Jon Fosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jon Fosse

Jon Fosse est un écrivain norvégien, né le à Haugesund. D'abord romancier et essayiste, il écrit également des poèmes et des livres pour enfants. Il est désormais mondialement connu surtout en tant que dramaturge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jon Fosse est né sur la côte ouest de la Norvège. Il débute avec son premier texte Raudt, svart (Rouge, noir) en 1983. Il publie une quinzaine d'écrits avant de venir au théâtre. Sa première pièce, Et nous ne serons jamais séparés, est montée et publiée en 1994. Il reçoit le prix Ibsen en 1996 pour Quelqu'un va venir.

Il vit actuellement à Bergen. En 2011, l'État norvégien lui a offert d'occuper la résidence "La Grotte" (Grotten), située à Oslo. "La Grotte" a d'abord été la demeure du poète Henrik Wergeland avant d'être celle du compositeur Christian Sinding, du poète Arnulf Øverland et du compositeur Arne Nordheim.

Ses écrits (romans, nouvelles, poésie, essais et pièces de théâtre) ont été traduits dans plus de quarante langues, et ses pièces ont été montées par les plus grands metteurs en scène ( Patrice Chéreau, Jacques Lassalle, Thomas Ostermeier, Claude Régy…).

Son œuvre romanesque (traduite en français par Terje Sinding) a été publiée par les éditions Circé. Son œuvre théâtrale (également traduite par Terje Sinding) est parue chez l'Arche éditeur.

Il est considéré comme l'un des plus grands auteurs contemporains et a été décoré de l'Ordre national du Mérite français en 2007.

Une écriture originale[modifier | modifier le code]

L’œuvre théâtrale de Jon Fosse se caractérise par une écriture très épurée, minimale, répétitive avec d'infimes variations. La langue est banale, l'intrigue est pauvre, quasiment absente, l'ensemble paraît très simple. Mais l'auteur arrive à créer une tension extrême entre les personnages, dans un univers souvent très sombre.
« Le langage signifie tour à tour une chose et son contraire et autre chose encore » dit l'auteur. L'écriture ne comporte pas de ponctuation, et on remarque notamment l'absence de points d'interrogation, alors que les personnages sont perpétuellement en recherche, en attente, en tension (jalousie, exaspération, angoisse, vide existentiel...). Le plus souvent, ils sont confrontés à leur propre solitude. On ignore à peu près tout des personnages, de leur passé. Ils sont stylisés et ne portent pas de nom : ils sont désignés par un terme générique (lui, elle, le fils, le père, etc.) Seul importe le moment présent et les tensions qui s'exaspèrent entre eux. Et l'intrigue est elle-même épurée au point qu'elle en devient presque abstraite ou conceptuelle (la rencontre, la séparation, l'abandon, la solitude, etc.), elle donne souvent l'impression d'être inachevée. Il en résulte, pour le comédien et le spectateur, une sorte de frustration qui excite sa curiosité et éveille son imaginaire.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Og aldri skal vi skiljast (Et jamais nous ne serons séparés) (1994)
  • Namnet (Le Nom) (1995)
  • Nokon kjem til å komme (Quelqu'un va venir) (1996)
  • Barnet (L'Enfant) (1996)
  • Mor og barn (Mère et enfant) (1997)
  • Sonen (Le Fils) (1997)
  • Natta syng sine songar (Et la nuit chante) (1997)
  • Gitarmannen (L'Homme à la guitare) Monologue (1998)
  • Ein sommars dag (Un jour en été) (1999)
  • Draum om hausten (Rêve d'automne) (1999)
  • Medan lyset går ned og alt blir svart (Quand la lumière baisse et que le noir se fait) (1999)
  • Sov du vesle barnet mitt (Dors mon petit enfant) (2000)
  • Besøk (Visites) (2000)
  • Vinter (Hiver) (2000)
  • Ettermiddag (Après-midi) (2000)
  • Vakkert (Beau) (2001)
  • Dødsvariasjonar (Variations sur la mort) (2001)
  • Jenta i sofaen (La Jeune Fille sur un canapé) (2002)
  • Lilla (Violet) (2003)
  • Suzannah (2004)
  • Dei døde hundane (Les Chiens morts) (2004)
  • Sa ka la (2004)
  • Varmt (Une chaude journée) (2005)
  • Svevn (Les jours s'en vont) (2005)
  • Rambuku (2006)
  • Skuggar (Ombres) (2006)
  • Eg er vinden (Je suis le vent) (2007)
  • Ylajali (2012) (traduction de Gabriel Dufay avec la collaboration de Camilla Bouchet)

Romans et textes en prose[modifier | modifier le code]

  • Raudt, svart (Rouge, noir) (1983)
  • Stengd gitar (Guitare fermée) (1985)
  • Blod. Steinen er. (Sang. La pierre est.) (1987)
  • Naustet (La Remise à bateaux) (éditions Circé, 1989)
  • Flaskesamlaren (Le Ramasseur de bouteilles) (1991)
  • Bly og vatn (Plomb et eau) (1992)
  • To forteljingar (Deux récits) (1993)
  • Prosa frå ein oppvekst (Enfance). (1994)
  • Melancholia I. (éditions P.O.L, 1995)
  • Melancholia II. (éditions Circé, 1996)
  • Eldre kortare prosa med 7 bilete av Camilla Wærenskjold (Textes anciens en prose avec 7 illustrations de Camilla Wærenskjold) (1998)
  • Morgon og kveld (Matin et soir) (éditions Circé, 2000)
  • Det er Ales (C'est Alice) (2004)
  • Andvake (Insomnie) (éditions Circé, 2007)
  • Olavs draumar (Les Rêves d'Olav) (2012)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Engel med vatn i augene (Ange aux yeux humides) (1986)
  • Hundens bevegelsar (Les Mouvements du chien) (1990)
  • Hund og engel (Chien et ange) (1992)
  • Dikt (1986-1992) (Poésie complète 1986-1992) (1995)
  • Nye dikt (Nouveaux poèmes) (1997)
  • Dikt (1986-2001) (Poésie complète 1986-2001) (2001)
  • Auge i vind (Yeux dans le vent) (2003)

Contes pour enfants[modifier | modifier le code]

  • Uendeleg seint (Si lentement) (1989)
  • Kant (1990)
  • Dyrehagen Hardanger (Le Zoo Hardanger) (1993)
  • Vått og svart (Noir et humide) (1994)
  • Hundemanuskripta I-III (Les Manuscrits des chiens I-III) (1995-1996-1997)
  • Søster (Petite sœur) (2000)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Frå telling via showing til writing (De la narration à l'écriture) (1989)
  • Gnostiske essay (Essais gnostiques) (1999)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]