Facebook

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le réseau social. Pour l'entreprise : Facebook (entreprise)
Logo de Facebook
Logo de Facebook (depuis 2014)

URL facebook.com
Slogan Facebook is a social utility that connects you with the people around you.
« Facebook vous permet de rester en contact avec les personnes qui comptent dans votre vie. »
Écrit en C++, langage D [1]et PHP
Publicité oui
Type de site Réseautage social
Langue(s) 78
Inscription Requise, ≥ 13 ans
Siège social Menlo Park (Californie)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Propriétaire Facebook (entreprise)
Directeur de la publication Mark Zuckerberg (PDG)
Sheryl Sandberg
Lancement 4 février 2004
État actuel actif

Facebook est un réseau social en ligne qui permet à ses utilisateurs de publier du contenu et d'échanger des messages. Deuxième site le plus visité au monde après Google[2], il compte aujourd'hui plus d'un milliard d'utilisateurs actifs[3].

Facebook est né en 2004 à l'université Harvard ; d'abord réservé aux étudiants de cette université, il s'est ensuite ouvert à d'autres universités américaines avant de devenir accessible à tous en septembre 2006. Le nom du site s’inspire d'ailleurs des albums photo (« trombinoscopes » ou « facebooks » en anglais) regroupant les photos des visages de tous les élèves prises en début d'année universitaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Mark Zuckerberg, cocréateur du site Facebook dans sa chambre à Cambridge (Massachusetts).

Mark Zuckerberg a fondé « The Facebook », initialement à l'adresse thefacebook.com, le 3 février 2004[4]. L'inscription a d'abord été limitée aux étudiants de l'université Harvard et dès le premier mois, plus de la moitié de la population undergraduate de l'université Harvard était inscrite sur le service[5]. Eduardo Saverin (aspect commercial), Dustin Moskovitz (programmeur), Andrew McCollum (graphiste) et Chris Hughes ont rejoint Zuckerberg pour l'aider à promouvoir le site.

En mars 2004, Facebook s'est élargi aux universités Stanford, Columbia et Yale[6]. Cette expansion a continué avec l'ouverture de Facebook à l'Ivy League et aux écoles de la région de Boston et, progressivement, à la plupart des universités au Canada et aux États-Unis[7]. En juin 2004, Facebook établit son siège social à Palo Alto, en Californie[6].

La société a enlevé la particule « The » de son nom après l'achat du nom de domaine facebook.com en 2005 pour la somme de200 000 dollars[8]. Elle a lancé une version pour les écoles secondaires en septembre 2005 qui, pour Zuckerberg, était la prochaine étape logique[9]. À cette époque, pour rejoindre le réseau d'une école secondaire, il fallait une invitation[10]. Facebook a ensuite élargi ses membres aux employés de plusieurs sociétés, dont Microsoft et Apple[11].

Dès le 26 septembre 2006, toute personne d'au moins 13 ans possédant une adresse électronique valide a pu posséder un compte[12],[13]. Le 13 août 2007, une partie du code source de la page d’index du site a été piratée et publiée sur Internet[14].

Le 23 juillet 2008, Facebook a présenté les dernières avancées de sa plateforme au cours de sa conférence annuelle à des développeurs, appelant ses développeurs, dont le nombre dépasse 400 000, à connecter leurs sites Web à Facebook via Facebook Connect[15].

En 2009, Facebook a amélioré son système de micro-blogging. D'après Le Monde, cette nouveauté vise à défendre ses parts de marché face au concurrent Twitter, qui bénéficie d'une forte couverture médiatique[16].

Le 21 janvier 2010, un livre non-officiel retrace l'histoire de Facebook, de l'université Harvard en 2003 jusqu'au courant de l'année 2009[17]. Le film The Social Network (ou Le Réseau social au Québec), retraçant la création de « The Facebook » à Harvard, est sorti le 1er octobre 2010 dans les salles nord-américaines[18] et le 13 octobre 2010 en France[19].

Le 23 septembre 2010, Facebook et tous les services utilisant son API ont été coupés pendant plus de deux heures à la suite d'une modification erronée de la configuration du site par les développeurs[20].

