André Lwoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André Lwoff

Description de l'image  André Lwoff nobel.jpg.
Naissance 8 mai 1902
Ainay-le-Château (France)
Décès 30 septembre 1994 (à 92 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France française
Champs Microbiologie, virologie
Institutions Institut Pasteur
Renommé pour Travaux sur la lysogénie et la taxinomie des virus
Distinctions Prix Nobel de physiologie ou médecine

André Michael Lwoff, né le 8 mai 1902 à Ainay-le-Château et mort le 30 septembre 1994 à Paris, est un chercheur en biologie français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En tant que scientifique[modifier | modifier le code]

Il reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1965, avec François Jacob et Jacques Monod, pour la découverte du mécanisme utilisé par certains virus (plus exactement des provirus) pour infecter des bactéries.

En 1962, Lwoff introduit une taxinomie des virus (voir Classification des virus).

On peut noter qu'André Lwoff, tout comme sa femme Marguerite (1905-1979)[1], a travaillé sur le rôle de la fièvre dans la guérison des infections virales.

En tant qu'opposant à la peine de mort[modifier | modifier le code]

André Lwoff est également intervenu, en qualité de témoin présenté par la défense de Patrick Henry (assurée par Me Robert Badinter et Me Robert Bocquillon) lors du procès de celui-ci devant la cour d'assises de Troyes (janvier 1977). En effet, le prix Nobel qui lui avait été décerné en faisait un témoin de poids pour ce procès de la peine de mort. Sa conviction était profondément abolitionniste[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]