Martti Ahtisaari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martti Ahtisaari
Martti Ahtisaari à Helsinki le 4 juillet 2007
Martti Ahtisaari à Helsinki le 4 juillet 2007
Fonctions
10e président de la Finlande
Premier ministre Esko Aho
Paavo Lipponen
Prédécesseur Mauno Koivisto
Successeur Tarja Halonen
Biographie
Nom de naissance Martti Oiva Kalevi Ahtisaari
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Viipuri, Finlande (Aujourd'hui Vyborg, Russie)
Nationalité Finlandais
Parti politique Parti social-démocrate
Conjoint Eeva Irmeli Ahtisaari
Profession diplomate

Signature

Martti Ahtisaari
Président de la République de Finlande
Prix Nobel de la Paix 2008

Martti Oiva Kalevi Ahtisaari (né le 23 juin 1937 à Viipuri en Carélie, annexée à la Russie par Staline) est un diplomate et une personnalité politique finlandaise. Il a été président de la République finlandaise de 1994 à 2000. Diplomate des Nations unies, il est connu pour ses actions et ses médiations en faveur de la paix internationale. Le Prix Nobel de la paix lui est décerné en 2008.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Martti Ahtisaari est né à Viipuri en Carélie (nom finnois de l'actuelle Vyborg en Russie) d'un père originaire du sud de la Norvège qui choisit la nationalité finlandaise en 1929.

Pendant la guerre d'Hiver et l'engagement militaire de son père comme mécanicien, sa mère et lui déménagent à Kuopio pour s'éloigner du front. En 1952, sa famille s'installe à Oulu où il achève des études pour devenir enseignant du premier degré en 1959.

Membre de la YMCA, il s'occupe de 1960 à 1963 des cours d'éducation physique dans un établissement de l'association à Karachi au Pakistan.

De retour en Finlande en 1963, il enseigne à Helsinki tout en militant dans des organisations d'aide aux pays en développement. En 1965, il rejoint le Bureau de l'aide au développement au sein du ministère finlandais des Affaires étrangères.

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

En 1973, le président Urho Kekkonen nomme Ahtisaari ambassadeur de Finlande en Tanzanie, également représentant de son pays en Somalie, au Mozambique et en Zambie. De 1973 à 1977, il noue à Dar es Salaam des contacts avec le SWAPO, organisation indépendantiste du Sud-Ouest africain (future Namibie). De 1977 à 1981, il est ainsi nommé Commissaire des Nations unies pour la Namibie, territoire administré par l'Afrique du Sud et dont l'ONU veut l'indépendance. À la même époque, il sert également de Représentant du Secrétaire général en Namibie en 1978. Il emménage alors avec sa famille à New York où se trouve le siège des Nations unies.

Sous-secrétaire général des Nations unies pour l'Administration de 1987 à 1991, il reste représentant spécial du Secrétaire général pour la Namibie. Il participe aux travaux entre l'ONU, le SWAPO et l'OUA menant à l'indépendance de ce pays en 1990.

En mars 1989, Ahtisaari est envoyé en Namibie avec 8 000 casques bleus et civils chargés d'organiser la transition vers l'indépendance et les premières élections libres en novembre 1989. À ce titre, il a été nommé citoyen namibien honoraire.

En 1991, il est choisi pour devenir ministre des Affaires étrangères en Finlande. Il participe néanmoins aux médiations de l'ONU peu après la guerre du Golfe. Sa modération lui aurait coûté l'élection comme Secrétaire général des Nations unies.

Président[modifier | modifier le code]

Alors qu'il participe encore aux médiations pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine, il se lance dans la campagne présidentielle. Plusieurs personnalités politiques finlandaises ont alors perdu la confiance des Finlandais victimes d'une récession économique. En 1993, Ahtisaari accepte l'investiture du Parti social-démocrate.

Sa présidence commence avec la division de la coalition gouvernementale avec le départ du Parti du Centre. Le Premier ministre Esko Aho refuse la participation du président dans les affaires étrangères. Au cours du mandat d'Ahtisaari (1994-2000), la Finlande adhère à l'Union européenne. En 1999, il négocie aux côtés du Russe Viktor Tchernomyrdine avec Slobodan Milošević pour mettre fin aux combats dans la province yougoslave du Kosovo.

Diplomate toujours[modifier | modifier le code]

Ahtisaari ne se représente pas en 2000 et voit Tarja Halonen lui succéder à la présidence.

Il a accepté depuis 2000 plusieurs postes dans plusieurs organisations internationales. En 2000, par exemple, le gouvernement britannique l'inclut dans une équipe chargée d'inspecter le désarmement de l'IRA en Irlande du Nord.

Le 18 juin 2003, il devient l’envoyé spécial du Secrétaire général pour les crises humanitaires dans la corne de l'Afrique.

Il a créé une organisation non gouvernementale, Crisis Management Initiative (CMI), dont la mission est d'aider à créer et développer la paix dans les régions troublées. C'est à travers CMI qu'il dirige et conclut en août 2005 les négociations de paix en Aceh entre le gouvernement indonésien et le Gerakan Aceh Merdeka (séparatistes).

En 2005, il est un des nominés pour le prix Nobel de la paix pour son action en Aceh, en Namibie et au Kosovo, mais le prix est remis à l'Agence internationale de l'énergie atomique et son directeur Mohamed ElBaradei. En 2006, il fait à nouveau partie des favoris mais le prix échoit à Muhammad Yunus.

Le 2 novembre 2005, Martti Ahtisaari est nommé par les Nations unies envoyé spécial chargé de superviser les négociations sur le statut final du Kosovo. Il a pour porte parole Rémi Dourlot.

Le 26 janvier 2007, il présente son rapport sur le statut du Kosovo[1]. Le 4 février, des indépendantistes se regroupent et promènent un pantin à l'image du médiateur de l'ONU [2].

Ce qu’Ahtisaari a fait à Belgrade, bien des années plus tard et la raison pour laquelle il a notamment obtenu le prix Nobel de la paix, est éclairé par la fameuse discussion échangée avec Slobodan Milošević. À la question : que se passerait-il si la Serbie refuse les exigences de l’Occident, Ahtisaari, dit-on, aurait nettoyé tout ce qu’il y avait devant lui sur la table des négociations et dit : « Belgrade sera aussi plat que cette table, la ville sera rasée par un tapis de bombes américaines »[3].

Le 10 octobre 2008, il reçoit le prix Nobel de la paix, après le prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix décerné par l'UNESCO le 2 octobre de la même année.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport du 26 janvier 07
  2. 7SUR7.be
  3. http://balkans.courriers.info/article14707.html

Lien externe[modifier | modifier le code]

Précédé par Martti Ahtisaari Suivi par
Mauno Koivisto
Coat of arms of Finland.svg
Président de la Finlande
1er mars 1994 - 1er mars 2000
Tarja Halonen