Le 15 novembre 2010, Mark Zuckerberg annonce le lancement d'un système de messagerie e-mail, qui aura pour nom de domaine @facebook.com, afin de concurrencer Gmail et Hotmail, les webmail de Google et Microsoft[21].

Le 17 mai 2012, Facebook lance la plus grosse introduction en Bourse de l'histoire des valeurs technologiques, tant en levée de fonds qu'en capitalisation boursière[22], et au second rang historique pour l'ensemble des États-Unis derrière Visa et devant celle de General Motors, avec 421 millions d'actions au prix de 38 dollars chacune, qui lui donne une valorisation de 104 milliards de dollars[23]. Exactement un an avant, le réseau social professionnel LinkedIn avait été valorisé à 9 milliards de dollars, le même niveau que Peugeot et plus que Cap Gemini ou Iliad. Tout comme Google en 2004, Facebook a contenu les frais payés aux banques, versant selon Dan Scholnick, de la société de capital-risque Trinity Ventures, seulement 1 % du montant de l'opération[24]. Néanmoins le cours chute rapidement, le titre perdant jusqu’à 24 % moins de deux semaines après l’introduction[25].

Le 14 janvier 2014 Facebook rachète la société Branch Media, spécialiste dans la curation et le partage de contenus, pour 15 millions de dollars [26].

Le 24 février 2014 un porte parole de Facebook annonce à l'AFP la suppression de son système de messagerie e-mail : "@facebook.com".

En juin 2014 Facebook lance Slingshot (application de partage de photos) pour concurrencer Snapchat[27]. Ce lancement est un échec pour Facebook qui n'arrive pas à concurrencer Snapchat[28].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le siège social de Facebook, à Palo Alto.

Comme application de réseau social, Facebook permet à ses utilisateurs d'entrer des informations personnelles et d'interagir avec d'autres utilisateurs. Les informations susceptibles d'être mises à la disposition du réseau concernent l'état civil, les études et les centres d'intérêt. Ces informations permettent de retrouver des utilisateurs partageant les mêmes intérêts. Ces derniers peuvent former des groupes et y inviter d'autres personnes. Les interactions entre membres incluent le partage de correspondance et de documents multimédias. Un principe également retrouvé sur d'autres réseaux sociaux, généralistes comme Orkut ou s'adressant au monde du business comme Viadeo.

Le firewall de certaines sociétés et écoles empêche les employés et les élèves d'accéder à Facebook. Cependant, l'accès par le port 443 (en utilisant le protocole https) reste parfois possible.

Facebook Connect[modifier | modifier le code]

C'est un système créé par Facebook permettant aux développeurs de logger leurs utilisateurs via leurs compte Facebook. Ce système requiert l'API de Facebook et une application. Le système Graph, permettant de récupérer les informations relatives à l'utilisateur Facebook, peut être utilisé.

Usages[modifier | modifier le code]

Dès son inscription sur Facebook, l'utilisateur a cette silhouette comme photo de profil en attendant qu'elle soit remplacée par la sienne.

Facebook propose à ses utilisateurs des fonctionnalités optionnelles appelées « applications », représentées par de petites boîtes superposées sur plusieurs colonnes qui apparaissent à l’affichage de la page de profil de l'utilisateur. Ces applications modifient la page de l'utilisateur et lui permettent de présenter ou échanger des informations aux personnes qui visiteraient sa page. L'utilisateur trouvera par exemple : une liste d'amis, une liste des amis qu'il a en commun avec d’autres amis, une liste des réseaux auxquels l'utilisateur et ses amis appartiennent, une liste des groupes auxquels l'utilisateur appartient, une boîte pour accéder aux photos associées au compte de l'utilisateur, un « mini-feed » résumant les derniers évènements concernant l'utilisateur ou ses amis, sur Facebook et un « mur » (« wall », en anglais) permettant aux amis de l'utilisateur de laisser de petits messages auxquels l'utilisateur peut répondre.

