Serge Haroche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haroche.

Serge Haroche

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Serge Haroche à Stockholm en 2012.

Naissance 11 septembre 1944 (69 ans)
à Casablanca
Nationalité Drapeau de France Français[1]
Champs Physique quantique
Institutions Collège de France
École normale supérieure
Université Paris VI
CNRS
Diplôme École normale supérieure
Université Paris VI
Distinctions Médaille d'or du CNRS (2009)
Prix Nobel de physique (2012)

Serge Haroche, né le 11 septembre 1944 à Casablanca, est un physicien français[1] travaillant dans le domaine de la physique quantique. Le 2 juin 2009, il reçoit la médaille d'or du CNRS[2],[3]. Le 9 octobre 2012, il est colauréat du prix Nobel de physique avec l'Américain David Wineland[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Serge Haroche est le fils d'Albert Haroche, un avocat juif marocain, et de Valentine Roublev, une enseignante d'origine russe[2],[5]. Il quitte le Maroc en 1956, à l'âge de 12 ans, à la fin du protectorat qu'exerçait la France sur le pays : « Sa famille préfère ses attaches avec la France, tissées par ses grands-parents, directeurs de l'Alliance française[2]. » Après de brillantes études secondaires, il prépare le concours d'entrée à plusieurs grandes écoles[2]. En 1963, classé premier au concours d'entrée à l'École Polytechnique et parmi les premiers[6] au concours d'entrée à l'École normale supérieure, il choisit d'intégrer cette dernière. Il suit parallèlement les cours de la faculté des sciences de l'université de Paris de 1963 à 1967. Après sa licence en sciences physiques, il passe avec succès en 1967 l'agrégation de physique et obtient la même année le doctorat de spécialité (3e cycle)[7]. En 1971, il soutient sa thèse de doctorat en sciences physiques à l'université de Paris VI ; ses recherches ont été effectuées sous la direction de Claude Cohen-Tannoudji[8].

Carrière académique[modifier | modifier le code]

En 1967, il entre au Centre national de la recherche scientifique[2] successivement comme attaché de recherche (1967-1971), chargé de recherche (1971-1973) et maître de recherche (1973-1975). Il passe par ailleurs un an dans le cadre d'un stage post-doctoral à l'Université Stanford de 1972 à 1973 dans le laboratoire de Arthur Leonard Schawlow. Il est nommé professeur titulaire à l'université Paris-VI en 1975 et y exerce jusqu'en 2001, date à laquelle il est nommé au Collège de France[8].

Il exerce en même temps dans d'autres institutions, notamment comme maître de conférences à l'École polytechnique de 1973 à 1984, professeur invité à l'Université Harvard en 1981, professeur à mi-temps à l'Université Yale de 1984 à 1993, et dirige le département de physique de l'École normale supérieure de 1994 à 2000[8],[9]. Il est nommé membre senior de l'Institut universitaire de France en 1991 pour une durée de cinq ans[10], renouvelée en 1996[11].

Il est élu en 2001 professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de physique quantique. Le 1er septembre 2012, Serge Haroche est élu, par ses pairs, administrateur du Collège de France[12].

Recherches[modifier | modifier le code]

Interview de Serge Haroche après la remise de son prix Nobel en décembre 2012.

Serge Haroche est un spécialiste de physique atomique et d'optique quantique. Après une thèse sur l'atome habillé[13],[14] effectuée sous la direction de Claude Cohen-Tannoudji (1967-1971), un lauréat du prix Nobel, il a développé dans les années 1970-1980 des méthodes nouvelles de spectroscopie laser basées sur l'étude des battements quantiques et de la superradiance. Il s'est ensuite intéressé aux atomes de Rydberg, états atomiques géants que leur sensibilité aux micro-ondes rend particulièrement bien adaptés à des études fondamentales sur l'interaction matière-rayonnement. Il a montré que ces atomes, couplés à des cavités supraconductrices contenant quelques photons, constituent des systèmes idéaux pour tester les lois de la décohérence quantique et pour démontrer qu'il est possible de réaliser des opérations de logique quantique prometteuses pour le traitement de l'information[15].

