J. M. G. Le Clézio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

J. M. G. Le Clézio

Description de cette image, également commentée ci-après

J.-M. G. Le Clézio en 2008 à Stockholm

Activités romancier, essayiste
Naissance (74 ans)
Nice
Langue d'écriture français
Genres roman, essai, nouvelle, traduction
Distinctions prix Renaudot en 1963
prix Paul-Morand en 1980
prix Nobel en 2008

Œuvres principales

Jean-Marie Gustave Le Clézio, plus connu sous la signature J. M. G. Le Clézio[1], né le à Nice, est un écrivain de langue française[2],[3], de nationalités française et mauricienne.

Il connaît très vite le succès avec son premier roman publié, Le Procès-verbal (1963). Jusqu’au milieu des années 1970, son œuvre littéraire porte la marque des recherches formelles du Nouveau Roman. Par la suite, influencé par ses origines familiales, par ses incessants voyages et par son goût marqué pour les cultures amérindiennes, Le Clézio publie des romans qui font une large part à l’onirisme et au mythe (Désert et Le Chercheur d’or), ainsi que des livres à dominante plus personnelle[4], autobiographique ou familiale (L’Africain). Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages de fiction (romans, contes, nouvelles) et d’essais.

Le prix Nobel de littérature lui est décerné en 2008, en tant qu’« écrivain de nouveaux départs[5], de l’aventure poétique et de l’extase sensuelle, explorateur d’une humanité au-delà et en dessous de la civilisation régnante[6]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Gustave Le Clézio est le fils de Raoul Le Clézio (chirurgien) et de Simone Le Clézio[7]. Ses parents sont cousins germains (tous les deux ont le même grand-père, sir Eugène Le Clézio) et sont issus d’une famille bretonne émigrée à l’île Maurice au XVIIIe siècle[8], où ils acquièrent la nationalité britannique à la suite de l’annexion de l’île par l’Empire. Le Clézio se considère lui-même comme de culture mauricienne et de langue française[2]. Il écrit ses premiers récits à l’âge de sept ans, dans la cabine du bateau qui le conduit avec sa mère au Nigeria où il va retrouver son père, qui y est resté pendant la Seconde Guerre mondiale. L’écriture et le voyage resteront dès lors indissociables sous sa plume.

Le jeune homme effectue ses études au lycée Masséna, puis au collège littéraire universitaire à Nice, à Aix-en-Provence, puis à Londres et à Bristol. En 1964, il rédige un mémoire pour l’obtention du diplôme d’études supérieures sur le thème : « La solitude dans l’œuvre d’Henri Michaux[9] ».

Premières publications[modifier | modifier le code]

Dès 23 ans, il devient célèbre lorsque paraît Le Procès-verbal, récit esthétiquement proche de L'Étranger d’Albert Camus et des recherches narratives du Nouveau Roman, baigné par le climat de la guerre d’Algérie finissante[10], et couronné par le prix Renaudot en 1963[11].

En 1967, il fait son service national en Thaïlande en tant que coopérant, et est rapidement expulsé pour avoir dénoncé la prostitution infantile[réf. nécessaire]. Il est envoyé au Mexique afin d’y finir son service. Il participe à l’organisation de la bibliothèque de l'Institut français d’Amérique latine (IFAL), et commence à étudier le maya et le nahuatl à l’université de Mexico, études qui le conduiront au Yucatán[12]. Pendant quatre ans, de 1970 à 1974, il partage la vie des Indiens Emberás et Waunanas, au Panama. La découverte de leur mode de vie, si différent de celui qu'il connaissait jusqu'alors, constitue pour lui une expérience qu'il qualifiera plus tard de « bouleversante[2] ». Après un premier mariage en 1961 avec Rosalie Piquemal (avec qui il a une fille, Patricia), il se marie en 1975 avec Jémia Jean[7], originaire du Sahara occidental et mère de sa deuxième fille Alice[13]. Ensemble, ils écrivent Sirandanes (recueil de devinettes proverbiales courantes à Maurice) et Gens des nuages[9].

En 1977, Le Clézio publie une traduction des Prophéties du Chilam Balam, ouvrage mythologique maya, travail qu'il effectue au Yucatán[12]. Spécialiste du Michoacán (centre du Mexique), il soutient en 1983 une thèse d’histoire sur ce sujet à l’Institut d'études mexicaines de Perpignan. Il enseigne entre autres aux universités de Bangkok, de Mexico, de Boston, d’Austin et d’Albuquerque, mais en 1978, il ne peut accéder au poste de chercheur au CNRS.

Changement d’écriture[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1970, Le Clézio opère un changement dans son style d’écriture et publie des livres plus apaisés, à l’écriture plus sereine, où les thèmes de l’enfance, de la minorité, du voyage, passent au premier plan. Cette manière nouvelle séduit le grand public. En 1980, Le Clézio est le premier à recevoir le Grand prix de littérature Paul-Morand, décerné par l’Académie française, pour son ouvrage Désert. En 1990, Le Clézio fonde en compagnie de Jean Grosjean la collection « L’Aube des peuples », chez Gallimard, dédiée à l’édition de textes mythiques et épiques, traditionnels ou anciens. Son intérêt pour les cultures éloignées se déplace dans les années 2000 vers la Corée, dont il étudie l’histoire, la mythologie et les rites chamaniques, tout en occupant une chaire de professeur invité à l’Université des femmes Ewha[14].

En mars 2007, il est l’un des quarante-quatre signataires du manifeste intitulé Pour une littérature-monde en français, qui invite à la reconnaissance d’une littérature de langue française qui ne relèguerait plus les auteurs dits « francophones » dans les marges ; et à retrouver le romanesque du roman en réhabilitant la fiction grâce notamment à l'apport d'une jeune génération d'écrivains sortis de « l’ère du soupçon[15]. » Dans un entretien paru en 2001, Le Clézio déplorait déjà que « l’institution littéraire française, héritière de la pensée dite universelle des Encyclopédistes, [ait] toujours eu la fâcheuse tendance de marginaliser toute pensée de l’ailleurs en la qualifiant d'"exotique"[16]. » Lui-même se définit d'ailleurs comme un écrivain « français, donc francophone », et envisage la littérature romanesque comme étant « un bon moyen de comprendre le monde actuel[17]. »

Le prix Nobel de littérature[modifier | modifier le code]

En octobre 2008, alors que paraît Ritournelle de la faim, inspiré par la figure de sa mère, il se voit décerner le prix Nobel de littérature. Sa première réaction est d’affirmer que la récompense « ne changera rien » à sa manière d’écrire[18].

En 2010, l'ordre de l'Aigle aztèque mexicain lui est accordé en tant que « spécialiste des civilisations antiques mexicaines ». Le président Felipe Calderon décrit à cette occasion l'écrivain français comme « un prix Nobel français très mexicanisé, et si j'ose dire, très michoacanisé »[19].

Depuis très longtemps, Le Clézio parcourt de nombreux pays dans le monde, sur les cinq continents, mais vit principalement à Albuquerque, et en France, à Nice et à Paris. Il a publié une quarantaine de volumes : contes, romans, essais, nouvelles, deux traductions de mythologie indienne, ainsi que d'innombrables préfaces et articles et quelques contributions à des ouvrages collectifs[20].

En 2011, J.-M. G. Le Clézio est le « grand invité »[21] du musée du Louvre. Il pose un nouveau regard sur les collections du musée à travers à travers le thème « Les musées sont des mondes » associé à une programmation pluridisciplinaire : exposition, conférences, concerts, cinéma, théâtre… Il met à l’honneur des artistes et auteurs comme Georges Lavaudant, Dany Laferrière, Camille Henrot, Dupuy-Berberian, Souleymane Cissé, Danyèl Waro, Jean-François Zygel

Polémique avec Richard Millet[modifier | modifier le code]

En septembre 2012, Le Clézio éprouve le besoin d'intervenir dans les polémiques soulevées par un essai de Richard Millet intitulé Langue fantôme, suivi de Éloge littéraire d'Anders Breivik. Il qualifie le texte d'« élucubration lugubre » et de « répugnant »[22]. Richard Millet considère, de son côté, J.M.G. Le Clézio comme un exemple de la « postlittérature » qu'il dénonce et avance que « son style est aussi bête que naïve sa vision manichéenne du monde et ses romans dépourvus de ressort narratif[23]. » Il précise dans un entretien : « Je ne suis pas anti-Le Clézio. Je trouve que sa syntaxe est bête, c'est-à-dire qu'elle est un peu gnan-gnan, qu'elle est le parfait reflet de sa pensée qui va dans le sens de la propagande, pensée multiculturaliste facile, manichéenne. Les Blancs, les Occidentaux sont tous épouvantables, mais les Indiens, etc., sont magnifiques… Le Clézio est le parfait représentant de cet effondrement du style…»

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Recherches formalistes des premières années[modifier | modifier le code]

À la parution des premiers volumes publiés par Le Clézio dans les années 1960 (Le Procès-verbal, La Fièvre, Le Déluge), le jeune écrivain est rapproché des recherches formalistes du Nouveau Roman, en particulier de Georges Perec, Michel Butor et Nathalie Sarraute[25],[26]. Les thèmes abordés – la douleur, l’angoisse, la douleur dans le milieu urbain – font surtout de lui l’héritier des questionnements et dénonciations existentialistes[27], et plus encore d'Albert Camus. Le Procès-verbal rappelle ainsi irrésistiblement L'Étranger, quoiqu'il puisse également évoquer le Nexus de Henry Miller[28].

Influence des voyages et l’exploration culturelle[modifier | modifier le code]

Le Clézio élabore dès la fin des années 1960 des œuvres plus personnelles, moins marquées par le formalisme, sans perdre sa capacité de révolte. Ses publications sont dominées par l’exploration de l’ailleurs et par les préoccupations écologiques (Terra Amata, Le Livre des fuites, La Guerre), et de plus en plus influencées par les voyages de l’auteur et son séjour chez les indiens du Mexique (Les Géants). Les essais de Le Clézio mettent en évidence son cheminement méditatif nourri par la culture des indiens Embera, dirigé vers le panthéisme (L'Extase matérielle), la culture indienne, l'onirisme et l'expérience des drogues[29] (Mydriase, Haï), et toujours la recherche d'une échappatoire à la société occidentale et urbaine contemporaine[30].

La réflexion culturelle de Le Clézio s’étend par ailleurs à d'autres influences. Lui-même cite parmi ses lectures les poètes John Keats et W. H. Auden[31]. Il admet surtout l'influence de J. D. Salinger, qu'il relit le plus souvent[31], de William Faulkner et d'Ernest Hemingway[32]. Du premier, Le Clézio retient la confrontation entre l'individu et la société[33]. Du second le lyrisme (de plus en plus évident) et l'influence du monologue intérieur, du « flux de conscience »[34] ; du troisième la démarche de l'écrivain voyageur. Il se montre également influencé[35] par le mysticisme de Lautréamont, sur lequel il écrit une thèse[36] et publie de nombreux articles et préfaces[37] ; par certaines idées d'Henri Michaux (hostilité envers la société, usage de la drogue comme expansion de la conscience), auquel il consacre un mémoire d'études[9] ; ou encore par la démarche de rupture spirituelle d'Antonin Artaud qu'il salue comme précurseur de « ce rêve d'une terre nouvelle où tout est possible ; (...) d'un retour aux origines mêmes de la science et du savoir ; (...) ce rêve, mélange de violence et de mysticisme[38] ». Enfin, Le Clézio se révèle un insatiable lecteur, passionné par la découverte de nouveaux horizons, comme il le montre en rédigeant des préfaces pour des auteurs d'origines variées : Margaret Mitchell, Lao She, Thomas Mofolo, V.S. Naipaul et d'autres encore[39].

Cette évolution débouche sur des œuvres de fiction exploitant ces thèmes du voyage, de l'onirisme et de la méditation, qui trouvent un écho favorable auprès du public à partir de Mondo et autres histoires, en 1978 et surtout de Désert, en 1980[26]. Le Clézio est dès lors volontiers décrit comme inclassable[2], et poursuit l'exploration des thèmes de l'ailleurs dans Le Chercheur d'or, Onitsha ou encore Poisson d'or.

La capacité de révolte[modifier | modifier le code]

En 1980, Désert devient le premier livre à succès de Le Clézio.

La contestation est un caractère permanent de l’œuvre de Le Clézio. Après la dénonciation de la société urbaine et de sa brutalité dans les premières œuvres publiées, c’est une remise en cause plus générale du monde occidental qu’il élabore dans ses romans ultérieurs. Nourri par son expérience personnelle, Le Clézio dénonce ainsi la « guerre » cynique du monde mercantile (La Guerre)[40], le scandale de l'exploitation des enfants (Hasard)[41] et des cultures minoritaires (à partir de la fin des années 1980, il soutient l’ONG Survival International, dont il devient membre du Comité d’honneur)[42]. Les préoccupations touchant à l’environnement et à la pollution apparaissent également comme récurrentes chez Le Clézio, ce qui amène l’Académie suédoise à le qualifier comme « un écrivain écologiste engagé[27] » : on la retrouve dès les années 1960-1970 avec Terra Amata, Le Livre des fuites, La Guerre, Les Géants.

Cette révolte demeure sensible dans les romans plus populaires des années 1980 : haine de l’impérialisme colonial (Désert) et du système qui en découle (Onitsha), rejet de la guerre destructrice (première Guerre mondiale dans Le Chercheur d’or, guerre du Biafra dans Onitsha), des nouvelles formes d'exploitation (prostitution, trafics humains, dans Désert). L’ensemble de ces engagements aboutissent dans les années 2000 à des œuvres plus nettement amères et critiques envers l’évolution occidentale moderne, en particulier le roman Ourania (2005), histoire du rejet catégorique du monde moderne par un groupe de chercheurs dans une vallée mexicaine perdue, ou Raga. Approche du continent invisible (2006), défense ardente des peuples insulaires d’Océanie, menacés par la mondialisation.

Le thème familial et autobiographique[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1980, Le Clézio commence à aborder au sein de ses œuvres des thèmes plus personnels, en particulier à travers l’évocation de la famille. Ses intrigues et personnages s’inspirent de ses proches. Alexis, le narrateur du Chercheur d’or (1985), est ainsi inspiré à l'auteur par son grand-père Léon, auquel le roman est dédié, et qui habite également le récit Voyage à Rodrigues[43]. Cette tendance se renforce avec Onitsha, en 1991, hommage à l’Afrique de l’enfance de Le Clézio. Puis, son grand-père est de nouveau au centre d’un ouvrage avec La Quarantaine en 1995. Le penchant autobiographique est ensuite clairement assumé dans Révolutions, en 2003. Puis c’est au tour de la figure du père d'être célébrée dans L'Africain en 2004, avant que Le Clézio ne s'inspire de sa mère pour le personnage d'Ethel Brun, dans Ritournelle de la faim.

Réception critique et publique[modifier | modifier le code]

Le Clézio connaît un succès indéniable dès ses premières parutions (prix Renaudot 1963). Il rencontre plus tard un véritable succès public, à partir de Mondo et autres histoires et surtout de Désert, livre à succès en 1980[44]. Cette reconnaissance du public se vérifie en 1994, lorsque les lecteurs du magazine Lire le désignent « plus grand écrivain francophone vivant », le préférant à ses aînés Nathalie Sarraute, Claude Simon, Françoise Sagan, Michel Tournier ou encore Julien Gracq.

Le Clézio est l'un des auteurs de langue française les plus traduits dans le monde (allemand, anglais, catalan[réf. nécessaire], chinois, coréen, danois, espagnol, grec, italien, japonais, néerlandais, portugais, russe, suédois[45], turc[2]).

Depuis le prix Nobel de littérature en 2008, une revue internationale publiée par les éditions Complicités à Paris, Les Cahiers Le Clézio[46], publie chaque année un numéro thématique qui rassemble des articles critiques signés par des spécialistes de l’œuvre. Les premiers numéros de cette revue portent sur les thèmes suivants :

  • À propos de Nice (2008)
  • Contes, nouvelles et romances (2009)
  • Migrations et métissages (2011, numéro double)
  • La tentation poétique (2012)

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans, nouvelles et récits[modifier | modifier le code]

Essais et idées[modifier | modifier le code]

Éditions de textes[modifier | modifier le code]

Livres pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

Discours et conférences[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'intéressé utilise avec constance, depuis sa première œuvre publiée en 1963, cf. notice bibliographique du Procès-verbal dans le catalogue général de la Bibliothèque nationale de France, un nom de plume composé des initiales de ses prénoms et de son nom de famille non abrégé. L’ensemble de ses ouvrages, livres, articles, préfaces, sont ainsi signés J. M. G. Le Clézio. Ce nom de plume est fréquemment typographié sans espace entre les initiales des prénoms, et ne comporte jamais de trait d'union entre les deux premières initiales, alors que les deux prénoms correspondants sont reliés par un trait d'union, dans leur forme non abrégée.
  2. a, b, c, d et e « La langue française est peut-être mon véritable pays », entretien avec Tirthankar Chanda, Écrivains d'aujourd'hui no 45, 2001.
  3. Le Clézio détient la double nationalité franco-mauricienne ; source : entretien du 9 octobre 2008, en soirée, sur France Inter.
  4. Marina Salles, Le Clézio peintre de la vie moderne, L’Harmattan, 2007, p. 9.
  5. De nombreux communiqués en français préfèrent traduire : « de la rupture ».
  6. « The Nobel Prize in Literature 2008 » sur le site officiel de la fondation Nobel.
  7. a et b Who's Who in France 2000
  8. Généalogie de la famille Le Clézio sur le site d’Euréka, « La Maison créole » (propriété de la famille Le Clézio à Maurice).
  9. a, b et c Raymond Mbassi Atéba, page consacrée à J. M. G. Le Clézio sur le site « île en île » hébergé par le Lehman College de la City University of New York.
  10. Le Clézio, entretien avec Jacques-Pierre Amette, cité par Pascale Arguedas, in « Le Procès-verbal de Le Clézio », sur le site « Calou, Livre de lecture ».
  11. Jean-Claude Lamy, « Le Clézio, un timide rattrapé par la gloire », Le Figaro, 3 juillet 2008 ; P. K., « En 1963, une brillante entrée en littérature », Le Monde, 11 octobre 2008.
  12. a et b (es) Montaño Garfias, « Confieren el Nobel a Le Clézio, caminante del mundo marginal », 10 octobre 2008. Consulté le 11 octobre 2008
  13. « Le Clézio écrit à Wei Jingsheng », L'Express,‎
  14. Philippe Pons, « Avec la Corée, une relation privilégiée, Le Monde, 10 octobre 2008
  15. « Pour une « littérature-monde » en français », dans Le Monde des livres, 15 mars 2007.
  16. Entretien avec Tirthankar Chanda, in article cité.