Par ailleurs une fonction de messagerie instantanée, disponible depuis avril 2008, permet de signaler à ses amis sa présence en ligne et, si nécessaire, de discuter dans un « salon » privé (l'application ne permettant pas, en octobre 2010, de réunir plus de deux personnes dans un même salon). Depuis février 2010, le chat de Facebook utilise le protocole de communication XMPP, afin de permettre aux utilisateurs de s’y connecter avec n'importe quel client de messagerie instantanée compatible avec ce protocole[29]. Le chat reste cependant réservé aux membres de Facebook[30].

Le choix des applications à afficher est laissé à l'utilisateur, qui peut en ajouter après avoir consulté le catalogue ou bien en supprimer, changer leur agencement sur la page ou en cacher certaines au public. Les applications permettent aussi aux membres de Facebook de jouer gratuitement à des jeux. Il y a plusieurs types d'applications incluant jeux de simulation (par exemple, FarmVille, Island Paradise, Fifa Superstar, Top Eleven Football Manager) et petits jeux d'arcade (par exemple, Paf le chien). Le fait que Facebook soit ouvert aux applications tierces depuis mai 2007[31] a contribué au succès du site. De nombreux concepteurs, débutants ou experts, ont développé une application. Selon Facebook, il existait au 30 novembre 2007 plus de 8 000 applications, développées ou non par Facebook. Des outils et des cadres de développements (framework, interface de programmation, exemples de code…) sont proposés aux développeurs afin que ces derniers puissent formater leurs conceptions aux normes de Facebook. Le FBML par exemple, qui constitue le langage de mise en page standard sur Facebook, est un cousin du HTML compréhensible pour le développeur.

Depuis novembre 2010, il est possible d'obtenir une adresse e-mail se terminant par @facebook.com[21]. Outre le fait que plus de 200 millions d'utilisateurs sont actifs sur mobile en 2010, les usages les plus marquants sont Open Graph, Facebook Connect et la monnaie virtuelle Facebook Credits (en)[32].

Depuis le 29 janvier 2011, Facebook change la manière d'envoyer des messages puisque maintenant l'utilisateur visualise l'historique des conversations, des SMS, des messages dans une nouvelle interface [réf. nécessaire]. Depuis le 6 juillet 2011, Facebook permet de réaliser des appels vidéos en partenariat avec Skype[33].

Le 11 octobre 2011, Facebook a annoncé le lancement de son application pour iPad. Cette application, attendue depuis 18 mois, reprend l'ensemble des fonctionnalités du réseau social tout en l'adaptant à la tablette, avec notamment la possibilité de visionner les photos en plein écran[34].

À la suite de sa première conférence marketing qui a eu lieu le 29 février 2012[35], Facebook a également lancé le « Journal » pour les pages[36]. Le nouveau format « Timeline » s'applique à toutes les pages à partir du 19 mai 2012

Le 5 mars 2012, Facebook lance sa version pour ordinateur de Facebook Messenger. La société avait déjà lancé la version pour mobile durant l'été 2011.

En août 2012, Facebook révèle que 8,7 % de ses 955 millions d'utilisateurs, soit 83 millions, sont des « faux comptes » : ce sont soit des comptes dupliqués, soit des comptes mal classifiés (représentant un animal, une société…), soit des comptes indésirables[37].

En novembre 2012, Facebook prend ses distances avec Zynga, son fournisseur de jeu attitré[38], indépendamment de Facebook.

En janvier 2013, Facebook présente son nouveau moteur de recherche « social » : Graph Search[39].

En mars 2013[40], Facebook annonce un nouveau format[41], radicalement différent pour ses utilisateurs. Il est disponible en France depuis le mois d'avril 2013 après inscription sur une liste d'attente[42]. Il sera progressivement imposé à tous.

Vers une utilisation en gestion des connaissances[modifier | modifier le code]

Au-delà de son simple usage d'outil de gestion des relations avec des amis (par exemple), il s'avère de plus en plus que Facebook constitue une plateforme de partage des connaissances illimitée. De nos jours, les entreprises ont compris tout l'enjeu de la gestion des connaissances ou Knowledge Management, dans le développement de leur compétitivité.

Facebook permet à ses utilisateurs de suivre des pages et donc des thèmes précis par la mention "J'aime", mais également de créer des groupes d'intérêts avec des collaborateurs autour de sujets précis. Il paraît alors évident que cette pratique puisse être étendue au-delà du simple cadre des relations inter-personnelles. Ainsi, on constate que beaucoup d'étudiants créent des groupes Facebook autour de projets menés au sein de leur cursus et qui permettent un partage facile et massif de l'avancement du travail et des connaissances engrangées sur le sujet. Il apparaît donc intéressant d'étendre l'utilisation de Facebook à des fins professionnelles. La création de pages peut servir à capitaliser les connaissances de l'entreprise autour d'un sujet et d'un thème scientifique précis tandis que la création de groupes fermés ou semi-publics permet de rassembler les membres d'un même projet. Facebook permet, grâce à la compilation des centres d'intérêts affichés par l'utilisateur, de proposer une sélection de pages et groupes susceptibles d'enrichir le champ de connaissances de la personne considérée. De cette manière, les salariés d'un projet donné peuvent recevoir automatiquement les liens des pages de projets connexes évoluant dans le même champ technologique et scientifique. Cet outil permet d'ajouter une dimension transversale à la circulation des connaissances entre les services, contribuant à émuler la communication. La conservation des pages et groupes étant illimitée dans le temps, Facebook assure également l'aspect pérennité des projets, si cruciale pour l'entreprise.

Enfin, le développement croissant des options de contrôle de confidentialité requises pour la vie privée des utilisateurs permet également aux entreprises d'accorder à Facebook une confiance accrue.

Impacts[modifier | modifier le code]

Larry Rosen, un spécialiste de la psychologie des nouvelles technologies, et Dominguez Hills, du California State University, ont mis en évidence la possibilité d'une corrélation entre l'utilisation de Facebook et des tendances narcissiques, la dépendance à l'alcool et d'autres troubles mentaux. En revanche, Facebook peut aussi susciter l'empathie virtuelle—la capacité de ressentir les émotions d'autrui à distance[43].

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Article principal : Critiques de Facebook.

Facebook connaît un bon nombre de controverses. Le site a été bloqué par intermittence dans plusieurs pays dont la République populaire de Chine[44], le Viet Nam[45], l'Iran[46], l'Ouzbékistan[47], le Pakistan[48], la Syrie[49] et le Bangladesh sur différentes bases. Par exemple, le site a été banni de certains pays pour son contenu jugé antisémite et religieusement discriminatoire. Le site a également été bloqué par un bon nombre d'entreprises pour empêcher les employés d'y accéder durant leurs heures de travail[50]. Les données personnelles des utilisateurs de Facebook ont également été menacées et la sécurité des comptes a été compromise à plusieurs reprises. Facebook a également été poursuivi en justice[51],[52] et pratique l'évasion fiscale[53].

En juillet 2011, les autorités allemandes discutent de la prohibition des événements organisés sur Facebook. La décision est basée sur le squattage d'individus à des événements alors qu'ils n'étaient, à l'origine, pas invités[54],[55]. 1600 "invités" se sont présentés au 16e anniversaire d'une adolescente localisée à Hambourg alors que l'invitation a incorrectement été marquée pour le public. Une centaine de policiers ont été déployés. Un policier a été agressé et onze participants ont été arrêtés pour agression, dégradations et résistance aux autorités[56].

En juin 2013, à la suite des révélations de l'affaire PRISM par Edward Snowden, il apparaît que Facebook a collaboré avec la NSA, lui permettant l'accès libre a toutes les données de l'ensemble des utilisateurs[57]. Quelques jours après ces révélations, l'ancien garant de la protection des données de Facebook est embauché par la NSA, comme l'annonce le New York Times[58].

Respect de la vie privée[modifier | modifier le code]

Le réseau social constitue des « dossiers fantômes[59] » sur les internautes, y compris ceux qui n'ont pas de compte.

Statistiques[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En France, Facebook aurait attiré 3,6 millions de visiteurs entre 2007 et 2008. En 2008, un nombre croissant d’effacements volontaires de profils est observé. En octobre 2008, Facebook annonce plus de 4 millions d'utilisateurs actifs dans le pays[60]. En avril 2010, selon l’outil de ciblage des campagnes publicitaires sur Facebook, près de 9,7 millions de Français sont présents sur le site – plaçant la France dans la liste des premiers pays par utilisateurs du site –, soit un taux de pénétration dans la population d'environ 16 %[61]. D'après Les Échos, néanmoins, un certain nombre de suspicions existent concernant l'exactitude des chiffres d’audience avancés par Facebook[62]. Selon Médiamétrie, avec plus de 11 millions de visiteurs uniques en décembre 2008, Facebook se classe parmi les vingt sites internet les plus visités[63].

En février 2011, les statistiques parlent de 20,54 millions d'utilisateurs (+1,6 million en 6 mois), soit 31,8 % de la population et 46 % des internautes français. De plus, plus de la moitié des utilisateurs ont entre 18 et 34 ans (31 % de 18-24 ans et 28 % de 25-34 ans)[64].

En Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, des statistiques d’aout 2011 à janvier 2012[65] indiquent que 4 444 920 internautes sont connectés à Facebook dont 50,7 % d’hommes et 49,30 % de femmes. Plus de 25 % d’utilisateurs ont entre 25 et 34 ans. Cette étude d'E-net Business indique que Facebook a connu une croissance de 4,56 % utilisateurs sur cette même période[65]. En 2012, 6 000 000 Belges sont présents sur Facebook, soit 58,1 % de la population.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

Selon les chiffres donnés par Facebook, le nombre de comptes actifs serait de 1,23 milliard à la date du 31 décembre 2013[66] Le graphique suivant présente l’évolution du nombre d’utilisateurs (en millions) de Facebook dans le monde, d’après les chiffres donnés dans la salle de presse du site[6].

Évolution du nombre d’utilisateurs de Facebook dans le monde.

La courbe ci-dessous retrace l’évolution du nombre de recherches (en unité arbitraire) du mot « Facebook » sur Google, d’après Google Tendances des recherches[67].

Évolution du nombre de recherches de Facebook sur Google.

En octobre 2012, d'après Socialbakers.com, le pays avec le plus fort taux de pénétration était Monaco, dont 91 % des habitants étaient inscrits sur Facebook[68]. En France, le taux de pénétration était alors de 39 %[68]. À cette même date, les dix plus grands pays par nombre d'utilisateurs inscrits étaient[68] :

  1. Les États-Unis (167 millions)
  2. L'Inde (60 millions)
  3. Le Brésil (60 millions)
  4. L'Indonésie (50 millions)
  5. Le Mexique (39 millions)
  6. Le Royaume-Uni (33 millions)
  7. La Turquie (31 millions)
  8. Les Philippines (30 millions)
  9. La France (25 millions)
  10. L'Allemagne (25 millions)

En février 2011, Facebook publie les dernières informations sur les utilisateurs dans le monde :

Utilisateurs de Facebook, selon les zones géographiques
Continent/Pays Nombre total d'utilisateurs Gain absolu (les 3 derniers mois, en nombre) Gain absolu (les 3 derniers mois, en %) Gain absolu (les 6 derniers mois, en nombre) Gain absolu (les 6 derniers mois, en %)
1 - Amérique du Nord 201 millions 14,9 millions 8,03 % 32 millions 18,9 %
2 - Europe 189 millions 19,4 millions 11,46 % 29,8 millions 18,67 %
3 - Asie 146 millions 28,4 millions 24,25 % 43,5 millions 42,59 %
4 - Amérique du Sud 65 millions 11,6 millions 22,03 % 15,9 millions 32,59 %
5 - Afrique 25 millions 5,4 millions 27,26 % 8,3 millions 50,12 %
6 - Australie 12 millions 0,3 millions 2,61 % 0,6 millions 5,16 %

Il y a, toujours d'après les mêmes informations, 620 millions d'utilisateurs, dont la moitié se connecte au moins une fois par jour et passe 55 minutes (en moyenne) par jour sur le site. Il y a 1 milliard de contenus mis en ligne par jour (vidéos, statuts, photos, articles, etc.)[64].

Le graphique suivant montre la répartition des utilisateurs de Facebook suivant leur âge en 2011[69]:

Répartition des utilisateurs de Facebook suivant leur âge

Le président de la Fédération internationale des associations de multimédia Hervé Fischer estime fin 2010 que son audience devrait décliner, victime de ses contradictions[70].

Langues[modifier | modifier le code]

Facebook est, au 31 juillet 2013, disponible en 83 langues[71]. Les premières traductions à être lancées, en février 2008, sont les versions en espagnol et en allemand[réf. nécessaire]. La version française de France a été mise en ligne le 10 mars 2008[72] puis la version en français canadien, le 6 avril 2009[73],[74],[75].

D'autres langues ont également été introduites sur le site ou sont en cours d'introduction, principalement des langues très répandues, mais également des langues régionales (le basque, le catalan)[76] ainsi que l'espéranto[76]. Facebook demande aux utilisateurs de son site de contribuer à la traduction de l'interface dans leur langue maternelle. Tout utilisateur du réseau peut proposer une traduction des phrases originales en anglais. Ces propositions de traduction sont ensuite soumises aux internautes qui votent pour la meilleure. Les traductions « officielles » des phrases sont, en définitive, celles ayant été considérées comme les meilleures par les utilisateurs de Facebook.

Il existe également, depuis peu, quelques langues superflues purement humoristiques : il est désormais possible d'utiliser Facebook en version leet speak, en anglais façon « pirate » ou en latin.

Médias[modifier | modifier le code]

Le site a inspiré certains domaines de médias comme le cinéma et la télévision. Ces exemples notables incluent The Social Network (sortie en octobre 2010) et l'épisode 4 de South Park (14e saison) intitulé Vous avez 0 ami (parodie). Le réseau social inspire également quelques humoristes français tels que Gad Elmaleh, Jérôme Commandeur ou encore Kev Adams.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Metz, Cade, « The Next Big Programming Language You’ve Never Heard Of », Wired,‎ 7 juillet 2014 (consulté le 17 juillet 2014)
  2. (en) « Alexa Top 500 Site »
  3. Lemonde.fr, Facebook franchit la barre du milliard d'utilisateurs
  4. (en) Seward, Zachary M., « Judge Expresses Skepticism About Facebook Lawsuit », The Wall Street Journal,‎ 25 juillet 2007 (consulté le 30 avril 2008)
  5. (en) Phillips, Sarah, « A brief history of Facebook », The Guardian,‎ 25 juillet 2007 (consulté le 7 mars 2008)
  6. a, b et c (en) « Press Room », Facebook,‎ 1er janvier 2007 (consulté le 5 mars 2008)
  7. (en) Rosmarin, Rachel, « Open Facebook », Forbes,‎ 11 septembre 2006 (consulté le 13 juin 2008)
  8. (en) Williams, Chris, « Facebook wins Manx battle for face-book.com », The Register,‎ 1er octobre 2007 (consulté le 13 juin 2008)
  9. (en) Dempsey, Laura, « Facebook is the go-to Web site for students looking to hook up », Dayton Daily News,‎ 3 août 2006
  10. (en) Lerer, Lisa, « Why MySpace Doesn't Card », Forbes,‎ 25 janvier 2007 (consulté le 13 juillet 2008)
  11. (en) Lacy, Sarah, « Facebook: Opening the Doors Wider », BusinessWeek,‎ 12 septembre 2006 (consulté le 9 mars 2008)
  12. (en) Carolyn Abram, « Welcome to Facebook, everyone », Facebook,‎ 26 septembre 2006 (consulté le 8 mars 2008)
  13. (en) « Terms of Use », Facebook,‎ 15 novembre 2007 (consulté le 8 mars 2008)
  14. Le code source de Facebook piraté et publié TechCrunch.com, 13 août 2007
  15. Facebook(R) développe la puissance de sa plateforme sur le Web et dans le monde entier biz-affaire.com, 24 juillet 2008
  16. Mael Inizan, « Facebook poursuit sa "twitterisation" », sur Le Monde.fr,‎ 2009 (consulté le 3 juillet 2009)
  17. Présentation et critique du livre La revanche d'un solitaire sur Paperblog.fr
  18. Le réseau social sur Cinoche. Consulté le 25 juillet 2010.
  19. The Social Network, sur AlloCiné. Consulté le 25 juillet 2010.
  20. (en) « Facebook Gives A Post-Mortem On Worst Downtime In Four Years », lire en ligne sur techcrunch.com
  21. a et b Facebook lance sa messagerie dès lundi Le Parisien, 15 novembre 2010.
  22. « Facebook vaut-il 104 milliards de dollars ? », par Benjamin Gourdet, sur 01net, le 18 mai 2012 [1]
  23. « Facebook lance la deuxième plus grosse entrée en Bourse américaine », par l'AFP, le 17 mai 2012 [2]
  24. « Facebook, une entrée en bourse très chaotique », par Martin Untersinger, dans Rue89 du 22 mai 2012 [3]
  25. « Pourquoi l'action Facebook chute toujours », sur lexpansion.lexpress.fr,‎ 30 mai 2012 (consulté le 6 juin 2013)
  26. Aude Fredouelle, Facebook rachète Branch Media, spécialiste de la "conversation", Journal du Net, 14 janvier 2014
  27. Facebook lance Slingshot pour concurrencer Snapchat, 01 Net, 18 juin 2014
  28. Slingshot : la réponse de Facebook à Snapchat fait un bide, Journal du Net, 17 juillet 2014
  29. (en) http://blog.facebook.com/blog.php?post=297991732130
  30. (en) IMtrends, le protocole XMPP serveur-serveur n'est pas implémenté
  31. Facebook s'ouvre aux applications tierces neteco.com, 25 mai 2007
  32. Nicolas Rauline, Pourquoi Facebook menace déjà Google, Les Échos, jeudi 25 novembre 2010, page 16.
  33. Partenariat Facebook et Skype veilleur-strategique.eu, 7 juillet 2011
  34. http://www.cnetfrance.fr/news/facebook-disponible-en-version-pour-ipad-39764730.htm
  35. Première conférence marketing Ce que la Timeline va apporter aux marques
  36. La Timeline pour les marques Facebook Timeline Brand Pages Are Here [PICTO]
  37. Fabien Soyez, « 83 millions de comptes Facebook sont faux », sur Le Figaro.fr,‎ 2012 (consulté en 18 août 2012)
  38. « Zynga et Facebook revoient les termes de leur partenariat », sur Le Capital.fr,‎ 2012 (consulté le 30 novembre 2012)
  39. « Facebook lance son moteur de recherche social : Graph Search », sur Presse citron,‎ 2013 (consulté le 16 janvier 2013)
  40. « Facebook lance son nouveau Newsfeed », sur zdnet.fr,‎ 2013 (consulté le 24 janvier 2014)
  41. Informations sur le nouveau format sur le site officiel de Facebook : http://fr-fr.facebook.com/help/514617341921724
  42. « FACEBOOK : Accédez au nouveau format ! », sur team-aaz.com,‎ 18 octobre 2013 (consulté le 12 juillet 2014)
  43. Kenrick Vézina. Status Update: What's Facebook's Effect on Kids? 9/8/2011. MIT Reviews
  44. (en) « China's Facebook Status: Blocked », sur ABC News blog,‎ 8 juillet 2009 (consulté le 31 juillet 2009)
  45. (en) Ben Stocking, « Vietnam Internet users fear Facebook blackout », sur The Sydney Morning Herald,‎ 17 novembre 2009 (consulté le 9 janvier 2011)
  46. (en) Shahi Afshin, « Iran's Digital War », sur Daily Star, Caire,‎ 27 juillet 2008 (consulté en 16 août 2008)
  47. (ru) « Uzbek authorities have blocked access to Facebook », sur Ferghana News (consulté le 21 octobre 2010)
  48. (en) Cooper Charles, « Pakistan Bans Facebook Over Muhammad Caricature Row – Tech Talk », sur CBS News,‎ 19 mai 2010 (consulté le 26 juin 2010)
  49. (en) « Red lines that cannot be crossed », sur The Economist, Londres,‎ 24 juillet 2008 (consulté en 17 août 2008)
  50. (en) Benzie Robert, « Facebook banned for Ontario staffers », sur Toronto Star,‎ 3 mai 2007 (consulté en 16 août 2008)
  51. (en) Brad Stone, « Facebook to Settle Thorny Lawsuit Over Its Origins », The New York Times (blog),‎ 7 avril 2008 (consulté le 9 novembre 2009)
  52. www.liberation.fr/medias/01012367338-facebook-archives-a-perpete
  53. Raphaële Karayan, « Le lobby français des télécoms chiffre l'évasion fiscale des géants du Net », sur lexpansion.lexpress.fr, Groupe Express-Roularta,‎ 17 avril 2013 (consulté le 24 avril 2013)
  54. (pt) Alemanha: Festas convocadas pelo Facebook são “ameaça à ordem pública”
  55. (pt) « Alemanha pode proibir festas combinadas pelo Facebook » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-09
  56. (en) Barry Leibowitz, « Facebook blunder invites 15,000 to teen's 16th birthday party; 100 cops show up, too »
  57. La quadrature du net : Facebook et Google, victimes ou complices de la NSA ?
  58. Article sur le New York Times : NSA embauche le chargé de la confidentialité chez Facebook
  59. (fr) Vincent Hermann, « Facebook constitue des « dossiers fantômes » sur les internautes »
  60. Facebook : 4 millions d'utilisateurs en France
  61. (en) Sociabliz Demographer, « Facebook Population »,‎ 2009 (consulté en 9 février 2009).
  62. Les Echos, « Alors que ses revenus décollent, Facebook fait l'objet de suspicions sur ses chiffres d'audience », sur http://www.lesechos.fr/,‎ 9 août 2010 (consulté en 10 août 2010).
  63. Médiamétrie, « L’audience de l’Internet en France en décembre 2008 », sur http://www.mediametrie.fr/,‎ 3 février 2009 (consulté le 13 mars 2009).
  64. a et b Statistiques Facebook février 2011
  65. a et b Étude sur les réseaux sociaux 2011 / 2012 d'E-net Business
  66. page d'informations de Facebook
  67. « Facebook » sur Google Tendances des recherches.
  68. a, b et c (en) « Facebook Statistics by Country », sur Socialbakers.com (consulté le 24 octobre 2012)
  69. Facebook Demographics Revisited – 2011 Statistics Ken Burbary.com 7 mars 2011
  70. « Je vois mal comment cette plateforme surmontera encore longtemps la contradiction évidente entre les relations naïves d’adolescents et les usages adultes corporatifs ou professionnels (…) Les médias sociaux ne disparaîtront pas, mais ils vont se segmenter davantage, pour mieux répondre à des besoins plus spécifiques de groupes plus définis », « Le déclin programmé de Facebook », Libération,‎ 22 décembre 2010 (consulté en 26 décembre 2010)
  71. « Facebook est disponible à travers le monde en 83 langues », sur Facebook.com,‎ 2011 (consulté le 31 juillet 2013)
  72. Éric Auchard (trad. Claude Chendjou), « Facebook lance une version française de son site », Le Nouvel Observateur,‎ 10 mars 2008 (lire en ligne).
  73. « Une version de Facebook en français du Québec est maintenant disponible », sur Google News, La Presse canadienne,‎ 7 avril 2009 (consulté le 8 avril 2009)
  74. Marc-André Brouillard, « Facebook en version québécoise » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Actualités techno, 6 avril 2009, sur Branchez-vous!. Consulté le 8 avril 2009
  75. (en) « Facebook now available ‘en bon québécois’ », sur CBC News, Société Radio-Canada,‎ 7 avril 2009 (consulté le 8 avril 2009).
  76. a et b « Facebook est traduite par ses utilisateurs dans une multitude de langues », http://news.yahoo.com/,‎ 19 avril 2008 (lire en ligne).

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]