Armand Lunel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lunel (homonymie).

Armand Lunel

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Armand Lunel, le 25 mars 1920, jour de son mariage

Activités écrivain
Naissance 9 juin 1892
Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, Drapeau de la France France
Décès 3 novembre 1977 (à 85 ans)
Monaco, Drapeau de Monaco Monaco
Langue d'écriture français
Distinctions Prix Renaudot (1926)

Œuvres principales

Armand Lunel est un écrivain français né le 9 juin 1892 à Aix-en-Provence, décédé le 3 novembre 1977 à Monaco.

Biographie[modifier | modifier le code]

Armand Lunel est né dans une famille juive originaire du Comtat Venaissin, présente depuis plusieurs générations en Provence. Il fut professeur de philosophie au lycée Albert-Ier de Monaco, où il eut comme élève Léo Ferré.

Le 25 mars 1920, il épouse, à Nice, Rachel Suzanne Messiah, fille d’Aron Messiah (1858-1940), architecte anglais.

Il reçut le premier prix Renaudot en 1926 pour son roman Nicolo-Peccavi et le grand prix Gobert en 1976 pour Juifs du Languedoc, de la Provence et des États français du pape.

Ami d’enfance du compositeur Darius Milhaud, il rédige les livrets de ses opéras Les Malheurs d’Orphée (1924) et Esther de Carpentras (1926).

Il est le dernier locuteur connu du judéo-provençal, aussi appelé shuadit[1] ; on date donc la disparition de cette langue de son décès. Son œuvre présente particulièrement la vie des juifs en Provence.

Le fonds Armand-Lunel est aujourd’hui disponible en consultation à la bibliothèque municipale d’Aix-en-Provence.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L’Imagerie du cordier, La Nouvelle Revue française, Paris, 1924
  • Nicolo-Peccavi ou l'affaire Dreyfus à Carpentras, éditions Gallimard, 1926 — Prix Renaudot
  • Noire et grise, éd. Gallimard, Paris, 1930
  • Le Balai de sorcière, éd. Gallimard, Paris, 1935
  • Jérusalem à Carpentras, éd. Gallimard, Paris, 1937
  • Les Amandes d’Aix, éd. Gallimard, Paris, 1949
  • La Belle à la fontaine, éd. Arthème Fayard, Paris, 1959
  • J’ai vu vivre la Provence, éd. Arthème Fayard, Paris, 1962
  • Juifs du Languedoc, de la Provence et des États français du pape, éd. Albin Michel, Paris, 1975
  • Les Chemins de mon judaïsme, et divers inédits, présenté par Georges Jessula, éd. L’Harmattan, Paris, 1993

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Même si, en 2008, Frédéric Vouland a écrit une série de poèmes en judéo-provençal.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Klotz, Armand Lunel et son univers imaginaire, thèse pour le doctorat de lettres de l’université de Provence, 1991
  • Georges Jessula, Armand Lunel, homme de lettres, Archives Juives 1/2006 (Vol. 39), pp. 140-142 en ligne
  • Francis Delval, Armand Lunel le méconnu, en ligne