Nommé en 2001 professeur au Collège de France dans la chaire de physique quantique[16], Serge Haroche dirige le groupe d'électrodynamique quantique en cavité au sein du laboratoire Kastler Brossel, qui dépend de l'École normale supérieure, de l'université Pierre-et-Marie-Curie et du CNRS.

En 2006-2007, son cours au Collège de France portait plus précisément sur l'information quantique[17].

En septembre 2012, il est nommé administrateur du Collège de France[18],[19].

Le 9 octobre 2012, il se voit décerner le prix Nobel de physique avec l'Américain David Wineland pour leur recherche concernant la mesure et la manipulation des systèmes quantiques individuels[1],[4].

Principales distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Parenté[modifier | modifier le code]

Serge Haroche est l'oncle du chanteur Raphaël Haroche, connu sous le nom d'artiste Raphael[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Prix Nobel – Le Nobel de physique attribué au Français Serge Haroche et à l'Américain David G. Wineland », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 9 octobre 2012 (consulté le 9 octobre 2012).
  2. a, b, c, d et e Pierre Le Hir, « Serge Haroche : cantique du quantique », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 3 juin 2009, mis à jour le 9 octobre 2012 (consulté le 9 octobre 2012).
  3. [PDF] Dossier de presse.
  4. a et b (en) Dossier de presse, sur le site de la Fondation Nobel, 9 octobre 2012.
  5. Jean-Louis Beaucarnot, « Origines et généalogie de Serge Haroche, prix Nobel de physique », sur rfgenealogie.com, La Revue française de généalogie,‎ 9 octobre 2012 (consulté le 6 février 2012).
  6. Troisième selon un article de Libération : « Un Français lauréat du Nobel de physique 2012 », sur liberation.fr, Libération,‎ 9 octobre 2012, cinquième selon lui-même lors d'une émission sur France Culture, le 19 octobre 2012.
  7. Étude théorique et expérimentale d'un nouveau spectre de raies de résonance magnétique observé en pompage optique transversal.
  8. a, b et c Serge Haroche, Professeur Collège de France and École Normale Supérieure, Paris, CQED, consulté sur cqed.org, le 9 octobre 2012.
  9. Serge Haroche, un chercheur sous les feux des projecteurs, Visionsmag, 20 mai 2013.
  10. Arrêté du 2 décembre 1991 portant nomination à l'Institut universitaire de France, JORF no 286 du 8 décembre 1991, p. 16074, NOR MENH9102797A, sur Légifrance.
  11. Arrêté du 8 août 1996 portant nomination des membres seniors et juniors de l'Institut universitaire de France, JORF no 191 du 17 août 1996, p. 12453, NOR MENK9602306A, sur Légifrance.
  12. « Biographie de Serge Haroche », sur college-de-france.fr, Collège de France,‎ 2012 (consulté le 20 octobre 2012).
  13. Claude Cohen-Tannoudji, « Atomes habillés par des photons optiques ou de radiofréquence », Laboratoire de spectroscopie hertzienne de l'ENS Paris, Journal de physique, colloque C5a, supplément au no 10, t. 32, octobre 1971, p. C5a-11 [PDF]. Consulté le 10 novembre 2012.
  14. Claude Cohen-Tannoudji et Serge Haroche, « Le concept d'atome « habillé » par des photons – Quelques exemples d'application », sur phys.ens.fr, Faculté des sciences de Paris et Laboratoire de spectroscopie hertzienne, associé au CNRS (consulté le 10 novembre 2012) [PDF].
  15. Serge Haroche, « Vie et mort d'un photon : une autre manière de voir », Lettre du Collège de France, no 20, juin 2007, sur college-de-france.fr.
  16. Fiche personnelle sur le site du Collège de France.
  17. Leçons du Collège de France, chaire de physique quantique, Cqed.org.
  18. Échos de l'IUF, IUF, 20 septembre 2012.
  19. Serge Haroche nommé administrateur du Collège de France, UPMC, 4 septembre 2012.
  20. « Décret du 31 décembre 2012 portant promotion », sur legifrance.gouv.fr, JORF, no 0001, 1er janvier 2013, p. 54, texte no 8.
  21. Interview radiophonique de Raphael sur Europe 1 le samedi 23 septembre 2006 par Isabelle Morizet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :