Portland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Portland (Oregon))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Portland (homonymie).
Portland
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
Portland vue depuis l'ouest et, au fond à gauche, le mont Hood.
Portland vue depuis l'ouest et, au fond à gauche, le mont Hood.
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Oregon Oregon
Comté Multnomah
Maire Charlie Hales
Code FIPS 41-59000
GNIS 1136645
Démographie
Population 583 776 hab. (2010)
Densité 1 551 hab./km2
Population Aire urbaine 2 289 800 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 23″ N 122° 38′ 25″ O / 45.523056, -122.640278 ()45° 31′ 23″ Nord 122° 38′ 25″ Ouest / 45.523056, -122.640278 ()  
Altitude 15,2 m
Superficie 37 650 ha = 376,5 km2
· dont terre 347,9 km2 (92,4 %)
· dont eau 28,6 km2 (7,6 %)
Fuseau horaire PST (UTC-8)
Divers
Fondation 1843
Surnom « City of Roses »
Localisation
Carte du comté de Multnomah
Carte du comté de Multnomah

Géolocalisation sur la carte : Oregon

Voir sur la carte administrative de l'Oregon
City locator 14.svg
Portland

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Portland

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Portland
Liens
Site web http://www.portlandonline.com

Portland est la plus grande ville de l'Oregon, État du nord-ouest des États-Unis. Située près du confluent du fleuve Columbia (qui marque la frontière de l'État de Washington) et de la rivière Willamette dans le nord-ouest du pays, elle est la troisième ville la plus peuplée du Nord-Ouest Pacifique, après Seattle et Vancouver. Elle comptait 583 776 habitants selon le recensement de 2010, 29e ville la plus peuplée du pays. Son agglomération comptait 2 226 009 personnes, la 23e aire urbaine du pays.

Portland est réputée comme l'une des villes les plus écologiques (ou « vertes ») du pays. Elle traite 67 % de ses déchets, ce qui est le deuxième meilleur score national après Seattle, sa voisine. La ville et la région sont connues pour leur politique volontariste d'aménagement du territoire et pour leur investissement dans leur métro léger. La ville est également connue pour son équipe de basket-ball, les Trail Blazers de Portland.

Portland a été fondée en 1851 et est le siège du comté de Multnomah. La ville est surnommée « La Cité des Roses » à cause des nombreux jardins de roses dont l'International Rose Test Garden, le plus grand au monde, favorisé par le climat océanique de la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Portland en 1890
Pioneer Square, Portland, Oregon

Portland était autrefois un bourg nommé The Clearing, établi sur les rives de la Willamette River à mi-distance entre Oregon City et Fort Vancouver.

En 1843 William Overton comprend que la région a un grand potentiel commercial mais manque de fonds pour acquérir la terre. Il conclut un marché avec son partenaire Asa Lovejoy. Pour 25 ¢, Overton partage sa concession de 2,6 km².

Ennuyé à l'idée d'avoir à couper les arbres et construire des routes, Overton vend la moitié de son terrain à Francis W. Pettygrove. Lorsqu'arrive le moment de nommer la nouvelle ville, Pettygrove et Lovejoy désirent tous deux l'appeler d'après le nom de leur ville d'origine. Ils mettent fin à la dispute grâce à un pile ou face : Pettygrove gagne et nomme la ville d'après Portland dans le Maine (elle serait devenue une autre Boston dans l'autre cas).

Portland existe à l'ombre d'Oregon City, la capitale de l'État, située à 19 km en amont des chutes de la Willamette. Mais étant située à un endroit de la rivière permettant la navigation, elle a pris une importance portuaire pour rapidement devenir la principale ville de l'État, triomphant aussi de ses rivales Milwaukie et Sellwood.

En 1850 Portland compte 800 habitants[1], une scierie à vapeur, un hôtel et un journal, le Weekly Oregonian. Portland est le port principal de la région durant une grande partie du XIXe siècle jusqu'aux années 1890, époque à laquelle la voie de chemin de fer entre le port en eaux profondes de Seattle et la Stampede Pass est construite. Les marchandises peuvent dès lors être transportées sans l'aide des navires. La ville conservera néanmoins sa position de métropole de l'Oregon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne des quartiers centraux

Portland se trouve à la frontière nord de la région la plus peuplée de l'Oregon, la vallée de la Willamette. Cependant, parce que l'aire métropolitaine de Portland est culturellement et politiquement distincte du reste de la vallée, les habitants de la vallée excluent souvent Portland et son aire métropolitaine de la vallée même. Presque toute la ville de Portland se trouve dans le comté de Multnomah, mais de petites parties de la ville se trouvent aussi dans les comtés de Washington et Clackamas. La rivière Willamette, très poissonneuse, coule vers le nord à travers le centre-ville, en séparant les sections est et ouest de la ville, puis continue vers le nord jusqu'au confluent avec le fleuve Columbia, qui sépare l'État de Washington de l'Oregon.

Selon le Bureau du recensement des États-Unis la ville a une superficie totale de 347,9 km², dont 28,6 km² de plans d'eau, soit 7,6 % du total.

Portland se trouve sur un terrain volcanique éteint du Plio-Pleistocène, qui s'appelle le Boring Lava Field. Le Boring Lava Field inclut au moins 32 cônes de scories comme Mount Tabor, et son centre se trouve dans Portland sud-est. Le volcan dormant mais potentiellement actif, Mount Hood, à l'est de Portland, est facilement visible de presque toute la ville par temps clair. Le volcan actif Mount Saint Helens au nord dans l'État de Washington est visible au loin des hauteurs de la ville, et est si proche qu'il a saupoudré la ville de cendres volcaniques après l’éruption du 18 mai 1980. Mount Adams, un autre volcan proéminent au nord-est de Portland, est visible aussi de quelques parties de la ville.

Portland est souvent citée comme l'exemple d'une ville contrôlant de près son urbanisme[2] à l'inverse, par exemple, de Houston. Pour les architectes spécialisés dans le développement durable, Portland est devenue « the place to be ». La ville compte déjà 150 édifices dûment homologués « verts » dont bientôt le Edith Green Wendell Wyatt, un bâtiment fédéral en rénovation. C'est le chiffre le plus élevé (en proportion du nombre d'habitants) aux États-Unis. Et prévoyait de démarrer prochainement une construction emblématique : l'Oregon Sustainability Center, premier immeuble sur le sol américain ne dégageant aucun dioxyde de carbone, ne produisant aucun déchet et étant totalement autosuffisant en énergie et en eau... La ville a cependant renoncé à ce projet en octobre 2012[3].

Dans Maléfices, Maxime Chattam décrit Portland dans l'obscurité[4] : « Encerclé de forêts à l'est, d'un immense parc sur une colline à l'ouest et contenue au nord par la rivière Columbia, Portland brillait dans la nuit, semblable à une plate-forme pétrolière perdue en pleine mer d'ombres ».

Écologie[modifier | modifier le code]

L'immeuble écologique Indigo twelve west

Le climat estival sec est propice à l'empoussièrement de l'air, aux smogs photochimiques et aux pollutions des eaux de ruissellement lors des pluies d'orage, qui pourraient alors contribuer en aval au phénomène des zones marines mortes, récurrentes et marquées sur cette partie du littoral des États-Unis depuis la fin du XXe siècle[5]. Depuis 1990, Portland est devenue pionnière en matière de gestion alternative des eaux pluviales urbaines avec divers projets-vitrines incluant l'aménagement de parkings et de noues collectant et épurant les eaux de ruissellement, ainsi que des rues écologiques dites Green Streets. Le premier projet, de « mini linear wetland » (mini-zone humide linéaire) ayant servi autour du Oregon Museum of Science and Industry (OMSI) de vitrine a associé dix étangs paysagés collectant, filtrant, lagunant, puis infiltrant vers la nappe phréatique, les pluies tombant sur un parking de 700 places[6].

Dès la fin des années 1960, sous l'impulsion du gouverneur de l'État de l'Oregon, Tom McCall, quatre textes majeurs en matière de développement durable ont été votés[7]:

  • le Beach Bill permettant d'empêcher tout projet immobilier sur le littoral ;
  • le Bottle Bill rendant obligatoire la consigne des bouteilles vides par les commerçants ;
  • le démantèlement de l'autoroute Harbour Drive pour réhabiliter les rives de la Willamette, sur lesquelles se situe l'actuel Tom McCall Waterfront Park ;
  • la Urban Growth Boundary qui vise à limiter l'expansion urbaine.

Des milliers de Portlandais ont lâché le volant pour aller travailler à pied ou à vélo. Portland compte 20 % d'automobilistes de moins que les cités américaines de même taille. Portland a été en 2001 la première ville américaine à réintroduire le tramway. Elle abrite la plus grande surface d'espaces verts par habitant et offre 510 kilomètres de pistes cyclables. Créé en 1994, le Community Cycling Center a pour vocation de développer l'usage du vélo.

L'équipe municipale poursuit, depuis dix ans, l'objectif écologique suivant : faire revenir la nature en ville. Dans le centre-ville, la moitié des terrains a été convertie en espaces piétonniers ou en jardins publics. Les autres parcelles ont été soit laissées à l'état sauvage quand elles abritaient des oiseaux ou se situaient en bordure de rivière, soit aménagées en pistes cyclables ou en installations sportives.

Inauguré en 2009, Indigo Twelve West est un immeuble de bureaux et de logements de vingt-trois étages. Son toit est équipé de quatre éoliennes qui génèrent l'énergie nécessaire aux ascenseurs.

Le végétarisme est également très présent dans la ville, et on y trouve le plus grand choix au monde de restaurants végétariens par habitant en avril 2014, à savoir un restaurant végétarien par tranche de 12700.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Portland est classé dans la catégorie des climats de type océanique, mais avec des étés chauds, secs et bien ensoleillées la rapprochant d'un climat méditerranéen. Elle est trop à l'intérieur des terres pour bénéficier de la brise marine et souffre de vagues de chaleur dépassant 38 °C. Les hivers sont néanmoins frais et très humides.

La température la plus basse, -19 °C, a été enregistrée le 2 février 1950 et la plus chaude, 42 °C, le 30 juillet 1965.

Relevé météorologique de Portland (Oregon) (45°34'N/122°43'0, 12 mètres)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,9 2,3 3,7 5,2 8,3 11,6 13,6 13,8 11,1 7,2 4,2 1,6 7
Température maximale moyenne (°C) 7,4 10,6 13,3 15,9 19,5 23,3 26,6 26,8 23,7 17,8 11,4 7,6 17
Précipitations (mm) 136 98 90 61 52 38 16 28 44 68 136 156 922
dont neige (cm) 4,6 2,3 0,3 0 0 0 0 0 0 0 1,3 5,1 13,6
Source : World Climate[8]


Démographie[modifier | modifier le code]

Graphique représentant l'évolution de la population de Portland de 1850 à 2010[9],[10],[11]
Population par année[12]
Années Population

1850 821
1860 2 874
1870 8 293
1880 17 577
1890 46 385
1900 90 426
1910 207 214
1920 258 288
1930 301 815
1940 305 394
1950 373 628
1960 372 676
1970 382 619
1980 366 383
1990 437 319
2000 529 121
2010 583 776

Économie[modifier | modifier le code]

Elle est marquée par le technopole de Silicon Forest spécialisé dans le multimédia.

Portland occupe le premier rang mondial en matière de recyclage des déchets[13].

Maraîchers, fromagers, volailliers..., ils sont des centaines à assurer le succès des vingt « farmers markets » (marchés de fermiers) qui ont fleuri à Portland au cours des dix dernières années. Voilà des années maintenant qu'une centaine de torréfacteurs indépendants, qui font tourner plusieurs « coffee shops », régalent la ville de leurs expressos.

Les polluants émis par l'agriculture et l'économie régionale contribuent sans doute au phénomène des zones marines mortes, récurrentes et marquées sur cette partie du littoral des USA depuis la fin du XXe siècle[14].

Portland est desservie par l'aéroport international de Portland.

En mai 2011, le taux de chômage de la ville était retombé à 8,6 % (contre 12 % en 2009), quand le score national plafonnait à 9,1 %.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville possède un réseau de tramway ainsi qu'un réseau de métro léger.

Spécialités[modifier | modifier le code]

Parmi les spécialités locales, les « murals » (murs peints), réalisés par des artistes subventionnés par la municipalité. L'un d'eux, réalisé sur le Portland Memorial Museum, est de la taille d'un terrain de football, soit le plus grand existant dans le monde. Il est l'œuvre de deux artistes, Mark et Shane Bennett.

Autre caractéristique locale : un attachement viscéral au « made in Portland »: artisanat, vêtements, fromages, bières ou vins locaux sont partout mis en avant.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipe Ligue Sport Titres Stade Création
Portland Trail Blazers NBA Basket-ball 1 (1976-77) Rose Garden Arena 1970
Portland Timbers MLS Soccer 0 PGE Park / Jeld Wen Field 2001
Winter Hawks de Portland Western Hockey League Hockey sur glace 2 (1982-83, 1997-98) Rose Garden Arena
Memorial Coliseum
1976
Portland LumberJax National Lacrosse League Crosse 0 Rose Garden Arena 2006
Portland Thorns FC National Women's Soccer League (Football féminin) 0 PGE Park / Jeld Wen Field 2013

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Portland est jumelée avec les villes suivantes :

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Portland est le théâtre de la série Grimm.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Population of the 100 Largest Cities and Other Urban Places in the United States: 1790 to 1990 - Bureau du recensement
  2. (en) Innovation Briefs: The "Smart Growth" Debate Continues
  3. (en) Erik Siemers, « Adams pulls plug on Oregon Sustainability Center », sur Sustainable Business Oregon,‎ 5 octobre 2012 (consulté le 29 janvier 2013)
  4. Maxime Chattam, Maléfices, Éditions Pocket, p. 120
  5. Articles et vidéos de la National Science Fondation sur les marines dead zones Consulté 2010/04/02
  6. MAMR Avril 2007|UNE PRATIQUE D’URBANISME DURABLE : LA GESTION ÉCOLOGIQUE DES EAUX DE PLUIE, consulté 2010/04/02
  7. Nathalie Villard, Portland La capitale écologique de l'Amérique, dans GEO, octobre 2011
  8. (en) « Portland, OR, Oregon, USA: Climate, Global Warming, and Daylight Charts and Data », World Climate (consulté le 16-11-2009)
  9. [PDF]Les villes de l'Oregon
  10. QuickFacts
  11. Oregon by Place. Population Estimate
  12. (en) Portland (city) QuickFacts from the US Census Bureau
  13. Alain Faujas, « Les ordures, source de pollution et de matière secondaire », dans Courrier international du 14 juin 2009, [lire en ligne], mis en ligne le 13 juin 2009
  14. Articles et vidéos de la National Science Fondation sur les marines dead zones Consulté 2010/04/02
  15. (en) Don Hamilton, Matt Groening’s Portland [archive », Portland Tribune, 2002. Consulté le 4 août 2007.
  16. Fiche de Gus Van Sant sur le site des Cahiers du cinéma

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :