Tennessee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tennessee (homonymie).

36° 00′ 00″ N 86° 00′ 00″ O / 36, -86

Tennessee
Sceau
Sceau
Drapeau
Drapeau
Carte des États-Unis avec le Tennessee en rouge.SurnomVolunteer StateEn français : « L'État des volontaires »DeviseAgriculture and commerce« L'agriculture et le commerce »
Carte des États-Unis avec le Tennessee en rouge.

Surnom
Volunteer State
En français : « L'État des volontaires »

Devise
Agriculture and commerce
« L'agriculture et le commerce »
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Capitale Nashville
Adhésion à l’Union 1er juin 1796 (16e État)
Gouverneur Bill Haslam (R)
Sénateurs Bob Corker (R)
Lamar Alexander (R)
Nombre de représentants 9
ISO 3166-2 US-TN
Fuseau horaire −6 et −5
Démographie
Population 6 346 105 hab. (2010[1])
Densité 58 hab./km2
Rang 17e
Ville la plus peuplée Memphis
Géographie
Altitude 275 m (min. : 54 m) (max. : Clingmans Dome 2 025 m)
Superficie 109 247 km2
Rang 36e
– Terre 106 846 km2
– Eau (%) 2 400 km2 (2.20 %)
Coordonnées 35° N à 36°41′ N (195 km)
81°37′ W à 90°28′ W (710 km)
Divers
Langues officielles Anglais
Liens
Site web http://www.tn.gov/

Le Tennessee (en cherokee : ᏔᎾᏏ) est un État du Sud des États-Unis. Il est entouré au nord par le Kentucky et la Virginie, à l'est par la Caroline du Nord, au sud par la Géorgie, l'Alabama et le Mississippi et à l'ouest par l'Arkansas et le Missouri.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de l'État du Tennessee provient du nom d'un village indien Cherokee appelé Tanasi.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région aujourd’hui occupée par le Tennessee était peuplée par diverses tribus amérindiennes, notamment les Chicachas, les Creeks et les Cherokees. Le territoire fut exploré au milieu du XVIe siècle par les Espagnols, dont Hernando de Soto en 1540, puis, à la fin du XVIIe siècle, par des Français descendant le Mississippi (Louis Jolliet et Jacques Marquette, en 1673).

À la suite du traité de Paris de 1763, la région est passée sous domination anglaise et, vers la fin des années 1760, de nombreux colons anglais en provenance de la Virginie et de la Caroline du Nord traversèrent les montagnes pour s’établir dans les vallées de l’Holston, de la Watauga et de la Nolichucky. Daniel Boone fut l'un des premiers à parcourir la région[2]. La première colonie permanente fut créée en 1769 à Watauga[2], puis en 1772 un district indépendant, la Watauga Association, annexé par la Caroline du Nord en 1776. La première ville de l’État, Jonesboro, fut fondée en 1779 par des Caroliniens du Nord. Après la guerre d'Indépendance, la partie occidentale du Tennessee fut cédée par la Caroline du Nord au gouvernement fédéral des États-Unis, tandis que la partie orientale, où se trouvait un gouvernement indépendant, formait en 1784 l’« État de Franklin ». En 1788, la Caroline du Nord reprit le contrôle de la région et, en 1790, celle-ci fut érigée en « Territoire au sud de la rivière Ohio » (Territory South of the River Ohio) ou Territoire du Sud-Ouest. Le Tennessee fut finalement intégré à l’Union le 1er juin 1796, devenant le 16e État américain.

Par une série de traités signés entre 1770 et 1835, l’État annexa progressivement tous les territoires pourtant revendiqués par les Amérindiens, contraints d’aller s’installer plus à l’ouest. Au début du XIXe siècle, les grandes plantations de tabac et de coton se développèrent, particulièrement dans le centre et l’ouest de l’État, dont Nashville devenue la capitale en 1843. Esclavagiste, le Tennessee tenta dans un premier temps d’éviter la sécession et, dirigé par le gouverneur Isham Harris, il fut le dernier État à rejoindre la Confédération sudiste. La région constitua l’un des principaux champs de bataille de la guerre de Sécession ; des combats très importants se déroulèrent à Fort Donelson, Chattanooga, Franklin et Nashville. Premier État sudiste à être réadmis dans l’Union, en mars 1866, il échappa à la difficile période de la « Reconstruction ». Le Ku Klux Klan, société secrète sudiste, naquit dans le Tennessee dès 1865.

Géographie[modifier | modifier le code]

6 214 888 habitants ont été recensés dernièrement dans tout l'état et 590 807 pour Nashville, sa capitale.

L'altitude maximale de l’État est de 2 025 mètres au sommet du Clingmans Dome, qui est situé sur la frontière est du Tennessee. Son centre géographique est situé à quelques kilomètres à l'est de Murfreesboro et son point le plus bas est situé à 54 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Le Tennessee est géographiquement divisé en trois grandes zones : le Tennessee de l'Est, le Tennessee central, et le Tennessee de l'Ouest. Il est parcouru par le Tennessee.

Avec huit états voisins, c'est l'état qui à le plus d'états frontaliers.

Principales villes[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Une route du Tennessee

L'Interstate 40 traverse presque la totalité du territoire sur un axe est-ouest. Elle rejoint les autoroutes I-240 à Memphis, I-440 et I-840 à Nashville, et I-140 et I-640 à Knoxville. Les autres autoroutes importantes est-ouest sont l'I-26 et l'I-24. Les autoroutes nord-sud sont les I-55, I-65, I-75 et I-81.

Les principaux aéroports sont l'Aéroport international de Nashville (BNA), l'Aéroport international de Memphis (MEM), le McGhee Tyson Airport (TYS) à Knoxville, le Chattanooga Metropolitan Airport (CHA), et le Tri-Cities Regional Airport (TRI).

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le Bureau du recensement des États-Unis, en 2005, le Tennessee avait une population estimée à 5 962 959 habitants, ce qui représente une augmentation de 1,2 %, soit 69 661 personnes, par rapport à l'année précédente ; et de 4,8 %, soit 273 697 personnes, par rapport à 2000. Cela inclut un accroissement naturel de 117 203 personnes depuis le dernier recensement (414 305 naissances moins 297 102 décès) et une arrivée de 159 680 personnes dans l’État, dont 109 707 citoyens américains et 49 973 venant d'un autre pays que les États-Unis.

Composition de la population d'après le bureau de recensement :

  • 80,2 % de Blancs
  • 16,4 % de Noirs
  • 0,3 % d'Amérindiens
  • 1,0 % d'Asiatiques
  • 1,1 % de métisses
  • 2,2 % de personnes d'origine hispanique.

En 2000, les groupes ancestraux principaux étaient : Américain (17,3 %), Afro-Américain (16,4 %), Irlandais (9,3 %), Anglais (9,1 %) et Allemand (8,3 %)[3]. La population d'origine afro-américaine est surtout concentrée dans les régions de l'ouest et du centre, spécialement dans les villes de Memphis, Nashville, Clarksville, Chattanooga, et Knoxville.

6,6 % de la population avait moins de 5 ans, 24,6 % moins de 18 ans et 12,4 % 65 ans ou plus.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Tennessee est un État conservateur et populaire qui a longtemps été un bastion démocrate avant de basculer progressivement du côté républicain.

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Résultats des élections présidentielles dans le Tennessee
Année Républicain Démocrate
2008 56,85 % 1 479 178 41,79 % 1 087 437
2004 56,80 % 1 384 375 42,53 % 1 036 477
2000 51,15 % 1 061 949 47,28 % 981 720
1996 45,59 % 863 530 48,00 % 909 146
1992 42,43 % 841 300 47,08 % 933 521
1988 57,89 % 947 233 41,55 % 679 794
1984 57,84 % 990 212 41,57 % 711 714
1980 48,70 % 787 761 48,41 % 783 051
1976 42,94 % 633 969 55,94 % 825 879
1972 67,70 % 813 147 29,75 % 357 293
1968 37,85 % 472 592 28,13 % 351 233
1964 44,49 % 508 965 55,50 % 634 947
1960 52,92 % 556 577 45,77 % 481 453
1956 49,21 % 462 288 48,60 % 456 ,507
1952 49,99 % 446 147 49,71 % 443 710

Depuis les années 1950, le Tennessee est un État très partagé entre républicains et démocrates, optant souvent avec des marges réduites pour l'un ou l'autre candidat.

À l'origine, le Tennessee est un état entièrement acquis aux démocrates depuis la guerre de Sécession, quelle que soit l'origine géographique de ses candidats.
Après avoir été un bastion d'Andrew Jackson (résident du Tennessee) aux élections de 1824, 1828 et 1832, le Tennessee était devenu une terre d'élection pour les candidats du parti Whig (de 1836 à 1852).
En 1860, John Bell, candidat de l'union constitutionnelle (47,72 %) s'imposa face au démocrate sudiste John Breckinridge (44,55 %) et face au démocrate du nord Stephen Douglas (7,72 %) tandis qu'Abraham Lincoln, candidat du tout jeune parti républicain, élu au plan national, n'avait pu avoir sa candidature validée dans le Tennessee.
État sécessionniste et pro-esclavagiste, le Tennessee fait partie des vaincus à la fin de la guerre de Sécession. Il est aussi le seul état du Sud dont le sénateur, Andrew Johnson, un démocrate unioniste opposé à la sécession, ait continué à siéger au congrès des États-Unis durant la guerre. En 1864, Lincoln le prend d'ailleurs comme vice-président ce qui lui permet, après l'assassinat de celui-ci en 1865, d'exercer la fonction de président des États-Unis de 1865 à 1869.
Lors de l'élection présidentielle de 1868, en pleine période de reconstruction, alors qu'une grande partie des anciens soldats sudistes et des habitants sont privés de leurs droits civiques, le républicain Ulysses Grant remporte le Tennessee (68,43 %), principalement avec les voix des troupes yankees, des esclaves libérés, des carpetbaggers et des scalawags. Aucun républicain ne remportera ensuite le Tennessee pendant 62 ans.
Le premier candidat républicain élu dans le Tennessee depuis la reconstruction ayant suivi la guerre civile est Warren Harding (51,29 %) en 1920. Herbert Hoover réédite le même exploit en 1928 (53,76 %).
Après l'écrasante domination de Franklin Roosevelt dans le Tennessee durant 4 campagnes électorales suivi de la victoire de Harry Truman en 1948, le candidat républicain Dwight Eisenhower s'impose en 1952 (49,99 %). Depuis cette date, les seuls candidats démocrates à avoir remportés le Tennessee sont des sudistes (Lyndon Johnson en 1964, Jimmy Carter en 1976 et Bill Clinton en 1992 et 1996). Aucun candidat démocrate n'a remporté cet État depuis cette date bien qu'en 2000, le candidat du parti démocrate fut Al Gore, enfant du pays, vice-président des États-Unis en titre et ancien sénateur du Tennessee. En lui préférant, par 51,15 % des suffrages, le texan George W. Bush, candidat républicain, les électeurs du Tennessee barrèrent la route de la Maison-Blanche à Al Gore à qui il manqua trois grands électeurs au niveau national pour battre son adversaire.

