Germaine Beaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumont.

Germaine Beaumont

Description de cette image, également commentée ci-après

Germaine Beaumont en 1930.

Nom de naissance Germaine Battendier
Naissance
Petit-Couronne
Décès (à 92 ans)
Montfort-l'Amaury
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Piège

Germaine Beaumont de son vrai nom Germaine Battendier, née à Petit-Couronne (Seine-Maritime) le et morte à Montfort-l'Amaury (Yvelines) le , est une journaliste et une romancière française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Germaine Battendier est la fille d'Annie de Pène, morte de la grippe espagnole en 1918 et grande amie de Colette. Après des études à Versailles, elle séjourne en Angleterre de 1908 à 1915. En 1919, Colette la fait entrer au Matin où elle va tenir une chronique. En 1927 elle entre aux Nouvelles littéraires, où elle publie des billets qui parlent des livres, de la mode, de la société. Elle obtient le prix Renaudot pour son premier roman, Piège, en 1930. Elle est inspirée par Virginia Woolf et par Colette. À l'aube de sa carrière littéraire - qui connaitra son apogée dans les années 1940 - elle traduit le célèbre Journal d'un écrivain de Virginia Woolf. Certains de ses romans, dont Les Clefs (1940) et La Harpe irlandaise (1941), sont, selon le mot de Colette, « des roman policiers sans policiers ».

Dans les années 1950, Germaine Beaumont accède à une plus large notoriété encore en produisant une émission radiophonique aux côtés de Pierre Billard : Les Maîtres du mystère, émission dans laquelle elle présente les classiques du "polar". Elle dirigera ensuite une collection de romans policiers féminins chez Plon.

À la tête du jury du prix Femina, elle révéla notamment André Dhôtel pour Le Pays où l'on n'arrive jamais.

De 1966 à 1977, elle écrits des articles de critiques littéraires dans Mystère magazine dans lesquels « elle prône un roman policier sortant de sa marginalité pour devenir roman à part entière »[1].

Dix ans avant sa mort, elle fait la connaissance de l'écrivain Gérard Nicaisse qui lui inspire son roman Un chien dans l'arbre.

Germaine Beaumont repose au cimetière de Montfort-l'Amaury.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Disques (1930)
  • Piège (1930) — prix Renaudot
  • Le Fruit de solitude, roman (1932)
  • Perce-Neige, roman (1934)
  • Cendre, roman (1934)
  • Les Clefs (1940)
  • La Harpe irlandaise (1941)
  • Agnès de rien (1943) - Roman adapté au cinéma en 1949 par Pierre Billon
  • La Roue d'infortune (1947)
  • Le Déclin du jour (prix du meilleur roman d'amour en 1954)
  • Les Légataires (1966)
  • Le Chien dans l'arbre (1975)
  • Une odeur de trèfle blanc (1981)
  • Si je devais
  • Des maisons, des mystères (réédition 2006)
  • Des familles, des secrets (réédition 2006)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lettres de Colette à Annie de Pène et Germaine Beaumont, édition établie par Francine Dugast-Portes, Paris, Flammarion, 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]