Henrik Pontoppidan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henrik Pontoppidan

Henrik Pontoppidan (24 juillet 185721 août 1943) est un écrivain réaliste danois.

Il est issu d'une famille ancienne dont un ancêtre au XVIIe siècle avait pris le nom latinisé de Pontoppidan parce qu'il était régisseur du domaine de Broby (bro = pons, by = oppidum).

C'est en 1881 qu'il débute sa carrière littéraire comme nouvelliste. Il publie alors un recueil sous le titre d'Ailes rognées (Staekkede Vinger).

Il reçut le Prix Nobel de littérature en 1917 avec son compatriote Karl Adolph Gjellerup, pour "ses descriptions authentiques de la vie de tous les jours au Danemark".

Commentaires[modifier | modifier le code]

Henrik Pontoppidan fut une figure du néo romantisme ou Gennembrud danois. Ses romans simultanément réalistes, bien qu'éloigné de considérations naturalistes, et pessimistes décrivent la vie du Danemark au XIXe siècle. Thomas Mann l'a appelé « un poète épique né… un conservateur vrai, qui dans un monde essoufflé a préservé le modèle grand dans le roman. »

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Ses œuvres principales, écrites entre 1890 et 1920, sont, selon ses propres termes, une version danoise d'une large étude sociale dans la tradition de Balzac ou de Zola. Elles ont pour titre:

  • Det Forjættede land (1891-1895) (La Terre promise).
  • Lykke-Per (1898-1904) (Pierre le chanceux), roman semi-autobiographique.
  • De dødes Rige (1912-16) (Le Royaume des morts) où il montre la progression du capitalisme au Danemark.
  • Mands Himmerig (1927)(Paradis de chacun).

Lien externe[modifier | modifier le code]