Souleymane Cissé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cissé.

Souleymane Cissé

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Souleymane Cissé en 2009

Naissance 21 avril 1940 (74 ans)
Bamako
Nationalité Drapeau du Mali Mali
Films notables Den Muso,
Baara,
Yeelen,
Waati

Souleymane Cissé est un cinéaste malien, né le 21 avril 1940 à Bamako (Mali).

Biographie[modifier | modifier le code]

Souleymane Cissé est né dans une famille musulmane modeste. Il est passionné de cinéma dès son enfance. Depuis l’âge de 7 ans, il fréquente très régulièrement le cinéma comme spectateur en compagnie de ses grands frères et de leurs amis. Il fait des études secondaires à Dakar et revient dans son pays en 1960 lors de l’éclatement de la Fédération du Mali et de l’indépendance de son pays. Il adhère alors à des mouvements de jeunesse et commence à projeter à la Maison des Jeunes de Bamako des films qu'il commente ensuite au public.

C'est un film documentaire sur l’arrestation de Patrice Lumumba qui déclenche réellement sa volonté de faire du cinéma. Il obtient une bourse pour suivre un stage de projectionniste puis des études de cinéma à l'Institut des Hautes Études Supérieures de la Cinématographie de Moscou. Il en sort diplômé en 1969. En 1970, rentré au Mali, il est employé comme cameraman-reporter au Service cinématographique du Ministère de l'Information, ce qui lui offre l'occasion de parcourir le Mali de long en large caméra à l'épaule pendant trois ans et de réaliser plusieurs documentaires.

Souleymane Cissé tourne son premier moyen métrage Cinq jours d’une vie en 1971. Le film relate l’histoire d’un jeune qui abandonne l’école coranique et vagabonde dans les rues, vivant de menus larcins. L'œuvre est primée au Festival de Carthage.

En 1975, il réalise son premier long métrage, en bambara, Den Muso (La Jeune fille) à propos d’une jeune fille muette violée par un chômeur. Enceinte, elle subit le rejet de sa famille et du père de l’enfant qui refuse de le reconnaître. Souleymane Cissé a ainsi expliqué sa démarche : "J'ai voulu exposer le cas des nombreuses filles-mères rejetées de partout. J'ai voulu mon héroïne muette pour symboliser une évidence : chez nous, les femmes n'ont pas la parole". Non seulement le film est interdit par le ministre malien de la culture mais Souleymane Cissé est arrêté et emprisonné pour avoir accepté une coopération française. Le brûlot restera interdit pendant trois ans et n'obtiendra son visa d'exploitation qu'en 1978.

Fonctionnaire de l'État, Souleymane Cissé prend une disponibilité en 1977 afin de se consacrer pleinement au cinéma et crée la société de production Les Films Cissé (Sisé Filimu).

En 1978 sort le film Baara (Le Travail) qui reçoit l'Étalon de Yennenga au FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou) la même année. Ce film relate l'histoire d'un jeune ingénieur, révolté par l'attitude de son PDG, qui décide d'organiser une réunion avec les ouvriers pour faire valoir leurs droits. Mais son patron le fait aussitôt enlever puis assassiner.

Succède Finyè (Le Vent, 1982). Il s'agit d'une chronique sur la révolte des étudiants maliens face au pouvoir militaire. À sa sortie, le film multiplie les récompenses : Étalon de Yennenga au FESPACO de Ouagadougou en 1983, Tanit d'Or au Festival de Carthage. Le film est également sélectionné au Festival de Cannes 1982 (le cinéaste sera membre de son jury l'année suivante).

Sur une période période de 4 ans, entre 1984 et 1987, il tourne Yeelen (La Lumière), film initiatique sur le douloureux chemin que prend l’enfant pour devenir adulte. Il obtient pour ce film le Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes en 1987. Il est alors premier cinéaste africain à avoir été primé à Cannes pour un long métrage.

Souleymane Cissé tourne Waati (Le Temps, 1995), qui retrace l'histoire de Nandi, une enfant noire d'Afrique du Sud au moment de l'Apartheid, qui fuit son pays pour partir en Côte d'Ivoire, au Mali et en Namibie, avant de revenir dans son pays d'origine après la fin du régime.

En 2009, Souleymane Cissé sort le film Min yé qui aborde le thème de la polygamie. Ce film, dans lequel jouent Sokona Gakou, animatrice à Africable, et Assane Kouyaté, est présenté au Festival de Cannes 2009 [1].

Souleymane Cissé est, depuis 1997, président de l'Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l'audiovisuel de l'Afrique de l'Ouest (UCECAO). Souleymane Cissé a été élevé par le président de la République, Amadou Toumani Touré, au rang de Commandeur de l’Ordre national du Mali le 1er janvier 2006. Il est également élevé au grade de Commandeur des Arts et Lettres de la République Française.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Courts et moyens métrages[modifier | modifier le code]

  • 1968 : L’aspirant
  • 1968 : Source d’inspiration
  • 1970 : Dégal à Dialloubé
  • 1971 : Fête du Sanké
  • 1972 : Cinq jours d’une vie
  • 1975 : L’Homme et ses idoles
  • 1978 : Chanteurs traditionnels des Iles Seychelles

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « La première tâche des cinéastes africains est d'affirmer que les gens d'ici sont des êtres humains, et de faire connaître celles de nos valeurs qui pourraient servir aux autres. La génération qui nous suivra s'ouvrira sur d'autres aspects du cinéma. »[réf. nécessaire]
  • « Ma façon de vivre, c’est de croire en l’avenir ; si j’étais fataliste, je ne serais pas cinéaste. Rien ne me poussait à faire du cinéma. C’est moi qui l’ai choisi. Je voulais voir les choses et les faire voir. Quand on a cette curiosité, on ne peut pas être fataliste ».[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 62e Rencontre Internationale de Cinéma de Pontarlier, Souleymane Cissé présente son œuvre, 2005, 48 pages. Nombreuses illustrations en quadrichromie. Ed. Cercle d'Études et de Recherches Filmographiques (25300 Pontarlier)
  • Samuel Lelièvre, "Enjeux interprétatifs de la féminité dans l’écriture de Souleymane Cissé", Cinémas vol. 11, no 1, Université de Montréal, 2000, pp. 61–76.
  • Samuel Lelièvre, La Lumière de Souleymane Cissé. Cinéma et Culture, Préface de J-M. Frodon, Paris, L'Harmattan, 2013, 214 pages (ISBN: 978-2-343-00201-9).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Festival de Cannes en 2009. "Min Ye" de Souleymane Cissé représentera l'Afrique, l’Essor, 27 avril 2009 [ http://www.essor.gov.ml/jour/cgi-bin/view_article.pl?id=22014]