  17. Cité par Christine Rousseau, « Le Clézio : « Il faut continuer de lire des romans » », Le Monde, 9 octobre 2008.
  18. Citation dans Le Parisien du 10 octobre 2008
  19. Bulletin d'information de l'ambassade du Mexique en France, Le Mexique aujourd'hui, no 135, octobre 2010.
  20. Pascale Arguedas, « Biographie de Le Clézio », sur le site « Calou, L'ivre de lecture ».
  21. « Le Louvre invite Jean-Marie G. Le Clézio » sur le site officiel du musée du Louvre.
  22. « La lugubre élucubration de M. Millet », J.M.G. Le Clézio, bibliobs.nouvelobs.com, 5 septembre 2009.
  23. « Millet cœur de sniper », Jérôme Dupuis, L'Express, 29 août 2012.
  24. « La Légion d'honneur du Nouvel An », Le Figaro, 1er janvier 2009.
  25. Frank Westerlund, Jean-Marie Gustave Le Clézio
  26. a et b Elisabeth Bouvet, « Le Clézio Prix Nobel de Littérature ou l’éloge d’une littérature-monde », 9 octobre 2008
  27. a et b Notice biobibliographique sur le site des prix Nobel
  28. René-Maril Albérès, Le Roman d'aujourd'hui. 1960-1970, Paris, Albin Michel, 1970, p.119
  29. Dutton 2003, p.146, à consulter sur Google Books
  30. Dutton 2003, p.125, à consulter sur Google Books
  31. a et b « Je suis un peu sauvage », entretien avec Carole Vantroys, Lire, novembre 1994, p.26-30
  32. « Lire c'est s'aventurer dans l'autre », entretien avec Jean-Pierre Salgas, La Quinzaine Littéraire, 435, 1-15 mars, p. 6-8
  33. Lhoste 1971, p.36
  34. Typiquement dans Le Chercheur d'or. Le Clézio lui-même établit un parallèle entre conscience et flux, par une comparaison avec le cinéma. Voir Real et Jiménez, p.136, à consulter sur Google Books
  35. Waelti-Walters 1977, p.147-158
  36. Le Nobel « intranquille », Jacques-Pierre Amette, Le Point 16 octobre 2008
  37. La plupart sont listés sur la bibliographie établie par Fredrik Westerlund
  38. « Antonin Artaud ou le rêve mexicain », Le Rêve mexicain ou la pensée interrompue, p.196
  39. La plupart sont recensées sur la bibliographie établie par Fredrik Westerlund]
  40. Voir notamment Salles 2007, p. 109, à consulter sur Google Books
  41. Voir à ce sujet Salles 2007, p. 265-266, à consulter sur Google Books
  42. Celui que l'Académie suédoise a qualifié d’« explorateur d'une humanité au-delà et en dessous de la civilisation régnante» avait écrit, à la fin des années 1980 ces propos en forme de soutien à Survival International : « Comme vous le savez, je suis très sensible à l’action que vous menez pour défendre la liberté et la survie des Amérindiens, si menacés par l’extension du monde industriel, et devenus, aux yeux de beaucoup, le symbole de la lutte des civilisations naturelles contre la spoliation et la destruction des sociétés prétendument modernes. Partout où j’ai rencontré des Amérindiens, j’ai été touché par cet exemple donné simplement, sans ostentation au reste du monde, cette volonté d’affirmer les valeurs traditionnelles, non parce qu’elles sont anciennes, mais parce qu’elles correspondent le mieux à l’équilibre entre l’homme et la nature, c’est-à-dire au bonheur. » Les nouvelles de Survival, no 69, oct. 2008, p.3.
  43. Voir notamment Alessandra Ferraro, « Espaces réels, espaces rêvés dans Le Chercheur d'or et Voyage à Rodrigues », in Kumari R. Issur, Vinesh Y. Hookoomsing (dir.), L’Océan Indien dans les littératures francophones, Karthala, 2001, p. 485-494.
  44. Claire Devarrieux, « « Le Clézio noble Nobel » », Libération, 10 octobre 2008.
  45. Raga. Approche du continent invisible, sorti en 2008
  46. http://www.editions-complicites.com/12-les-cahiers-j-mg-le-clezio
  47. Biographie de Diego Rivera et Frida Kahlo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Pierre Lhoste, Conversations avec J. M. G. Le Clézio, Paris, Mercure de France, 1971
  • Jennifer R. Waelti-Walters, J.M.G. Le Clézio, Boston, Twayne, « Twayne’s World Authors Series » 426, 1977
  • Jennifer R. Waelti-Walters, Icare ou l'évasion impossible, éditions Naaman, Sherbrooke, Canada, 1981
  • Elena Real, Dolores Jiménez (dir.), J.M.G. Le Clézio. Actes Du Colloque International, Valence, Universitat de València, 1992
  • Georges Molinié, Alain Viala, Approches de la réception : sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, 1993
  • Miriam Stendal Boulos, Chemins pour une approche poétique du monde : le roman selon J. M. G. Le Clézio, Copenhague, Museum Tusculanum press, coll. « Études romanes », 1999
  • Michelle Labbé, Le Clézio, l’écart romanesque, Paris/Montréal/Turin, L'Harmattan, 1999
  • Sophie Jollin-Bertocchi, "JMG Le Clézio : l'érotisme, les mots", Paris, Kimé, 2001.
  • Jacqueline Dutton, Le chercheur d’or et d’ailleurs : l’utopie de J. M. G. Le Clézio, Paris/Budapest/Turin, l’Harmattan, 2003
  • Nicolas Pien, Le Clézio, la quête de l’accord originel, Paris/Budapest/Turin, l'Harmattan, 2004
  • Bruno Thibault, Sophie Jollin-Bertocchi (dirs), J.M.G. Le Clézio: Intertextualité et interculturalité, Nantes, Editions du Temps, 2004
  • Abdelhaq Anoun, J.-M.G. Le Clézio. Révolutions ou l'appel intérieur des origines, Paris, L'Harmattan, coll. « Approches littéraires », 2005
  • Bruno Thibault, Bénédicte Mauguière (dirs), J.M.G. Le Clézio, la francophonie et la question coloniale, Nouvelles Etudes Francophones, numéro 20, 2005
  • Margareta Kastberg Sjöblom, L'écriture de J. M. G. Le Clézio : des mots aux thèmes, Paris, Champion, 2006
  • Marina Salles, Le Clézio peintre de la vie moderne, Paris, L’Harmattan, 2007
  • Isabelle Roussel-Gillet (dir.), Le Clézio aux lisières de l’enfance, Arras, P. Université d'Artois, « Cahiers Robinson », 2008
  • Raymond Mbassi Atéba, Identité et fluidité dans l'œuvre de Jean-Marie Gustave Le Clézio. Une poétique de la mondialité, Paris, L’Harmattan, 2008
  • Claude Cavallero, Le Clézio témoin du monde, essai, Paris, Calliopées, 2009, 359 p.
  • Bruno Thibault, J.M.G. Le Clézio et la métaphore exotique, Amsterdam/New York, Rodopi, 2009
  • Claude Cavallero (dir), Le Clézio, revue Europe, Paris, no 957-958, janvier-février 2009
  • Thierry Léger, Isabelle Roussel-Gillet, Marina Salles, Alain Georges Leduc (dir), Le Clézio, passeur des arts et des cultures, Presses Universitaires de Rennes, coll. Interférences, 2010
  • Isabelle Roussel-Gillet, J.M.G. Le Clézio, écrivain de l'incertitude, Ellipses, 2011
  • Bruno Thibault, Keith Moser (dirs), J.M.G. Le Clézio dans la forêt des paradoxes, Paris, Editions de l'Harmattan, 2012
  • Sabrinelle Bedrane et Isabelle Roussel-Gillet, Dossier consacré à JMG Le Clézio, nouvelliste des fièvres aux fantaisies, Revue Roman 20 50, numéro 55, 2013

Articles[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par J. M. G. Le Clézio Suivi par
Simonne Jacquemard
Prix Renaudot
1963
Jean-Pierre Faye