Emmanuel Carrère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carrère.

Emmanuel Carrère

Description de cette image, également commentée ci-après

Emmanuel Carrère en 2012

Activités Romancier, essayiste, scénariste, réalisateur, écrivain
Naissance (56 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres Roman, non-fiction
Distinctions Prix Femina
Prix Renaudot

Œuvres principales

Emmanuel Carrère, né le à Paris, est un écrivain, scénariste et réalisateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris.

Il commence comme critique de cinéma pour Positif et Télérama. Son premier livre, Werner Herzog, paraît en 1982. Il publie son premier roman L'Amie du jaguar en 1983 chez Flammarion. Le suivant, Bravoure, sort un an après chez POL, éditeur à qui il confiera tous ses autres ouvrages par la suite.

En 2009, il publie D'autres vies que la mienne, qui recueille l'histoire de plusieurs personnes qui ont croisé sa vie et sont marquées par la maladie, le handicap ou le deuil. Ici, alors qu'il avait dans plusieurs de ses autres œuvres parlé surtout de lui (La Classe de neige, Un roman russe, et plus tard même dans Limonov), il se fait le modeste scribe de « vies minuscules » (pour reprendre l'expression de Pierre Michon), décryptant dans l'ensemble du récit les étapes de l'ouverture à l'autre[1].

En 2010, il est membre du jury des longs-métrages du Festival de Cannes, présidé par Tim Burton.

En 2011, il reçoit le Prix Renaudot pour sa biographie romancée de l'écrivain, dissident et homme politique russe Édouard Limonov, avec lequel il a vécu pendant trois semaines à Moscou pendant la préparation du livre. Il est difficile de définir si le livre est un roman, une biographie ou un essai, car, si Limonov est bien le héros du livre, Carrère attache une très grande place à l'analyse de la littérature russe, ainsi que de l'histoire de l'URSS et de la Russie post-URSS. Ce sera un des grands succès commerciaux de la rentrée littéraire 2011[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ses grands-parents maternels sont des immigrés russes[3]. Il est le fils de Louis Carrère et de la soviétologue et académicienne Hélène Carrère d'Encausse, et le frère de Nathalie Carrère et de Marina Carrère d'Encausse. Emmanuel Carrère est le compagnon de la journaliste Hélène Devynck[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Œuvre d'Emmanuel Carrère.

Romans[modifier | modifier le code]

Récits[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Téléfilms et série[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Prix Passion pour Bravoure
  • 1985 : Prix littéraire de la Vocation pour Bravoure
  • 1987 : Grand Prix de l'imaginaire pour Le Détroit de Behring
  • 1988 : Prix Kléber Haedens pour Hors d'atteinte
  • 1995 : Prix Femina pour La Classe de neige
  • 2009 : Prix Marie Claire du roman d’émotion, prix des lecteurs de l'Express et prix Crésus pour D'autres vies que la mienne
  • 2010 : Globe de Cristal pour D'autres vies que la mienne
  • 2010 : Grand Prix de littérature Henri Gal de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre.
  • 2011 : Prix de la langue française
  • 2011 : Prix Renaudot pour Limonov, P.O.L.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Carrère : entretien avec Angie David, Paris, éditions Léo Scheer, coll. « Écrivains d'aujourd'hui »,‎ 22 octobre 2007, 145 p. (ISBN 9782756100937)
  • Louise Lourdou, La place de l'auteur dans Un roman russe d'Emmanuel Carrère : entre autobiographe et enquêteur , Université Toulouse 2 Le Mirail, 2011.
  • Louise Lourdou, Les avatars de l'auteur dans l'œuvre d'Emmanuel Carrère : visions tragiques du réel , Université Toulouse 2 Le Mirail, 2012.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :