Recyclage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Depuis 1970, le ruban de Möbius est le logo universel des matériaux recyclables (à ne pas confondre, en Europe, avec le Point vert.)

Le recyclage est un procédé de traitement des déchets (déchet industriel ou ordures ménagères) qui permet de réintroduire, dans le cycle de production d'un produit, des matériaux qui composaient un produit similaire arrivé en fin de vie, ou des résidus de fabrication. L'un des exemples qui illustre ce procédé est celui de la fabrication de bouteilles neuves avec le verre de bouteilles usagées, même s'il est considérablement moins efficace énergétiquement que le système des récipients de verre consignés (lait, eau minérale, vinaigre, huile, vin[1], pots de yaourt...) dans les années 1950.

Le recyclage a deux conséquences écologiques majeures :

  • la réduction du volume de déchets, et donc de la pollution qu'ils causeraient (certains matériaux mettent des décennies, voire des siècles, pour se dégrader) ;
  • la préservation des ressources naturelles, puisque la matière recyclée est utilisée à la place de celle qu'on aurait dû extraire.

C'est une des activités économiques de la société de consommation. Certains procédés sont simples et bon marché mais, à l'inverse, d'autres sont complexes, coûteux et peu rentables. Dans ce domaine, les objectifs de l'écologie et ceux des consommateurs se rejoignent mais parfois divergent ; c'est alors le législateur qui intervient. Ainsi, en particulier depuis les années 1970, le recyclage est une activité importante de l'économie et des conditions de vie des pays développés.

Les 3 grands principes du recyclage[modifier | modifier le code]

Bouteilles en plastique prêtes pour le recyclage.
Article connexe : Trois R.

Le recyclage s'inscrit dans la stratégie de traitement des déchets dite des trois R : c'est-à-dire

  • Réduire, regroupe les actions au niveau de la production pour réduire les tonnages d'objets (par exemple les emballages) susceptibles de finir en déchets.
  • Réutiliser, regroupe les actions permettant de réemployer un produit usagé pour lui donner une deuxième vie, pour un usage identique ou différent.
  • Recycler, désigne l'ensemble des opérations de collecte et traitement des déchets permettant de réintroduire dans un cycle de fabrication les matériaux qui constituaient le déchet.

Le recyclage contribue à diminuer les quantités de déchets à stocker en décharge ou incinérer, mais il reste insuffisant pour contrer l'augmentation de la production des déchets, ou y suffit à peine. Ainsi, dans le cas du Québec, l'importante hausse du taux de recyclage, passant de 18 % à 42 % entre 1988 et 2002, est allée de pair avec une augmentation de la quantité de déchets à éliminer par habitant, passant de 640 à 870 kg/an/personne, du fait d'une augmentation de 50 % de la production de déchets par habitant durant cette même période. En France, le volume de déchets a doublé de 1980 à 2005, pour atteindre 360 kg/an/personne, et le taux de recyclage est encore jugé en 2013 médiocre par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) et insuffisant pour atteindre les engagements au sein de lUE (recycler 50 % de déchets ménagers et similaires d'ici à 2020)[2].

Article détaillé : Recyclage en France.

Pour lutter contre l'augmentation des déchets, le recyclage est donc nécessaire, mais il doit être inclus dans une démarche plus large.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis l'âge de bronze[modifier | modifier le code]

Le recyclage est utilisé dès l'âge du bronze. À cette époque, les objets usagés en métal sont fondus afin de récupérer leur métal pour la fabrication de nouveaux objets. Dans toutes les civilisations, l'art et la manière de « faire du neuf avec du vieux » existent. Par exemple, les vieux chiffons, puis les papiers et cartons, sont récupérés pour faire de la pâte à papier. La situation change avec le développement progressif puis massif de l'industrialisation et de la consommation. La gestion des matières premières et des déchets devient peu à peu de plus en plus difficile, les unes devenant trop rares et les autres trop envahissants. Le recyclage joue un grand rôle dans la sauvegarde de l'environnement.

Moderne[modifier | modifier le code]

Ramasseurs de déchets dans un bidonville de Jakarta en Indonésie.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale et quelques années d'après-guerre, pénurie oblige, toute chemise en fin de vie est recyclée par les particuliers : les boutons en sont soigneusement récupérés pour des travaux de couture ultérieurs, les manches séparées pour protéger les bras dans les travaux salissants ou pour cirer les chaussures, et le reste réutilisé comme chiffons pour nettoyer les vitres. Ces chiffons se négociaient aussi auprès des chiffonniers, qui les collectaient pour la fabrication du papier.

Les pull-overs tricotés en laine sont en fin de vie détricotés (l'opération est rapide et facile) et la laine remise en pelote pour la fabrication de chaussettes ou les petits raccommodages.

Vers la fin des années 1940, alors que la France manque de matières premières, on recycle les piles usagées de 4,5 V pour en récupérer les restes de zinc, les crayons de carbone avec leur embout de cuivre ou de laiton, et le dioxyde de manganèse (Mn02) utilisable. Il est difficile d'acheter une pile sans donner l'ancienne en échange. Cette pratique disparaît au milieu des années 1950. Les cheveux coupés par les coiffeurs sont recyclés pour divers usages jusqu'à la fin de la même décennie.

On recycle abondamment les métaux ferreux dès les années 1960 avec l'invention du convertisseur Kaldo (aujourd'hui dépassé), qui a permis à plusieurs ferrailleurs de faire fortune en France.

En 1970 (alors qu'on recycle moins que jamais !), le recyclage est remis au goût du jour par des partisans de la défense de l'environnement, qui lancent le logo actuel pour marquer d'une part les produits recyclables et d'autre part les produits issus de matériaux recyclés.

La situation évolue progressivement. Les consommateurs se sensibilisent à l'étiquette « produit recyclable » qui est reconnaissable grâce au logo (à ne pas confondre avec le Point vert qui, en Europe, atteste du paiement d'une taxe par le fabricant mais n'indique aucunement que le produit est recyclable).

Le recyclage revient partiellement en grâce dans l'industrie qui s'organise pour le favoriser. Le ramassage des déchets ménagers par récupération sélective se développe afin de faciliter l'industrialisation du recyclage. Les gouvernements légifèrent pour encadrer ces diverses activités. Par exemple, en 2006, les pays développés mettent en place un système d'achat de l'électricité produite par le traitement des déchets, telle que l'incinération des ordures ménagères.

Le recyclage suit cependant l'organisation mondiale de la consommation. La situation dans les pays développés n'est pas celle des pays en développement. Dans ces derniers, en l'absence de meilleur système, c'est la récupération informelle qui permet de recycler une partie des déchets, comme pendant la guerre.

Législation européenne relative aux déchets[modifier | modifier le code]

Usine de traitement de déchets

En 2007, la production, le stockage, le traitement et le recyclage des déchets sont désormais encadrés en Europe par une législation de plus en plus élaborée.

L'incinération des déchets dangereux est l'objet de la Directive no 2000/76/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 décembre 2000. Le stockage de déchets industriels spéciaux est définie par la Directive no 1999/31/CE du 26 avril 1999 concernant la mise en décharge des déchets et la Décision de la Commission no 2000/532/CE du 3 mai 2000 ainsi que la Décision no 94/904/CE du Conseil établissant une liste de déchets dangereux.

Le Règlement du Parlement européen et du Conseil CE 2037/2000 du 29 juin 2000 sur les substances qui appauvrissent la couche d'ozone, et la Décision du Conseil du 25 avril 2002 qui est l'Approbation, au nom de la Communauté européenne, du protocole de Kyoto à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et l'exécution conjointe des engagements qui en découlent tentent de maintenir la pollution de l'air sous des limites acceptables, avec un succès mitigé[3] et une adoption non générale[4].

Aspect technique[modifier | modifier le code]

Trois types de recyclage[modifier | modifier le code]

Il existe trois grandes familles de techniques de recyclage : chimique, mécanique et organique.

  • Le recyclage dit « chimique » utilise une réaction chimique pour traiter les déchets, par exemple pour séparer certains composants.
  • Le recyclage dit « mécanique » est la transformation des déchets à l'aide d'une machine, par exemple pour broyer.
  • Le recyclage dit « organique » consiste, après compostage ou fermentation, à produire des engrais ou du carburant tel que le biogaz.

La chaîne du recyclage[modifier | modifier le code]

Commerce de récupération de métaux industriels et domestiques (Saint-Mathieu-de-Belœil, Québec).
Tapis roulant dans un centre de tri (Rhône).
  • Étape 1 : Collecte de déchets

Les opérations de recyclage des déchets commencent par la collecte des déchets.

Dans les pays développés , les ordures ménagères sont généralement incinérées ou enfouies en centres d'enfouissement pour déchets non dangereux. Les déchets collectés pour le recyclage ne sont pas destinés à l'enfouissement ni à l'incinération mais à la transformation. La collecte s'organise en conséquence.

La collecte sélective, dite aussi « séparative » et souvent appelée à tort « tri sélectif »[5] est la forme la plus répandue pour les déchets à recycler. Le principe de la collecte sélective est le suivant : celui qui jette le déchet le trie lui-même.

À la suite de la collecte, les déchets, triés ou non, sont envoyés dans un centre de tri où différentes opérations mécanisées permettent de les trier de manière à optimiser les opérations de transformation. Un tri manuel, par des opérateurs devant un tapis roulant, complète souvent ces opérations automatiques. Avant ce stade, le verre brisé est systématiquement écarté pour éviter les risques de blessure.

  • Étape 2 : Transformation

Une fois triés, les déchets sont pris en charge par les usines de transformation. Ils sont intégrés dans la chaîne de transformation qui leur est spécifique. Ils entrent dans la chaîne sous forme de déchets et en sortent sous forme de matière prête à l'emploi.

  • Étape 3 : Commercialisation et consommation

Une fois transformées, les matières premières issues du recyclage sont utilisées pour la fabrication de produits neufs qui seront à leur tour proposés aux consommateurs.

En fin de vie, ces produits seront probablement jetés, et certains d'entre eux pourront être à nouveau récupérés et recyclés.

  • Exemple de recyclage pour le verre :

Tout savoir sur le recyclage du verre [1]

Recyclage des déchets[modifier | modifier le code]

Eaux usées[modifier | modifier le code]

Water drop animation enhanced small.gif

L'eau est un bien naturel qui est indispensable à la vie et fortement consommé, mais dont les ressources sont limitées. Dans les pays développés, elle est recyclée et une part de l'eau consommée est issue d'eaux usées, assainies et redistribuées. La gestion de ce recyclage des eaux usées nécessite des infrastructures et une exploitation toutes deux lourdes, généralement confiées à des entreprises spécialisées dans le traitement et la distribution d'eau ou au palier de gouvernement local.

Produit Procédé
Eau Récupérée et transportée par les réseaux d'égout.

Traitée dans des stations d'épuration pour être à nouveau consommée.

Déchets usuels inertes[modifier | modifier le code]

Ferraille avant traitement et recyclage.

Les déchets usuels inertes sont produits par les ménages et les industries. Ils forment la part la plus large des déchets recyclables. Ils sont souvent simples à collecter et à transformer. Ils sont peu dangereux. En revanche, ils représentent des volumes importants à transporter et à stocker.

Produit Procédé
Acier Repris en l'état par des sociétés de récupération de métaux.

Fabrication des pièces de moteur, des outils, des boîtes de conserveetc.

Aluminium Repris en l'état par des sociétés de récupération de métaux.

Fabrication des canettes, du « papier » d'emballage, des constituants d'automobile (culasses, jantes, boîtes de vitesses, etc.)

Caoutchouc Repris en l'état par des sociétés de récupération.

Les pneus hors d'usage sont utilisés pour produire des bacs à fleurs, des tréteaux, des panneaux d'insonorisation, des tuiles de revêtement de sol, de l'asphalte caoutchoutée, etc.

Carton Repris en l'état par des sociétés de récupération.

Fabrication d'autres types de papier et de carton.

Gravats Repris en l'état par des sociétés de récupération.

Broyés sous forme de granulats employés à nouveau dans le secteur de bâtiment ou le secteur industriel.

Papier Repris en l'état par des sociétés de récupération.

Fabrication d'autres types de papier et de carton, dalles pour faux-plafonds.

Plastique Repris en l'état par des sociétés de récupération.

Fabrication de sacs, de récipients et couvercles pour produits non alimentaires, de meubles de jardin, de vêtements, de jouets, de mobilier urbain, de clôtures, de tuyaux, de pièces d'automobile (pare-chocs, batteries…), d'éléments de signalisation routière, de cônes de voirie, etc.

À noter que depuis avril 2008, la réglementation européenne autorise, en production de matériaux pour contact alimentaire, l'emploi de matériau recyclé qui a été au contact alimentaire. Une grande rigueur est imposée dans le tri et le procédé de régénération.

Textile Repris en l'état par des sociétés de récupération.

Fabrication de textile et de pâte à papier.

Verre Repris en l'état par des sociétés de récupération.

Refonte des articles en verre pour en faire des neufs.

Brique alimentaire Repris en l'état par des sociétés de récupération.

Les briques broyées (technique dite de pulpage), lavées, essorées et séchées, sont triées en papier / alu et PE. Le PE est transformé en bidon, bouteille, tuyau, etc.

Équipement électrique et électronique Les appareils sont récupérés, démantelés, déchiquetés et broyés, au moyen d'une chaîne. Les fragments valorisables sont récupérés sous forme de métaux ferreux, non-ferreux, câbles, plastiques, etc.

Déchets usuels non inertes[modifier | modifier le code]

Incinérateur de déchets

Les plus connus de ces déchets sont les huiles et les peintures. L'incinération avec valorisation énergétique est un des procédés employés pour les recycler. Elle permet la production d'énergie et la destruction des déchets peu combustibles.

Produit Procédé
Déchets liquides à composante minérale.

Tels que déchets de revêtement de surface, boues résultant du travail des métaux, dépollution d'eau, etc.

Traitement physico-chimique minéral : neutralisation des acides et des bases, transformation des produits toxiques solubles en composés insolubles précipités au sein de la solution, séparation des solides et des liquides par décantation ou par filtration.
Déchets liquides polyphasiques.

Tels que résidus de lavage et de dégraissage des cuves et des sols.

Traitement physico-chimique organique en deux étapes : séparation par décantation et séchage par incinération.
Déchets organiques.

Tels que huile, peinture, vernisetc.

Incinération avec valorisation énergétique : production d'énergie et destruction des déchets peu combustibles.

Avant rejet à l'atmosphère, les gaz restants sont traités au charbon actif par adsorption, et neutralisés[6].

Déchets synthétiques.

Huile synthétique, produits de nettoyage des automobiles

Incinération avec valorisation énergétique : production d'énergie et destruction des déchets peu combustibles.

Déchets industriels dangereux[modifier | modifier le code]

Transformateurs HT.

L'industrie produit une grande quantité de déchets dangereux.
Ce sont pour la plupart des produits comprenant des substances chimiques toxiques ou instables. Les déchets toxiques sont dangereux pour la santé et pour l'environnement. La manipulation de déchets instables entraîne des risques d'accidents graves.

Produit Procédé
Boues de déchets industriels
Chauffage des déchets dans le but d'en réduire la masse et de valoriser les sous-produits. Il s'agit de techniques de séchage ou de séchage par incinération en utilisant différentes techniques. Les gaz issus du séchage peuvent être recyclés comme source de chaleur dans le procédé à partir d'une chaudière. En fonction des résidus obtenus par séchage, ceux-ci peuvent être stockés pour une utilisation ultérieure.
Déchets liquides biodégradables.

Tels que les eaux issues d'un traitement physicochimique, eaux de pollution accidentelle…

Traitement biologique qui consiste à transformer la matière organique en une boue par des moyens physiques. Les micro-organismes dégradent et assimilent certaines substances organiques par sécrétion d'enzymes. La boue biologique est extraite de l'eau par décantation ou flottation. Pour accélérer le processus de dépollution dans les procédés aérobiques, on utilise un apport d'oxygène (de l'air ambiant, ou pur) dans les bassins.
Hydrocarbures liquides.

Les hydrocarbures liquides sont en particulier des résidus de nettoyage de fond de bac ou des concentrats huileux provenant d'opérations physico-chimiques (filtration, décantation).

Séparation de l'eau, des hydrocarbures et des sédiments par des procédés physiques (décantation, débourbage, centrifugation, filtration).

Valorisation thermique des hydrocarbures récupérés.

Hydrocarbures solides.

Concerne les hydrocarbures pâteux et/ou solides tels que les déchets d'hydrocarbures issus de raffinerie et de dépôts pétroliers ;
ou tels que les déchets pétroliers d'activités portuaires : boues de station de déballastage, boues de curage de bassins, déchets de marée noireetc.

Les déchets d'hydrocarbures sont mélangés à des réactifs neutralisants. Ce processus lent produit une séparation des hydrocarbures sous forme simple (CO2, H2O). Combinée avec des réactifs, cette matière sous forme physique homogène devient stable, hydrophobe, oléophile et commode à entreposer.

La matière finale servira comme terre de recouvrement, absorbant oléophiles, ou incorporée aux enrobés routiers.

Métaux.

Concerne les métaux tels que fûts, conteneurs, emballages légers, mâchefers, sels d'argent de bains photographiques, etc.

Les fûts, conteneurs, emballages légers (en fer blanc) qui ne sont pas réutilisés en l'état après nettoyage sont compactés et transportés aux aciéries).

Les mâchefers, dépollués et ôtés de tout élément métallique sont réutilisés par l'industrie métallurgique.
Les sels d'argent sont stockés et transférés dans un réacteur agité, pour précipiter le sulfure d'argent. Après séparation, on obtient une boue qui sera calcinée pour la récupération de lingots d'argent.

PCB.

Les PCB ou polychlorobiphényles sont des dérivés chimiques chlorés plus connus sous le nom commercial de « Pyralène »[7]. Les PCT (polychloroterphényles) sont des produits proches[8].

Incinérés et détruits à très haute température dans des unités spécifiques. Dans certaines unités, le chlore contenu dans le PCB est recyclé par incinération, sous forme d'acide chlorhydrique.
PCB des transformateurs et condensateurs contenant du pyralène. Chaque appareil ou équipement est vidé de son contenu liquide, démonté, et traité suivant la nature des parties actives, noyaux, bobines, cuveetc.. Après décontamination, le cuivre et le papier sont séparés et réemployés.
Solvants.

Cétones, hydrocarbures aliphatiques, méthylbenzène, esters, glycols et solvants chlorés (trichloroéthane, trichloréthylène) issus d'activités industrielles légères (ateliers de réparation automobile) ou lourdes (métallurgie, construction automobile).

La régénération de solvants utilise la distillation simple, la distillation fractionnée sur colonne et / ou la distillation par entraînement à la vapeur pour séparer les différents constituants des solvants usés.

Après distillation, les solvants sont « séchés ». L'eau résiduelle est extraite par fixation sur un support ne réagissant pas chimiquement avec le solvant.
Valorisation thermique des hydrocarbures récupérés.

Déchets toxiques en quantités dispersées[modifier | modifier le code]

Certains déchets toxiques sont mélangés en faible quantité à des produits non polluants. Il est alors impossible de recycler ces produits sans les avoir débarrassés des déchets toxiques.

Produit Procédé
Lixiviat Valorisation du biogaz de décharge afin d'évaporer les lixiviats et d'oxyder thermiquement les vapeurs.

L'objectif est de proposer un traitement «zéro rejet liquide» et d'adapter une technique souple et susceptible de traiter tout type de lixiviats. Étapes de traitement :

  • combustion du biogaz par torchère ;
  • récupération de l'énergie contenue dans les gaz ;
  • évaporation de l'eau ;
  • traitement par oxydation thermique des vapeurs issues de l'évaporation.
Pile alcaline et pile saline
Recyclez vos vieilles batteries et piles.
1/ Préparation au traitement mécanique. Le procédé utilisé est un procédé hydrométallurgique (attaque chimique/traitement à froid) qui permet une valorisation de 80 % des composants de la pile.

À la réception des lots, les piles sont triées afin de séparer les piles salines et alcalines traitées sur place. Les autres modèles (piles boutons) sont dirigées vers des installations spécialisées. Les piles sont broyées afin d'obtenir un mélange, puis tamisé pour séparer les poudres de charbon, de zinc, de manganèse, de potassium, de mercure, des autres parties plus denses. Ces dernières sont dirigées vers un séparateur magnétique qui extrait la partie métallique (fer) revendue à l'industrie métallurgique, et vers un séparateur à courants de Foucault qui dissocie, le papier et le plastique, du cuivre et du zinc.
2/ Préparation au traitement chimique. La poudre de pile est attaquée à l'acide sulfurique et le magma obtenu est filtré sur filtre presse. On obtient deux produits distincts : un résidu carboné composé de graphite et un liquide contenant des sulfates mixtes dissous dans l'eau.
Le mercure est extrait de ce liquide sous forme métallique à une pureté de 99 %, par un procédé appelé « cémentation », et est envoyé ensuite en affinage. Le liquide purifié est neutralisé puis concentré et évaporé afin d'obtenir des sulfates de zinc et de manganèse en poudre, produits finis directement commercialisables. Le mercure, le zinc et le ferromanganèse sont extraits des piles et réutilisés dans la fabrication de nouveaux produits.


