David Foenkinos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foenkinos.

David Foenkinos

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

David Foenkinos au salon du livre Radio France, le 26 novembre 2011.

Nom de naissance David Foenkinos
Activités Écrivain
Naissance 28 octobre 1974 (40 ans)
Paris
Langue d'écriture Français
Distinctions Prix François-Mauriac 2002
Prix Renaudot 2014
Prix Goncourt des lycéens 2014

Œuvres principales

David Foenkinos, né le 28 octobre 1974 à Paris, est un romancier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie les lettres à la Sorbonne, tout en se formant au jazz, ce qui l'amène au métier de professeur de guitare.

Son premier roman, Inversion de l'idiotie, est publié en 2002 chez Gallimard, et obtient le Prix François-Mauriac[1]. Ses romans sont traduits à l'étranger, dans trente-cinq langues.[réf. nécessaire] Selon Le Figaro, il fait partie des cinq plus gros vendeurs de romans en 2011.[réf. nécessaire]

Ouvrages, style, genres abordés[modifier | modifier le code]

David Foenkinos avoue une admiration pour l'œuvre d'Albert Cohen dans son ensemble, ce qui l'amène à décliner régulièrement le thème de l'amour dans ses œuvres littéraires.[interprétation personnelle] Il se consacre principalement au roman.

Ses œuvres se veulent empreintes d'humour, comme dans Le Potentiel érotique de ma femme qui a obtenu le prix Roger-Nimier en 2004. L'auteur décrit, avec ironie, les ravages de la collectionnite, l'angoisse de l'abandon et les difficultés de l'amour. Le caractère imprévisible du coup de foudre est mis en scène dans Entre les oreilles. Dans En cas de bonheur, David Foenkinos aborde les relations de couple et l'adultère. Ses romans Nos séparations et La Délicatesse sont également consacrés aux comportements amoureux qui peuvent se révéler parfois fantasques.[interprétation personnelle]

Il a participé à la collection « Ceci n'est pas un fait divers » dans laquelle il a publié Les Cœurs autonomes, roman inspiré de l'affaire Florence Rey. Bien que sombre, pour lui ce livre a pour sujet l'amour, comme ses romans précédents. Ce qui l'a intéressé dans ce fait divers sanglant est en effet le rapport entre la folie amoureuse et la folie meurtrière. Il y décrit l'enfermement de Florence Rey et d'Audry Maupin dans une passion autarcique qui les détruit et les mène à la chute.[interprétation personnelle]

En 2010, Foenkinos publie un livre consacré à John Lennon. Ce livre se veut à la fois une biographie et une reconstitution fictionnelle afin d'essayer d'aller au-delà des faits et d'imaginer ce qu'ils cachent. Il avait déjà utilisé ce procédé dans Les cœurs autonomes pour l'appliquer à un fait divers sanglant. Dans Lennon, Foenkinos tente de saisir l'homme au-delà du mythe. Les confidences de Lennon imaginées par l'auteur soulignent l'importance de la mort dans sa sensibilité d'écorché vif. Il évoque notamment la douleur de la mort de sa mère alors qu'il est adolescent, de son ami Stuart Sutcliffe à Hambourg, puis le suicide de Brian Epstein, le manager homosexuel du groupe qui était en secret amoureux du chanteur.[interprétation personnelle]

On peut noter dans son œuvre l'apparition récurrente de deux Polonais. L'auteur déclare ne jamais (ou presque) puiser son inspiration dans son vécu. Dans Qui se souvient de David Foenkinos, il se met en scène de manière ironique en écrivain raté cherchant une idée pour écrire un nouveau roman.[interprétation personnelle]

Cela ne l'empêche pas de travailler de temps en temps sur des scénarios de cinéma ou de bande dessinée.[interprétation personnelle] Il a notamment travaillé avec son frère Stéphane Foenkinos à la réalisation en 2006 d'un court métrage intitulé Une Histoire de Pieds[2].

En 2011, de nouveau avec son son frère Stéphane, il coréalise le film La Délicatesse, adaptation de son roman éponyme de 2009. Le film sera nommé deux fois aux Césars 2012, pour le César de la meilleure adaptation, et pour le César du meilleur premier film.

En 2012, David Foenkinos participe à la troisième édition du livre AudioSolidaire[3] (enregistrement audio de La Délicatesse par les internautes au profit des personnes aveugles ou malvoyantes).

En 2014, son roman Charlotte est un succès de librairie avec 380 000 exemplaires vendus[4]. L'Obs dénonce néanmoins un récit « sans vergogne » avec l'« un des personnages les plus creux du roman français » et une thématique historique de la Shoah dont « comme du reste, Foenkinos n’a rien à dire »[5]. Pour Les Inrockuptibles génés par la « fausse simplicité de l’écriture », l'auteur a voulu « s’acheter une crédibilité littéraire », tentative qui débouche sur « un résultat inconsistant »[6]. La même année, l'ouvrage obtient plusieurs prix, dont le Prix Renaudot et le Prix Goncourt des lycéens.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Prix Liste Goncourt : le choix polonais, Prix Renaudot, Prix Goncourt des lycéens

Ces œuvres sont traduites dans une trentaine de pays[réf. nécessaire].

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Célibataires, au Studio des Champs-Élysées, avec Catherine Jacob et Christian Charmetant, mise en scène Anouche Setbon, texte publié chez Flammarion.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

David Foenkinos a participé à plusieurs écritures de nouvelles dans des recueils collectifs de son éditeur Gallimard :

  • Collectif, Bonnes vacances, recueil de nouvelles, Scripto, Gallimard Jeunesse, 2003 (ISBN 2070559920) Littérature jeunesse
  • Collectif, Vu de la Lune, recueil de nouvelles, Gallimard, 2005 (ISBN 2070776549)
  • Collectif, Des nouvelles de La Fontaine, recueil de nouvelles, Gallimard, 2007 (ISBN 9782070782970)
  • Collectif, Ici et là, ou bien ailleurs, recueil de nouvelles, illustrations de Sroop Sunar, Gallimard, 2014 (ISBN 9782070143634)Écriture d'une nouvelle parmi les 12 du recueil, aux côtés de Tonino Benacquista, Catherine Cusset, François Garde, Hédi Kaddour, Jean-Marie Laclavetine, Gilles Leroy, Carole Martinez, Marie Modiano, Marie Nimier, Daniel Picouly et de Joy Sorman.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Coréalisation[modifier | modifier le code]

Avec son frère Stéphane :

Adaptations cinématographiques de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Coréalisateur[modifier | modifier le code]

Autre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

L'auteur a été couronné de plusieurs prix[8] :

Hommage anecdotique[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Silex and the City, série animée de Jul. David Foenkinos apparaît dans le rôle d'un lémurien dans l'épisode « Abilix le Gaulois ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Prix François-Mauriac, sur le site de l'Académie Française.
  2. a et b Le court métrage, sur le site senscritique.com.
  3. http://audiosolidaire.avh.asso.fr/content/le-livre-audiosolidaire-2012 Le livre Audiosolidaire 2012 - Association Valentin Haüy
  4. Valérie Trierweiler, reine des ventes de livres 2014, lefigaro.fr, 10 décembre 2014
  5. "Charlotte" : le problème avec Foenkinos, David Caviglioli, nouvelobs.com, 18 novembre 2014
  6. Avec “Charlotte”, David Foenkinos échoue à s’acheter une crédibilité littéraire, Elisabeth Philippe, lesinrocks.com, 6 septembre 2014
  7. Libération.fr
  8. Les prix de David Foenkinos, sur le site prix-litteraires.net.

Voir aussi[modifier | modifier le code]