Rudolf Christoph Eucken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eucken.
Rudolf Eucken.

Rudolf Christoph Eucken (5 janvier 1846 - 15 septembre 1926 (à 80 ans)) est un philosophe allemand lauréat du Prix Nobel de littérature en 1908.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Il est né à Aurich en Allemagne et étudie aux universités de Göttingen et de Berlin. En 1871, après cinq années d'enseignement, il devient professeur de philosophie à l'université de Bâle en Suisse où il restera jusqu'en 1874. Il occupe ensuite un poste similaire à l'université de Iéna jusqu’à sa retraite en 1920. Il se maria en 1882 et eut trois enfants. En 1914, il fut un des signataires du Manifeste des 93. À noter qu'il est le père du célèbre économiste Walter Eucken, l'un des fondateurs de l'ordolibéralisme, ayant inspiré le "miracle allemand" après 1948[1].

Sa philosophie[modifier | modifier le code]

Sa philosophie est fondée sur l'expérience humaine, affirmant que les hommes ont une âme et qu'ils sont donc à la jonction entre nature et esprit. Il estime que les gens doivent dépasser leur côté non-spirituel par des efforts continus pour atteindre une vie spirituelle. Il appelait ce dépassement l'activisme éthique. Il critiqua à ce titre, le socialisme, dans son dernier livre, lui reprochant son hostilité à la liberté de l'Homme, à la spiritualité et à la culture[2].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Die Methode der aristostelischen Forschung, 1872
  • Geschichte und Kritik der Grundbegriffe der Gegenwart, 1878
  • Geschichte der philosophischen Terminologie, 1879
  • Die Lebensanschauungen der grossen Denker. Eine Entwicklungsgeschichte des Lebensproblems der Menschheit von Plato bis zur Gegenwart, 1890
  • Der Kampf um einen geistigen Lebensinhalt, 1896
  • Der Wahrheitsgehalt der Religion, 1901
  • Grundlinien einer neuen Lebensanschauung, 1907
  • Philosophie der Geschichte, 1907
  • Geistige Strömungen der Gegenwart, 1908 (Les grands courants de la pensée contemporaine)
  • Der Sinn und Wert des Lebens, 1908 (Le sens et la valeur de la vie)
  • Geistesleben,1909
  • Können wir noch Christen sein?, 1911
  • Present-day Ethics in their Relation to the Spiritual Life, 1913
  • Die Träger des deutschen Idealismus, 1915
  • Die geistesgeschichtliche Bedeutung der Bibel, 1917
  • Deutsche Freiheit. Ein Weckruf, 1919
  • Der Sozialismus und seine Lebensgestaltung, 1920

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir par exemple Lawrence H. White, The Clash of Economic Ideas, Cambridge University Press, 2012, p. 241.
  2. Lawrence H. White, The Clash, p. 241.

Sur les autres projets Wikimedia :