Tierno Monénembo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tierno Monénembo

Nom de naissance Thierno Saïdou Diallo
Activités écrivain
Naissance 21 juillet 1947
Porédaka, Guinée
Langue d'écriture français
Distinctions Prix Renaudot 2008

Œuvres principales

Le Roi de Kahel
Le Terroriste noir

Tierno Monénembo (de son vrai nom Thierno Saïdou Diallo, né le 21 juillet 1947 à Porédaka en Guinée) est un écrivain guinéen francophone, lauréat du prix Renaudot en 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

En 1969, ce fils de fonctionnaire quitte la Guinée, fuyant la dictature de Ahmed Sékou Touré et rejoint à pied le Sénégal voisin. Il va ensuite en Côte d'Ivoire poursuivre ses études. Il rejoint la France en 1973 toujours pour étudier et y obtient un doctorat en biochimie de l'université de Lyon. Il a par la suite enseigné au Maroc et en Algérie. Depuis 2007, il est visiting professor au Middlebury College dans le Vermont aux États-Unis.

Carrière d'écrivain[modifier | modifier le code]

Tierno Monénembo publie son premier roman en 1979. Ses romans traitent souvent de l'impuissance des intellectuels en Afrique, et des difficultés de vie des Africains en exil en France. Il s'intéresse particulièrement à l'histoire et aux relations des noirs avec la diaspora émigrée de force au Brésil (Pelourihno). Il a récemment consacré un roman aux Peuls et une biographie romancée à Aimé Olivier de Sanderval, un aventurier et explorateur français, originaire de Lyon et Marseille (campagne Pastré), admirateur de leur civilisation et devenu un « roi » Peul (Le Roi de Kahel). À cette occasion, il revisite l'histoire coloniale pour faire entrer cette période controversée dans l'imaginaire romanesque.

Après cela, il travaille sur la vie d'un Peul guinéen, Addi Bâ, héros de la Résistance en France, fusillé par les Allemands (Le Terroriste noir), ainsi que sur les liens unissant la diaspora noire d'Amérique avec l'Afrique.

Tierno Monénembo était en résidence d'écrivain à Cuba lorsqu'il apprit qu'il était le lauréat 2008 du prix Renaudot. Sa récompense a toutefois mis en lumière la place grandissante qu'occupent les écrivains français d'origine africaine dans la littérature francophone[réf. nécessaire]. Elle souligne également, même si Tierno Monénembo vit en Normandie comme sur les traces du poète-président sénégalais Léopold Sédar Senghor, qu'une partie de la littérature contemporaine en français se trouve au Sud.

Il a vivement critiqué le coup d'État militaire du 23 décembre 2008 en Guinée ayant porté au pouvoir la junte menée par le capitaine Moussa Dadis Camara, juste après la mort du président Lansana Conté, qui dirigeait le pays d'une main de fer depuis 1984.[réf. nécessaire] Resté relativement discret en 2009, tant sur le plan politique que littéraire, jusqu'au massacre de plus de 150 civils par l'armée le 28 septembre à Conakry, il écrit alors une tribune publiée dans Le Monde et intitulée « La Guinée, cinquante ans d'indépendance et d'enfer[1] » pour condamner cette tuerie et appeler la communauté internationale à agir.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Guinée, cinquante ans d'indépendance et d'enfer » par Tierno Monénembo dans Le Monde du 4 octobre 2009.
  2. « Le Grand prix Palatine couronne Tierno Monénembo : actualités - Livres Hebdo », sur livreshebdo.fr,‎ 23 avril 2013 (consulté le 24 avril 2013)