Administration locale[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, le gouverneur de l'État est le républicain Bill Haslam, ancien maire de Knoxville. Il est le seul membre de l'exécutif à être élu. La fonction de lieutenant-gouverneur est assuré par le speaker du sénat du Tennessee, actuellement Ron Ramsey, le premier républicain à ce poste en 140 ans.

Au niveau local, la législature du Tennessee est entièrement dominée, pour la première fois de son histoire, par les républicains depuis la législature élue en 2008. Lors de la législature 2011-2013, le Sénat du Tennessee est dominé par 20 républicains face à 13 démocrates tandis que la Chambre est dominée par 64 républicains face à 34 démocrates et 1 indépendant.

Si les républicains dominent maintenant la majorité du Tennessee, les démocrates gardent encore un soutien modéré dans le centre rural et le nord-ouest de l'État ainsi que quelques places fortes comme les villes de Nashville et Memphis à la population nettement plus afro-américaine[4]. Historiquement, les républicains ont leurs places fortes dans l'est du Tennessee mais ce n'est qu'à partir des années 1970 que le parti républicain local parvient à avoir des élus au niveau de l'exécutif de l'État et des élus au Sénat des États-Unis.

En novembre 2006, les électeurs approuvèrent à 80 % des voix un amendement constitutionnel interdisant implicitement le mariage gay ou toute union civile accordant à des personnes de même sexe des droits équivalents à ceux du mariage.

Représentation fédérale[modifier | modifier le code]

Au niveau fédéral, lors du 112e Congrès (législature 2011-2013), la délégation du Tennessee au Congrès des États-Unis est composée de deux sénateurs républicains, Bob Corker et Lamar Alexander, de 7 représentants républicains et de deux représentants démocrates.

L'ancien vice-président Al Gore et son père furent tous deux sénateurs du Tennessee.

Économie[modifier | modifier le code]

Cet État a connu son apogée économique entre 1975 et 1982. Le Tennessee était réputé grâce à Memphis, la capitale du rock et Nashville, capitale de la country. Elle a alors développé une économie basée sur les arts notamment musicaux. De 1975 à 1982 toutes les plus grandes stars du rock ont enregistré leur album à Nashville comme Elvis. Mais le Tennessee a aussi d'énormes ressources minières (charbon, fer, etc.) et possède un taux de croissance hors norme (environ 4 % par an) pour un État situé dans le centre des USA.

Le Tennessee est également très connu pour la fabrication de whiskey, plus particulièrement pour le Jack Daniel's et le George Dickel's.

Culture[modifier | modifier le code]

Au niveau de la religion, les statistiques sont[5] :

Le Tennessee est un État de la « Bible Belt » où les baptistes sont dominants, notamment la très conservatrice Southern Baptist Convention.

Sports[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Resident Population Data: Population Change », United States Census Bureau,‎ 23 décembre 2010 (consulté le 8 septembre 2010)
  2. a et b Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, Paris, Albin Michel, 1994, p. 90
  3. (en) Ancestry: 2000 : Census 2000 Brief - U.S. Census Bureau, juin 2004 [PDF]
  4. Tennessee by County – GCT-PL. Race and Hispanic or Latino 2000 U.S. Census Bureau
  5. (en) American Religious Identification Survey (2001) - City University of New York (CUNY)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) W. Calvin Dickinson et Eloise R. Hitchcock, A bibliography of Tennessee history, 1973-1996, University of Tennessee Press,‎ 1999, 453 p. (ISBN 9781572330320)
  • (en) Sam B. Smith, Tennessee history, a bibliography, University of Tennessee Press,‎ 1974, 498 p. (ISBN 9780870491580)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]