Sédiment provenant de marée noire

Sédiments provenant de marées noires tels que tout déchet ramassé sur une côte polluée en hydrocarbures.

Les déchets organiques sont lavés avec un solvant adapté, puis rincés. Le sable récupéré servira de sable de recouvrement, ou sera incorporé aux enrobés routiers. Les hydrocarbures extraits contribuent à la valorisation thermique et énergétique.
Sol pollué

Tel que les anciennes décharges.

Les techniques de traitement et de reconstitution des sites et sols pollués sont appliquées selon les polluants en présence, par forage, échantillonnage et analyse.
Tube fluorescent Les tubes en verre et les culots métalliques sont démontés, séparés, stockés dans des conteneurs spécifiques avant la phase de démercurisation. Le verre et les poudres sont récupérés et les parties métalliques sont cédées à des spécialistes du retraitement des métaux.

Impact du recyclage dans l'industrie[modifier | modifier le code]

Source d'approvisionnement alternative[modifier | modifier le code]

Le recyclage des déchets offre une source d'approvisionnement en matières premières alternative aux autres sources. Par exemple, le recyclage de fil de cuivre permet d'obtenir du cuivre auprès des entreprises de recyclage et non des entreprises d'extraction.

Citons également le recyclage en interne qui permet de mettre en place des filières de recyclage courtes. Ainsi, les fondeurs d'aluminium qui usinent les pièces génèrent un volume de copeaux conséquent (10 % du poids de multiplicité des sources d'approvisionnements telles que la facilité de négociation des prix d'achat ou la sécurité des approvisionnements.

Création d'activités[modifier | modifier le code]

Le recyclage est une activité économique à part entière. Elle est le moyen de création de richesses pour les entreprises de ce secteur.

En théorie, presque tous les matériaux sont recyclables. En pratique, l'absence de filière rentable fait qu'ils ne sont pas tous recyclés. Ainsi, le recyclage est plus coûteux pour des appareils électroniques comme les ordinateurs, car il faut séparer les nombreux composants avant de les recycler dans d'autres filières. De plus, la crainte de récupération de données confidentielles freine l'envie de recycler les anciens ordinateurs dans les foyers ou entreprises. Dans un sondage, sur 110 responsables informatiques, 42 % ont dit que leur principal sujet de préoccupation est la sécurité des données, contre 25 % pour l'environnement. 15 % ont reconnu jeter leur vieux matériel à la poubelle[9].

Coût de main-d'œuvre[modifier | modifier le code]

Le recyclage suppose de trier les déchets en fonction du mode de recyclage auquel chacun d'eux sera soumis. Ceci exige une main-d'œuvre abondante, même lorsqu'un tri sélectif est effectué en amont par la population. En effet, il arrive qu'un second tri soit nécessaire dans un centre d'affinage pour éliminer les erreurs de tri et les impuretés qui pourraient compromettre le recyclage (c'est le cas du plastique et du verre).

La collecte sélective elle-même exige la mise à disposition des ménages de bacs spéciaux et emploie plus de personnes qu'une collecte simple.

La plupart de ces coûts supplémentaires sont à la charge de la collectivité (en France, par exemple, c'est au niveau de la commune ou de la communauté de communes que cela est géré). Les impôts locaux en tiennent compte, mais d'autres sources de financement existent : l'écotaxe et le point vert sur les emballages.

Altération[modifier | modifier le code]

Pour certains types de produits, la qualité de la matière première est altérée par l'opération de récupération de celle-ci dans les produits recyclés. Par exemple :

  • le recyclage du papier donne des fibres de papier plus courtes et un papier de moins bonne qualité (ce qui ne permet qu'une dizaine de recyclages successifs) ;
  • le recyclage de certaines matières plastiques contaminées par des polluants ne permet plus de les utiliser pour en faire des emballages alimentaires ;
  • un des problèmes du recyclage du verre est le dépôt, au fond des fours, des verres de type Pyrex qui ont un point de fusion différent du verre ordinaire. Ces dépôts abîment les fours.

Cependant, pour la plupart des matières premières contenues dans les déchets (métaux, verre, certains plastiques), les qualités sont conservées au travers du processus de recyclage, permettant un recyclage quasi illimité de celles-ci.

Néanmoins, la chimie intervient de plus en plus dans la fabrication de matériaux issus du recyclage. Les produits qui en résultent ont des caractéristiques de durabilité et de résistance qui peuvent même être supérieures à celles de certains matériaux naturels. Ainsi, on voit des maisons bâties avec des dérivés du recyclage du bois, mélangés ou recouverts par des résines polyuréthanes ou autres. Le résultat est surprenant, donnant une résistance aux intempéries et aux U.V. supérieure à celle du bois. Il en va de même pour le papier recyclé, dont la pâte désencrée et mélangée à certains produits chimiques donne un matériau très résistant, utilisé par exemple dans la fabrication de mobilier urbain. Dans ce dernier domaine, de plus en plus de fabricants utilisent des matériaux issus du recyclage.

Impacts du recyclage sur l'environnement[modifier | modifier le code]

Protection des richesses naturelles[modifier | modifier le code]

Station de tri sélectif.

Les bénéfices économiques et environnementaux du recyclage sont considérables : il permet de protéger les ressources, de réduire les déchets, de créer des emplois, de protéger la nature et d'économiser les matières premières.

Le recyclage permet de réduire l'extraction de matières premières :

  • l'acier recyclé permet d'économiser du minerai de fer ;
  • chaque tonne de matière plastique recyclée permet d'économiser 700 kg de pétrole brut ;
  • le recyclage de 1 kg d'aluminium peut économiser environ 8 kg de bauxite, 4 kg de produits chimiques et 14 kWh d'électricité ;
  • l'aluminium est recyclable à 100 % ; 1 kg d'aluminium donne 1 kg d'aluminium (après avoir été fondu) ;
  • chaque tonne de carton recyclé fait économiser 2,5 tonnes de bois[10],[11];
  • chaque feuille de papier recyclé fait économiser 1 l d'eau et 2,5 W d'électricité en plus de 15 g de bois.[réf. souhaitée]

Écobilan[modifier | modifier le code]

De nombreux critères sont à prendre en compte pour juger de la pertinence du recyclage et établir ce que l'on appelle l'écobilan. C'est pour cela qu'en France, les pots de yaourt, par exemple, ne sont pas acceptés par la collecte sélective : il n'y a pas assez de matière à récupérer pour rentabiliser le recyclage, il faudrait trop d'eau ou de vapeur pour les débarrasser des résidus alimentaires, gras ou sucrés. Au Québec cependant, ils sont recyclés. Il faut donc se poser les questions suivantes :

  • Comment la collecte est-elle organisée ? Quelle énergie nécessite-t-elle ?
  • La technique de recyclage est-elle plus économe en matière et en énergie que la fabrication de la matière première ?
  • Les débouchés sont-ils rentables ?

Si on prend l'exemple du papier recyclé, on constate que pour éliminer l'encre au moment du recyclage, on utilise du chlore, un blanchissant très polluant pour nos rivières et qui se dégrade difficilement. Le papier « gris » (peu désencré) nécessite moins de chlore, mais n'est pas toujours adapté aux utilisations courantes. L'idéal est d'utiliser des feuilles de plus faible grammage. Du papier à 60 g/m2 convient parfaitement pour des imprimantes classiques et en plus cela réduit le poids de son transport, donc la consommation de pétrole.

Le recyclage du verre pose aussi des problèmes, car il est lourd et nécessite donc beaucoup de carburant pour son transport. Il faut en outre le fondre à 1 550 °C pour le recycler. L'idéal serait de privilégier le système des consignes, mais les industriels rechignent à organiser des récupérations non rentables d'un point de vue commercial.

D'un autre côté, la consigne des bouteilles ou des pots en verre demande également beaucoup de logistique (transport des bouteilles de manière à ne pas les casser, tri par type de bouteille…) et de nettoyage avant leur réemploi. L'écobilan est donc peu aisé à établir.

La méthode la moins polluante consiste en tout état de cause à produire le moins de déchets possibles (recyclables ou non) et de privilégier les circuits courts (achats de produits locaux), compatibles avec l'idée de réutilisation. Le tri des déchets, et donc leur recyclage, n'interviendra qu'après épuisement de ces solutions.

Les installations de traitement des déchets résiduels ultimes vouées à la valorisation énergétique sont peu satisfaisantes car, même si elles sont équipées de filtres, elles produisent des volumes considérables de rejets gazeux, liquides et solides dispersés ensuite dans l'environnement. Ces rejets contiennent notamment des « métaux lourds », des dioxines, des COV (Composé organique volatil), du méthane et du CO2.
Au lieu de rejeter du méthane qui contribue fortement au réchauffement de la planète, on préfère généralement le brûler dans une torchère, ou, mieux, le valoriser en chaudière ou moteur pour produire de la chaleur ou de l'électricité. On ne rejette alors que le gaz de combustion contenant principalement du CO2 dont l'impact est moindre que celui du méthane, cela contribue donc, selon les connaissances actuelles, à préserver quelque peu la planète, au prix d'un investissement plus élevé.

Recyclage au bénéfice d'associations humanitaires[modifier | modifier le code]

En France, plusieurs associations sans rapport avec les déchets se sont diversifiées, ou ont été créées, pour participer à la collecte et au recyclage de matériaux ou d'objets, afin d'en tirer des sources de financement pour des actions d'intérêt général et pour leur fonctionnement courant.

La première en date a été la Ligue nationale contre le cancer, avec le recyclage du verre après le choc pétrolier de 1973.

Depuis les années 2000, d'autres associations ont pris en charge la collecte de bouchons, notamment en plastique (à l'époque ceux-ci n'étaient pas encore exploités par les filières des collectivités locales) mais aussi en liège. Des points de collecte sont installés dans des magasins de proximité et des enseignes de grande distribution, mais aussi dans des écoles, des entreprises… Les bouchons sont collectés puis triés par des bénévoles. Ils sont ensuite revendus à un recycleur qui les incorpore à de la matière neuve pour fabriquer par exemple des palettes en plastique[12].

La plus grande partie des recettes est utilisée pour offrir des équipements sportifs à des personnes handicapées, ou versée à des instituts de recherche médicale.

Recyclage par pays[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, l'industrie du recyclage représente 236 milliards de dollars, 1,1 million de salariés et 56 000 entreprises[13]. Barack Obama instaure une journée du recyclage (America Recycles Day) le 15 novembre 2009[13]. En avril 2009, RecycleBank a été récompensée par l'ONU (Champion of the Earth by the United Nations Environment Program)[14]. Elle sert plus d'un million de personnes dans vingt États américains et s'est implantée au Royaume-Uni[14]. En échange du tri des déchets, les ménages reçoivent des bons d'achat. Une partie des bénéfices sert à financer un programme éducatif afin de sensibiliser les élèves au tri des déchets.

L'Agence européenne pour l'environnement fournit sur son site une carte montrant les taux de recyclage des déchets urbains par régions européennes en 2008/2009 : plusieurs régions d'Autriche et d'Allemagne dépassent 90 %, alors que la plupart des régions de France ont des taux entre 20 et 40 %, seule l'Alsace dépassant 40 %, et la région PACA est en-dessous de 10 %[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les litres dits "à étoile"; normalisés, étaient acceptés indifféremment par n'importe quel fournisseur
  2. L’Allemagne et l’Autriche affichent les taux de recyclage les plus élevés, mais c’est au Royaume-Uni et en Irlande que ce taux augmente le plus rapidement, 19/03/2013, consulté 21/03/2013
  3. Il y a certains jours où la pollution de l'air à Paris est signalée par AIRPARIF comme atteignant des niveaux critiques
  4. L'Etat fédéral ne bénéficiant d'aucune dévolution de pouvoir pour imposer des normes de pollution aux États, c'est aux États-Unis le gouverneur de chaque État qui devrait signer le protocole de Kyoto pour son État
  5. « Tri sélectif » est une tautologie car, par définition, Trier, c'est Sélectionner, et inversement.
  6. Directive 94/67/CE du 16 décembre 1994 relative à l'incinération de déchets dangereux.
  7. Arochlor (marque déposée par Monsanto), Ugilec ou Askarel.
  8. En Europe, l'utilisation des PCB est interdite depuis 1979 et, en France, elle l'est depuis le décret du 2 février 1987.
  9. Étude de 2009, réalisée par l'agence américaine Osterman Research pour la société Converge.
  10. Tri et Recyclage > Le devenir des matériaux triés
  11. La valorisation de nos déchets Mairie de Livilliers
  12. http://bouchons14.free.fr/Pages/recyclage.htm
  13. a et b (en) « Presidential Proclamation - America Recycles Day », The White House (consulté le 28 novembre 2009).
  14. a et b (en) Ron Gonen, « About us », RecycleBank (consulté le 13 janvier 2010).
  15. (en)Regional recycling rates for municipal solid waste, 2008/2009, site de l'Agence européenne pour l'environnement consulté le 2 avril 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]