embryon de pré-métro sur les lignes de tramways 7 et 9. Trois stations sont souterraines. À l’origine, ce tunnel était une étude de l’école polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ-EPFZ) pour le futur métro zurichois. Lorsque le projet fut abandonné, pour des raisons de coûts, il a été décidé de réutiliser le tunnel pour la desserte par tramways des quartiers au nord du Zürichberg. Les tramways circulent dans le souterrain depuis 1986.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]