Esther Duflo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Esther Duflo

Description de cette image, également commentée ci-après

Esther Duflo à Pop!Tech 2009

Naissance 25 octobre 1972 (41 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France France et
Drapeau des États-Unis États-Unis
Champs Économie
Économie du développement
Institutions MIT, Collège de France
Diplôme École normale supérieure de la rue d'Ulm
École d'économie de Paris
Massachusetts Institute of Technology
Renommée pour l'expérimentation sur le terrain (randomisation) pour comparer des options différentes face à un problème microéconomique bien délimité.
Distinctions Prix du meilleur jeune économiste de France,
Prix MacArthur,
Prix Elaine Bennett pour la recherche,
Médaille John Bates Clark...

Esther Duflo (née le 25 octobre 1972 à Paris[1]) est une économiste franco-américaine[2], professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT) où elle détient la « chaire Abdul Latif Jameel sur la réduction de la pauvreté et l'économie du développement ». Elle a reçu la médaille John Bates Clark en 2010[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née dans une famille protestante, sa mère est médecin pédiatre et son père est mathématicien[4]. Après avoir obtenu son baccalauréat, Esther Duflo entre en classe préparatoire Lettres et Sciences Sociales (B/L) au lycée Henri-IV à Paris. Elle étudie d'abord l'Histoire à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, et travaille également comme bénévole dans des ONG comme par exemple les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France. Sur les conseils de Thomas Piketty, elle se tourne vers l'économie appliquée[5]. Elle obtient sa maîtrise d'histoire (avec un mémoire sur le premier plan quinquennal de l'URSS) et d'économie en 1994, puis un DEA d'économie en 1995, au Delta, ancêtre de l’École d'économie de Paris. Elle est aussi assistante de recherche de Jeffrey Sachs et Daniel Cohen[6].

En 1999, elle soutient sa thèse de doctorat au département d'économie du MIT, sous la direction de l'économiste indien Abhijit Banerjee (en). Sa thèse, intitulée Three Essays in Empirical Development Economics (Trois essais sur l'économie empirique du développement), est consacrée à l'évaluation économique des projets de développement[3]. La même année, elle intègre le département d'économie du MIT comme assistant professor. Elle devient professeur associé en 2002, à l'âge de 29 ans. Après une année en détachement à l’université de Princeton, elle se voit offrir la tenure (engagement à vie) au MIT et accède au titre de professeur en 2004, à l’âge de 32 ans[7].

Son domaine de recherche est l'économie du développement, en particulier la santé, l'éducation, l'accès au crédit, en passant par la lutte contre la corruption. Avec Michael Kremer, Abhijit Banerjee, Jeff Carpenter, John List et Sendhil Mullainathan, elle est une pionnière du développement des expériences en situation réelle, sur une question limitée et précise, avec comparaison entre un groupe témoin et un groupe d'expérience, comme méthode d'analyse en économie. Elle décrit sa méthode de travail comme « vraiment micro. Mes projets portent toujours sur une question simple, épurée, qui a trait à la réaction des gens dans un contexte précis »[6].

Elle obtient le prix Elaine Bennett pour la recherche de l'American Economic Association en 2002. Ce prix récompense une femme de moins de quarante ans dont les contributions en recherche économique sont exceptionnelles. En 2005, Le Monde et le Cercle des économistes lui décernent le prix du meilleur jeune économiste de France. En 2009, elle est parmi les lauréats du prix MacArthur.

Esther Duflo est corédactrice des revues Review of Economics and Statistics et Journal of Development Economics ; en 2007, elle est nommée rédacteur fondateur de la revue American Economic Journal: Applied Economics.

Elle est actuellement codirecteur de J-Pal, laboratoire Abdul Latif Jameel d'action contre la pauvreté (Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (en)) au MIT[8], dans lequel elle joue un rôle majeur du point de vue scientifique comme de celui de la gestion et de la levée de fonds. Par ailleurs, Esther Duflo détient la première chaire internationale « Savoirs contre la pauvreté »[9] au Collège de France[10] soutenue par l'Agence française de développement. Elle a écrit une rubrique mensuelle dans le quotidien Libération.

En mai 2008, le magazine américain Foreign Policy la fait figurer sur sa liste des 100 premiers intellectuels mondiaux[11]. Ce magazine la classe 38e dans sa liste des 100 premiers penseurs mondiaux (Top 100 Global Thinkers) en 2010[12], 60e en 2011[13], puis 62e en 2012[14].

En avril 2010, elle reçoit la médaille John Bates Clark pour son rôle essentiel dans l'économie du développement, en recentrant cette discipline sur les questions microéconomiques et les expériences à grande échelle sur le terrain.

En 2011, elle est lauréate de la médaille de l'innovation du CNRS[15]. Le magazine américain Time la fait figurer sur sa liste des 100 personnes les plus influentes au monde[16].

Fin 2012, elle est nommée au sein du President’s Global Development Council, un organisme américain chargé de conseiller le président des États-Unis Barack Obama ainsi que les hauts dirigeants de l’administration sur les questions de développement[17],[18].

En 2012, elle donne naissance à un enfant, dont le père est Abhijit Banerjee[19].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Esther Duflo, Expérience, science et lutte contre la pauvreté, Paris, Fayard,‎ 2009, 60 p. (ISBN 9782213644127)
  • Esther Duflo, Le développement humain. Lutter contre la pauvreté (I), Paris, Le Seuil / République des idées,‎ 2010, 104 p. (ISBN 9782021014747)
  • Esther Duflo, La politique de l'autonomie. Lutter contre la pauvreté (II), Paris, Le Seuil / République des idées,‎ 2010, 104 p. (ISBN 9782021011876)
  • Abhijit V. Banerjee, Esther Duflo, Repenser la pauvreté, Paris, Le Seuil / Les Livres du Nouveau Monde,‎ 2012, 422 p. (ISBN 9782021005547)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arthur Jatteau, Les expérimentations aléatoires en économie, Paris, La Découverte, coll. « Repères »,‎ 2013, 128 p. (ISBN 9782707169464)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie Esther Duflo, Collège de France
  2. CV d'Esther Duflo sur le site du MIT
  3. a et b Esther Duflo, première économiste du développement honorée par le Médaille Clark
  4. Journal du Dimanche, 23 janvier 2010
  5. Small-Picture Approach to a Big Problem: Poverty
  6. a et b Asimina Caminis, La politique économique à l'épreuve des faits. Des expériences en situation réelle qui livrent des résultats surprenants in FMI, Finances et développement, Septembre 2003
  7. Savoirs contre la pauvreté
  8. Site du Poverty Action Lab J-Pal
  9. leçon inaugurale : « Expériences, Science et Lutte contre la pauvreté »,
  10. Décret de nomination
  11. (en) « The Top 100 Public Intellectuals: Bios », sur http://www.foreignpolicy.com, Foreign Policy,‎ 19 avril 2008 (consulté le 27 novembre 2012).
  12. (en) « The FP Top 100 Global Thinkers 2010 », sur http://www.foreignpolicy.com, Foreign Policy,‎ 29 novembre 2010 (consulté le 27 novembre 2012).
  13. (en) « The FP Top 100 Global Thinkers 2011 », sur http://www.foreignpolicy.com, Foreign Policy,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 27 novembre 2012).
  14. (en) « The FP Top 100 Global Thinkers 2012 », sur http://www.foreignpolicy.com, Foreign Policy,‎ 27 novembre 2012 (consulté le 27 novembre 2012).
  15. CNRS, « Palmarès 2011 de la médaille de l'innovation du CNRS », sur http://www.cnrs.fr,‎ 2011 (consulté le 5 février 2014)
  16. (en) The 2011 TIME 100
  17. (en) President Obama Announces More Key Administration Posts
  18. (en) Voir sur wikisource.org l'ordre exécutif n° 13600 du 9 février 2012 qui crée cet établissement.
  19. Lunch with the FT: Esther Duflo, 17 mars 2012.
  20. « The Albert O. Hirschman Prize, 2014 », sur ssrc.org/ (consulté le 3 avril 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]